Et si on peignait l’Entre-mille-et-une-eaux, hein, au-delà de tout « ordre et beauté, calme, luxe et volupté » ?

Mon espace ce n’est pas L’Entre-Deux-Mondes, ni même L’entre-Trois-Mondes, ce n’est pas le Meilleur des Mondes, c’est le Tout-Monde, c’est L’Entre-Mille-Et-Une-Eaux, definitely , ce n’est ni l’In-Between ni l’Antdézo ! C’est un espace d’immersion, un espace d’aquarelles  entre Caraïbe, Europe, Afrique, Asie  et Amérique et Océanie. Mon territoire est celui des tortues luth ! Il recouvre les terres émergées et immergées et sa capitale se trouve dans le triangle des Bermudes ! On est dans cet espace-là tout sauf une mer uniforme, un ciel bleu limpide, un doux alizé. On a toujours en soi mille et un alizés, mille et une vagues et chacun choisit à chaque seconde de se laisser porter par tel vent déferlant plutôt que telle vague porteuse !

Les Entre-Mille-Et-Une-Eaux sont belles. « Ordre et beauté, luxe, calme et volupté ! » Tous le disent. Qui suis-je pour oser proférer le contraire !? Et l’ordre diffus de la lumière, la beauté virevoltante du cyclone, le luxe plastique de la mer, le calme dévorant des corps, la volupté aride de l’horizon  ont toujours attiré les artistes. Les corps, la lumière, la mer, le vent, l’horizon obligent ! Les peintres de l’Entre-Mille-Et-Une-Eaux  sont des peintres de pleine mer, des tortues luth qui dansent le calypso ! D’où qu’ils soient, vient le jour de leur épiphanie et l’instinct de survie se précipite lentement pour que  pinceaux et  pigments trouvent comment accorder leur vol aquatique dans une palette toujours syncopée au rythme de la mer d’huile.

Mais qui sont donc ces hardis navigateurs de l’Entre-Mille-Et-Une-Eaux !? Il semble illusoire de les classer par nationalité, par genre, par nombre d’enfants, par la côte de leurs oeuvres. je les classerai donc simplement de la manière la plus bête qui soit : par ordre alphabétique de leurs prénoms. Pour simplifier je dirai qu’est marqué à jamais e la marque d’eau de l’Entre-Mille-Eaux quelqu’un qui a consacré au moins 50 tableaux  à la cause de notre patrie. Et s’il n’en a que 40 va-t-on lui jeter l’opprobre et ne pas l’accepter dans la grande famille mille et une ! J’aime ratisser large, je veux dans cette famille tous les lits, les mille et un lits, des avant-lits aux arrière-lits en passant par les entre-lits, les dessous-de-lits et les dessus-de-lits. On n’a pas besoin d’avoir une généalogie sanguine mille et une pour être mille et un même si cela peut aider bien sûr mais il faut pour tout le moins qu’on ait la volonté de tracer sa route  dans plusieurs sous-continents aquatiques et venteux. Avoir des gènes de tortues luth voyageuse, voilà le nécessaire et suffisant  pour pouvoir être mille et un. On peut tout en étant mille et un s’intéresser à la neige qui fond dans la brousse, aux loups qui plongent pour capturer des oursins ou des éponges. On n’en est pas moins mille et un. Etre mille et un c’est un état d’esprit. Une prise en compte du corps et de la lumière, une maîtrise feinte du vent et de l’eau qui, les aquarellistes le savent bien, n’en fera jamais qu’à sa tête. Contre l’eau ou le vent qui déferle on ne peut pas grand-chose. L’aquarelliste, le peintre à l’huile mille et un doit avoir cette première donnée chevillée à sa palette.

Voici donc quelques-uns parmi tant d’autres de mes mille-et-uns préférés :

