je suis chrétien, voilà ma gloire, mon espérance et mon soutien

Oui, je le confesse, j’ai autrefois chanté ce refrain. J’ai autrefois été chrétien ! La preuve ! Baptisé le 16 novembre 1952 à Saint-Claude (acte 257), catéchisé de 1958 à 1959, communié pour la première fois le 14 juin 1959 à la cathédrale de Basse-Terre, confirmé le 5 juin 1960 à la cathédrale de Basse-Terre, renoncé le 14 juin 1964 à Vernouillet, solennisé à Bagneux à une date que j’ignore encore ! Mais je m’interroge : comment ai-je pu mémoriser le refrain de ce cantique encore jusqu’à aujourd’hui alors que je ne suis plus chrétien depuis plus de 50 ans ! Et pourtant je me souviens encore de tant de prières, louanges, hymnes et cantiques comme « Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri » et je revois ce cantique chanté par les ouailles de la cathérale de Basse-Terre, et avant cela dans l’église Saint-Augustin de Saint-Claude.

J’ai étudié chez les Soeurs. D’abord à Saint-Claude à l’Externat puis  à l’Institution Jeanne d’Arc à Basse-Terre où j’allais à l’école aussi de 1958 jusqu’en juin 1961 ! j’ai dû quitter l’Externat suite à une dispute de mon père avec l’une des religieuses (à propos de quoi  ?, même ma mère dit l’ignorer). Nous habitions à l’époque Saint-Phy et j’allais « en taxi » tous les jours à l’école au bourg de Basse-Terre. Ma mère  se souvient néanmoins que quand j’ai fait ma première communion je savais déja lire parfaitement et que je répondais à toutes les questions possibles et inimaginables de l’Evêque sur le cathéchisme qui s’en admirait! J’ai même été enfant de choeur jusque dans les années 68/69 ! Je me souviens de soeur Elisabeth à Basse-Terre de 1958 à 1961, du Père Leleu à Vernouillet dans les années 1961-1964, du père Grégoire à Bagneux à partir de 1965. J’ai fait baptême, première communion, confirmation, renonce ! Parrain, même, quatre fois ! De Patrick Antoine Baltimore le 21 janvier  1960 à Saint-Claude, de Valérie Catherine Blombo en août 1969 à Bagneux, église Sainte Monique, de Natacha Alice Bellegarde en 1984, et de Ludovic Mickaël Baltimore en 1985, ces deux derniers aussi à l’église sainte Monique. Mais la lecture de  Niesztche en terminale et de son Ainsi parlait Zarathoustra me fit plonger irrémédiablement vers l’athéisme ! La participation de l’Eglise catholique et apostolique romaine, du pape et des Jésuites à l’esclavage a achevé ma conversion à l’athéisme !

Certes j’ai côtoyé de nombreuses religions à travers mes péregrinations sentimentales et je ne peux pas tout à fait échapper au mysticisme qui m’entoure à droite et à gauche et qui tente de me rattraper à chaque détour de la vie (naissance, mariage, enterrement) donc peut-être suis-je mystique malgré moi, en dépit de mon plein gré,  comme disait un cycliste fameux !

