Cheikh Anta Diop speaks

800px-phylogenetics-french evolution-des-hominides expansion_homoob_cfda63_famille-des-hominides chronohombeta2

Nous ne sommes qu’une infime fraction du vivant. On peut regarder la généalogie par le petit bout de la lorgnette, faire un petit tour dans ses générations et puis s’en contenter. On peut aussi avoir une vision plus large et comme Cheikh  Anta   Diop se dire que quelle que soit son derme on est tous descendants de mélanodermes.

Selon le chercheur sénégalais (1923-1986), scientifique émérite protéiforme excellant en mathématiques, physique nucléaire, paléontologie, histoire, linguistique,  auteur de  Nations, négres et culture (1954), « le livre le plus audacieux  écrit par un négre » selon Aimé Césaire, Antériorité des civilisations. Mythe ou vérité historique ? (1967), et Civilisation et Barbarie (1981) l’humanité serait apparue il y a 5 millions d’années en Afrique à la latitude du Kénya dans une région qui comprend le Kénya, la Tanzanie, l’Ethiopie et le nord de l’Afrique du sud.       Contrairement à la tradition biblique qui voulait que les premiers hommes (fils de Cham) soient apparus en Asie ces hommes négroïdes à peau noire apparaissent vers -130000 ans et ils sont  alors les seuls anthropoïdes sur terre. Selon Cheikh Anta Diop l’Afrique serait donc le berceau de l’humanité en dépit des nombreuses falsifications historiques organisées par les chercheurs occidentaux comme Champollion-Figeac, frère de Champollion le Jeune, celui qui le premier a réussi à déchiffrer les hyéroglyphes) à travers un  discours européocentriste et l’idéologie dominante  colonialiste et postcolonialiste qui ont fait jusqu’à faire croire à beaucoup d’Africains du fait qu’Afrique était antonyme à civilisation. et il cite pour confirmer son point de vue le discours du comte de Gobineau sur l’inégalité des races, celui de Pierre Larousse sur l’infériorité intellectuelle et culturelle de l’homme noir.

Le parti pris afrocentriste de Cheikh Anta Diop, ne fait pas l’unanimité, loin de là. Même s’il est conforté selon ses disciples dans ses thèses sur l’origine noire et africaine de l’humanité par :

  • les textes d’Hérodote (-Veme siècle), Eschyle (-525/-456), Aristote (-385/-322), Approdore (-1er siècle), Diodore de Sicile (-60/-30), Sénéque, Lucien (+125/+190), Strabon (-58/+25), Amien Marcelin (+IVeme siècle)  sur la question de la couleur noire et les cheveux crépus des Egyptiens qui en feraient des descendants de Nubiens
  • ses disciples chercheurs kamites Théophile Obenga, Aboubacry Moussa Lam, partisans du paradigme égypto-nubien
  • certains africanistes comme Maurice Delafosse ou Suret Canale,
  • les écrits du  comte de Volney (1757-1820) qui constatait que chez les coptes, ancêtres des pharaons, on retrouve les mêmes traits négroïdes qu’on peut observer sur le sphynx égyptien,
  • P. Jouquet, Babacar Sall, , G. Gurvitch, WEB Dubois,
  • la Bible, le Coran (mythe de Cham, fils de Noë)
  • la parenté génétique entre les langues négro-africaines et la langue ancienne egyptienne

on peut dire qu’une grande partie de la communauté anthropologique et paléontologique internationale trouve ses conclusions iconoclastes et même franchement irresponsables. Car dans le domaine scientifique sans la matérialité de la preuve il n’y a rien. On peut avoir des intuitions, des thèses, des théories et il se peut que son intuition ait été bonne mais sans preuve il y aura toujours quelqu’un pour douter et remettre en question la consistence d’un tel discours.

D’un côté nous avions un européocentrisme basé sur les thèses de Hegel et de l’autre un  afrocentrisme basé sur les recherches de Diop.  Diop parle de la falsification historique qui a eu lieu sur le traitement de l’histoire avant la traite négrière.

Selon   Cheikh Anta Diop les Anciens Egyptiens étaient donc des Africains, des mélanodermes.

