La Guadeloupe sous le Rule Britannia

pc2-236x300

Le Bassin caraïbe a été le théâtre pendant plus de deux siècles de luttes incessantes pour contrôler les îles de la région. France, Royaume Uni, Espagne, Pays-bas, Suède et Danemark se sont affrontés sur les mers pour avoir leur part du sucre  colonial !  Ainsi la Guadeloupe après de nombreuses escarmouches entre Français et Britanniques en 1665, 1687, 1703 (siège pendant la guerre de Succession d’Espagne), 1743 et 1746 se voyait envahie à quatre autres reprises par les forces armées  de la perfide Albion !

D’abord pendant quatre ans du 23 avril 1759 à 1763 (guerre de 7 ans 1756-1763), puis entre avril et décembre  1794 (pendant les guerres révolutionnaires françaises), suite à quoi les envahisseurs  durent battre en retraite suite à l’intervention conjuguée de Victor Hugues, Chrétien et les révolutionnaires et esclaves guadeloupéens.      La troisième intervention militaire eut lieu de 1810 à 1814 (guerres napoléoniennes) mais dès le 3 mars 1813, par l’article  5 du traité de Stockholm, la Guadeloupe est mise formellement sous administration suédoise et va le rester jusqu’au 13 août 1814 date à laquelle, par le traité de Londres, la Grande-Bretagne accepte de  verser à la Suède en compensation de la restitution de la Guadeloupe à la France une somme de 24 millions de francs de l’époque qui sera versée sans interruption par la Grande-Bretagne au roi de Suède et à ses descendants jusqu’en 1983 (Guadeloupefunden, Fonds de Guadeloupe). Enfin une dernière intervention du 10 août 1815 au 24 juillet 1816 lors des Cent-Jours.

Toutes ces guerres ont permis aux esclaves  d’effectuer une ascension sociale en entrant soit dans la milice, soit en se portant volontaires pour porter les armes contre l’ennemi. L’affranchissement est accordé après une période dans la milice ou dans l’armée égale au minimum à 8 ans.

Mais le rôle le plus important du Royaume-Uni a été sa déclaration de la fin de la traite en 1807 suivi de la déclaration d’abolition de l’esclavage en 1833. Par cette déclaration tous les esclaves seraient libres à partir du 1er août 1838, et à partir de 1834 commençait une période d’apprentissage. Seule l’île d’Antigua connut la liberté immédiate pour ses esclaves en 1834.

Il en a résulté une migration pan-caribéenne car Antigua fut comme un appel d’air pour les îles voisines dont la Guadeloupe. Il faut se souvenir que Sainte-Lucie, Montserrat et Antigua, la Dominique sont à un vol d’oiseau de la Guadeloupe comme l’ont bien compris les Dissidents en 1939-1943

Puis à partir de 1838 ce fut le grand exode d’Antigua vers Demerara, le Guyana britannique, demandeur en main  d’oeuvre et payant le double la journée de travail, Trinidad et la Jamaïque.

2 réflexions sur “La Guadeloupe sous le Rule Britannia

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s