menu du jour : omelette aux champignons, riz noir, salade

Aujourd’hui cela fait une semaine que ne mange plus ni viande ni poisson. Je suis ovo-lacto. Si señor !

une petite salade arrosée de vinaigre balsamique, huile d’olive et miel, un petit tour de moulin à poivre. Sans oublier trois petites tomates pour s’hydrater les babines !

deux ou trois cuillères de riz noir

une omelette aux champignons parfumée au beurre emi-sel, au poivre du moulin, à l’ail et à la ciboulette

Et voilà il n’en faut pas plus pour nourrir Monsieur G.I., l’homo veganus !

20180613_120538777982668.jpg

Le repas d’Offenbach en vingt-cinq tableaux

afficheoffenbach2__073984800_0813_29052018

C’était pourtant annoncé dans On va sortir à Saintes.

« Le repas d’Offenbach « :

le pâté spécial de Brabant

le rosbeef

la poularde

la tarte à la crème

le Morgon, le champagne …

 

seront réellement sur scène

avec les classes de chant lyrique

du conservatoire de Saintes ,

direction Martine March ,

Cédric Burgelin au piano .

une fringale incontrolable dans les jardins de l’Hostellerie Saint Julien (derrière la médiathèque ).

un très beau moment musical à partager

une deuxième répresentation le dimanche à 18h30

proposée sur Saintes et La Rochelle

Samedi à 20h30 et dimanche à 18h30 il y aurait un repas Offenbach. Ma chère et tendre m’en avait même prévenu deux semaines auparavant en me tendant un prospectus A la découverte d’Offenbach et du 19e siècle. Du 29 mai au 12 juin 2018. Avec écrit en gros entrée gratuite, le tout organisé par la Ville de Saintes. Mais occupé par autre chose je n’avais lu que d’un air distrait la chose sans trop m’y investir. Et puis samedi il y avait au même horaire France USA en football. Oh je n’ai même pas eu de dilemne. Je me suis dit peut-être que le temps était capricieux et qu’un repas dans le jardin de l’Hostellerie était un peu risqué. Et puis aussi une raison subliminale : je suis végétarien ! Comment allais-je pouvoir voir ces messieurs et dames du chant d’art lyrique se goinfrer en live devant moi de victuailles odorantes, charnelles et hautement appétissantes comme pâté, poularde et rosbeef fussent-ils estampillés Offenbach, moi qui de surcroit ne mange pas le soir ? Tel était le pitch :

Spectacles : Offenbach au menu
Les élèves de la classe de chant d’art lyrique du conservatoire invitent le public à un souper mondain du 19e siècle. Au menu: de somptueux plats accompagnés de non moins somptueux crus, le tout arrosé d’extraits de pièces et d’opéra bouffe à la drôlerie irrésistible et à l’humour décapant de Jacques Offenbach. Un cancan endiablé terminera en apothéose cette soirée placée sous le signe de la fête et de la joie , symbolisant le renouveau de la Vie Parisienne au Second Empire. Direction artistique : Martine March, artiste lyrique / Piano : Cédric Burgelin
Si météo défavorable, concerts aux m^mes horaires, salle de l’Etoile, L’Hostellerie
Gratuit. Sans réservation
Attention, jauge public limitée, refus possible

Ma chère et tendre s’est présentée trop tard le samedi et est rentrée le ventre vide. Il n’y avait plus de place. Le spectacle affichait complet. J’ai regardé tranquillement mon match. Le lendemain j’ai complètement oublié la chose. Elle est partie cette fois-ci de bonne heure pour ne pas être refoulée comme la veille et a pu assister au spectacle. Elle en est revenue ravie. Je vais donc vous raconter un spectacle que je n’ai pas vu mais je l’ai vécu à travers du feedback que m’en a fait ma chère et tendre.

