Makeba

myri1

CHORUS:

« Ooohe » Makeba ma qué bella,
Can i get a  » oohe  » Makeba,
Makes my body dance for you ,
(x4)

I want to hear your breath just next to my soul,
I want to feel oppress without any rest,
I want to see you sing, i want to see you fight,
Because you are the real beauty of human right ,

CHORUS

Nobody can beat the Mama Africa,
You follow the beat that she’s going to give you,
Only her smile can all make it go,
The sufferation of a thousand more,

CHORUS x2

Makeba, la chanson de Jain couronnée par les Victoires de la Musique est sans doute un bel hymne à l’Afrique mais néanmoins pour moi Makéba c’est Miriam Makeba, Pata Pata, la lutte contre l’apartheid sud-africaine, l’exil de plus de trente ans entre l’Afrique du Sud, la Guinée, les Etats-Unis, la Belgique, l’Algérie. Question de génération sans doute. C’est probablement une nouvelle Mamma Africa qu’il nous est donné à célébrer dans le Makeba de Jain. Symboliquement le clip termine sur le départ sur la route de Jain avec son attirail électronique, après avoir peint les rayures en noir d’un zèbre blanc. La chose est bien filmée, bien produite, le rythme est entraînant, la jeune fille est fraîche, franco-malgache de surcroit, a vécu au Congo Brazzaville, à Pointe-Noire, les figurants sont locaux, tout le monde danse, saute-mate, oui tout est so fresh et pourtant je ne retrouve pas ma Myriam Makeba d’antan,  ma Zenzile Makeba  Qgwashu Nguvama (1932-2008) ! A la limite si on remplaçait Makeba par mon kébab ou my kebab on ne perdrait rien au rythme ! Ou même Madiba si on voulait faire allusion à Mandela ! Ou même Oumou Sangaré, la Malienne ! Mais Miriam, la Sud-Africaine !? Mais il ne s’agit pas de sanctifier l’artiste anti apartheid! Toute vie peut être révisitée et quand j’évoque Makeba je pense aussi à ses premières partenaires dans le groupe  The Sunbeams qui allait devenir The Skylarks et qui comprenait Abigail  Kubeka, Mummy Girl Nkettle, Mary Rabatobi. Je pense à son rôle dans la comédie musicale légendaire King Kong ! Sa collaboration avec  Harry Belafonte , avec Hugh Masakela (avec qui elle fut brévement mariée), avec  Stokely    Carmikael, le Black   Panther lui aussi, l’un de ses 5 maris,  exilé en Guinée, et aussi à sa collaboration avec l’accordéoniste brésilien Sivuca dans la chanson   « you are in love ». Aussi curieusement Miriam Makeba me fait penser à cette version (1960) des Tokens d’une chanson traditionnelle africaine de Solomon Linda (1939) the lion sleeps tonight qui parle d’un lion qui dort et dont la version de Henri Salvador ou de Pow Wow me sont plus familières !

Une réflexion sur “Makeba

Les commentaires sont fermés.