Legba et la Compagnie depuis Akkad, depuis Elam, depuis Sumer

Aimé Césaire  dans La Tragédie du Roi Christophe (1963) quand vient l’heure du sacre de l’ancien chef cuisinier devenu roi au Cap, à Haïti, dans la cathédrale fait le choeur chanter:

« Henry vaillant guerrier

De la victoire ouvre-nous les portes »

Henry c’est Henry Christophe, personnification de Legba,  le Vaillant,  Papa Legba, le Janus haïtien, qu’on invoque en disant : « ouvre-moi la barrière ».

Vaillant est le mot qui a été attribué lors de son installation à Windsor Klébert Laferrière, plus connu sous le nom de Dany Laferrière alors qu’il venait d’être élu par les immortels pour occuper le fauteuil numéro deux de l’Académie Française, occupé juste avant lui par l’Argentin Hector Bianciotti (1930-2012) et bien longtemps avant par Alexandre Dumas fils, auteur de La Dame aux Camélias, descendant lui aussi d’une esclave haïtienne. Avant lui sur le 18ème fauteuil avait siégé Léopold Sédar Senghor.

« Vaillant :

adj. Qui a de la vaillance, qui est courageux. Une vaillante mère de famille. Un vaillant ouvrier. Un vaillant capitaine. Un peuple vaillant. C’est une nation vaillante. Il signifiait aussi Qui a de la valeur, qui vaut quelque chose; en ce sens il ne s’emploie plus que dans cette phrase : Il n’a plus un sou vaillant, Il ne possède plus rien. »

Elu le jeudi 12 décembre 2013 au premier tour, reçu en grande pompe le 28 mai 2015, il y a donc deux ans tout juste.  A son discours de réception devant la Compagnie réunie en habits verts et bicornes on ne sait si voletèrent en caquetant sous la coupole des poules noires et si aucun chien aux relents de clairin ne se mit à aboyer Barbancourt, on ne sait si le ricanement du cliquetis des béquilles retentit. Mais Legba fut invoqué en plein quai Conti.

« Legba, le dieu du panthéon vaudou dont on voit la silhouette dans la plupart de mes écrits. Sur l’épée que je porte aujourd’hui il est présent  par son vévé, un dessin qui lui est associé. Ce Legba permet à un mortel de passer  du monde visible au monde invisible, puis de revenir au monde visible. C’est donc le dieu des écrivains. »

738_papa-legba

Legba, Papa Legba, Eshu, Esu, Esu-Elegbara, Exu, Eleggua, Elegbara, ce vieillard, gardien des barrières, maître des trois chemins, maître des trois rigoles, ce Très-Bas, à béquille et à chapeau, ses cornes, sa barbichette, son pénis aux allures de baobab, présent par son vévé sculpté sur l’épée sculptée par Patrick Vilaire. Un quadrilatère qui rassemble autour de lui Aimé Césaire, le Martiniquais, Léopold Sédar Senghor le Sénégalais, Léon-Gontran Damas le Guyanais et donc pour conclure la quadrature du carré Dany le Haïtien, et en même temps Dany le Canadien, l’auteur de Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer (1985), devenu le 726ème académicien.

exu
Exu by Jean-Michel Basquiat (1988)

Il aurait pu aussi citer son compatriote René Depestre et une partie de son poème-fleuve  Atibon-Legba, extrait du Journal d’un animal marin :

« Je suis Atibon-Legba

Mon chapeau vient de la Guinée

De même que ma canne de bambou

De même que ma vieille douleur

De même que mes vieux os

Je suis le patron des portiers

Et des garçons d’ascenseur

Je suis Legba-Bois Legba-Cayes

Je suis Legba-Signangnon

Et ses sept frères Karatoulo

Je suis Legba-Karatoulo

Ce soir je plante mon reposoir

Le grand médicinier de mon âme,

Dans la terre de l’homme blanc

A la croisée de ses chemins »

Ou encore Césaire quand il invoque autre part Legba, le dieu de l’intersection :

« Maître des trois chemins, plaise que  que pour une fois  – la première fois  depuis Akkad, depuis Elam depuis Sumer – […] j’avance à travers les feuilles mortes de mon petit pas sorcier » (Oeuvres Complètes 1, 24)

Edouard Glissant dans Monsieur Toussaint, Malemort et  dans son poème Fastes évoque Legba tout comme Patrick Chamoiseau dans Solibo Magnifique et Raphaël Confiant. Alejo Carpentier , le cubain, avait dès 1949 et son  Le Royaume de ce Monde incarné Legba à travers le personnage de Ti Noël.

Jacques Roumain, le haïtien encore, dans Les Gouverneurs de la Rosée avec son personnage Manoel, incarnation lui aussi de Papa Legba.

Derek Walcott (1930-2017), le sainte-lucien, Prix Nobel de littérature en 1992, auteur de l’épopée Omeros (1990) qui transplante l’odyssée grecque dans l’espace caraïbe.

VS Naipaul, de Trinidad, Prix Nobel en 2001!

Mais je m’interroge: aucun auteur guadeloupéen ne figure sur la liste des invités du bal donné en l’honneur de Legba, organisé par Laferrière le 28 mai 2015.

Legba, l’esprit maître de tous les passages, serait-il interdit de séjour en Guadeloupe, boycotté, n’aurions-nous droit qu’à Saint-Pierre !? Sans chauvinisme, s’entend ! Nous aussi réclamons le droit inaliénable au trickster garde-barrières ! « Depuis Akkad, depuis Elam depuis Sumer » depuis 1960 et le Prix Nobel de Saint-John Perse, Alexis Saint-Léger, l’auteur de Pour fêter mon enfance, Images à Crusoë, Eloges, Anabase

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s