Agostino Brunias (1730-1796) était un peintre et graveur italien, né à Rome,  basé à Londres qui débarqua un jour à la Dominique sur le coup de ses quarante ans, au faîte de sa carrière en 1770 et  cette île ainsi que  les îles avoisinantes (Sainte-Lucie, Grenade, Barbade, Saint-Vincent, Saint-Kitts) devinrent comme son terrain, sa matière première pour peindre dans la tradition de la vérité historique. art d’échappatoire et de romance. il fixa dans la toile l’image des afro-descendants. on dit qu’il appréciait particulièrement les tonalités différentes des peaux noires. Il adorait cette diversité qu’il sensualise à un tel point que tout paraît parfait, comme suspendu dans un no man’s land entre deux parenthèses du temps. Toussaint Louverture fit faire 18 boutons où étaient reproduites  certaines de ses gravures, tant il les appréciait. Il aimait la vie, Agostino, les gens et moins les paysages. Dans ses tableaux, dans ses gravures, on lave, on se bat, et quoi qu’on fasse c’est l’élégance dans la pose. iI peint la colonisation prospère, riche et tranquille. ordre et beauté, vous dis-je, luxe, calme et volupté. C’est un chroniqueur de l’époque avec un regard de l’époque. On peut y suivre la mode de l’époque selon les classes sociales. Il aimait Gauguin et sa vision primitive des relations humaines. En Italie il peignit des chefs d’oeuvres en péril, de vieilles pierres. Il trouva aux Caraïbes une matière première bien plus malléable. Il meurt à Roseau en 1796 après un retour en Angleterre en 1773. En 1774 on note sur les registres de naissance deux enfants jumeaux Edward et Augustin nés le 1 octobre 1774 de  Louis Brunias et une mulâtresse libre. Agostino et Louis ne faisaient-ils qu’un ?

tumblr_nw7qin1fwb1qb972xo2_1280

 

 

 

 

 

Albert Huie (1920-2010) Jamaïque. influencé par le rastafarianisme, l’éthiopisme te le garveyisme

albert-huie-the-counting-lesson-1938

Alexandre Bertrand (1918-1995) Martinique, France, Canada (1ere épouse roumaine Anca Ionescu)

 

Alice Deenen

alicedeenen

Aubrey Williams (1926)  Georgetown, Guyana. A travaillé avec les indigènes Warrau. sa peinture ressent les influences Olmec, Warrau, Maya

Barrington Watson (1931-2016) Jamaïque

barringtonwatsonanceofthemarroons

Boscoe Holder (1921-2007) Trinidad – Londres (1950-1970) – danseur, chorégraphe, pianiste, peintre

boscoeholder

Camille Pissarro (1830-1903) St Thomas

A16006.jpg

Catherine Théodose (1946)- France, Martinique

Chris Ofili (1968) anglais, Prix Turner en 1998. Depuis 2005 habite et travaille à Port of Spain, Trinidad avec des voyages à Brooklyn NY  et Londres

fdcfa7f18bbf8465726d10f4158da733b1f8a23f

Christopher Cozier (1959) Jamaïque

Colin Garland (1935-2007) Australie. Londres. Arrive en Jamaïque en 1962

Derek Walcott (1930-2017),

dominodw

Dunstan St Omer (1927-2015) Né à Sainte-Lucie. Religieux . Ami de Walcott. Catholique. Part en 1946 à Curacao. Retour à St lucie en 1949. Passe un an à Puerto Rico entre 1961-1962. Peintre religieux qui prie avant de peindre. Le peintre des Madones ! Obsession de la Vierge Marie. Pas très loin de sa signature sur toutes ses oeuvres il y a la mention PLSV « pour la Sainte Vierge ».

 

Elisabeth Colomba () France, Martinique

Esther Griffith, Trinidad

Frank Bowling (1936), Guyana

Frank_Bowling_Texas_Louise_1971_acrylic_on_canvas_282_x_665_cm-lower-res-560x245

 

 

Gesner Armand (1936-2008) Haiti, Mexico, France

Hector Hyppolite (1894-1948) Haiti

Heleen Cornet, Hollande, Saba

heleen-cornet.-

Henri Guédon (1944-2006) Martinique

guedon-la-haut-dan-montagne-la-small

Ibrahim Miranda (1969) Cuba

 

Isaac Mendes Belisario (1795-1849) Cuba

Jean-Marc Andrieu (Martinique)

Jennifer Lewis aka Pepperstorm (1966-2012)- UK, Saint-Vincent, Gambie, Senegal

John Dunkley, 1891-1947 Jamaïque. marin, barbier et peintre. errance au Panama. 1926 retour à la Jamaïque

Jorge Severino (1935) , République Dominicaine

José Bedia (1959) Cuba

Kate Spencer  – Saint Kitts & Nevis, UK,  Florence (Italie)

kate-spencer

Llewellyn Xavier Sainte-Lucie

llewellynxavier

 

