Antillais à Mayotte, amba jeje ?

ylangylang

Amba jeje ? En shimaoré ça veut dir;e « c’est comment » ? C’est l’expression préférée de Pierre, un guadeloupéen installé à Mayotte qui travaille à Awa Air où un autre antillais travaille aussi. Je viens de faire sa connaissance sur  caraibexpat ! Je croyais savoir  désormais grâce à ses aimables commentaires et conseils que quand j’aurais le petit vague à l’âme je pourrais me replonger dans la marinade antillaise au restaurant l’Antillaise, qui est le QG des Antillais de Mayotte. Malheureusement en arrivant sur place et après en avoir discuté avec de nombreux antillais installés ici force est de constater qu’il n’y a plus de restaurant l’Antillaise à Mayotte, dont acte ! J’ai l’impression qu’il y en a beaucoup puisqu’ils organisent des fêtes. Il y aurait même une association. Je n’en retrouve nulle trace  sur place. Il y a certes des groupes qui se retrouvent ponctuellement pour les chanté nwel ou pour le crabe à Pâques mais à part se retrouver à l’église le dimanche les Antillais sont disséminés sur tout le territoire de Mayotte et ne se réunissent guère.   Leurs congés sont consacrés à retourner en métropole pour garder le contact avec leurs enfants ou leur conjoint ou même à retourner aux Antilles. D’autres en profitent pour découvrir l’Afrique.

Son restaurant préféré le Mawa Snack à Petite-Terre qui fait des brochettes de poisson. Et il recommande à Kani-Kéli, l’une des 17 communes de Mayotte, située au sud de l’île, la Citronnelle, une cuisine revisitée avec de la citronnelle, bien évidemment, pas avec le colombo. Il recommande le sud de l’île, je l’ai bien noté. Finalement Mayotte ce n’est guère que 39 kms de long sur 22 kms de large. Qui sait si en septembre je ne bougerai pas sur Kani-Kéli où il fleure bon la citronnelle ! ou Petite-Terre ! Bon il faudra voir les conditions de transport ! Ce qui a frappé notre ami Pierre au départ c’est le costume traditionnel le salouva, les masques de beauté, le m’sindzano et le nombre impressionnant de mosquées.  Je le sens bien intégré. Il travaille comme technicien en aéronautique et pense évoluer comme pilote.

Je n’ai pas pour habitude de vivre en circuit fermé, dans les ghettos d’expat et cette fois-ci je ne dérogerai pas à ma façon de faire. Ma priorité c’est de me fondre dans le paysage autant que faire se peut, de parler le shimaoré tout en gardant ma personnalité-rhizome. Cela ne va pas m’empêcher de rencontrer des compatriotes guadeloupéens non plus. Mais pour faire mes premiers pas au moins du point de vue gastronomique je me fie à l’avis de ce garçon de Sainte-Rose. Ensuite je ne mangerai que local ! Si une association antillaise existe vraiment il est fort possible que j’en devienne membre, ne serait-ce que pour élargir mon cercle mais j’ai aussi d’autres allégeances, le Brésil, la langue portugaise, l’anglais, la cuisine, l’enseignement du français, le quadrille, la salsa, on verra bien ce qui va primer sur quoi ! Je n’arrive pas comme une tabula rasa, de nombreuses pages ont été écrites dans le livre de ma vie mais je suis bien conscient que chaque voyage est un nouveau départ qu’il faut bien négocier. oh je sais bien que comme tout  il faut faire mariner le pays pour bien le déguster. Je n’ai jamais goûté à l’hippocampe et pas plus à l’ylang-ylang, les deux symboles de Mayotte !

Mais ne croyez pas  que je nage en plein voyage onirique. Je sais aussi que Mayotte c’est un baril de poudre. Et si je l’avais oublié son propre nom en arabe est là pour me le rappeler. Mayotte vient de l’arabe Jazirat al Mawet qui veut dire île de la Mort et est partie intégrante des Jouzor al Kamar qui lui veut dire îles de la Lune ! Je partirai donc incessamment sous peu vers l’île de la Mort dans l’Archipel de la Lune à dos d’hippocampe fleurant bon l’ylang ylang !