En fait le spectacle était un port-pourri, un medley des oeuvres de Jacques Offenbach (1819-1880). L’ossature c’était :

La vie parisienne

Monsieur et madame Denis

Geneviève de Brabant,

La Grande Duchesse de Gerolstein,

La Créole,

Pomme d’Api,

La Chanson de Fortunio,

Robinson Crusoé,

Whittington et son chat,

Dragonnette,

Le voyage de Monsieur Dunanan

Madame Favart,

L’Île de Tulipatan,

La Périchole

Voyage dans la Lune,

Madame l’Archiduc

Tarte à la Crème.

L’idée du spectacle c’est de proposer un banquet mondain composé de plats en fonction de chaque extrait d’opéra bouffe (c’est le cas de le dire) ou comique ou d’opérette. Réunis autour d’une table géante les convives vêtus de costumes d’époque mangent et boivent vins, liqueur, eau, Champagne et punch. Même les deux chefs qui arborent toque et blouse blanches sont attablés . Des crêpes postiches volent et les sopranos Jenny Jacquet et Agnès Fouché défient remarquablement les limites des aigus.

Alors voilà le menu : pâté de Brabant accompagné de thé ou d’eau de source ou de Morgon. Moi j’ai choisi Morgon. Ma mie aussi. Pas de pâté pour nous. Ensuite il y avait au choix côtelettes grillées façon pomme d’api, rosbeef archiduc, poularde à la créole ou pot au feu Robinson. J’allais me laisser tenter par le rosbeef quand je me suis souvenu que j’étais végétarien. J’ai donc pris un petite assiette de pot-au-feu sans viande, juste les légumes. Madame n’a rien pris. Par contre elle s’est rattrapée sur les desserts. Il y avait des crêpes à la Dunanan, la tarte à la crème, l’échaudé Favart, la petite fruitière et les pommes de la lune. J’ai pris deux desserts : les crêpes  et l’échaudé qui me faisait penser au   chaudeau de Marie-Thérèse. Madame de après avoir  sifflé la bouteille de Champagne des troupiers se prit tout à coup pour la veuve du colonel. Puis la seconde d’après se fit soudainement polissonne. Elle se mit à chanter en faisant virevolter au dessus des bouches et nez des convives ébaubis sur la table ses jupons sens dessus sens dessous comme un tutu : Je suis un peu grise.

En sortant de ces vingt-cinq tableaux gargantuesques j’avais une petite faim. Je ne mange pourtant pas le soir. Mais tout cet Offenbach que je n’avais pas vu m’avait creusé. J’avais une petite faim. C’est ainsi que l’on se retrouva Aux Congés Payés, bar à soupes végétarien près de l’Arc de Triomphe de Saintes où après avoir commandé deux bières à la pomme je me suis offert un croque- monsieur aux champignons, aux épinards et au cheddar tandis que madame de, ex veuve de Colonel, qui avait recouvré ses esprits à temps se délectait avec un croque-monsieur aux courgettes, chèvre et herbes de Provence.

Ah la vie parisienne au   XIXe siècle c’était  épatant mais celle du   XXIe siècle à Saintes n’en est pas moins folle !

 

