Invictus

 

INVICTUS

William Ernest Henley

Out of the night that covers me,
Black as the Pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbowed.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Noires comme un puits où l’on se noie,
Je rends grâce aux dieux quels qu’ils soient,
Pour mon âme invincible et fière,
Dans de cruelles circonstances,
Je n’ai ni gémi ni pleuré,
Meurtri par cette existence,
Je suis debout bien que blessé,
En ce lieu de colère et de pleurs,
Se profile l’ombre de la mort,
Et je ne sais ce que me réserve le sort,
Mais je suis et je resterai sans peur,
Aussi étroit soit le chemin,
Nombreux les châtiments infâmes,
Je suis le maître de mon destin,
Je suis le capitaine de mon âme.

Ce poème a fortement inspiré et fortifié Nelson Mandela pendant les 25 ans qu’il a passés en captivité. L’auteur William Ernest Henley a eu la jambe coupée à l’âge de 25 ans et pu vivre plus de trente ans à la suite de cette amputation. Deux destins étranges ! Je me pose tout de même la question en quoi on est maître de son destin quand on est en prison ! Capitaine de son âme, j’en conviens mais maître de son destin ! Accepter son destin de prisonnier, de handicapé, de malade, s’y résigner, est-ce en  être maître ? Nous sommes le fruit de circonstances ! Les trois rescapés de la nuée ardente :

Louis Auguste Cyparis, dit Sylbaris (1874-1929) le prisonnier qui a survécu dans son cachot à l’éruption de la montagne Pelée le 8 mai 1902, en quoi était-il maître de son destin ? En quoi les autres, Léon Compère-Léandre, cordonnier, et la petite Havivra           Dalfrile  étaient il plus maîtres de leur destin. En quoi les presque 30000 les morts sous la lave l’étaient-ils plus ou moins que lui !

Il y a en droit des assurances une notion qu’on nomme act of God. il s’ajoute à des événements sur lesquels l’homme de tous les jours n’a pas emprise, les grèves, un ennemi public, un terroriste par exemple, un incendie, une explosion accidentelle, une inondation, Un act of god est une catastrophe naturelle, un cas de force majeure, un désastre hors contrôle de toute intervention humaine, comme un tremblement de terre, un cyclone, un raz de marée, une tornade, une inondation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s