En mode comparaison

Dans la série le créole expliqué aux nuls par un nul voici aujourd’hui l’expression en mode comparaison ! C’est comme ça quand on aime : on met en orange et on réhausse avec du gras !

« vou épi mod konparézon aw' »ou bien « zot two komparézon » « ou ni on jan konparézon ! »

Dépi tan mizik-la ka swingé

Mwen asiz la pòko lévé

Pa menm an ti konpa

Misyé sa sa yé sa

É poutan i ni twèl pou fè mwen kontan

Bondié mi an konpa tonbé

La gazelle si’y lé dansé

Ti miss-la gadé mwen

Yé ti misyé ou pa byen

Gadé mwen mwen pa ka dansé konpa!

Ti christian* Hou

Chèché mannyè désidé

Ti zozyo-a lévé

Mademoiselle pa lé tann ayen

Pòko ka trouvé sa byen

I propté byen poudré

Rad ki byen èskanpé

Si’w konprann sé konpa i ké dansé hé Hé

Vini fè konpa soukwé’w (sé la ou ké konprann sa sa yé mademoiselle) (hé hé)

Hé Vini fè konpa soukwé’w (lévé anni kité kò’w alé ho ho hou ho)

Pandan mizik-la ka roulé

Tèt mafi ka soukwé

Man pran’y pou lagen kontan

Tout kò’y an manniman

I anvi nou kolé

Pou swingé san rété

Yonn ki pri

Enmen konpa pou la vie hé

Mi an voila konpa soukwé’w (gadé soulyé’w la ka pri difé mademoiselle) (hé hé)

Mi Vini fè konpa soukwé’w (ou fini pa konprann sa sa yé ho ho hou ho)

Hou a la kwakans papa!

Hé Johnny (mademoisellle ki sa’w vini fè la)

Ou konpa-rézon

(Di mwen poutji ou pa ka dansé konpa)

Ou konpa-rézon

(Gadé mannyè mizik ka tonbé)

Ou konpa-rézon

Pé pa di mwen ou pa anvi dansé

Ou konpa-rézon (lévé’w lésé mizik-tala chayé’w)

Ou konpa-rézon (san menm sonjé ou ké ja ka dansé)

Ou konpa ho ho ho

Ou konpa ho ho ho ho (hoooo hooo)

Ou konpa ho ho ho

Ou konpa ho ho ho ho

Ou Konpa ho ho ho (ha ha ha hou)

Ou konpa ho ho ho ho

Ou Konpa ho ho ho

Ou konpa ho ho ho ho

Ou konpa-rézon (mademoiselle finalement tu as vu ça)

Ou konpa-rézon (hum comment tu es comment tu es quand tu danses le konpa)

Konpa-rézon

Di mwen ki mannyè ou santi mizik-la (ou konpa-rézon)

Aprézan ki dansé konpa

Gadé sa

Ti mafi

Hé hé hé hé ho ho (hé hé, ho ho)

Hé hé hé hé ho ho (hé, hé, hé, hé ho ho)

Hé hé hé hé ho ho (hé hé, ho ho)

Hé hé hé hé ho ho

Hou Konprann sé kon sa

Hé hé hé hé ho ho (hé hé, ho ho)

Hé hé hé hé ho ho (hé hé, ho ho)

Hé hé hé hé ho ho (hé hé, hé hé, ho ho)

Hé hé hé hé ho ho (hé héééé hé hé)

A la la kwakans papa

Ah ha ha hou

Konpa, ho ho

Konpa, ho ho

Konpa, ho ho

Di mwen poutji ou pa ka dansé konpa, dansé konpa

Mademoiselle mademoiselle mademoiselle tu as vu ça hein

A dé, vlopé

Etre konparézon c’est faire des façons. Ou ni on manni konparézon, an vyé manni konparézon ! Ici dans la chanson de Kwak ou de Jean-Luc Guanel une femme konparézon c’est une femme en boite qui a envie de danser mais qui fait sa belle, qui n’a peut être pas envie de suer ou de froisser son joli corsage avec un malappris. Un peu hautaine, un peu prétentieuse ! Elle attend peut être un meilleur parti, un prince charmant, qui sait !?. Moi j’étais plutôt du genre agoulou granfal pour danser.  Mais combien de fois ai-je été largué sur une piste de danse dans mes jeunes années de coq par une femme trop konparézon pour moi ! Les femmes konparézon vous dévisagent des pieds à la tête avant de vous signaler votre abjection par un strident tchipp ! Leur seul regard froisse les plis pourtant impeccables de votre pantalon et vous cisaille le kiki!

