Je me sens chez moi dans le monde entier, partout où il y a des nuages

Rosa Luxemburg, 1871-1919, théoricienne du Marxisme, qui parlait le russe, le polonais, l’allemand et l’hébreu disait cette phrase à propos des ghettos. « Je me sens chez moi dans le monde entier, partout où il y a des nuages, des oiseaux et les larmes des hommes ».

Je reprendrais bien cette phrase à mon compte en prenant soin d’y ajouter un ingrédient les gombos et d’en modifier un autre: les larmes. Cela donne donc: je me sens chez moi dans le monde entier, partout où il y a des nuages, des oiseaux, les larmes de rhum et les gombos.

Eh oui je ne suis pas marxiste. Nobody’s perfect, right ! Vous vous en doutiez, non?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s