Si j’en crois cet article au vitriol mais tout à fait crédible en allant travailler à Mayotte je deviens un néo-colonialiste vil, nul et non avenu. Pour un Antillais qui oncques milita (à un tout petit petit petit niveau du temps de l’Ageg) pour l’indépendantisme de la Guadeloupe, mi chalè, comme on dit chez nous ! Je pourrais argumenter que je suis en mission humanitaire pour aider les jeunes en situation de rupture à dominer le français et faciliter leur adaptation au circuit scolaire français. Je pourrais ! Mais avouons-le ! Quoi que je dise, quoi que je fasse: je suis complice ! Soit ! Je fais donc tout de suite mon mea culpa et qu’on n’en reparle plus ! Mayotte, je ne suis pas digne de te recevoir mais dis seulement une parole et je serai guéri !

Mayotte est comorienne, comme les Malouines sont argentines (bien que les Britanniques les appellent les Falklands et les argentins Malvinas) ! Il y eut en son temps (1982) la guerre des Falklands, j’espère qu’il n’y aura pas de guerre des Comores.

Falklands,_Campaign,_(Distances_to_bases)_1982

Pour comprendre la situation je prends l’archipel de la Guadeloupe qui comprend outre la Grande-Terre( 586,68 km²) et la Basse-Terre (847,82 km²), qui seraient équivalentes à la Grande Terre dite Mayotte proprement dite ou Maoré (363 km²) et Petite Terre dite Pamandzi (10,95 km²) et   des dépendances que sont Marie-Galante (158km²), Les Saintes (Terre de Haut et Terre de bas)(14,3 km²), et la Désirade (21,42 km²)! Ces dépendances guadeloupéennes font face aux 3 îles soeurs de Mayotte Mohéli, Grande Comore et Anjouan ! Je rappelle, pour le principe, que la Guadeloupe a été dépecée récemment de deux de ses dépendances Saint-Martin et Saint-Barthélémy qui sont devenues des collectivités territoriales d’outre mer indépendantes de la Guadeloupe, mais toujours dépendantes de la France. Je ne sais pas si ce démembrement est une bonne chose ou non. L’avenir nous le dira… Je dis ça, je dis rien ! Mais imaginons que les trois dépendances fassent sécession de la Guadeloupe j’imagine le branle-bas de combat. Imaginez que la Basse-Terre fasse sécession de la Grande-Terre ou vice-versa. Imaginez que Marie-Galante devienne  Mayotte ! Moi par exemple j’ai des ancêtres originaires de Marie-Galante et d’autres de Basse-Terre. J’essaie de mettre en lumière les dépendances et interactions affectives, héréditaires qui peuvent exister entre nos îles caribéennes. Il n’est pas rare en plus de ces dépendances rapprochées que nous en ayons d’autres plus larges avec par exemple Sainte-Lucie, Antigua, Saint-Vincent, Montserrat, la Martinique, la Dominique, Haïti qui sont nos voisins immédiats. C’est un peu le même problème que celui qui se passe en Guyane où d’un côté du fleuve on est brésilien, de l’autre français, plus haut on est au Guyana, plus bas du Surinam. Mais en fait ce sont des peuples du fleuve. C’est ça leur unité. C’est aussi comme les Coréens du Sud et du Nord qui sont en fait le même peuple. Et autrefois les Vietnamiens du sud et du nord et les Allemands de l’Est et de l’Ouest. Je ne résiste pas à vous faire partager un dessin que j’ai retrouvé sur un site mahorais et qui m’a interloqué.

republique antillaiseBon, la banane n’est sans doute pas du meilleur goût ! (on aurait pu mettre une banane plantain, une figue jaune ou un poyo) mais le message y est : république antillaise égale république bananière. Big ups à tous les indépendantistes de service qui me suivent dans ce large monde ! Il y a d’ailleurs une compagnie qui fait la liaison en ferry-boat entre les Comores au sens large entre Grande-Terre, Petite-Terre, Anjouan, Mohéli et Moroni et en particulier de Petite-Terre et Anjouan qui se nomme Marie-Galanta. Le monde est petit.

Je disais donc que Mayotte est certes nommée île aux parfums mais qu’il faut compléter avec la locution mort pour être parfaitement en adéquation avec la vérité linguistique et socio-politique. Donc je corrige  les deux expressions qui deviennent désormais Mayotte, l’île aux parfums de mort ou Mayotte l’île de l’hippocampe mort ! Comores, archipel de la Lune. Moi originaire de Karukéra, île aux belles eaux, il va falloir que je navigue désormais entre mort, lune, hippocampe et parfums d’ylang-ylang. Mais je suis paré : voyez mon nom: Baltimore. J’ai la mort en moi depuis  au moins 1848. 7 ans après que la France achète Mayotte.

