Inch Allah

Inch Allah, ici à Mayotte, se Deus quiser au Brésil, s’il plaît à Dieu, aux Antilles, demain est toujours laissé au bon vouloir, au caprice du Roi. Appelez ce roi Allah, Dieu, Deus, Bondye, God be change rien à l’affaire. Demain ne nous appartient pas selon les croyants, nous ne sommes que des fetus de paille entre les griffes des Éternels et Tout-Puissants. Du foetus au tombeau notre destinée serait tracée au scalpel par des dieux ex machina qui se joueraient en parties de dominos ou de chamboule-tout nos destinées. Demain, amanhã, tomorrow, domani serait donc du domaine de l’imprévisible, de l’inaccessible, de l’inatteignable, de l’indicible, du divin. 

C’est sans doute pour cette raison, cette appartenance au divin, que demain s’est fait la spécialité des devins, des oracles, des liseurs de bonne aventure, des marabouts, des gadedzafe, des voyants, des cartomanciennes et des pythies. Demain nous disent-ils tous en choeur est inscrit dans les lignes de votre main, dans le marc de café, dans les coquillages, les fameux búzios, dans les aléas jacta est, dans les volutes de fumée, dans les vapeurs d’alcool, dans les cartes, dans les astres et la conjonction des lunes et des planetes. 

Demain selon d’autres est lié intimement à nos gènes, à nos chromosomes, ceux hérités de nos mères, ceux hérités de nos peres. Tout serait dessiné, planifié, soigneusement mis en archive avant même notre conception.

Autrefois tout souverain qui se respectait avant de prendre une décision quelconque ayant trait au futur ne manquait pour rien au monde de consulter les augures. On faisait appel au chaman en charge, au druide, au sorcier , au mage de service et après avoir sacrifié bouc, veau, vache, donzelle ou donzeau a la divinité dominante du lieu pour lui offrir un bol de sang bien frais on en consultait les entrailles. Oui on devait décider si elles étaient de bon ou de mauvais augure. Et malheur au devin voyant magnetiseur qui se trompait dans ses prédictions.

Moi je me plais à penser que chaque être humain est nourri par ses propres cycles irrationnels. Appelez ces cycles dieux ou démons, esprits, elfes, peu importe. Moi je les nomme cycles irrationnels. Ce sont des moments saisonniers qui reviennent en boucle dans notre vie toujours aux mêmes périodes de l’année. Moi c’est février et septembre. Ce sont des phases cycloniques ou demain n’a plus de sens car hier et aujourd’hui se battent en duel dans un calme impressionnant au milieu de l’oeil du cyclone.

Dans la mesure ou demain défie toutes les logiques, je me plais à vivre aujourd’hui pleinement. Je ne thesaurise pas mon futur. Je peux en dresser quelques esquisses mais aussi vite que je les ai esquissees je les efface et je je laisse mon crayon tracer des signes cabalistiques qui a vue d’oeil ne sont guère que des gribouillis mais qu’avec le temps j’ai appris à décoder et à re signifier.

Et pour paraphraser Rosemonde Gérard dans son poème à Edmond Rostand et en même temps Jacques Faizant et ses amoureux à l’ancienne qui se becotent sur   les bancs publics je dirai ceci à ce fameux demain intouchable si séduisant, lointain et secret: je t’aime aujourd’hui bien plus qu’hier et bien moins que demain.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s