cinéma, cinémas

Quand je pense à cinéma aux Antilles je pense d’abord au Champ d’Arbaud à Basse-Terre, puis   à « Rue Case-Nègres »(1983) (Sugarcane Alley en anglais) d’Euzhan Palcy. Beaucoup de cyclones ont roulé depuis ! Le Femi, festival  régional et international de cinéma de Guadeloupe, en est déja à sa 23eme edition en 2017. Il existe depuis 1992 et a permis l’explosion d’autres festivals comme Ciné Woulé, Noirs tous Couleurs, Le Terra festival, le festival international du film des droits de l’homme de Guadeloupe, les Rencontres du Cinéma de Martinique et Nouveaux Regards. C’est dire s’il y a un appétit pour la chose en Guadeloupe ! Il y a un peut partout dans la Caraïbe des festivals de cinéma ouverts sur la Caraîbe comme celui de Bridgetown à la Barbade, celui de Trinidad et Tobago, et tant d’autres, voilà de saines émulations, peu importe la langue pourvu qu’on ait l’ivresse !

Le cinéma caribéen date des années 60 et a pris son essor d’abord à Cuba avec Historias de la revolucion, de Tomas Guttieriez Alea (1960). Puis la Jamaïque avec The harder they come (Perry Henzell, 1972), Third world cop de  Chris Browne (1999), Dance hall queen  de  Rick  Elgood & Don Letts (1997) est apparue sur la carte cinématographique , accompagnée du Guyana  et Guinea 1838 de Rohit Sagessar (2004) et de Trinidad & Tobago  et Sista  God de Robert Yao Ramesar (2006, 2009).

En Guadeloupe Christian Lara avec Lorsque l’herbe (1968) puis Coco Lafleur, candidat (1978) ( mais aussi Mamito, Adieu foulards, Black, Héritage perdu, Sucre Amer) et Jacques Ferly avec Chronique d’un retour (1975) sont les précurseurs puis en 2001 Christian Grandman propose Tét grenné, en 2004  Jean-Claude Barny tourne Neg mawon suivi par Rose et le soldat en 2014 et le Gang des Antillais en 2016.

A la Martinique O Madiana (1979) puis Karukera au bord de la nuit (1984) de Constant Gros-Dubois suivi d’ Euzhan Palcy et son « Rue Case-Nègres » en 1983 , Siméon (1992), etc tandis que Lucien Jean-Baptiste  tourne      Première étoile (2009), 30° couleur (2012), Dieumerci (2016) et Il a déja tes yeux (2017) et que Guy Deslauriers signe L’exil du roi Béhenzin (1994), Passage du Milieu (200), Biguine (2004) et Aliker (2008)

Cette 23eme édition met en compétition 31 films dont 5 cinq films phares représentant en fait l’Outre-Mer (Guadeloupe, Martinique, Réunion, Guyane Française) mais aussi Madagascar et des pays de la Caraïbe et de l’Amerique du sud comme Antigua et Barbuda, Trinidad et Tobago, Puerto Rico, la Colombie, etc . Parmi les films longs métrages en compétition on retiendra les 5 films phares:

Adnane Tragha : 600 Euros (France)Ari Maniel Cruz : Antes que cante el gallo (Puerto Rico), – Ciro Gerra : El abraço de la serpiente (Colombie)Alain Bidart : Battledream chronicle (Martinique)Emmanuel  Parraud : Sac la mort (Réunion)

Sont encore en compétition 10 courts métrages  dont deux d’Atisso Médessou ( Guadeloupe), 3 courts-métrages d’animation et 13 documentaires pour un total donc de 31 films en compétition

Le palmarès de la 22eme edition  était le suivant :

LONG METRAGE

Meilleur Long métrage « ALIAS MARIA » de José Luis RUGELES Trophée et Prix d’un montant de 2 000 €
Prix Union des Compositeurs de Musique de Film pour la meilleure musique originale FEMI 2016 « LA VIE PURE » de Jérémie BANSTER Trophée de l’UCM

DOCUMENTAIRE

Meilleur Documentaire « JE SUIS LE PEUPLE » d’Anna ROUSSILLON Trophée et Prix d’un montant de 1 500 €
Meilleur Documentaire francophone offert par TV5 Monde « LAMES ULTRAMARINES » de Stéphanie GILLARD Trophée et une caméra GOPRO

COURT METRAGE

Meilleur court métrage Antilles/Guyane, offert par La Région Guadeloupe « NIGHTMARE BEFORE WEDDING » de Fabienne ORAIN-CHOMAUD Trophée et Prix de 1 000 €
Meilleur court métrage « GROUNDED » d’Alexis MICHALIK Trophée et Prix de 1 500 € offert par EDF
Meilleur court métrage d’animation « DALIVINCASSO » de Marcelo CASTRO Trophée et Prix de 1 000 €
Coup de coeur du Jury (court métrage d’animation) « SUGAR RUSH » de Réno ARMANET
Prix Fémi dans les murs « NIGHTMARE BEFORE WEDDING » de Fabienne ORAIN-CHOMAUD Trophée
Prix du Jury Lycéen « GROUNDED » d’Alexis MICHALIK Diplôme

Une réflexion sur “cinéma, cinémas

Les commentaires sont fermés.