Tout d’abord rappelons que je suis le petit-fils d’une gadédzafè. Tout ce que je sais d’elle c’est qu’elle s’appelait Jeanne, qu’on l’appelait en famille  Fillotte, qu’elle avait de longs cheveux amérindiens, qu’elle vendait ses feuilles sur les marchés et qu’elle était gadédzafè.  Elle est morte en 1933 à l’âge de 48 ans à suite à un coup de sang avec un client sur le marché de  Saint-Claude, laissant orphelins trois de ses 5 enfants, dont l’un était mon père qui à l’époque venait tout juste d’avoir 10 ans ! Un gadédzafè c’est un voyant sorcier guérisseur ! c’est quelqu’un qui doit savoir jongler entre les cosmogonies présentes en Guadeloupe qui déja était au début du 17 siècle un village global, à partir des  migrations européenne (les engagés) et africaine (les esclaves), se substituant au fur et à mesure aux migrations caraïbes précédentes, puis à partir de 1848 les migrations d’Inde, de Chine, de Syrie, du Liban, d’Europe et encore maintenant en provenance d’ Haiti et et Dominique ! je ne sais si ma grand-mère avait lu Le Grand Albert  ou le Petit Albert, si elle était familière au Grimoire du Pape Honorius, si même elle savait lire et écrire, je ne sais pas d’où elle tenait son savoir, était-ce un don, ou était-ce un héritage passé de père en fils ou de mère en fille ! Je ne sais rien ! car à ce sujet mon père est toujours resté muet comme une carpe ! Il est vrai qu’il n’avait que 10 ans quand elle est partie pour d’autres dimensions ! Elle devait croire en la réincarnation et dans ses séances privées je suis sûr qu’elle invoquait les saints du catholicisme, les divinités vaudoues mais aussi leurs homologues indiens, Malienmen, voire  le dieu Su de la secte  chinoise Mahikari dans un formidable cumul de pratiques magico-religieuses qui pouvaient fort bien aussi faire appel au spiritisme, à la méditation, que sais-je ? A cette époque-la elle invoquait-elle les dieux antiques  du Wicca, faisait-elle partie aussi des Témoins de Jéovah, des Adventistes du Septième Jour ou des Rosecruciens ! Pratiquait-elle la magie noire, pratiquait- elle la magie blanche ? Combien de fois a-t-elle demandé qu’on envoie ses remerciements à dieu et à tout ce qui a aidé !

Ce que je sais c’est que je n’ai su que mon père avait cette mère, disons un peu spéciale, qu’à l’âge de 43 ans ! Je pensais jusqu’alors qu’il était orphelin de père et mère, en fait je ne posais pas trop de questions, car je savais bien qu’il avait des demi-frères et soeurs dont il parlait aisément et que j’ai connus tout petit, donc s’il avait des frères et soeurs et des demi-frères et soeurs c’est qu’il avait une mère, mais je ne me suis jamais posé la question car on disait tout le temps que mon père n’avait pas de maman depuis que j’étais tout petit et je prenais ça au sens premier sans comprendre que cela voulait dire: qu’il avait peu vécu avec sa mère puisqu’elle était morte quand lui avait 10 ans et, pressentant que le sujet était difficile pour lui, qui n’avait pas été élevé par son père biologique, le père Bardus, ni même reconnu, j’évitais le sujet). J’appris donc seulement en 1995 qu’il avait une mère, car il n’en parlait jamais, alors que lui-même avait 72 ans et encore il ne m’avoua pas qu’elle était gadézafé. C’est ma mère qui me le dit en confidence devant lui, en baissant la voix, ne pouvant résister à mes questions pressantes. Il gardait sa photo sur lui dans son portefeuille ! La photo a disparu après sa mort ! J’espère qu’elle est en de bonnes mains !

Peut-on dire avec de telles origines, un tel substrat mystique, peut-on dire décemment que je suis athée ? Mon passage au Brésil pendant 17 ans a encore modifié le paysage avec la convivialité au jour le jour et au grand jour de la culture du candomblé et des offrandes alimentaires faites aux orixas ! J’ai aussi côtoyé de nombreux adeptes du spiritisme, des baptistes, des boudhistes, des pentecostistes, bref j’ai flotté plus que nagé dans le syncrétisme !  et comme je ne nage mes trois brasses que quand je sens que j’ai pied, je suis toujours resté au bord du rivage et je n’ai jamais plongé ni même vraiment flotté dans une religion ou une autre .

