Les génies de l’île aux esprits adorent la lotion Pompéïa

51-DzXad56L

Les génies, les esprits, les entités, les djinns, les orixas, les guédés, les lwas, les invisibles, les mystères, les saints, les anges, appelez-les comme vous préférez, encensez-les, faites leur vos offrandes, abandonnez vos salouvas, dansez vêtus de vos plus beaux lamb (paréos), faites sonner les cordes des gabousi, faites intervenir votre fundi préféré, un fundi wa nyongo (maître de l’encre) ou un fundi mpa mizi (maître des racines), chantez vos incantations, badigeonnez-vous de tarmalin, remplissez à ras bord vos douze seaux d’eau de bains de plantes comme le vaimara et autres feuillages et pétales, nourrissez-les des plats les plus fins, purifiez-vous tant que vous voudrez,  allez sous l’eau des cascades ou dans la mangrove, les esprits resteront muets car ces divinités adorent la lotion Pompéïa. Ici à Mayotte, l’île aux esprits par excellence, comme aux Antilles, les esprits ont leur territoire et ce n’est pas parce qu’on ne les voit pas comme le vent et les abysses qu’ils n’existent pas !

1512644522

Ils peuvent être d’origine bantoue, soufie ou malgache, ils peuvent avoir été autrefois sultans comme le grand sultan Tsilévalouha plus connu sous le nom Adriantsoly, originaire de Madagascar, mort assassiné en 1847 alors qu’il habitait M’Tsapéré, village fondé par les Malgaches de l’ethnie ANTALAHOTSI,  qui a vendu Mayotte à la France le 25 avril 1841 pour une rente annuelle de 1000 piastres (il est vénéré par ses adeptes au son du m’gondro vers la fin août chaque année lors d’un énorme rombou ou maruamba sur la pointe Mahabou où se trouve son sanctuaire désormais sous le nom de l’esprit Dramagnoukarivo), ou simples marins portant vareuse bleue et blanche et pompons sur leur bonnet. Ils peuvent prendre forme animale (araignées par exemple) ou rester invisibles. Certains demeurent dans des daira, des lieux sacrés, en pleine nature au fin fond des forêts et des brousses en haut des montagnes, sous les cascades sacrées, d’autres sont les esprits de la mangrove, les moinaïssas, esprits protecteurs de la mangrove, petites femmes aux longs cheveux possédant un bras atrophié et l’autre tout petit.

Pompéïa est le nom d’une lotion (destinée donc à être appliquée sur le front et à l’arrière du cou, une lotion censée être rafraîchissante, apaisante en cas de fatigue, de stress ou d’agitation)

 La lotion a été créée en 1907 pour L.T. Piver (L.T. pour Louis Toussaint, entreprise créée  en 1774, la première parfumerie française) par  Georges Darzens  (qui a découvert en 1896 le salicylate d’amyle, un produit synthétique qu’il utilisa dès 1898 pour créer avant Pompéïa, la lotion Le Trèfle Incarnat), Jacques Rouche et Pierre Armingeat (1874-1955).

Cette lotion  aldéhydée est à base de rose, jasmin, ylang, iris, lavande, géranium. La composition exacte est la suivante :

 Alcohol denat., eau, fragrance, benzyl alcohol, benzyl salicylate, cinnamal, cinnamyl alcohol, citral, citronellol, coumarin, eugenol, geraniol, hydroxycitronellal, isoeugenol, limonene, linalool, alpha-isomethyl ionone, diehylamino hydroxybenzoyl, hexyl benzoate, ethylexyl methoxycinnamate.

Eh bien imaginez vous que les esprits patros dans le rite de possession ngoma d’influence bantoue  adorent  ! La lotion Pompéïa non seulement on en  masse les poings ou le corps des possédés avec mais encore le fundi , le maitre des esprits, leur en procure à boire comme du petit lait  ! On peut aussi utiliser pour cajoler les esprits de la forêt – les mugala – outre le sang des zébus, chèvres et poules  de l’eau de rose (mawarde) . Alors que dans le rite trumba les djinis  préfèrent boire et s’enduire de kaolin ! Et ce n’est pas tout, du riz, du popcorn, de l’eau de coco ! et surtout beaucoup d’alcool et de décibels, des battements de mains ou de tambours ! Les génies aiment la fête donnée en leur honneur ! Sautez matez jusqu’à ce que la transe vous possède. L’anthropologie de la possession a été réalisée il y a de cela des lustres par des gens comme Roger Bastide, Michel Leiris et Alfred Métraux. A Mayotte j’ai déjà été témoin au moins deux fois de crises de possession. Un esprit incorpore en état de transe un(e) possédé(e) qui devient alors le siège de l’esprit.  On hérite de ses esprits comme de ses ancêtres. On peut par exemple hériter de l’esprit patros Djalud de sa grand-mère et d’un esprit  tromba provenant de sa mère.

On trouve à Maytotte deux types d’esprits issus de deux types de cultes de possession. En gros ce sont des djinns, des esprits des morts.

Le culte  tromba d’inspiration malgache qui peut se manifester dans le cadre des rumbu.

Pour délivrer le possédé, le hanté de l’esprit qui l’obsède on va avoir recours au bilo. Le tromba est quant à lui un dialogue entre les esprits et l’assistance.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le culte patros d’inspiration bantoue tourne autour du evin guérisseur  ou ombrasa.

2 réflexions sur “Les génies de l’île aux esprits adorent la lotion Pompéïa

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s