Mes pieds sont des couteaux quand la demi-lune bantoue épluche mes défenses

Lutte dansée ou danse luttée, je ne suis pas à proprement parler ce qu’on pourrait appeler lutteur de danmyé, je ne suis pas danmyétiste, mais j’aime faire partie de la liturgie de cette lutte dansée au son des choeurs, des tambours et des claquements de main. Je chante avec les choeurs, je danse, je feinte, je fais bligidi, je fais flot, appelez moi majorinn d’opérette si ça vous chante (je sais je ne fais pas illusion avec mon gros boudin)  chanter presque en transe « Mayo Mayo pa volé mango, si’w volé mango Mayo » ! chantez Ti Emil; chantez Yéyé, chantez Ysmin !

Laissez cette mangue greffée me distiller sa musique dans le corps, laissez ce mango fil m’éplucher les défenses que je puisse entrer dans la ronde infernale de cette danse et ce combat ! Je suis bantou. Misyé Edwa ba mwen lajan mwen ! Je suis gwoka ! Je danse sur une barrique, un fût gros-quart, rempli de salaisons et d’épices, chaque rythme me nourrit plus qu’une livre de viande salée. Des bwa fouyé surgissent Vélo, Kawno, Konkèt,  et leurs 7 couleurs: lewoz, toumblak, mendé, graj, kaladja, woulé, padjanbel !

La-bas du côté de l’Angola à Mumuila dans la province de Mwila, ou ailleurs au sud dans la province de Benguela l’arc musical m’bulumbunba se joue à l’horizontale. Là-bas à Salvador le même arc s’appelle berimbau et se joue à la verticale tout comme au nord de l’Angola où cet arc se nomme hungu. Ici  la corde est de crin ou de liane, là en fil de fer mais d’un côté ou de l’autre c’est l’âme bantoue qui est à l’oeuvre. En Jamaïque cette âme bantoue c’est le bangran ou le machete, à Trinidad c’est le stickfight ou le Calina , en Guadeloupe le majolè et le gwoka, en Martinique le danmyé ou ladja, partie intégrante du bélé et à la Reunion le morengue, issu du morengy de Madagascar. Je  suis filho de Bimba et filho de Pastinha, je ne fais pas de jaloux, la capoeira qu’elle soit régionale ou Angola, qu’elle soit engolo, la capoeira originale bantoue, quel qu’en soit le maître: Besouro, Cabelo ! Quelle que soit la langue, je me retrouve dans ces expressions de résistance qui cumulent danse, rite et lutte comme dans capoeira où il y a KA, présent lui aussi dans le gwoka !

Ouvrez la porte, j’entre dans le jeu ! Laissez monter en moi Kalunga, ma mer intérieure, le flot de la  ginga, c’est ma respiration, ma transpiration, mon inspiration sous le haut patronage (certains diront la sainte protection)  de la demi-lune bantoue qui ne se révèle entière qu’à ceux qui entrent dans le cercle magique de la ronde ! J’aime beaucoup cette chanson de Carlinhos Brown jouée dans cette version simplement au berimbau et qui montre qu’au delà de la capoeira il ya un rite. Une liturgie ! Une illumination ! En effet à la fin du morceau l’orixá Ogum est invoquée ! Je me contenterai quant à moi d’invoquer la protection de la demi-lune bantoue syncrétisée le 10 août par saint Laurent quand j’entrerai  dans le tourbillon de la ronde de l’Océan Indien ! Pourvu que dans la transe elle m’apparaisse à moi aussi pleine !

 Meia Lua Inteira sopapo

Na cara do fraco

Estrangeiro gozador

Cocar de coqueiro baixo

Quando engano se enganou…

São dim, dão, dão

São Bento

Grande homem de movimento

Martelo do tribunal

Sumiu na mata adentro

Foi pego sem documento

No terreiro regional…

Uera rá rá rá

Uera rá rá rá

Terça-Feira

Capoeira rá rá rá

Tô no pé de onde der

Rá rá rá rá

Verdadeiro rá rá rá

Derradeiro rá rá rá

Não me impede de cantar

Rá rá rá rá

Tô no pé de onde der

Rá rá rá rá…

Bimba birimba a mim que diga

Taco de arame, cabaça, barriga

São dim, dão, dão

São Bento

Grande homem de movimento

Nunca foi um marginal

Sumiu na praça a tempo

Caminhando contra o vento

Sobre a prata capital…

Uera rá rá rá

Uera rá rá rá

Terça-Feira

Capoeira rá rá rá

Tô no pé de onde der

Rá rá rá rá

Derradeiro rá rá rá

Verdadeiro rá rá rá

Não me impede de cantar

Rá rá rá rá

Tô no pé de onde der

Rá rá rá rá…

Uera rá rá rá

Uera rá rá rá

Terça-Feira

Capoeira rá rá rá

Tô no pé de onde der

Rá rá rá rá

Verdadeiro rá rá rá

Derradeiro rá rá rá

Não me impede de cantar

Rá rá rá rá

Tô no pé de onde der

Rá rá rá rá…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s