Fumar es un placer genial, sensual

http://www.dailymotion.com/video/x2rjdr

Je ne fume pas même si j’aime le tango argentin des années 50. Fumando espero est un bel hymne aux fumeurs qui a fait un tabac à travers le monde et la voix de Sarita Montiel y est forecement elle aussi géniale et sensuelle quoi que je doute qu’elle ait jamais fume. J’ai autrefois fume : pour la dernière fois c’était vers 1982, il y a 35 ans. Celle qui partageait alors ma vie fumait et m’enfumait du soir au matin, alors un jour pour lui rendre la monnaie de sa pièce, j’ai acheté un paquet de Boyard mais dont l’odeur la repulsait. Ce fut ma dernière cigarette. Avant cela de temps en temps j’achetais quand j’allais danser un paquet de Benson and Hedges, que je laissais trainer négligemment sur ma table dans les soirées cool. Parfois je feignais d’en fumer une mais je n’ai jamais avale de fumée de ma vie. Fumer est un plaisir génial, sensuel dit le tango. À chacun ses plaisirs. Moi j’aurais tendance à dire danser est un plaisir genial  , sensuel. Par contre associer le mot cigarette ou tabac au mot Coelacanthe me chagrine un peu. 

Il y a ici à Mayotte une marque de cigarettes comorienne appelée Coelacanthe (prononcer selakant). Le coelacanthe est un poisson préhistorique qui vit dans les grands fonds entre 100 et 400 metres. Il y en aurait encore 300 aux Comores. Lier cet animal au tabac n’est pas très heureux d’autant plus qu’il a pratiquement disparu de la face du globe. On ne l’a guère vu que quand il est tombé dans les filets d’un pêcheur, indonésien sud africain ou comorien. On pourrait croire que ce coelacanthe pourrait devenir un symbole national de survie, lui procurant une empreinte écologique forte synonyme de plus value économique. Il n’en est rien. Cet animal qui a à peu près ma taille et mon poids n’est considère peu ou prou que comme un vieux fossile, qui enthousiasme certes la communauté scientifique mais qui ne suscite guere les passions chez les Comoriens.

 Je sais que l’équipe nationale de football des Comores s’appelle les Coelacanthes.

Mais j’ai bien peur qu’un jour outre les cigarettes de contrebande, Coelacanthe mais aussi Diamant et Hamdane produites aux Comores par des industriels chinois comme la SGO Société Groupe de l’Ocean qui en principe ne sont vendues qu’aux Comores au tarif de 2 € mais qui inondent le marché mahorais, on nous propose chez le poissonnier un de ces jours du filet de coelacanthe fume . Un fumet rare, un filet de fossile ça doit avoir une valeur marchande.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s