Soy salsero loco si señor

Il y a quelque chose qui m’intrigue dans mon parcours. J’adore la salsa et pourtant à part mes années à New York entre 1973 et 1975 et un passage d’une journée en excursion à Puerto Rico il y a plus de 55 ans je n’ai jamais mis les pieds sur une terre de salsa. Ni Cuba, ni La Republica Dominicana, ni Colombia ni ni ni ni ! Etrange pour quelqu’un qui se clame salsero haut et fort !

C’est mon père qui m’a inculqué le virus ! Je sais qu’il avait les disques et qu’il dansait le merengué, le cha cha cha tandis que ma mère  c’était plutôt les boleros et les biguines. Un héritage caribéen tout à fait singulier.

D’un côté le bolero Amor, amor amor de Julito Rodriguez ou El reloj de Los Tres Caballeros , Mienteme de Los Ruffino

Je ne me souviens pas tout ce que j’entendais en Guaeloupe mais je me souviens en métropole de Luis Kalaff,

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s