Heureux comme un pélican perché au bord de l’eau à Honoré sur un pied de caltapa

Heureux comme Ulysse, heureux comme un pape, un roi. Un prince, une puce, un coq en pâte. Heureux comme un enfant, heureux comme un poisson dans l’eau. Et pourquoi pas quatre ? Heureux comme un pélican perché au bord de l’eau sur un pied de caltapa (Thespesia polpunea) . Ou de mancenillier (Hippomone mancinella) . Comment savoir la différence ? Attendez qu’il pleuve. L’un est toxique, l’autre pas. Ils sont cousins, ils se ressemblent. Ils aiment tous deux les bords de mer, le sable et ont des fruits en forme de pomme. Si vous en ressortez brûlés c’est que c’était un mancenillier. Si les feuilles sont cordiformes c’est un caltapa. Heureux comme un pélican plongeant son bec dans le bleu des vagues et en ramenant un coulirou bien frais, bien dodu. Heureux comme un pélican qui savoure son cocktail du jour avant de se délecter de son poisson cru. Vous voulez la recette du cocktail du bonheur. Je vous la donne. Chut. Secret d’état. Vous prenez un verre. Vous y jetez votre double dose de rhum blanc Damoiseau à 50 degrés. Ensuite un petit jet de miel et une doucine de sucre de canne. Trois ou quatre lamelles de citron vert, sept quenettes avec leurs noyaux, et trois glaçons ou mieux encore trois glaçons réduits en glace pilée.

Dégustez lentement sur le coup de onze heures du matin… et vous comprendrez instantanément ce que veut dire heureux comme un pélican perché au bord de l’eau à Honoré sur un pied de caltapa aux fleurs oscillant entre jaune pale et rose.

Publicités