Dombrés burgots chaubettes ou mariscada brésilienne aux dombrés ?

30078759_427050147736450_8868723504753672192_n

Pour paraphraser ce dessin je dirais : eternal dombrés, endless refill !       Cela  peut être ami Burgot ou compère Bulot, papa Lambi ou manman Chobèt, cousin Lambi ou ton Wassous, cousine Chatrou ou Manzè Piskèt, Défunt Krab et Défunte Paloud peu importe si Saint Dombré, martyr est là, tout va. Je suis en extase spirituelle ! On ne dit jamais assez comme la cuisine est spirituelle ! Chantons en coeur mes frères, baillez la voix mes soeurs :

Je suis dombré, voilà ma gloire, mon espérance et mon soutine, chanson ‘amour et e victoire, je suis dombré, je suis dombré !

Vous avez chanté à l’unisson avec moi ? Vous aimez donc les dombrés ! Mais avez-vous jamais essayé dombrés burgots ? Oh c’est simple de deux choses l’une: ou vous farcissez votre pâte de dombrés de burgots/chaubettes, ou vous cuisez vos burgots/chaubettes tels quels dans une sauce colombo avec les dombrés comme vous le feriez pour un dombrés wassous ou dombrés crevettes voire dombrés lambi.

ah mais il faut d’abord nettoyer, brosser, astiquer vos burgots puis les faire dégorger leur glaire. Oui car elles bavent ces petites bêtes là. Il faut qu’ils recrachent toutes leurs saletés, et notamment le sable qu’ils affectionnent plus particulièrement. Mettez-les dans l’eau vinaigrée environ 20 minutes. Ensuite rincez-les bien comme il faut à l’eau claire. Et alors là vous allez  les assaisonner à votre convenance  (vous avez au choix, le vin, la bière, le rhum, l’eau, le whisky pour leur donner  le bon goût qui vous tient à coeur) plus les clous de girofle, la ciboulette (cive), le laurier ou la feuille de bois d’inde, l’ail. vous préparez pendant ce temps  le piment, le poivre, la purée d’oignon et d’ail, votre cive, votre persil, etc. Vous laissez cuire votre blaff à petit feu et au bout de vingt minutes vous sortez du feu, vous laissez refroidir, vous  égouttez et vous  décoquillez. N’oubliez pas de vous débarrasser des petits opercules qui sont à l’une des extrémités.

ensuite dans leur eau de cuisson que vous aurez pris soin au préalable de passer au tamis vous plongez vos burgots dans le mélange avec un peu d’huile d’olive de la purée d’oignons et d’ail,  et les fines herbes et épices de votre préférence (thym, persil, etc). arrosez tout cela en fin de cuisson de citron vert

Vous pouvez ensuite en farcir vos dombrés et les mettre à cuire doucement dans un colombo.

En tout cas c’est délicieux. Mais mon coeur balance entre Guadeloupe et Brésil et j’imagine un summum de cuisine spirituelle qui réconcilierai les deux :

Imaginez le summum ! Des dombrés baignant dans un colombo au lait de coco où surnageraient  palourdes, chaubettes, pisquettes, langouste, canuts, crabes ciriques, chatrou, lambi, mama mia ! Une sorte de mariscada brésilienne aux dombrés !

Vous pouvez certes vous inspirer de ce dombrés aux crevettes , moules et laké cochon de ce monsieur Alain là

Je ne doute pas que cela soit savoureux mais moi je vois quelque chose qui a en même temps à voir avec le matété, le matoutou, le calalou, le colombo avec tous les fruits de mer possible et imaginaires. Pour un plat spirituel ce serait une super litanie locale !