Décembre c’est le mois du donbré en toutes sauces

Allez enfin décembre pointe le bout de sa langue et voilà que soudain je commence à saliver. C’est le mois du donbré en toutes sauces. Eh oui que croyez-vous? J’ai mes 31 recettes de donbré, compè man ! Une par jour. Parfois je commence avec l’Avent et je suis le calendrier sauf que au lieu d’un chocolat par jour c’est un plat de donbrés par jour.

On a l’embarras du choix. Mais cette année je commencerai décembre par un donbré feuille de manioc et lait de coco. Mayotte oblige, il faut utiliser les ingrédients qu’on a sous la main. Donbré lokal, boug! Et le mataba est toujours disponible ici. Ensuite j’envisage dans le désordre, un donbré crabes de terre, un donbré poulpe, un donbré ciriques, un donbré brède mourongue sardines, un donbré au thon blanc et aux gombos, un donbré lentilles, un donbré pois rouges, un donbré pois d’Angole (ambrevades), un donbré aux fruits de mer (palourdes, moules, ouassous ou crevettes, lambi), un donbré brède songe, ( épi massalé, laké cochon et lard fumé), un donbré poulet fumé gombos, un donbré rougail merguez (tomates concassées, oignon, ail, gingembre, curcuma) ou rougail saucisse fumée, un donbré aux pois mélangés épi laké cochon, un donbré tripes, donbré lamori, etc etc etc, halte là, mon lascar car je ne vais pas vous donner en live toutes mes faiblesses. Eh oh ! Il faut bien que je garde quelques secrets d’antan pour d’autres  futurs mois de décembre, si les dieux et déesses me prêtent vie quand même. Mais ce ne sont pas les tutos qui manquent. Tenez au hasard le donbré écrevisses (ouassous en Gwada, z’habitants en Madinina) tiré sur youtube  de la Cuisine de Claire-Marie:

 

Le donbré, vous voyez, ça peut être sophistiqué si on le désire, on peut flamber les  écrevisses au rhum vieux et ensuite ajouter du vin blanc, on peut faire pocher les boulettes dans de l’eau chaude pendant 15 minutes puis les intégrer à la sauce pour terminer la cuisson, on peut mettre dans le bouquet garni  feuilles de bois d’Inde ou  feuilles de laurier, en fait on fait ce qu’on peut avec ce qu’on a sous la main. Tu as cives, mets cives, tu as zonions pays mets zonions  pays, tu as whisky mets whisky, tu as Calvados  mets Calvados, tu as farine manioc mets farine manioc, tu as piments bondamanjak mets bondamanjak, boug, je te l’ai  déjà dit en bon français : comme tu veux tu choises. C’est la simplicité  menm ! Tu veux blé mets blé, tu veux farine de maïs, mets farine de maïs! Comme tu veux tu choises, au risque de me répéter, tu peux mélanger moitié moitié , tiers tiers, comme ça te chante, tu peux ajouter huile d’olive, huile de tournesol ou de soja ou d’arachide, beurre ou  beurre rouge (bé rouj a base de saindoux, roicou et paprika) ou rien du tout, une deux trois pincées de sel, de l’eau, certains ajoutent de la levure, d’autres du thym. Tu fais comme tu veux. Tu mélanges, tu pétris, tu fais reposer. Ensuite tu formes des boulettes que tu peux aplatir ensuite ou pas. Quand j’étais petit on disait que les boulettes étaient martiniquaises et que les nôtres aplaties étaient les vraies, les authentiques, les intensément guadeloupéennes mais en fait chacun fait comme il veut, le goût est le même. Mais au risque d’être chauvin : boulettes c’est madininais, dombrés ou donmbrés  ou donbrés c’est gwadadéen. Certains font même de petits cylindres allongés et découpent ensuite consciencieusement et millimétriquement la chose. Ce sont des boulettes  calibrées au gramme et au millilitre près ! Moi ma nature c’est de les faire comme je les ai toujours vu faire, faire des boulettes et les aplatir. Je sais, je sais, toutes les recettes sur le net ne montrent que des boulettes. Tout juste si j’en ai vu une aplatie. Mais faites moi confiance, oubliez le marketing qui aplanit tout pour le rendement forcené, continuez la variété des styles. Faites votre propre pâte, votre propre sauce, votre propre mélange de protéines et de légumineuses, pardi.  Faisons les malélivés, mangeons avec les mains, et pour les contrarier un petit peu chantons avec Eugène Mona ou Victor O ou les deux, l’un à la suite de l’autre « Ma maman m’a dit comme ça ».

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s