Il ya 5 millions d’années apparaissent les australopithèques : ils se nourissent de racines et de grains. Lucy est par exemple une australopithèque de 3,2 millions d’années

Jusqu’à -130000 cet homme se transforme à six reprises ( six stades : australopithèque, homo habilis, homo ergaster = artisan, homo erectus = pithécanthrope = homme de java, homo neerdanthalis, homo sapiens)  jusqu’à obtenir l’homme de Grimaldi , l’homme noir, celui que nous connaissons aujourd’hui. L’homme de Grimaldi qui est un homo sapiens sapiens  est bien différent de son précédent d’un point de vue anatomique ! Il n’a presque pas de front et le lobe droit de son cerveau n’existe pas. Cet homme pigmenté va coloniser la vallée du Nil. La nature fait bien les choses et ne crée rien au hasard.  C’est grâce à un écran de mélanine que ces hommes vont pouvoir survivre sous les grandes chaleurs et le rayonnement solaire de l’Equateur. Grâce à cet écran ils peuvent lutter contre les rayons ultra violets.

A -50000 ans, cet homme noir va partir coloniser la terre selon trois axes : l’Asie par l’isthme de Suez, l’Espagne par le détroit de Gibraltar, la Sicile

Entre -40000 et -20000 ans les leucodermes  (la race blanche) apparaissent à travers  un processus de différentiation raciale et d’adaptation aux climats froids dus aux dernières glaciations. Cet homme est connu comme l’homme de Cro-Magnon.

Cette théorie entre en contradiction bien évidemment avec ce que considère en gros la communauté internationale qui s’accorde globalement sur le schéma suivant

Selon moi l’origine de l’humanité et la théorie de l’évolution sont en perpétuel chamboulement, une découverte pouvant invalider les certitudes les plus ancrées, il suffit d’un nouveau crane retrouvé pour que les perspectives changent ! Néanmoins le séquençage du génome humain pourrait mettre en évidence dans un futur pas si éloigné des résultats plus tangibles.

J’ai l’impression qu’il y a autant de thèses que de chercheurs et que tout cela bien souvent procède plus de la foi que de la science car selon que l’on soit noir, blanc, jaune, rouge, bleu chacun se fait une idée du premier homme, de la première femme, selon sa conception philosophique ou religieuse. En fait il y a beaucoup d’autres thèses ! J’en veux pour preuve la thèse d’Yves Coppens, l’un des découvreurs de Lucy, qui est polycentriste et qui envisage une séparation au niveau homo erectus qui aurait donné souche à plusieurs espèces d’homo sapiens une vers le Caucase et la Georgie, l’autre vers la Chine et Java, la troisième vers l’Espagne

La seule chose sur laquelle la communauté internationale s’accorde à peu près c’est le fait que l’Afrique est le berceau de l’humanité car nulle part ailleurs (jusqu’à preuve du contraire) on ne trouve des fossiles aussi anciens qu’en Afrique

Je ne sais quel crédit apporter aux thèses de cet éminent chercheur. Ce que je sais c’est qu’il a redonné aux Africains et aux descendants d’Africains une fierté par le fait qu’il leur a dit que les Pharaons étaient des Africains, que c’est eux qui ont transmis une partie de leur culture avancée aux Grecs, qui étaient considérés avant lui comme le nec plus ultra de la civilisation. Il a mis en pièces des théories qui disaient que l’Afrique n’avait pas de culture écrite et a prouvé que l’écrit existait à Tombouctou depuis des millénaires. Bref il a prouvé qu’il y avait des civilisations noires et puissantes. Je lui en sais gré. Car même si je ne suis pas kermite je suis noir, et j’ai les cheveux crépus, le nez épaté et je suis quoi qu’on dise désacculturé quelque part !

Je ne sais pas, mais alors vraiment pas si je peux faire confiance à Von Linné et sa systématisation de notre espèce (Royaume Animalia, Phylum : Chordata, Classe : Mammalia , Ordre : Primata, Famille : Hominidae, Genre : Homo, Espèce : Sapiens) car je sais que ce système de classification en cours de révision constante  est soumis à diverses controverses et à discussion. Ce ne sont pas quelques règles fixes sur les tablettes de pierre, mais juste un système de classement commode. Je pense de même pour l’origine et l’évolution de l’homme. Commodité ne fait pas loi ! On verra bien. Le big bang, encore une théorie ! On verra bien !    Ma seule certitude c’est que je ne sais pas. Donc je m’attache au possible et laisse les scientifiques poursuivre leurs recherches. A eux de me convaincre !

cad_inter

Les conclusions que beaucoup de ses disciples appellent « le dernier des pharaons » sont contestées par les Egyptiens eux mêmes et comme je l’ai dit une grande partie de la communauté scientifique. Et si vous entendez quelqu’un parler de leucos, leucodermes au lieu de blancs, sachez qu’ils sont  d’une certaine manière adeptes inconditionnels des idées de ce  chercheur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s