Ker Domino

Ker Domino est une série qui met en scène depuis 2011 un couple mixte, dit couple domino : Laurence Joseph , une guadeloupéenne de Bas-du-Bourg, et Laurent  Tanguy, un breton du Finistère Nord. Un vrai couple domino à la ville au début du tournage de la série qui en est à la saison  4!

Les couples intercommunautaires existent depuis fort longtemps. Pensons à Devine qui vient dîner de Stanley Kramer  (1967) avec Sidney Potier, Mariage Mixte (2003) d’Alexandre Arcady,  Mauvaise Foi (2006) de Roschdy Zen, Prête-moi ta main (2006) de Eric Lartigau et le blockbuster français de 2014  Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu  de Philippe de Chauverin

Très souvent dans ces films les situations sont caricaturales, outrancières même, on martèle les clichés. cela donne bien sûr très souvent lieu à des polémiques idéologiques , on s’interroge sur l’identité, le racisme, la différence; on analyse les dysfonctionnements, les dérives, les frustrations et l’humour où l’amour finalement comme par un tour de magie permet de dépasser les codes culturels, les castes idéologiques.

Ker Domino est antérieur à Qu’est ce qu’on a fait au bon dieu mais s’inspire de Chouchou et Loulou de Un gars, une fille  (1999) à la sauce chien ou en colombo ! Sauf qu’ici le côté créole est omniprésent et contraste avec  le côté ker, le côté breton ! J’entends souvent des généralisations abusives du type « nous les antillais », « chez nous aux Antilles » ! « Nous en france », « nous les bretons », « nous les métros » « les blancs », « les noirs ». De nombreux poncifs (la religion, la magie, la famille, les machos, le Carême) des quiproquos interculturels qui peuvent être cocasses et qui, je dois l’avouer , m’ont bien fait rire. Je m’interroge tout de même sur la bienséance de la scène où le breton pour épicer sa vie sexuelle veut fouetter l’antillaise, ce contre quoi, elle s’insurge, bien évidemment, invoquant la mémoire de l’esclavage. Tout comme sur la scène où Laurent veut enseigner à Laurence comment jouer aux échecs. Il lui dit « tu prends les blancs », et elle s’en offusque, « tu prends les noirs « et elle s’en offusque de la même façon, finalement il fait tomber une pièce et dit « échec et mat » !

Le couple mixte permet de faire prendre conscience du choc des cultures et de bousculer les codes et les préjugés. En décristallisant les tensions  par l’humour  on comprend bien que c’est par la tolérance de la différence, le dialogue et l’entraide  qu’on peut trouver ses propres marques, ses propres valeurs, ses propres schémas.    Un couple domino c’est forcément quelque part un couple explosif et enrichissant à la fois.

Toutefois dans la série on a l’impression, enfin c’est mon regard, que chacun des partenaires, deux trentenaires, reste dans son couloir ! Je crois que les stéréotypes sont un peu trop forcés : le Breton aime le vin rouge et le cidre et l’antillaise le rhum et le jus de prune de cythère, le breton aime la médecine allopathique, la guadeloupéenne la médecine à base de plantes. Le  breton est athée et l’antillaise catholique et adepte de magie. le breton fait du surf et du kitesurf et l’antillaise sait à peine nager, le breton aime le rock et l’antillaise le zouk. L’antillaise passe son temps au téléphone avec sa mère, ce qui signifie par déduction qu’elle n’a ni père ni frère et soeur ! Le breton est taiseux et l’antillaise  exubérante. C’est Jules Verne et Kersauson avec éventuellement la grand mère du général de Gaulle contre Césaire, Schoelcher ! C’est la ponctualité contre l’irresponsabilité en matière d’horaire…

Je pense qu’on aurait pu avoir une antillaise végétarienne ou indépendantiste ou rosecrucienne ou adventiste, ce qui aurait pu donner lieu à un humour bien plus décapant. J’aurais aimé aussi que le breton soit moins stéréotypé  ! En fait ce qui me trouble c’est que les deux personnages ne doutent jamais de leur identité culturelle. Elle leur semble intangible, j’aurais aimé qu’ils franchisent les barrières, les frontières, les égoïsmes propres à chaque communauté !

D’ailleurs Laurence et Laurent qui se sont mariés en avril 2013 à Saint-François sont maintenant séparés mais ils continuent de travailler ensemble et se retrouvent dans   y a un os dans la noce qui raconte un mariage de couple dominos .  Par contre Laurence travaille aussi en solo avec  Ca va décoiffer et continue son petit bonhomme de chemin.

Publicités