Voulez-vous voulé avec moi ?

Le voulé est sacré à Mayotte. Il fait beau ? Voulé ! Et comme un seul homme on se rend en grappes humaines au bord de plage sacrifier à la voulémanie. Familles, amis adorent vouleyer. Chacun apporte sa quote-part, sa participation selon ses moyens. Qui un régime de bananes vertes poyo, qui une vingtaine de fruits à pain, qui quelques kilos de poitrine de poulet, qui quelques kilos de viande de boeuf, qui quelques kilos de viande zébu, qui l’igname ou les ailes de poulet (les fameux mabawas que moi je déteste), qui des oignons et de l’ail, qui le taro, le fameux majimbi que je vénère, qui du piment et du sel, qui  du citron et de la moutarde, qui du poisson ou du poulpe, qui du crabe et des samoussas, qui  du charbon de bois, qui une grille de fer, qui les fourchettes, qui les cuillères, qui les couteaux, qui une bâche pour s’abriter en cas de pluie, qui des morceaux de bois ou de palettes, qui du feu, qui une bassine et des assiettes, qui la sauce soja et l’huile, qui le concombre, qui les achards de mangue ou de citron, qui les jus, l’eau glacée, le café et les gobelets, qui la musique et le papier toilette, qui les bassines, qui les faitouts, qui le riz qui les brochettes, qui les sacs poubelles, qui un ballon, qui une caméra ou son portable pour filmer, qui des hauts parleurs et un lecteur pour arroser de sons de toutes sortes. On peut même venir les mains vides.

Ce qui rend le voulé si intéressant à Mayotte c’est que la plupart des plages n’ont ni bars ni de restaurants. Et aussi que le week-end il n’y a pas grand chose à faire. On peut s’y rendre facilement en voiture et camper si on le désire deux ou trois jours. Ce n’est pas cher, on peut facilement y emmener sa famille, des plus petits aux plus âgés. c’est donc un moment de convivialité intergénérationnel.

C’est en quelque sorte un barbecue géant , un pique-nique au bord de la mer comme on en a un peu partout autour des mers de ce bas monde. L’une des particularités des voulés de Mayotte c’est que comme nous sommes en terre musulmane la plupart des voulés traditionnels ne donnent pas lieu à consommation de bière, de vin ou d’alcool. Certes il y a des voulés où l’alcool coule à flots, ne nous voilons pas la face. Mon premier voulé comportait par exemple beaucoup de vin rosé et de bière et j’ai été privé de rhum car j’avais oublié la bouteille à la maison n’apportant que les ingrédients. Mais la plupart des participants étaient wuzungu. J’ai été invité à un voulé de congolais et certainement la bière aurait coulé à flots là aussi. Et j’imagine qu’un voulé de la communauté antillaise ne pourrait se dérouler sainement sans ti punch. Un voulé de réunionnais pourrait comporter du hérisson, un voulé d’antillais des ombrés et des haricots rouges. Chacun fait le voulé qu’il lui plaît.

Mais on peut avoir un voulé urbain en pleine ville dans sa cour. C’est ce que j’ai vécu aujourd’hui avec mes collègues de travail. C’était donc un voulé de confraternisation avant les fêtes de Noel !

Ce qui m’a frappé c’est la répartition des tâches. les hommes se chargent de préparer la bâche en cas de pluie, acheter la viande et le poulet, certains amènent le fruit à pain, d’autres la banane verte mais le feu c’est l’affaire des hommes tout comme le rôtissage des brochettes, des poitrines de poulet, de la banane verte et du fruit à pain. Aux femmes sont réservées les tâches comme préparer les assaisonnements, (éplucher couper puis  passer au mixer ail et oignon, puis dans une bassine y ajouter huile, sauce soja, moutarde, sel, ceci pour assaisonner les brochettes), préparer les brochettes, couper la viande en petits morceaux, préparer la sauce piment achard citron, préparer une sauce pour le concombre, nettoyer le poulet (certains hommes participent mais la majorité ce sont des femmes), le couper puis le laver dans une eau citronnée.

La façon de couper le poulet et de tenir le couteau me rappelle celle que j’ai observée au Brésil dans l’état de Bahia. Personne n’utilise de planche à découper. On prend un grand couteau et un morceau de poulet auquel on assène un coup qui va permettre d’ouvrir la chair. La différence avec le Brésil c’est que la plupart s’asseyent  autour de la bassine à même le sol pour effectuer cette tâche. Certains choisissent une brique.

La façon de cuire le fruit à pain est étrange selon moi. On jette le fruit à pain directement dans le feu jusqu’à ce qu’il devienne noir. Puis on doit le racler ou l’éplucher ce qui fait que tout le monde a les mains noires. Je dois avouer que je le préfère frit comme dans les brochetteries locales. On épluche le fruit à pain puis on le débite en tranches consommables  on le plonge dans l’huile bouillante après l’ avoir laissé dans l’eau. On épluche aussi la banane ou le manioc puis on les met dans l’eau en attendant de les frire à la friteuse. Je n’ai pas  raffolé de la texture (mais elle est intéressante, peut-être une autre fois, on verra bien) ni du travail fastidieux qui consiste à les nettoyer après les avoir rôtis mais les collègues avaient l’air d’apprécier.

Quant aux poyos (les bananes vertes) on les met dans un sac en plastique noir sans les avoir épluchés aux préalable avec de l’huile puis on leur fait subir le même sort que les fruits à pain. Direct au feu. il faut ensuite, une fois que leur peau est devenue noire, les racler, les éplucher. bon je n’ai trouvé ni l’un ni l’autre très esthétique et je préfère le système des brochetteries.

Les poulets sont cuits, bien cuits, il n’y a pas trop de sel. On les mange avec des achards citrons ou de la sauce piment.

Bon c’était mon deuxième voulé. Un voulé de jeunes. Je crois qu’on peut mieux faire. Le premier voulé je l’avais vécu sur un îlot du nord de Mayotte dans des circonstances extrêmes.

Un véritable voulé, m’a-t-on dit, se prépare dès la veille: on met à mariner la viande et le poulet dans l’assaisonnement. Alors là oui le poulet aurait une autre saveur, un peu plus boucané,  même si avec le piment il était déjà assez paradisiaque. La viande était un peu revêche. Mais il est vrai que nous n’avons pas cherché du premier choix vu le budget limité.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s