Un demi poulet et three horses

.icjcç ’.

As

C’est mon menu du dimanche midi. Je viens pourtant d’acheter chez une malgache du beurre, du Nescafé soluble et de la bière importée Three Horses. Une bière hollandaise importée de Breda. Bon je sais bien que Breda rime avec bredes mais de là à localiser la bière, je trouve un peu fort. Enfin je suis heureux comme un roi. La bière du dimanche c’est sacré. D’autant plus qu’ici règne la loi islamique en matières d’alcools et spiritueux qui ne peuvent pas être vendues après une certaine heure le soir et qui sont interdites à la vente du dimanche midi au lundi 8 heures du matin. Bref il suffit de stocker et faire des provisions. J’ai vu un peu partout des cadavres de ces bières débordant des poubelles. On consomme c’est sur mais en douce. Aujourd’hui j’ai décidé exprès d’acheter ma bière à 12h30. Désobéissance civile n’est pas un vain mot. J’ai donc pris ma canette, mon kilo de riz, mon beurre et mon Nescafé soluble. Et à 100 m de la, contrôle de police. Ils ont ramasse en cinq minutes trois sans papiers qui me font penser à mes Three Horses. Je pense qu’il y a des gens qui dénoncent car tous se ressemblent qu’ils soient antillais, africains, comoriens, malgaches, mahorais, reunionnais. La dénonciation est une arme implacable. Tout cela s’est passé dans le calme. La foule a assisté atone, apathique. Tout le monde s’en fout. Tant que cela ne tombe pas sur moi, doit on se dire, pas concerne. C’est très simple la procédure. On vous demande vos papiers, vous ne les avez pas, vous êtes suspect. On vous embarque menottes aux poings, sans violence mais avec fermeté. N’evoquez pas d’excuse. Moi au fait il faudrait que je me balade avec mon passeport et mon permis de conduire car ma carte d’identité a été annulée et si je suis contrôle avec je risque d’y passer moi aussi. Alors pour me venger des poulets cowboys j’ai mangé mon poulet jusqu’à l’os et j’ai bu ma bière en l’honneur  à des trois chevaux. Voila trois horses qu’on n’achèvera pas au moins. Comme le dit si bien mon nouvel vieil ami Benoît de la Réunion. À la base tout le monde ici est malgache. L’immigration illégale ici est une réalité comme en Guyane Française. J’ai vu des enfants de dix ans et plus se baigner nus dans la mer et ensuite se rhabiller et rentrer dans leur Banga, le mot local pour favela, bidonville. Je n’ai jamais vu autant de tôles au kilomètre carré. Je n’ai jamais entendu autant de versets jaillir des hauts parleurs. Au détour de chaque ruelle sous la tôle et les planches de bois ou les parpaings surgit un lieu de priere. J’entends s’élever les versets chantes à la gloire d’un dieu  dont je ne sais presque rien sinon qu’il s’appelle Allah et que Mohammed est son prophete. J’ai déjà localisé deux  à mosquées rien que dans mon quartier. Plus deux autres dans le quartier de M’Gombani. Il y aussi d’autres locaux qui ne paient pas de mine mais d’où sortent des enfants avec  à tous un Coran à la main

Je m’habitue à ce bourdonnement vibrionnant de prieres. Des rues, des escaliers, des ruelles jaillissent de nulle part et le miracle c’est qu’on arrive toujours quelque part par un raccourci. J’entends scier, clouer en permanence dans cet univers de parpaings de graviers d’ou surgissent une ribambelle d’enfants qui malgré tout trouvent du temps pour jouer aux billes.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s