Réflexions autour de trois bouteilles d’huiles essentielles

Cela aurait pu être tout simplement une nature morte aux trois huiles essentielles. Huile d’olive, huile e colza et huile de palme. Huile de colza pour le tout venant, huile ‘olive pour les salades et huile de palme pour lees spécialités bahianaises. C’est devenu un sujet de polémique nationale. Hystérie collective ? Enfin pas vraiment. Je dirais plutôt intérêts catégoriels bien protégés, l’intérêt colllectif cachant toujours l’arbre de l’intérêt individuel ! Bas les masques ! Les producteurs français de colza et de tournesol, fabricants de biocarburants et d’huile domestique montent au créneau et bloquent les raffineries de France et de Navarre. Total a commis le péché de trop. Importer du bio carburant d’Argentine ne prêtait pas trop à conséquences (tout de même 75 pour cent de cette huile était d’origine huile de palme) mais  vouloir raffiner en France, ans les Bouches-du-Rhône de l’huile de palme. C’en fut trop. Ce fut la goutte d’huile qui mit le feu dans la boutique ! Malgré la promesse par Total (mais on sait bien que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent) de faire un mix où les producteurs de colza auraient droit à 50000 tonnes de leur colza dans la production du biocarburant qui serait produit . 50000 tonnes, une goutte d’eau par rapport à la part réservée à l’huile de palme évaluée à 300000 tonnes, soit 6 fois plus. C’est alors que les arguments ont fusé. Huile mauvaise pour la santé (on en avait déjà parlé avec le Nutella), huile qui favorise la déforestation notamment en Indonésie et en Malaisie qui produisent 80 pour cent de l’huile de palme du monde. Déforestation responsable en l’occurrence de la disparition à plus ou moins longue échéance de la biodiversité mettant en danger l’existence et la survie d’animaux comme  l’orang-outang,  le tigre de Sumatra, le gibbon. En 25 ans la consommation a été multipliée par 4, en 50 ans par 50. Etrange. Huile de palme, symbole de tous les maux, effet collatéral de la mondialisation ?

1129271-evolution-de-la-production-d-huile-de-palme-dans-le-monde-infographie

Pour la santé elle contient notamment 50 pour cent d’acides gras saturés , soit cinq fois plus par exemple que le colza. Mais quand on mange du beurre on en absorbe même plus. J’ai lu aussi que l’huile de palme servait aussi au travail esclave des enfants. Il est vrai que l’exploitation même industrielle du palmier à huile n’est pas mécanisée et utilise de la main d’oeuvre infantile car il faut grimper 15 mètres en haut des palmiers pour récolter les grappes à coups de sabre. Mais qu’on se le dise c’est la même chose pour le coco. Et je n’ai pas vu de manifestation de protestation contre le producteurs de lait de coco ni d’huile de coprah.

biocarburant-gazole-8bfe5b-0@1x

Le palmier à huile  Elaeis guineensis , originaire de l’Afrique de l’Ouest et que l’on retrouve de la Guinée à l’Angola, est la base de cette huile que l’on maudit à corps et à cris en Europe.  L’huile est pourtant consommée tous les jours au Brésil depuis le 17ème siècle où elle a été importée d’Afrique et encore aujourd’hui elle est produite et consommée dans beaucoup de pays africains. Ayant habité au Brésil 15 ans et plus spécifiquement dans l’Etat de Bahia, j’ai toujours chez moi une bouteille d’huile de palme qu’on appelle au Brésil azeite de dendê. On trouve cette huile dans les magasins exotiques .La bouteille que j’ai n’a même pas d’étiquette.  J’ai reconnu l’huile à sa couleur rouge-orange chez le Pakistanais où je me la suis procurée. Je l’ai payée 3 €.   Pour savoir sa provenance il faut regarder au cul de la bouteille en plastique. Il y est écrit : Tel (021) 221380 PETO5LT KANE EM GHANA. Ce sont les producteurs de la bouteille vide.

La production au Brésil se trouve concentrée dans l’Etat du Para, en Amazonie. 80 pour cent de l’huile de palme qu’on appelle là-bas azeite de dendê est produite dans cet état.     On n’imaginerait pas la cuisine bahianaise sans cet ingrédient reminiscent de la culture gastronomique africaine et des religions afro-brésiliennes comme le candomblé. Car l’huile à ses qualités tout de même. Je ne parle même pas des vitamines E ou A. Peu me chaut. C’est une oléagineuse prolifique qui rend dix fois plus d’huile par hectare que le soja, 4 fois plus que  l’arachide et deux fois plus que le coco. Je parle de sa faculté à ne pas rancir, à supporter les hautes températures par exemple quand on souhaite frire des acarajés, plat élémentaire de la cuisine bahianaise, ou pour faire une moqueca de poissons ou  une mariscada, un caruru, un vatapa, un bobo, un xinxim. Eita tempero gostoso ! C’est elle qui donne cette teinte jaune orangée aux plats. C’est un élément de partage avec les orixas, les divinités du panthéon du candomblé.

