Le nez trente fois grec d’un grec pontique à quelques encablures du souk de Thessalonique

Aujourd’hui j’ai revêtu la casquette d’anthropologue chasseur, contrebandier, braconnier, « poacher » non pas de corne de rhinocéros ou d’éléphant mais de nez grec.

Le nez grec c’est le mètre étalon du nez, je l’ai déjà dit. Pas besoin d’équerre ni de rapporteur. Il est grec, il est parfait et tout est dit. ALEXANDRE, Hera, Socrate, Ulysse, Venus, HERCULE, Zeus Dionysios, Athena, Aristophanes, Siphocle, Deméter, Apollon, les Argonautes. HADES, Penélope, Aristote avaient ce nez divin c’est tout dire. Mais comme le mètre de référence est gardé à Sèvres, j’ai dû trouver un nez grec de référence à partir duquel tous les autres nez grecs pourraient être étalonnés . Et le hasard a voulu que un nez d’anthologie croisé mon chemin. C’est lui qui m’a abordé lorsque perdu je cherchais par monts et vaux sur ma carte comment me rendre à l’église du Prophète Elias, objet de désir de Madame. Nous nous étions complètement trompés . Mais ce fut l’occasion d’entamer une discussion très intéressante sur la Grèce , le Brésil, la corruption, Lula, Papandreou et Alex Tsirpias. Après avoir abondamment refait le monde le quidam nous indique comment atteindre le prophète et sur ma demande me cède le droit de photographier son nez, pourvu que je ne le fasse pas chanter par la suite. Ce sera donc le nez trente fois grec d’un Grec pontique né à Thessalonique qui me servira de nez étalon. Hors de ma vue les nez tranchants comme un couteau. Vive le nez Héllène trente fois antique.

Le marché de Thessalonique date des années vingt sera mon terrain d’approche pour ce safari pas banal. Ce marché est presque centenaire. En fait il se divise en 4 parties : Modiano, Kapani, Athos et Loulouladika en fonction des produits qui y sont distribués. De notre hôtel il suffit de descendre la rue Dragoumi jusqu’à la rue Vasileos Irakleiou et on est dans le souk au carrefour odorant et gastronomique de Rome, Grèce, empires ottoman et bizanthin.

En fait je ne ramènerai que quatre nez de cette expédition . Trois de femmes, un d’homme. Celui de l’homme est tout une histoire. C’est le nez d’un avocat. Il m’a dit être grec, trente fois grec, car grec pontique, originaire d’un peuple hellénique qui vivait de temps immémoriaux au bord de la Mer Noire dans une région, le Pont Euxin, désormais sous juridiction turque, et qui a été victime d’un génocide en 1920 comme les Arméniens quelques années avant.

Suite aux accords de Lausanne ils ont été rapatriés pour certains vers la mère patrie et disséminés pour d’autres entre Russie, Bulgarie. France, États-Unis, etc. Un peu comme les pieds-noirs revenant du Maghreb dans les années 60. Nez de grec pontique équivaut selon moi à nez trente fois grec

Et puis il y a aussi le nez d’une vendeuse de produits à base pour la plupart de grenade. On trouve des bonbons, des graines séchées pour infusion . De la pâte dentifrice, du jus, du sirop, de la confiture, du vinaigre à base de grenade. Et bien évidemment des grenades toutes fraîches et disposes à 1€ le kilo. Extraordinaire. Super Foods by Rodiakarsikis. Le nez de cette commerçante méritait bien d’entrer dans l’immortalité. Quant au troisième nez ce sera celui que m’avait promis la réceptionniste de l’hôtel que je soupçonne d’être elle aussi grecque pontique (puisqu’elle m’a dit être d’ascendance russe et grecque). Et pour clore ce chapitre le quatrième nez trophée de cet improbable safari: celui d’une femme se rendant à son travail à l’autre bout de la ville.

Publicités