Il s’appelait Jean-Philippe Smet : son voyage au pays des vivants s’achève au Panthéon des Antilles

Il s’appelait Jean-Philippe Léo Smet, il était né à Paris, vous le connaissiez mieux sous le nom de Johnny. Un soir de juin en 1943 il était né dans la rue  par une nuit d’orage. Le jour de sa naissance un scarabée était mort, il le portait autour de son cou. Les gens l’appelaient l’idole des jeunes et il y en était même qui l’enviaient mais il ne savaient pas dans la vie que parfois le héros s’ennuyait. Le temps s’en allait, il n’était qu’une pierre invincible apparemment qui roulait toujours. Il ne faisait que passer. Son voyage au pays des vivants s’achève en cette nuit du 6 décembre 2017, jour de la Saint-Nicolas (le  Père Noël) à l’âge de 74 ans des suites de son cancer du poumon. Black is black, man ! Noir c’est noir, mon pote !  Le spectacle est terminé ! 15 juin- 6 décembre. Il s’en est allé ailleurs au lever du jour en lisant un vieux Salut les copains ou en revoyant une émission d' »Age tendre et têtes de bois » ! Les feux de la rampe sont en deuil ! On a tous en nous quelque chose de Johnny Tennessee !

860_dsc_4625

Il cherchait tout simplement l’amour ! Il laisse cinq veuves plus ou moins éplorées, plus ou moins icônes de l’amour sponsal : Sylvie Vartan, Nathalie Baye, Elisabeth Etienne, Adeline Blondieau et Laetitia Boudou et 4 enfants David (fils de Sylvie), Laura (fille de Nathalie) et deux filles adoptives d’origine vietnamienne Jade et Joy.

Bien que je n’aie jamais eu d’idole je ne peux nier que Johnny est l’un des seuls artistes français dont je peux citer sans trop réfléchir une dizaine de titres dont j’ai connu ou connais encore presque par coeur les paroles. C’est avec Antoine (le hippie des Elucubrations d’Antoine, de Je dis ce que je pense et je fais ce que je veux), Jacques Dutronc (le playboy de Et moi et moi, Les cactus) , Michel Polnareff (le tourmenté du Bal des Lazes) et Claude François (le danseur d’Alexandrie Alexandra) les chanteurs à qui je pense quand je pense à mon époque yé-yé, au début  de mon adolescence, l’époque du Lycée Lakanal. Je me souviens avoir fredonné Si j’étais un charpentier (1966), Mon fils, Amour d’été, Les chevaliers du ciel, Cheval d’acier, Le pénitencier, Noir c’est noir (1966), Aussi dur que du bois, Que je t’aime (1969), Je suis seul (1967), Ma guitare, Je veux te graver dans ma vie, Retiens la nuit (1962), L’idole des JeunesMarie (2002). Certes beaucoup de ces chansons étaient des reprises, des adaptations françaises de hit américains.  Mais Johnny était alors plus abordable linguistiquement pour moi qu’Elvis Presley et son Love me tender (1956) ou The house of the rising sun de The Animals (1964), ou Black is black de  Los Bravos (1966) ou Knock on Wood d’Eddie Floyd (1966), If I Were a Carpenter de Tim Hardin (1966), What is soul de Ben E King (1967)(Je suis seul), Sweet Soul Music d’Otis Redding et Arthur Conley, (1967)(La seule vraie musique), Teenage Idol de Ricky Nelson (1962) (L’idole des Jeunes), Mr. Lonely de Bobby Vinton (1962)(Quand revient la nuit)…

Je dois dire néanmoins qu’avec le temps j’ai fini par préférer les originaux à la copie ! Et pire, je ne suis jamais allé voir un film avec Johnny, ni voir un spectacle avec Johnny. C’était juste un air du temps que j’ai remplacé par le funk, le r & b, le rock et le jazz !Je l’ai ensuite suivi de loin à travers ses mariages et ses frasques.

C’était un homme de droite, peut-être un peu réac, comme celui qui l’a précédé de peu dans les bras de Morphée Jean d’Ormesson, l’académicien. Ami de Giscard, Chirac, Sarkozy et Macron. On se souviendra aussi de l’opposition des genres avec son alter égo de l’époque Antoine, aux cheveux longs et en chemise à fleurs, né en 1944 à Tamatave à Madagascar qui était son antithèse.

capture_3501979

Antoine, de son vrai nom Pierre Antoine Muraccioli, est un globetrotter qui a été en son temps élève-ingénieur à Centrale comme Boris Vian après avoir vécu tout petit au total une dizaine d’années dans les colonies (Madagascar,  Saint-Pierre-et-Miquelon et Cameroun).  A 30 ans il délaissa le show bizz pour se consacrer aux voyages et  vit encore aujourd’hui 6 mois par an en Polynésie avec Francette sa femme avec qui il est marié depuis 20 ans après avoir eu 3 enfants avec une polynésienne. Après avoir été l’égérie d’Atol les opticiens, ce descendant de corse  s’est spécialisé dans les guides de voyages et dans les conférences Connaissance du monde, et me correspond plus comme role model. Son catamaran s’appelle Banana Split. Il a souvent pris parti pour des causes écologiques et a souvent été par sa vie et ses chansons un militant et un contestataire.

