Sauter-mater à la mode de Montserrat

Sauter-mater c’est faire la fête sans trop se prendre la tête. Bouger son corps à perdre haleine, sans escale et sans assistance, sans artifice jusqu’à ce que les rotules demandent grâce. Jusqu’à ce que les reins  se révoltent et implorent le repos et la bouteille d’eau fraîche pour compenser les pertes. Jusqu’à ce que la sueur qui perle se fasse rivière, fleuve, océan et que la chemise se soit transformée en serviette de plage.

J’ai beaucoup sauté-mater dans ma vie. Et de temps en temps je ne répugne pas à booster le vieux-corps que je suis devenue. Il faut parfois se faire violence mais il y a des rythmes qui me font hérisser les poils de mes pieds et jambes et alors plus rien ne m’arrête. Et parmi ces rythmes il y a en a deux, le calypso et la soca, que je vénère par-dessus tout. Oui pour sauter-mater je ne connais pas mieux !

Je n’ai rien contre le zouk mais il faut être deux, je n’ai rien contre la salsa que j’adore aussi mais il faut être deux. Pour danser seul, sans haine et sans honte, il faut le calypso ou la soca et là même un unijambiste montserratien ou trinidadien vous montrera comment on fait valser la piste.

Pas besoin de vous faire une historique e ces deux genres musicaux. branchez-vous seulement sur une station de radio qui distille à longueur de journée votre médicament !

eh bien moi en bon calypsonian, je me branche aussitôt réveillé sur  ZJB RADIO, the Spirit of Montserrat, live from  Plymouth, Montserrat.

zjb-logo.png

Je ne sais pas trop expliquer pourquoi mais j’ai toujours aimé ce mot Montserrat. Au Brésil mon rêve était d’habiter dans le quartier de Montserrat, un petit quartier tranquille en face de la mer, derrière l’Eglise de Bonfim, à Salvador, Bahia, Brésil.

Un jour, c’était pendant l’été 1995, j’ai vu que Plymouth, la capitale aux pieds du volcan, avait été ensevelie sous les cendres et c’est alors que Montserrat est entrée dans mon imaginaire, comme île fantôme. Une bonne partie de la population insulaire a émigré vers la Grande-Bretagne. Deux tiers des Montserratiens vivent en Grande-Bretagne et ont un passeport britannique. Du coup j’avais oublié Montserrat qui pourtant ne se trouve qu’à km de la Guadeloupe. On peut voir Montserrat de Deshaies par beau temps. et ne voila-t-il pas que je reçois en live  sur 95.5 MHZ ZJB Radio ! S’il y a une radio c’est qu’il y a des gens ! Les gens ont trouvé refuge loin de la zone V, celle du qui se trouve à portée des cendres du volcan Soufrière Hills et la ville submergée sous les cendres de Plymouth la vie continue. Antigua renaît

VisitMNI_logo_white.png

Montserrat est revenue à la surface même si l’activité sismique est toujours présente. Cela fait plus de 23 ans que l’éruption est en cours avec des hauts et des bas ! Il y a eu les cendres, les coulées de lave, les débris, les coulées pyroclastiques, bref il y eu avant tout cela Hugo, le cyclone en 1989. Bref Madame Soufrière a fait des siennes. Depuis 1997  Plymouth au sud-est de l’île a été abandonnée et placée en catégorie V. Interdiction de circuler sauf accompagné d’un guide habilité. Quand aux autres parties de l’île les secteurs dits A et B sont des zones habitables, tandis que les secteurs C et F ne sont pas habitables mais peuvent être parcourus de jour mais pas de nuit.  Il suffit de voir le site Visit Montserrat pour comprendre que l’île a repris du poil de la bête. Au diable la fatalité. Il faut vivre avec ce risque comme nous vivons en Guadeloupe avec le risque des cyclones, des secousses sismiques et telluriques.!

map1.jpg

Je sens que Montserrat, qu’on appelait autrefois the Esmerald of the Caribbean, l’Emeraude des Caraïbes,  va devenir incessamment sous peu mon port of call, mon port d’attache. Tout de même elle se trouve à 86 km au nord-ouest de la Guadeloupe, à 55 km au sud-ouest d’Antigua  et à 62 km au sud-est de Nevis. J’ai déjà tout prévu pour me rendre sur ma Pompei moderne. Eh oui je meurs de sauter-mater avec Madame Soufrière !

testbanner.jpg

  1. Aller retour en ferry de Basse-Terre à Saint-John’s (Antigua et Barbuda).via jeansforfreedom.com
  2. Puis ferry de Saint-John’s à Plymouth. Ce ferry prend 1h30 et coûte 300 EC$

On peut aussi y aller en ferry via jeansforfreedom 3 fois dans l’année. En 2019 ce sera à la Saint-Patrick le 16 mars, le 4 mai et le 17 juillet. Le départ se fait à Basse-Terre à 7 heures su matin . On est à Montserrat à 9 heures. Le retour c’est le jour même à 18 heures pour arriver à Basse-Terre à 20 heures. L’aller-retour coûte 89 €.

IMG_4841.jpg

Le problème c’est qu’il y a très peu de trafic aérien direct avec mon île fantôme. Ou alors cela coûte les yeux de la tête. On peut effectivement trouver des vols pour se rendre de PTP Pôle Caraïbe en Guadeloupe à  MNI John A. Osborne Airport (Gerald’s,  Montserrat). Mais à quel prix ! Voyez plutôt. Tout cela pour parcourir 57 miles en 45 minutes en coucou à   8 places !

Et moi je voudrais y passer entre Antigua, Barbuda , Montserrat, et éventuellement Nevis un minimum de 15 jours. Les voyages découvertes d’une journée au pas de course, très peu pour moi. Ah non sauter-mater au pas de course, ça va bien pour le carnaval, mais moi je ne veux pas participer au vidé, messieurs dames, j’ai rendez-vous avec Madame Soufrière et je commence dès à présent à m’entraîner car cette dernière a un fameux déhanchement que je veux pouvoir suivre comme du papier millimétré sur l’oscilloscope.

Une autre solution serait de trouver un bateau à Deshaies qui me dépose sur le Fantôme d’Emeraude.

Mais la solution la plus évidente c’est d’arriver à Antigua et de là prendre soit un avion soit un ferry.

Air Canada

American Airlines 

British Airways 

Caribbean Airlines

Delta

LIAT

Thomas Cook

United Airlines

US Airways 

Virgin Atlantic

West Jet

Puis de Antigua prendre l’une des compagnies aériennes locales qui vous emmèneront sur Montserrat en 15/20 minutes ou le ferry en une heure et demie.

Par exemple on peut avoir un vol aller-retour entre ANU Antigua VC Bird Airport à MNI Montserrat pour entre  150 et 200 USD via FLY MONTSERRAT ou Montserrat Flights (ABM AIR).

Alors on danse, Madame Soufrière ?