Fleur de jasmin à la boutonniere


À un croisement de M’Tsapere une dame d’âge mur vend des bananes vertes, des piments. Rien de très spécial. Il n’y a pas un coin de rue ou ne se trouve une revendeuse ou un revendeur pour vous proposer des aller retours gastroniques entre la terre et la lune. Moi je cherche toujours la perle rare : le gombo. Mais voilà que je découvre que cette femme vend des cacahuettes grillées. Les pistaches en cornet de mon enfance. C’est combien madame? 20 centimes! Donnez m’en un alors ! Elle m’en rend deux ! Eh madame les cacahuètes ça donne trop de force. Un seul me suffira. Tu veux me tuer? Elle rit et me montre les sikakoko. Mondyesegnielaviergemariepleinedegrace, ah mais je retombe dans le fondoc du fondoc de l’enfance. Madame on est où ici? C’est Mamoudzou ou Basse-Terre ? Tu veux goûter? Non je connais le goût , un autre jour….Je pars au supermarché acheter de l’eau glacée mais je ressors avec un coca. Une heure après je repasse devant elle pour rentrer chez moi et elles sont maintenant trois. Deux femmes mures comme des fruits à pain bleus et la fille de celle qui m’a vendu les pistaches. Elle étudie la physique chimie, elle est en terminale et veut partir étudier en métropole la médecine ou les sciences infirmières. Les deux femmes fouyapen sont en train de tisser entre elles de petites fleurs de jasmin pour en réaliser une toute ronde. C’est un travail minutieux qu’elles exécutent avec dextérité, assises sur un banc, tout en parlant de tout et de rien, tout en continuant de vendre leurs bananes et piments. C’est combien? 50 centimes. J’hésite. Je n’ai vu aucun homme portant fleur depuis que je suis ici. Moi je veux m’intégrer pas me ridiculiser. Je me sais observé, disséqué, analyse, soupese. La future étudiante me rassure. « Les hommes portent ainsi » et saisissant une épingle de sureté me l’attache à la chemise. Oui mais ce parfum enivrant mademoiselle, il ne va pas disparaître? Non même quand les fleurs se fanent l’odeur persiste et signe. Et me voilà qui déambule entre les ruelles de M’Tsapere comme un coq en pâte avec une fleur de jasmin epinglee à la boutonniere.