Pratiques visuelles décoloniales : créer, se montrer.

Très interessant cette apoproche et cette affirmation résolue d’une pensée décoloniale et d’une déconstruction de la pseudo universalité coloniale et post-coloniale (qui rejoint le moderne et le post-moerne) pour aller vers une pluriversalité. Je valide.

Aica Caraïbe du Sud

Appels à contribution

Pratiques visuelles décoloniales : créer, se montrer.

Présentation du groupe de recherche : Minoritart
Le groupe de recherche Minoritart est animé par le doctorant en Études et Pratiques des Arts Eddy Firmin, par Catherine Cosaque, qui étudie les pratiques touristiques, notamment en contexte postcolonial et par l’artiste et docteur en Études et Pratiques des Arts Fred Laforge. La traduction des textes (anglais) est effectuée par la bachelor en Politiques et Arts, Sarah Tchou. Ensemble, nous formons le comité de lecture et de rédaction de l’espace arts du Réseau d’Études Décoloniales.

Contexte et diffusion des textes
L’espace francophone s’est récemment ouvert à la pensée décoloniale. La revue CAL 621 ou plus récemment l’ouvrage, « Penser l’envers obscur de la modernité » (2014)2 , sous la direction de Claude Bourguignon Rougier, Philipe Colin et Ramòn Grosfoguel participent d’une révolution de la pensée qui aujourd’hui connecte les continents. Depuis deux ans, l’équipe inter universitaire du Réseau d’Études Décoloniales diffuse…

View original post 626 mots de plus