Colonisation, crime contre l’humanité ?

 

220px-international_criminal_court_logo-svg

Si je mets un point d’interrogation c’est que je m’interroge ? Après la formule choc du prétendant à la magistrature suprème de l’Etat Français, Emmanuel Macron, qui qualifie la colonisation comme « acte de vraie barbarie », « un acte de domination et de non reconnaissance  de l’autonomie d’un peuple », et qui énonce la torture comme aspect négatif et l’émergence d’un Etat,  de richesses,  de classes moyennes  et de droits de l’homme comme apects positifs,  on peut se demander s’il est possible de vouloir comme lui naviguer sur une « ligne de crête » qui tente de réconcilier les mémoires à priori inconciliables entre colonisés et colonisateurs. Dans un mouvement de repentance qui ne se veut pas de culpabilisation, qui dénonce la glorification mais qui en même temps effectue une dramatisation de la colonisation je ne sais pas très bien où me situer (surtout en période de surenchère électorale où tous les coups sont permis).

Mon premier réflexe en entendant cette formule choc a été enfin ! Enfin quelqu’un qui dit haut ce que je pense bas ! Puis j’ai vu sur Bfmtv les premières réactions disant qu’il ne faut pas galvauder l’appellation crime contre l’humanité . Le crime contre l’humanité est selon ces journalistes circonscrit à des définitions précises et on ne peut pas qualifier tout et n’importe quoi de crime contre l’humanité. Alors j’ai fait un rapide retour sur les crimes contre l’humanité globalement admis : la Shoah, l’esclavage, le Rwanda, l’ex yougoslavie. on y parle aussi de génocide, comme pour l’Arménie. Et on pourrait bien qualifier de génocide l’élimination des Amérindiens des iles caribéennes.

Que disent les dictionnaires ?  Colonisation pour le cnrtl : « doctrine politique  qui prône l’exploitation  par la métropole des territoires sous-développés qu’elle a pris en charge à son seul profit ou au profit unique des élements métropolitains installlés sur ces territoires »

Pour l’Académie Française : « Notion politique et stratégique impliquant la conquête, l’administration et la mise en valeur de territoires extérieurs  dont le degré de développement  est moindre que celui du pays colonisateur ».

Nul besoin après ces deux définitions lapidaires de chercher dans le Littré, le Larousse ou le Robert de plus amples subtilités !

Voyons wikipédia cependant et la définition détaillée de l’acte 7 du Statut de Rome :

« L’article 7 définit onze actes constitutifs de crimes contre l’humanité, lorsqu’ils sont commis « dans le cadre d’une attaque généralisée ou systématique dirigée contre toute population civile et en connaissance de l’attaque » :

  • le meurtre ;
  • l’extermination ;
  • la réduction en esclavage ;
  • la déportation ou le transfert forcé de population ;
  • l’emprisonnement ou autre forme de privation grave de liberté physique en violation des dispositions fondamentales du droit international ;
  • la torture ;
  • le viol, l’esclavage sexuel, la prostitution forcée, la grossesse forcée, la stérilisation forcée ou toute autre forme de violence sexuelle de gravité comparable ;
  • la persécution de tout groupe ou de toute collectivité identifiable pour des motifs d’ordre politique, racial, national, ethnique, culturel, religieux ou sexiste, ou en fonction d’autres critères universellement reconnus comme inadmissibles en droit international, en corrélation avec tout acte visé dans le présent paragraphe ou tout crime relevant de la compétence de la Cour ;
  • la disparition forcée de personnes ;
  • le crime d’apartheid ;
  • d’autres actes inhumains de caractère analogue causant intentionnellement de grandes souffrances ou des atteintes graves à l’intégrité physique ou à la santé physique ou mentale. »

 

Quant à moi j’avoue ma préférence pour l’Initiative de Crimes contre l’Humanité qui a une lecture me semble-t-il plus extensive que le statut de Rome comme le montre ceci.

