Danser le son, verbe transitif et intransitif

70364_10-days-off-bpm-infographiejpg-cci-20120712-gu757b23-1

Danser est pour moi un mot magique équivalent pour moi à voyager, manger, dormir, boire, aimer, apprendre, transmettre, respirer, rêver, marcher, regarder, écouter, sentir, toucher, goûter. Il fait tout naturellement partie de mes 15 verbes, ces 15 verbes qui m’accompagnent comme des fées fidèles. 10 du premier groupe, celui des réguliers, 5 du troisième groupe, celui des irréguliers. Je n’ai obédience que pour ces 15 BPM qu’ils soient transitifs directs ou indirects ou essentiellement intransitifs.

Je peux danser le son à toutes ses sauces et à tous ses tempi:

le chango à 400 BPM

Cela veut dire que par le seul fait de danser je voyage, je dors, j’aime, j’apprends, je transmets, je respire, je mange, je rêve, je marche, je regarde, j’écoute, je sens, je touche, je goûte. C’est à un océan de tempi que j’ai affaire ! Des tempi donnés par ces quinze métronomes personnels. Il n’y a pas chez moi de battue de chef d’orchestre ni de tempo donné par un chef de choeur. Mes tempi ne sont pas non plus marqués dans ma tête. Les largo, lento, adagio, andante, moderato, allegretto, allegro, presto se chevauchent  portés par mon gulf stream intérieur, ce fleuve de sueur tiède qui fourmille de fourmis rouges et de crabes farceurs me saisit à bras le corps et me met au défi de bouger.

Je peux danser le pilon à 1000 BPM

 

ou le mambo

Je peux être aussi minimaliste sur le danzon, le pilon et le cha cha cha

Mais la danse la plus jouissive c’est quand justement je ne danse pas . Quand je marche ! Marcher est une danse ! Marcher c’est garder contact avec le sol ! Quand je cours ! courir c’est presque voler ! Quand je saute par dessus une flaque d’eau, quand je dévale les marches d’un escalier, je danse ! Le tout sur un rythme cardiaque toujours recommencé !