A vrai dire je ne conçois pas de dieu supérieur, ni de hiérarchie supérieure, ni de vie après la mort ! En revanche je crois qu’il y a un lien indéfectible qui me lie à mes ancêtres de tous bords et qui n’est pas seulement du domaine de la généalogie et de l’histoire avec un grand H. C’est un lien qui, si je le formalise, me force à dire que mes ancêtres sont mes dieux ! C’est d’eux, à travers la mémoire que j’en ai, que je tire ma force, c’est eux ma gloire, mon espérance et mon soutien ! Il n’y a pas dans ma cosmogonie d’ancêtres inférieurs ou supérieurs et je ne les invoque pas comme je ferais appel à des intercesseurs  vers un dieu unique et supérieur ! Non, dans une autre terminologie ce sont mes esprits et quand je dois prendre une décision importante il se mobilisent pour me guider au mieux vers le moins pire des chemins, je ne sais jamais si c’est le meilleur mais je leur fais généralement confiance. Quand je dis : « je leur fais confiance », je devrais dire :  « je nous fais confiance », car je suis l’un d’eux, ni plus ni moins ! et un jour je serai l’ancêtre de quelqu’un d’autre ! Et tout cela se produit la nuit pendant mon sommeil !  Je me réveille et ma décision est prise, il n’y a pas de retour en arrière ! Parfois aussi la décison peut être prise après avoir bu quelques verres de rhum en tête à tête avec moi-même ! car je pense qu’une décision que j’ai prise en état d’ivresse est une décision qui vient du fond de moi même et que je n’ai aucune raison de la modifier pour des principes extérieurs à moi et à ma raison ! J’ai ainsi pris de nombreuses décisions qui peuvent ainsi paraître étranges dans ma vie mais jamais je n’ai eu de regrets car elles étaient dictées par le flux et reflux de mon inconscient ! Et mon inconscient ce sont mes ancêtres !

Voilà le cantique en question dans son intégralité chanté par la Chorale « Les Anges », de la paroisse Sainte-Monique du Plateau Dokui en Côte d’Ivoire ! Les chorales de mon enfance n’étaient pas aussi rythmées mais celle-ci parvient à transmettre les vibrations que je ressentais à l’époque

R- Je suis chrétien ! voilà ma gloire
Mon espérance et mon soutien,
Mon chant d’amour et de victoire :
Je suis chrétien, je suis chrétien !

1- Je suis chrétien ! à mon Baptême
L’eau sainte a coulé sur mon front ;
La grâce en ce moment suprême,
De mon âme a lavé l’affront.

2- Je suis chrétien ! j’ai Dieu pour père ;
À sa loi je veux obéir ;
Avec sa grâce salutaire,
Pour lui je veux vivre et mourir.

3- Je suis chrétien ! je suis le frère
De Jésus-Christ, mon Rédempteur ;
L’aimer, le servir et lui plaire
Fera ma gloire et mon bonheur.

4- Je suis chrétien ! je suis le temple
Du Saint-Esprit, du Dieu d’amour ;
Celui que tout le Ciel contemple
Possède mon cœur sans retour.

5- Je suis chrétien ! ô sainte Église,
Je suis devenu votre enfant ;
Plein d’amour, d’une foi soumise,
Je suivrai votre enseignement.

6- Je suis chrétien ! j’ai pour bannière
La croix de mon divin Sauveur ;
Mes ennemis me font la guerre,
Mais je me ris de leur fureur.

7- Je suis chrétien ! sur cette terre
Je passe comme un voyageur ;
Ici-bas tout n’est que misère,
Rien ne saurait remplir mon cœur.

8- Je suis chrétien ! ô ma patrie,
Beau Ciel, j’irai te voir un jour ;
En Dieu je trouverai la vie,
La paix, le bonheur et l’amour.

4 réflexions sur “je suis chrétien, voilà ma gloire, mon espérance et mon soutien

    • Je vous remercie de votre gentillesse. a mon tour j’ai lu vos articles en rapport avec le veganisme, vegétarianisme que je pratique depuis déjà 10 mois, sauf encore quelques rechutes quand je suis chez es mais ou quand je reçois mes enfants. Au sujet de la violence animale cela fait aussi sens de s’interroger mais je serais beaucoup moins catégorique sur la violence contre les moustiques, les yenyens, petits moucherons qu’on trouve en guadeloupe, ou les maruins ou muruins brésiliens qui vous picotent sans vergogne. quant aux cafards blancs volants je vous laisse imaginer la violence qui se déverse sur eux quand ils osent s’approcher de l’homme ans sa chambre climatisée. Il ne s’agit pas pour moi de relativiser, mais il y a aussi l’instinct. J’ai eu un jour l’occasion au brésil e me trouver ans une maison infestée de mouches. elles ne font de mal à personnes, c’est vrai. Moi qui n’habitais pas sur place, je suis sorti e la maison. Mais les propriétaires e la maison sont restés stoïques. juste une petite anecdote pour détendre l’atmosphère. et merci encore de vos remarques.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s