Et maintenant voilà le géant franco-belge écorché vif s’est endormi enfin ! Il est revenu mourir en France alors qu’il vivait aux Etats-Unis. La France et la Belgique vont revendiquer sa dépouille. Los Angeles brûle ! Son album posthume qui sortira sans doute en janvier 2018 restera peut-être son dernier cri. L’hommage populaire qui lui aura été consacré aura eu pour le moins le mérite de me faire revivre ce poème de Jacques Prévert : Deux escargots s’en vont à l’enterrement

 

A l’enterrement d’une feuille morte
Deux escargots s’en vont
Ils ont la coquille noire
Du crêpe autour des cornes
Ils s’en vont dans le noir
Un très beau soir d’automne
Hélas quand ils arrivent
C’est déjà le printemps
Les feuilles qui étaient mortes
Sont toutes ressuscitées
Et les deux escargots
Sont très désappointés
Mais voilà le soleil
Le soleil qui leur dit
Prenez prenez la peine
La peine de vous asseoir
Prenez un verre de bière
Si le coeur vous en dit
Prenez si ça vous plaît
L’autocar pour Paris
Il partira ce soir
Vous verrez du pays
Mais ne prenez pas le deuil
C’est moi qui vous le dis
Ça noircit le blanc de l’oeil
Et puis ça enlaidit
Les histoires de cercueils
C’est triste et pas joli
Reprenez vos couleurs
Les couleurs de la vie
Alors toutes les bêtes
Les arbres et les plantes
Se mettent à chanter
A chanter à tue-tête
La vraie chanson vivante
La chanson de l’été
Et tout le monde de boire
Tout le monde de trinquer
C’est un très joli soir
Un joli soir d’été
Et les deux escargots
S’en retournent chez eux
Ils s’en vont très émus
Ils s’en vont très heureux
Comme ils ont beaucoup bu
Ils titubent un petit peu
Mais là-haut dans le ciel
La lune veille sur eux.

pantheon2

Ce fut un hommage populaire à ses mânes digne des plus beaux selfies. On y a fait son éloge funèbre  à la Madeleine et même le président Emmanuel y a été de son petit couplet. Mais au fait la vieille canaille iconique portait une sorte de croix autour du cou représentant Jésus en guitariste crucifié. Il était donc croyant, catholique même si sa foi pouvait paraître quelque peu iconoclaste. Bref c’était un Français paradoxal comme il y en a beaucoup!

arton21686-b7f04

Dans cinquante ans on fêtera encore la mort du héros national. La foule entre deux éclaircies se pressera pour voir passer sur les Champs-Elysées de l’Arc de Triomphe à la Concorde le convoi funéraire rock-and-roll du siècle avec son catafalque juché sur sa speedster de collection, une AC Cobra bleue rapatriée d’urgence de Los Angeles  et escorté par mille neuf cents quarante trois motards sur leurs chevaux d’acier et autres Harley Davidson qui chanteront Allumez le feu ! Et la Tour Eiffel et l’AccorHotels Arena (ex POPB) à ce moment-là s’illumineront d’un merveilleux Merci Johnny tandis que les 31 membres de la Commission chanson française de l’Académie Charles Cros, garante de la mémoire sonore,  sous la présidence d’Alain Fantapie donneront leur quote-part à ce grand deuil national en entonnant en live tous unis sur le parvis de l’église Saint Roch un Retiens la nuit d’enfer . Et sur tous les stades de France et de Navarre on jouera avant chaque match du championnat de football de Ligue 1 Conforama et de Ligue 2 Domino’s Pizza une chanson du dieu Johnny. Les sosies officiels et les fans éternels apparaîtront portant santiags et Perfecto à sa dernière demeure en terre de  Saint-Barthélémy, en terre caribéenne, où il sera vénéré comme le Messie au cimetière de Lorient sous le vent solennel en même temps que 74 coups de canons seront donnés en son honneur au large des hauteurs de Marigot où se trouve sa villa Jade et en même temps au large de Ramatuelle où se trouve sa villa Lorada! A Los Angeles dans le quartier de Pacific Palisades comme à Gstaadt dans les Alpes suisses où il avait des propriétés ses voisins du show bizz se souviendront encore longtemps du bras du chanteur abandonné  tatoué de deux squelettes qui s’embrassent.

Image-1024-1024-251557

Voici-le-cimetiere-ou-reposera-Johnny-Hallyday-a-Saint-Barth

Et jusque dans la plus petite église, la plus petite mosquée, la plus petite synagogue, le plus petit temple de la patrie reconnaissante  prêtres, rabbins, pasteurs et imams auront dans leurs prêches un petit mot sur le saint homme ! Et on passera en boucle la voix profonde et rauque du taulier criant : je suis seul, désespéré ! Et on verra une pétition déposée sur la plateforme change.org réclamer la panthéonisation de la vieille canaille ! Aux grands hommes la patrie reconnaissante ! Ce sera le premier chanteur, le premier rockeur patrimonial accueilli au Panthéon ès qualités ! Débouté Tino Rossi, débouté Maurice Chevalier, débouté Gilbert Bécaud, déboutée Edith Piaf, déboutée Barbara, débouté Luis Mariano, deboute Carlos Gardel, débouté Yves Montand, débouté Dario Moreno, débouté Claude François, deboute Georges Guétary, déboutée Dalida, débouté Jacques Brel, déboutée Jeanne Moreau, débouté Léo Ferré, débouté Charles Trénet, débouté Joe Dassin, débouté Henri Salvador, débouté Claude Nougaro, débouté Serge Gainsbourg, débouté Georges Brassens, deboute Jean Ferrant, débouté toute la vieille variété française du temps des cerises aux feuilles mortes et un peu plus: tous recalés. Lucky you, Mister Smet, l’artiste légendaire, teenage idol, take care and have a nice trip into immortality ! Et on renommera la rue où se trouve sa villa aux murs rose pale La Savannah à Marnes-la coquette avenue Johnny Hallyday

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s