Romazava à la madagwadabra

016

Le romazava est un plat malgache. Il vous faut comme ingrédient des brèdes mafane (ce sont des feuilles et des fleurs jaunes qui piquent un peu aux lèvres, la feuille existe au Brésil, d’ailleurs on appelle cette plante aussi cresson du Para et est trés consommée ans les etats du Para et du Amapa)), de la viande de zébu, et puis les épices habituelles, oignon, gingembre, sauce tomate, sel, poivre, jus de citron, persil arabe (ou coriandre vert), cives. 

L’apparence générale dans la tradition malgache c’est une sorte de pot au feu clair. Le plat est servi avec du riz blanc et de la sauce piment ! On peut aussi accompagner d’un rougail tomates ! Moi j’aime le calalou fait à base de feuilles de dasheen (taro, majimbi ici à Mayotte) et de gombo et je peux y ajouter au choix du crabe, des palourdes, des écrevisses, des lambis, des crevettes, du poulpe mais voilà il y a un hic cela va faire trois mois que je suis en manque. J’ai tout juste eu droit à un gombo il ya un mois environ et un crabe dans les mêmes zones. Comme je vois tous les jours en rentrant chez moi des vendeuses de rue me proposer des feuillages et en particulier des brèdes mafanes, j’ai décidé, ne vous en déplaise, de faire une romazava-calalou de brèdes mafanes, où à défaut de grives je mettrai du merle! et cela donne un romazava à la madagwadabra (avec des influences mada, gwada et brabra)

Le merle en l’occurrence se nomme chou, carotte et colombo et clou de girofle et bonda manjak !

Bon, l’idéal pour un romazava-calalou serait de mélanger quelques feuillages comme pour un bon calalou.

Si vous avez des feuilles de moutarde, des feuilles de cresson (anadraho, cress), de roquette (aragula, rucula) ou même des fanes de radis, des feuilles d’épinards à défaut de feuilles locales comme les brèdes mafanes (anamalaho en malgache, Acmella Oleracea, cresson du Para, paracress, jambu), anamamy (malabar spinach en anglais, épinard de malabar, Basella Alba), , essayez les.

On peut aussi imaginer un bréde mafana végétarien auquel cas je remplacerai le boeuf par des lentilles et du lait de coco ! Et voilà le tour est joué ! On peut aussi faire un romazava avec du poisson fumé (the best selon moi) du marlin fumé, du thon blanc fumé, oh la la ! Voire du poulet fumé, du jambon fumé, bref vous comprenez, hein ! !

L’idéal serait d’y ajouter des piments végétariens quoi que le cresson du Para (appelé jambu au nord du Brésil) a tendance a faire pétiller votre bouche et rendre vos lèvres un instant insensible. D’ailleurs en Amazonie et dans les états du nord du Brésil il y a un plat célèbre appelé pato no tucupi (canard au tucupi ou les feuilles de brèdes mafanes sont indispensables avec le tucupi, qui est du jus de manioc, goma de mandioca appelé aussi en Guyane kasilipo) et un autre nommé tacaca. On considère le jambu comme un aphrodisiaque féminin, il fait frétiller les langues et on a même une cachaça de jambu. Pour que le jambu garde ses propriétés il faut qu’il soit consommé aussitôt après avoir été cuisiné, sinon il perd ses caractéristiques

On peut servir à la malgache avec du riz blanc ou à la brésilienne avec de la farine de manioc ou à la mahoraise avec du fruit à pain rôti, ou des bananes rôties ou du manioc rôti ou à la française avec des pommes de terre ou des patates douces  rôties, ou carrémént à la gwada avec des dombrés au colombo! The choice is yours, breda !

Une réflexion sur “Romazava à la madagwadabra

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s