Songe de madère, boeuf au coco

20180227_1222442041194962.jpg

Je suis toujours surpris par la variété des usages en matière de cuisine. Vous n’êtes sans doute pas sans savoir que je raffole de malanga (madère en Guadeloupe, dachine en Martinique), taro dans d’autres régions, dasheen dans d’autres, majimbi à Mayotte. Je ne devrais d’ailleurs pas. Je devrais fuir ce légume-racine comme la peste et le choléra ! Les personnes souffrant d’insuffisance rénale chronique doivent être prudentes du fait du potentiel néphrotoxique de l’acide oxalique. Mais que faire ? Quand on aime on ne compte pas ! J’aime tellement que je mange aussi bien les feuilles que la racine. Généralement je mange les feuilles quand je fais un calalou, et la racine est un remplacement d’igname, de manioc, de banane ou de fruit à pain. C’est ce qu’on appelle en anglais provisions ! Comfort food ! Les Réunionnais l’appellent songe et ici aussi ! Sa majesté Colocasia esculenta est annoncée ! Le reste du monde adore le taro. Voyez comme il est versatile

J’aime ce plat de Trinidad : eddoes talkari . Il s’agit d’un plat à base de madère, de morue salée qui peut être servi soit avec du crabe soit avec de la viande de boeuf salée et du calalou (feuilles de dasheen, gombo, potiron, piment, lait de coco, etc).

Il y a aussi les dombrés de madère !

taro-root-dumplings-new-header.jpg

L’autre jour à Kashkazi je vois au menu songe, boeuf au coco. Et moi je pense immédiatement aux feuilles de songe (feliki majimbi) revenues dans le lait de coco et le tamarin avec du boeuf ou du zébu. Et je fais la moue !Non pas que je n’aime pas les feuilles, au contraire. Je recherche un peu de consistant, du roboratif, quelque chose comme de l’igname ou du fruit à pain ou des pommes de terre voire de la patate douce ou de la banane verte ou plantain. Une racine quoi ! Un tubercule, voire même un légumineuse, du  riz, des dombrés, des pois du bois, des lentilles ! Eh madame bouéni j’ai faim moi !

– C’est quoi l’accompagnement,  fais-je  à la serveuse !

– Avec le songe pas d’accompagnement, c’est très copieux, juste une petite salade, m’assure-t-elle.

Moi je n’en démords pas: je n’ai rien contre la salade au contraire mais je ressens comme un manque et j’implore une petite portion de riz en invoquant mes habitudes antillaises ! Mon plat arrive et je suis aux anges puisque je vois apparaître un petit ravier de riz blanc.

La jubilation laisse place à la surprise quand je m’aperçois qu’il ne s’agit pas de feuille de songe mais de tubercule de songe cuit avec le boeuf et le lait de coco. J’exulte ! Le tout est d’une telle tendreté servie avec un petite sauce citronnée au piment de derrière les fagots. Du fondant, messieurs dames, du fondant à l’état pur ! Du lolo venu des profondeurs de la terre où croissent les cocotiers ! Je tête ! Quelles mamelles ! Et je termine ces agapes par un discret rôt venu tout droit de mon enfance. Merci Kashkazi ! Encore une fois  pour me remettre en connexion directe avec mon Wolfok intime quoi que j’en sois éloigné à des années lumière.

Il est connu de tous par ici qu’après un plat de songe on plonge dans le sommeil mais moi, prenant deux lieues d’avance sur la léthargie j’ai déjà pris mon café au cas où ! Pas question de me faire passer pour un beau au bois dormant ! J’envisage même de passer commande pour le soir car c’est trop bon mais je me souviens que j’ai un demi-avocat géant aux sardines au piment qui m’attend pour mon dîner ce soir. Du calme, petit ! Oui exceptionnellement ce soir je dîne !

La recette, je la demande quelques jours plus tard à la patronne. Elle me dit le nom en mahorais majimbi ya hanadzi et me signale qu’on peut remplacer la viande par du poisson !

Ingrédients 
1,5 kg de songe
800 g de viande (boeuf ou zébu)
3 cocos
sel
eau

Préparation

  • Epluchez les songes et coupez-les en morceaux. Laissez-les tremper dans de l’eau.
  • Coupez la viande en petits morceaux. Lavez-les.
  • Mettez-les dans une marmite et couvrez d’eau. Faites cuire pendant environ 30 mn.
  • Coupez les cocos en deux parties et râpez-les. Ajoutez un peu d’eau et pressez la pulpe dans un filtre pour obtenir le lait.
  • Mettez le songe dans une marmite. Recouvrez d’eau. Laissez cuire pendant environ 20 mn.
  • Ajoutez la viande, le lait de coco et un peu de sel. Laissez cuire encore pendant 10 mn.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s