Mais c’est surtout ma mère qui emploierait cette expression à mon égard quand je lui aurais fait une réflexion qu’elle jugerait impudente ou impertinente.

il faudrait un vlog pour expliquer le mode comparaison.Peut-être un de ces jours je céderai à la tentation et que pour faire plaisir à ma fille Erica je m’adonnerai au charme jouissif de la vidéo. Peut-être même pourrai-je coupler l’un et l’autre en une écriture intime. en attendant :

Tout d’abord sache cher et fidèle  lecteur, chère et fidèle lectrice que pour faire comparaison il ne faut ni compas ni raison. Elémentaire !    En mode grille, en mode loupe en mode comparaison que de modes d’analyse.

Ma mère en disant ces morceaux choisis que j’ai cités plus haut me les adressait la bouche pincée, parfois avec un sourire parfois sans. Ca pouvait varier avec ou ni on mode aristocrate ! tout ça parce que je ne mangeais ni aile, ni cuisse ni croupion de poulet ! Comparaison ! Figure de style s’il en est ! Moins subtile que métaphore mais vaillante tout de même !

« action de comparer pour faire ressortir les ressemblances et les différences » du latin comparisun ! Depuis 1174 et Thomas d’Aquin, le saint, dans son ouvrage De Potentia. Ma mère bien au fait des choses de l’Eglise aurait dû m’encourager dans la voie de la comparaison encouragée par Aristote lui même !.

Pour qu’il y ait comparaison, nous disent les spécialistes de la chose littéraire, il; faut qu’il y ait comparé, comparant et outil de comparaison.

Les Antilles ne sont pas en reste ! Voyez plutôt cet ouvrage de Hector Poulet et Jude Duranty,  Konparézon siparézon

konparezon

Parfois c’était plus global j’entendais « nég two konparézon » ! il y aurait des konparézon san ayen et des konparézon kini. Moi je nes ais ou j’étais comment moi konkonm san grén pouvais je être konparézon. A-priori pensais-je, préjugés ! Non je n’étais pas si konparézon que ça ! Ma mère en revanche, mon père, certains de mes frères et soeurs l’étaient à leur manière, bien plus que moi..

Ou tro komparézon ! J’aime trop critiquer, me mêler, avoir des opinions sur la vie des autres, j’émets trop de jugements sur les autres.     Pire konparézon pa ni sézon ! Avec l’âge le konparézon devient encore plus konparézon ! C’est dans l’ADN de la personne ! C’est vrai même ma chère et tendre  me le dit au moins une fois par semaine quand ce n’est pas par jour. Elle ne me dit pas en créole bien sûr puisqu’elle est brésilienne. elle me dit ainsi :

Para de ser juiz ! Arrête de jouer au juge !

Mais moi je revendique justement cette konparézon !

Je serais un « m »as tu vu » ? Un personnage pas trop recommendable, hautain, supérieur, snob, distant et maldisant ! Que nenni les amis ! J’aime réfléchir, penser, ratiociner, échafauder des hypothèses, bref faire fonctionner mon caillou. Et pour moi il n’y a pas de sujet tabou, les sciences, la politique, la religion, la gastronomie, la psychanalyse, le sexe, rien n’échappe à mon investigation, à ma reformulation ! je suis comme un enfant éternel, un Peter Pan si vous préférez  qui veut toujours savoir le pourquoi et le comment ! et Peter Pan n’était pas hautain que je sache !

Si je suis végétarien ou pesco végétarien c’est sans doute parce que je suis konparézon !

Si j’e ne mange plus de piment comme autrefois, konparézon !

Si j’ai une belle voiture décapotable, konparézon ! Si je marche à pied, konparézon !

Bref vous m’avez compris, on est toujours konparézon pour quelqu’un quoi qu’on fasse ! L’important c’est dêtre honnête par rapport à soi et à ses proches. Le reste ce n’est que konparézon !