Enfin l’un des avantages de cette huile, la première en fait pour les industriels, c’est la moins chère. Elle concurrence par son prix c’est évident l’huile produite par les producteurs européens de colza et de tournesol. Certes le cahier des charges est différent, tant au niveau réglementaire, social et environnemental, certes, certes, certes, mais alors pourquoi ne boycottent-ils pas aussi le café, le sucre de canne, le lait de coco, le riz thaïlandais, le thé, le piment, la banane, le cacaoyer, le pétrole, le gas, etc. tous autant qu’ils le sont aussi ravageurs pour l’environnement que le pauvre dendezeiro qui n’en demandait pas tant. Ils ne les boycottent pas tout simplement car ils n’ont pas la possibilité d’avoir une production locale suffisante pour couvrir le besoin du marché, cela ne menace pas leur marché.

Le traitement est pire que la maladie soulignent certaines ONG environnementales démontrant que le diesel fossile est moins émetteur de gaz à effet de serre que les biodiesels plus respectueux l’environnement qui sont censés le remplacer à plus ou moins long terme comme le soja, l’huile de palme, le colza (rapeseed)

emissions-de-co2-biodiesel-bea06a-0@1x

Cette étude est nettement défavorable à l’huile de palme qui polluerait trois fois plus que l’énergie fossile. Pour les partisans de l’huile de palme comme par exemple ici, Christine et les Huiles Essentielles

Cette huile de palme authentique a été produite au Ghana par une coopérative de femmes où la conversion / destruction de la forêt n’est pas une pratique utilisée. Ces femmes font ainsi vivre leur famille. L’huile de palme du Ghana est utilisée dans les plats traditionnels depuis des siècles et fait partie du régime alimentaire africain.

l’huile a une teneur en acides insaturés plus élevée que les huiles de palmiste ou de noix de coco.

Elle est uniquement riche en pro-vitamine A, en vitamine E et en lycopène, qui sont de puissants anti-oxydants.

  • C’est une bonne source naturelle de nutriments vitaux Oméga 3 et 6.
  • Elle n’a pas d’acides gras trans, n’est pas hydrogénée et ne contient pas de colorants artificiels ni de conservateurs. C’est un anti-oxydant
  • Elle contient 10 à 15 fois plus de carotène que la carotte

Utilisation cosmétique :

savons

crèmes peau sèches, fragiles, en détresse

soins soleil ou après soleil

cheveux secs, frisés crépus : en masque ou dans les cakes shampoings

L’huile de palme colore la mousse mais pas la peau dans les produits rincés

Elle donne une jolie couleur ensoleillée dans les crèmes et les baumes

inci: Elaeis guineensis oil.

pot verre  de 100ml

Lot : huilpalmghana n°

 

Le palmier à huile qu’on appelle dendezeiro au Brésil est la cible des producteurs d’oléoprotéagineux français. La plus grosse entreprise de biocarburants en France est leader européen dans ce domaine et s’appelle Avril. Le biodiesel qu’elle produit est disponible à la pompe sous le nom de bioester.

 

Bon je veux bien qu’on parle de biocarburants quoique le mot est un peu ambigu on devrait parler plutôt de agrocarburants car qu’ils soient à base de colza, de tournesol ou de soja ou de canne à sucre ils monopolisent des surfaces cultivées qui si le biocarburant n’existait pas serait utilisé pour l’alimentation humaine. Et même Avril qui est le premier en ligne de mire par la volonté de Total d’implanter sa bioraffinerie à Mède dans les Bouches du Rhône est dans le capital d’une société qui  travaille sur  l’huile e palme et il lui arrive e mettre jusquà 10 pour cent d’huile de palme  dans son bioester. Donc on voit bien que c’est une affaire de gros sous. Chacun voit midi à sa fenêtre. Et moi de la mienne !

