Porc noir de Bigorre, volaille de Bresse, boeuf de Galice, pluie et vent, infusion et pain d’épices sur Nice, Télumée, Méditerranée

Tout un programme auquel m’invite une boucherie de Nice située rue Masséna dans le Vieux Nice. Porc noir de Bigorre, volaille de Bresse, boeuf de Galice. Foie gras d’oie ou de canard. Il ne manque que le caviar. Plus loin un couscous à 20 euros, une paella au riz noir à la Paella d’or pour plus de 26 € pièce. The French Riviera !! Vite je me rabats sur la caffetéria Di Flávio Milano. Un expresso et une Carlsberg pression . On s’en sort pour 5,20€. L’occasion aussi de profiter des toilettes qui sont aussi rares que le loup blanc dans la Baie de Anges. Nous avons dû plus tôt aller au centre commercial ou pour 0,50 € nous avons pu nous délester de nos mauvaises humeurs liquides et solides. IL PLEUT, Il VENTE. C’est un temps romantique, dit la serveuse avec un fort accent italien ou russe. MAIS NON ELLE EST BULGARE. SON MARI EST ITALIEN. CA DONNE ENVIE de boire, manger, LA PLUIE… ajoute-t-elle.

Ah midi. On se retrouve près du marché aux fleurs cours Saleya après avoir acheté à un revendeur à la sauvette un parapluie à 5 €. Et hop deux menus niçois à 15,90 € au Campo di Fiori. Plus deux ballons de rosé maison à 5,60 € pièce. Entrée, plat principal, dessert. Entrée ce sera salade niçoise (oeuf, olives vertes, thon, tomate, concombre, hareng saur, poivron, oignon, huile d’olive, roquette, mesclun), plat principal: sardines grillées et riz blanc pour madame, daube de boeuf sauce niçoise et linguini pour monsieur. Dessert: deux crèmes brûlées. C’est notre premier repas en baie des Anges. Yes! Le tonnerre gronde, les éclairs zèbrent, la pluie est de type l’avalasse. Tout à coup je me sens plongé dans Pluie et Vent sur Telumée Miracle de Simone Schwarz-Bart et en même temps dans la course poursuite dans le film Ronin (1998) de John Frankenheimer avec Robert de Niro et Jean Reno.

On ne peut plus marcher tellement il pleut. On va prendre le tram. Deux abonnements forfaits une semaine tout compris voyages illimités pour 15 € par tête de pipe. J’en prends deux dans l’automate qui débite ma carte bleue de 30€. Et hop nous voilà dans le tram en direction de Garibaldi où nous prévoyons de faire la correspondance avec le bus 81 qui si nous avons bien compris nous mènera jusqu’à Beaulieu-sur- Mer et Saint-Jean-Cap-Ferrat. Hélas patatras au moment de valider notre ticket dans le tram il en manque un. Je valide le mien mais ma chère et tendre se retrouve avec le ticket que nous avons acheté la veille à Bordeaux pour aller de la gare Saint-Jean à l’aéroport de Bordeaux Mérignac. Je le lui dis et lui demande de vérifier dans ses poches où elle a mis le forfait à 15 €. Elle me jure sur toutes les divinités du monde qu’elle a dû oublier le deuxième ticket dans l’automate. Je refuse d’y retourner car à cette heure il est trop tard. Faisons nous une raison : nous avons dû faire un heureux voyageur. Que faire? Nous descendons à la première station et sous la pluie battante j’achète un troisième forfait à 15 €. Ça vaut mieux que d’attraper la scarlatine, ça vaut mieux que d’avaler la mort-aux-rats. Finalement dépités nous décidons de rentrer et de faire les courses. C’est alors que ma chère et tendre retrouve le billet soi-disant perdu. Hum passons ! Il faut prendre le bus 4. Tels deux aventuriers du troisième âge de l’arche perdue nous voilà dribblant les flaques d’eau à la recherche de l’arrêt du 4. Après quelques achats chez Naturalia et chez Picard nous entamons l’ascension de l’avenue de Buenos Ayres par la face sud. Il est 16h30 Nice s’éveille, la pluie se calme et je meurs de sommeil. DEMAIN SERA UN AUTRE JOUR. Infusion Digestion (menthe poivrée, romarin thym verveine odorante) et pain d’épices finalement ça rime bien avec Nice.

DEMAIN ce sera l’anniversaire de ma chère et tendre et je l’inviterai chez Peixes, crois-je, un petit restau que j’ai repéré entre deux avalanches d’eau au 4 rue de l’opéra. PEIXES veut dire poissons en portugais. Et un rapide coup d’oeil m’a permis d’entre apercevoir des plats comme soupe de betterave, huîtres, tapioca; palourde et veau orge blé sarrasin comme un risotto ( je prendrai ca); tartare de truite (il paraît que c’est de la truite d’élevage bio de la Vesubie fumée minute); truite à la plancha; ceviche de saint-jacques avocat (ça ce sera mon second plat); tartare de chinchard, oeuf poisson volant, purée de chou fleur; ceviche d’espadon, asperge verte et purée de topinambours; ceviche de poisson, purée de patate douce. Et comme petite entrée des accras de morue en salade… Eh oui on fête deux anniversaires demain celui de ma chère et tendre qui est née un 13 avril et le mien que j’ai fêté seul au bout du monde le 30 octobre dernier. Et vendredi ce sera au tour de nos 5 ans de mariage brésilien.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s