Le miracle intime de la bandaison de la Pythie

Est-ce le palmier de Theophraste, ce phénix qui après 500 ans de vie occulte dans la pierre, a retrouvé la sève et brandit sa chair au levant des dattes ?

Est-ce l’effet du Brûle-parfum qui distille en larmes d’ encens, et d’amome, un parfum de langes de myrrhe et de nard ?

Est-ce la lecture du chant 24 de l’Enfer de Dante ou Apollon sur son chariot d’or extasie devant le chant du phénix au petit matin près du puits ?

Est-ce l’effet de l’approche imminente du grand essor vers les Météores ?

Est-ce le panorama de la rosée qui se lève sur la mer d’oliviers ?

Est-ce l’ambroisie ingurgitée au goût de cerises acidulées et de grenade?

Est-ce la présence mythique au centre du monde de ce nombril de pierre ?

Est-ce ? Est-ce ? Est-ce ?

Qui saura expliquer au vieil enfant-oracle que je suis, le miracle intime de la bandaison de la Pythie?

Publicités