Espresso addict

J’ai une addiction à l’espresso le matin. Je bois automatiquement un verre d’eau après le premier pipi matinal. Car j’ai toujours la bouche sèche au réveil. Hop le petit médicament qui fait du bien. C’est alors que j’hésite : yaourt aux fruits, compote de fruits, omelette ou oeuf à la coque ou oeuf dur, et espresso. Chaque jour est différent mais pour que la journée commence vraiment il me faut l’espresso. Il fut un temps au Brésil ou j’avais abandonné l’espresso tyrannique pour un jus d’ orange intégral. Il fut même un temps où je prenais du lait et du muesli. Il fut même un temps encore plus ancien où je buvais un ou deux verres de lait froid avec du pain de mie complet et du Gouda hollandais. Il y a eu la mode du chocolat au lait, du café moka. Il y a eu aussi la mode US des pancakes au sirop d’érable ou du French toast ( le pain perdu). Il y a eu encore les grits and eggs aux USA.

Au Brésil j’ai aussi beaucoup pratiqué igname ou malanga ou manioc + oeufs sur le plat. Ou encore cuscuz de milho + ovo (couscous de maïs et oeufs).

Il m’est aussi arrivé assez souvent en voyage dans le SERTAO baiano de déguster au petit déjeuner un ensopado de carneiro (un sauté de mouton) ou un meninico de carneiro ou buchada de bode (viscères de mouton ou de bouc en sauce).

Oui j’ai un bon estomac.

Je m’adapte. C’est la loi du genre. Mais vous trouverez toujours chez moi ou que j’aille soit une cafetière italienne soit une machine à café. Je dis bien machine à café. Pas cafetière. Je veux dire du type Krups, Nespresso.

espresso-krups-pixie-2-768x683-2038311933.jpg

Moi j’aime bien Krups. CETTE MACHINE À ESPRESSO combinée à des capsules compatibles de café torréfié et moulu. Chaque capsule pèse 5 g. Et donne 40 ml de café. Je n’achète que du corsé . Allongé, très peu pour moi. Riche et harmonieux, disent-ils en évoquant l’ intensité 8. C’est peu 40 ml. Donc généralement je prends un double espresso. En fait je ne prends pas un double. Je préfère deux espressos entrecoupés par un grand verre d’eau bien glacée.

Je n’ai pas à priori de réveils difficiles de la même façon que je n’ai pas de problème d’endormissement. C’est juste un rituel. Je peux vivre sans. Je préfère vivre avec. Bon disons que je suis accro le matin. Addict. Coffee fiend.

L’espresso c’est italien comme la pizza. IL Y D’AILLEURS EN ITALIE UN INSTITUTO NAZIONALE ESPRESSO ITALIANO depuis 1998 qui s’occupe de veiller à la tradition italienne du Caffè espresso. L’INEI ne plaisante pas. Pour avoir droit au label espresso italiano il faut servir, je cite:

« une tasse d’environ 25 ml de café orné d’une crème consistante et de finissime texture, de couleur noisette tendant à la tête de maure, vive aux reflets fauves. L’arôme doit être intense et riche de notes de fleurs, fruits, chocolat et pain grillé En bouche l’espresso doit être incorporé et velouté, juste amer et pas astringent ».

Bon c’est une traduction à la hache mais si vous voulez un café certifié espresso italiano il faudra passer sous ces fourches caudines.

-Une tasse en porcelaine blanche sans inscription pouvant contenir entre 50 et 100 ml

-25 ml de café avec une variation acceptée de plus ou moins 2,5 ml

-une eau chaude à 88 degrés

– un café dans la tasse à 67 degrés

-une pression de 9 bars

-un temps de percolation de 25 secondes

-100 mg de caféine par tasse

– un mélange, un personnel, une machine certifiés

Publicités