Jasmin, bougainvillées et épingles à nourrice

Colliers de fleurs, broches de fleurs. Feuilles, fleurs et bractées, parent et embaument tout. Jasmin (Jasminum officinale), ylang-ylang (Cananga odorata), frangipanier (appelé ici n’gayabe), patchouli, basilic, bougainvillée tout concourt aux fragrances subtiles, odorantes et capiteuses que flaire immanquablement le visiteur.

Pour confectionner une broche de fleurs c’est tout un art de patience et d’adresse. Il faut bien 5 minutes et un nombre incalculable de petites fleurs de jasmin. Pour un collier on peut faire alterner les couleurs et les senteurs en fonction de l’événement. Lors d’un mariage par exemple des colliers fort différents sont confectionnés selon qu’ils vont être portés par le marié, la mariée, la belle-mère, les témoins, le beau-père. Si vous revenez de pèlerinage de La Mecque vous aurez droit à votre collier, tout comme à votre arrivée à l’aéroport. Si vous êtes un personnage important, un fundi par exemple, vous n’y échapperez pas.

Et, cerise sur le gâteau, le jasmin est dit aphrodisiaque. À porter à la boutonnière en broche avec modération, donc.

 Il  y a pourtant aussi à Mayotte une fleur que je trouve fort belle et qui tapisse les clôtures et les cimetières, c’est la liane corail (Antigonon leptopus): personne n’en tresse des guirlandes, nul ne la porte ni en collier ni en broche.

C’est bien dommage même si on la dit grimpante et envahissante. Chaque fois que je vois cette liane corail en plein jour il me semble que la lune qui sommeille dans son jardin chuchote des mots doux aux étoiles tout en dansant le mérengué.