Michel-Jean Cazabon (1813-1888) libre de couleur trinidadien, d’ascendance française et martiniquaise. Il ne parlent dans sa famille que français et patois puisque récents émigrés de Martinique. A 15 ans il part étudier à Ware en Angleterre à St Edmunds College où il se familiarise entre autres choses à Turner  et Constable. Il revient à Trinidad à l’âge de 19 ans. En 1837 il part à Paris pour étudier la peinture  aux Beaux Arts sous la direction de Paul Delaroche. Ce ne fut sans doute pas le dernier des bohémiens ! Rattaché à l’école de Barbizon avec Théodore Rousseau, Jean-François Millet, Jules Dupré, Camille Corot, il revient tout auréolé de gloire en 1840 à la Trinidad. Puis c’est l’Italie en 1841-1842. Il se marie à une française Louise Rosalie Trolard avec qui il a trois enfants. Il revient à Trinidad à la mort de sa mère en 1848. Pendant 4 ans il vit séparé de sa femme qui vit en France jusqu’à la naissance de leur dernier enfant en 1852 où elle le rejoint à Port-of-Spain. Il voyage partout dans les Caraïbes et jusqu’en Amérique du Sud,  Grenade, Martinique, Demerara. il les peint tous ! il aime la grande vie, le champagne. En 1862 ils bougent pour la Martinique.   De 1862 à 1870 il vivent  à Saint-Pierre, « le Paris des Antilles » en Martinique. Sa femme meurt en 1885. Il la suit 3 ans après.

 

Paul Gauguin  (1848-1903) France, Pérou, Danemark, Martinique (juin à octobre 1887) – Polynésie – Panama (île Taboga)

Peter Doig (1959) !’écossais , Trinidad, Canada

Pétion Savain (1906-1973), l’haïtien, USA

 

Rafael Ferrer (1933) le porto-ricain part en Virginie aux Etats-Unis dans une école militaire où il étudie la musique, puis retourne à Puerto-Rico  en 1953.
En 1954 il est à Paris et rencontre Breton et Wifredo Lam. En 1955 il déménage à NYC et devient musicien. Il expose ses premières toiles en 1966 à Philadelphie. A partir des années 80 il retravaille la vision tropicale. Pendant 20 ans il va et vient entre les Etats-Unis et la République Dominicaine

Ramon Unzueta (1962-2012) Cuba, Espagne

Sally Stryker – USA, Saint-Barthélémy

sally-stryker

Sheldon Saint (1971) Bahamas

Stacey Byer – Grenade

Wendy Collins (1949) , USA, Saint-Eustache, Sint-Marteen, Saba

 

Wifredo Lam (1902-1982) le cubain, peintre « tropical mais d’où ? » débarque en Espagne à 20 ans. il y restera 15 ans. C’est la quintessence de l’artiste voyageur. A moitié noir, à moitié asiatique, chinois, africain, cubain, espagnol, la santeria, le catholicisme. Sa première femme, une suédoise  Eva et son fils meurent assez vite de tuberculose en 1931. Après la victoire du régime franquiste suite à la guerre civile il part pour Paris. Il y rencontre  en 1938 Picasso et Michel Leiris et à travers eux Braque, Breton, Lévi-Strauss. Il épouse aussi Helena  Holzer dont il divorcera en 1951. 1941 il rencontre Césaire en Martinique lors d’une escale et rentre à Cuba  après 18 ans d’absence. Il rentre ensuite en France où il rencontre une artiste suédoise Lou Saurin qu’il épouse en 1960 à New York. il a aussi beaucoup travaillé la céramique à Albissola en Italie

Le Réveil (1935 La Ventana 1938 Campesino 1926 Fata Morgana 1941 La jungle 1943 (embleme de la culture cubaine) 1944 Le Présent éternel 1944 – un autel pour Yemaya 1944  – Les noces 1947 – Bélial empereur des mouches 1848 – La rumeur et la terre 1950 – sans titre (la brousse) 1958 –

Winslow Homer  (1836-1910): peintre en plein air de Prout’s neck (Maine)

 

shark fishing – Hauling in anchor (Key West) – the gulf stream – Rum Cay – The Conch Divers – West Indian divers – Done in the Bahamas – the water fan – sponge-fishing – after the hurricane (Bahamas) – Fishing boats (Key West) – Sponge fishermen – Bahamas 1885 – The sponge diver – Market Scene (Nassau) – Key West : Hauling Anchor

Homer fuyait la froidure américaine et passait ses sports d’hiver  à pêcher et peindre comme par exemple en 1885 (à Cuba et à Nassau) avec son père et son frère, en 1885-1886 (Floride). Puis avec l’âge il oublia la pêche et se consacra uniquement à l’aquarelle. les voyages eurent lieu en 1890 et en 1903 (en Floride), en 1898 à Nassau, en 1899 et en 1901 à Bermuda. il apprit la sensualité des pêcheurs d’éponges, le balancement des cocotiers, les oiseaux tropicaux, l’eau, la lumière. Ce fut une révélation.

2 réflexions sur “Et si on peignait l’Entre-mille-et-une-eaux, hein, au-delà de tout « ordre et beauté, calme, luxe et volupté » ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s