personnalité rhizomatique, c’est-à-dire systématique, anankastique et en même temps bordélique

RTEmagicC_comores.jpg

Youpie ! Je viens de passer mon auto-test. Je suis rhizomatique. Je rencontre tous les critères diagnostiques de ce trouble de la personnalité qui n’appartient qu’à moi, tout seul, nan, et qui est caractérisé par une préoccupation pour les racines en tous genres, les feuillages, l’ailleurs, toujours renouvelé, un fort complexe maternel et une tendance à l’embonpoint et la calvitie, le tout mâtiné à quelques traits systématiques,  quelques autres anankastiques, et en même temps compliqué de troubles épars de la personnalité obsessionnelle-compulsive, le tout sur un large fond bordélique. Je suis rhizomatique !

Ah quel soulagement ! Et moi qui flippais inutilement. Je croyais à une régression des symptômes ! Je me regardais comme on se regarde avant de voir son poids apparaître sur la balance après une longue diète. Avant chaque voyage certains font un checkup total qui passe des dents aux viscères. Moi la seule chose qui importe ce n’est pas la santé mentale, c’est le trouble mental, c’est cela qui conditionne tout mon être ! Selon les psychologues est atteint d’un trouble de la personnalité toute personne qui dévie d’un comportement dit normal. Vu sous cet angle là, je suis anormal à la puissance 10. Quelle jouissance !

Car je fuis la normalité comme d’autres fuient la gangrène ! il m’arrive certes de faire des diètes de normalité, ah ah ces magiques instants pèpère où l’on peut goûter voir si le vin est bon, têter à la mamelle la dive  bouteille de la normalité, pour voir comment c’est, comme on goûte du bout des lèvres un mets venu d’ailleurs qu’on ne connaît pas. ( Venez cher ami, servez-vous de ce merveilleux breuvage qui nous vient de l’autre côté du monde et qu’on nomme liberté, mais n’en buvez pas trop car la liberté désaltère certes mais peut aussi bien griser, n’en abusez donc pas, n’en consommez qu’avec modération car comme on dit  la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres. ). Oui, j’y ai goûté pour la forme ! Juste pour ne pas mourir idiot. eh bien oui c’est vrai, je l’avoue, j’ai goûté à la normalité, chevalier sans haine et sans reproche, parfois comme on goûterait à un ragoût de sauterelles mijoté sur un feu de bois ou à un consommé de chien aux fourmis folles, qui sont des gourmandises fort normales dans certaines contrées, vous en conviendrez ! Vous comprenez mieux maintenant pourquoi j’aime à intervalles réguliers changer de pays, changer de sphère, changer de conditionnement, changer de liberté, je peux ainsi me mélanger les pinceaux entre mes points cardinaux. Je vous accorde qu’il est difficile de me suivre à la trace. Il faudrait la patience d’un lévrier de haut pedigree spécialement dressé pour la chose, capable de fleurer à 20 mètres les réminiscences de gombo et de corossol dans un jus d’avocat sucré au piment doux pour parvenir à retracer mes transhumances. Il aurait beau humer la plante de mes pieds les pistes se brouillent en mille fulgurances. Normal, je suis rhizomatique !

Je ne souffre pas, c’est extraordinaire ! Mon mode de fonctionnement est incolore, inodore sans scrupule! Il ne figure même pas sur les traités de psychologie qui ne citent que six troubles de la personnalité. Je suis le septième à moi tout seul. Non seulement je suis rhizomatique mais je suis LE rhizomatique ! Le point, la virgule, le tréma, le point final du rhizomatique majuscule !

Cela m’a pris dès la fin de l’adolescence. Je n’avais pas encore atteint l’âge adulte (d’ailleurs je ne l’ai toujours pas atteint). Mon père me disait alors désabusé en secouant la tête. « Je vais voir quand tu mettras du plomb dans ta tête ! » en fait dit comme ça ce n’est pas très savoureux . Il disait exactement ceci : « misyé janmari, an ké vwè ki jou ou ké fouré plon an tètaw ! » Il voulait que je me fourre du plomb dans la tête. Et moi son plomb ça me faisait penser au fil à plomb du maçon, au fusil du chasseur chargé de balles et au plomb du pêcheur. Ca me faisait rire ! « Ri tout ri aw, an pé ké jen konprann mannyè aw ». Ris de tout ton corps, je ne vais jamais comprendre tes manières ». Alors que je lis aujourd’hui sur le site ma beauté chimique que même dans le rouge à lèvres il y a du plomb et que c’est nocif pour la santé ! Papa, j’étais rhizomatique, tu vois ! Je n’ai pas une tête de plomb ! C’est grave docteur ?

Une réflexion sur “personnalité rhizomatique, c’est-à-dire systématique, anankastique et en même temps bordélique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s