Je plaisante et il ne faut pas trop plaisanter avec la mort. Surtout comme dans mon cas personnel quand elle plane l’air de rien en sifflotant Oh Happy Day ! Je vais atteindre en octobre l’âge auguste du semeur. 65 ans. J’entrerai à Mayotte dans le club très fermé des 4% de ceux qui ont réussi à atteindre cet âge fatidique. Je sais qu’il y a un grand respect pour les seniors en Afrique et aussi à Mayotte, je sais que je serai donc bien traité. Ce qui inquiète mes proches c’est ma santé et les infrastructures locales. Insuffisance rénale et Afrique, c’est l’éternel refrain, est-ce compatible ? Il y a certes un hôpital à Mamoudzou mais est-il compétent en cas de complication qui nécessite une hospitalisation ? Généralement un petit problème et c’est évacuation sanitaire vers la Réunion ! Ne devrais-tu pas en discuter avec ton médecin ? La qualité de l’eau est un problème et il faut que tu boives beaucoup ! Je suis de nature optimiste.  J’ai évoqué les dépendances mahoraises : si j’ai un pépin il y a d’abord l’hôpital de Mamoudzou, si c’est plus grave on va me rapatrier à la Réunion, si c’est encore plus grave on me fera un petit rapatriement sanitaire en métropole et s’il le faut encore au pire on me fera un petit enterrement sous les vingt-quatre heures enveloppé dans un linceul et jeté en plein terre au cimetière local comme le veut le rite musulman ou mieux on me jettera à la mer comme j’en ai fait le voeu solennel oral et écrit à tous mes proches. J’en profite pour réitérer le voeu au cas où ces volontés auraient échappé à quelques-uns: quand je mourrai, prenez un kwassa-kwassa faites un mile nautique dans le lagon et jetez moi à l’eau. Et bonne continuation. Je ne sais pas nager : au moins j’aurais réussi ce défi, mort puisque je ne l’ai pas réussi vivant. Et pas de prières inutiles pas de salamalecs autour de mon corps, siouplé ! Buvez un verre ou deux ou plus si c’est nécessaire, zouké, woulé, maté, sauté-matez ce sont mes dernières volontés que je vous redonne sans frais de notaire au cas où vous auriez oublié. Alzheimer frappe de plus en plus jeune et je risque moi-même d’oublier, lol !

Attention je n’ai pas dit que j’étais encore prêt pour ce dernier voyage. Je dis bien : au cas où ! Détrompez-vous, vous n’hériterez pas tout de suite encore de mes vieux os ! Feu mon père, feu mon époux, feu mon frère, feu mon fils, feu mon oncle. Ce n’est pas encore d’actualité. Je suis juste en phase de prospection, d’analyse ! J’ai un business plan qui va me mener, je l’espère, jusqu’à 77 ans, un mois et 19 jours, l’âge auquel est décédé mon auguste père. Il me reste donc un peu plus de 12 ans.  Je me place dans une prospective à termes de six ans et douze ans ! On fera un nouveau bilan vers la Toussaint  2023 puis à Noël 2029 ! D’ici là vogue la galère, avec de petites évaluations-dévaluations-réévaluations-surévaluations annuelles, comme il se doit  ! J’aborderai donc, c’est décidé, ce nouveau plan dodécannuel de ma vie sur l’île de la Mort, archipel de la Lune. Voyage onirique, s’il en est ! Je ne me fais pas trop d’illusions, nous sommes le jouet des circonstances, j’essaie d’intervenir dans le cours de mon existence toujours avec en tête l’expression autant que faire se peut ! Certes ce n’est pas aux vieux macaques singes qu’on apprend à faire la grimace, j’ai mes limitations, mes a-priori, mes faiblesses, mais le marcassin voyageur que je suis est bien conscient que dans tout voyage, et celui-ci ne dérogera pas à la règle, c’est non seulement un pas vers l’Autre que l’on fait mais aussi un pas vers soi-même ! C’est l’Autre qui révèle en nous notre « self », notre essence, notre vrai soi qui en termes junguiens contient entre autres les notions d’ombre, persona, anima, animus, inconscient collectif, inconscient personnel, processus d’individuation !

mayotte

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s