Mes parents ont vécu sous la colonie jusqu’en 1946 et ont vécu sous la départementalisation. Je ne nie pas qu’ils aient souffert de cet état de fait mais je ne me souviens pas qu’ils en aient fait état de façon désespérée. C’était leur quotidien, celui qui n’a connu que la guerre ne peut imaginer ce qu’est la paix. De la même façon celui qui n’a connu que la colonisation ne peut imaginer ce qu’est l’indépendance  voire tout simplement l’autonomie.  Les Antilles Françaises sont de plus en plus autonomes mais n’en sont pas plus indépendantes pour cela. Une colonisation de plus de 300 ans laisse ses traces. La première c’est la langue française, la deuxième c’est la loi française, le code civil, la troisième c’est le catholicisme, la quatrième c’est la stricte dépendance économique, sociale, culturelle. Voilà en peu de mots les restes de la colonisation française sur ces ultimes et presque anacrhoniques confettis de l’Empire français que sont encore les Antilles Françaises.

Il ne s’agit pas pour moi de dire si ces restes sont un bienfait et remercier la France d’avoir déporté mes ancêtres de leur Afrique natale, de les avoir asservis, violés, d’avoir mélangé leurs histoires aux sangs d’autres individus pour en arriver jusqu’à moi, de nous avoir rendus citoyens colonisés en 1848, puis citoyens à presque part entière en 1946, non il ne s’agit pas de remercier pour cet héritage. Il ne s’agit pas d’accabler non plus car j’ai en mémoire par exemple ce que mes parents me racontaient d’Amédée Cabre, un colon, propriétaire de terres, sur Saint-Claude et qui aurait revendu ses terres à des prix tout à fait raisonnables à ses « ouailles », dont  ma grand-mère maternelle à Morin, certes de façon très paternaliste, mais je n’ai jamais entendu âme qui vaille parlant mal de cette famille…? Il y aurait eu alors de bons colons et de mauvais colons  !? Loin de vouloir raviver des cicatrices encore fraiches, il s’agit je crois d’essayer de parvenir à une concorde sociale, un nouveau contrat social qui tienne compte du double enracinement de beaucoup de Français originaires des ex-colonies

Donc accabler l’Etat oui, certainement mais je suis relativement partagé en ce qui a trait aux individus. Exiger de l’Etat repentance et compensation, oui mais pas les individus, qui, colonisés comme colonisateurs sont des jouets inconscients, des fétus de paille au gré du vent porteur d’action civilisatrice et globalisatrice prétendue.

Voici d’ailleurs une video tout à fait explicite sur ces contradictions entre colonisé et colonisateur dans le domaine de la religion et de l’éducation. Cela se passe en République Democratique du Congo en aout-septembre 2012 où est enterré le père blanc d’origine belge Georges  Defour (1913-2012), missionnaire et enseignant, fondateur du mouvement d’action catholique Xavéri (s’inspirant du scoutisme, de Coeurs Vaillants et Ames Vaillantes et de la Croisade eucharistique) sous le patronage de Saint François Xavier, mouvement  présent non seulement en RDC mais aussi au Burundi, au Rwanda, etc. , auteur entre tant d’autres choses de « Pour une pédagogie en milieu intégral : A la recherche d’un anthropo-mésocentrisme », université de Kisangani, 1986. Le père Georges Defour, après avoir vécu plus de 60 ans en Afrique a lutté toute sa vie avant, pendant et après le Maréchal Président Mobutu Sese Seko pour le développement autoporté des sociétés africaines rurales. Comment lui jeter décemment la pierre  ? « Mon ami Noé » 1 et 2 a été son instrument de pénétration par la langue française, certes  mais il a aussi favorisé l’apprentissage du kiswahili et son Institut de Développement Rural est encore référence en Afrique . Symptomatiquement retentit lors des funérailles dans le Bukavu : Victoire tu règneras oh croix tu nous sauveras ! Que dire de plus ! C’est déja assez éloquent comme cela.

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s