Moi en tout cas je dis avec  Nilze Carvalho ou Zeca Pagodinho: bota dendê no meu caruru ! Et honni soit qui mal y pense !

Plat du jour: crêpes aux lentilles vertes ovo-lacto

lentilles-vertes

Le dimanche jusqu’à la semaine dernière c’était le jour réservé aux fruits de mer et aux poissons depuis près de deux ans. Le dimanche on faisait bombance. On s’achetait des moules ou on se faisait des coquilles saint jacques, des gambas, de la morue, et tout le bataclan. Eh bien aujourd’hui pour la première fois j’ai fait un dimanche végétarien. Ovo lacto. Et je me suis régalé.  Je n’ai pas suivi la recette de Max Boulbil pour la recette de la pâte à crêpe mais j’ai bien dansé.

Ingrédients des crêpes  (pour deux personnes):

3o cl de lait demi-écrémé

100 grammes de farine de blé

1 oeuf

1 cuillère à café d’huile,

1 pincée de sel

beurre pour faire les crêpes

Ingrédients des lentilles vertes

persil, oignons, ciboulette, échalotes, sauce tomate, piment végétarien,

150 grammes de lentilles

1 feuille de laurier

1 cube de bouillon de légumes bio

eau

huile

Je n’avais pas d’ail sous la main donc je n’en ai pas mis. D’habitue je mets du vinaigre balsamique mais aujourd’hui je n’en ai pas mis. D’habitude je mets du curry aussi mais aujourd’hui non ! Avant j’aimais bien avec des saucisses fumées, des petits lardons, miam miam, mais maintenant c’est fini tout ça. La poitrine de porc me regarde de travers dans le frigo. J’attends l’occasion de m’en débarrasser.

  • eh l’ami tu me négliges.  qu’est ce qui se passe.
  • Eh oui excuse-moi partenaire, times are changing my friend. I’m a vegan, I’m a level 5 vegan, not a chegan,

Je me suis déjà débarrassé de ma sauce soja qui faisait part de tous mes voyages culinaires en sauce. Trop salé.

Je me suis débarrassé de tant de choses. Je me surprends moi-même. Un dimanche. crêpe lentilles ! J’hallucine !

Mais c’est bon vous savez, les crêpes aux lentilles. Bon je n’ai peut-être pas fait les meilleures crêpes du monde. La première était excellent, la deuxième un peu moins, la troisième un désastre mais je les ai mangés toutes les trois. Avec deux cuillères à soupe de consommé de lentilles vertes. Je ne les ai même pas roulées. Aussitôt sorties du feu aussitôt ingurgitées. J’admire ceux qui cuisinent et ne goûtent pas ! Moi je goûte et je cuisine en même temps. Une cuillère pour la langue, une cuillère pour l’oeil droit, une cuillère pour l’oeil gauche jaloux, deux cuillères pour  les deux gros orteils des pieds, ceux-là sont des dévorants, surtout l’orteil du pied gauche, ah çuilà, vaut mieux l’avoir en photo. Parfois l’air de rien il me remonte à travers l’échine et pendant que je suis en train de vaquer à mes occupations culinaires, l’air de rien, il  prend la place du pouce droit. Alors le pouce commence à me gratter, à me gratter et la seule façon de calmer cette grattelle  c’est de donner au dévorant son hostie sainte, c’est à dire deux cuillères fêtées de rab du plat que je suis en train de confectionner. On dit souvent que je cuisine pour dix, maintenant vous comprenez pourquoi. J’ai du monde à nourrir moi ! Et si je ne les alimentais pas, ces enfants-là, la chair de ma chair, c’est eux qui seraient orphelins, pas moi. Le temps que le plat soit prêt j’ai déjà goûté au minimum trois ou quatre fois. Le pire c’est quand y a des dombrés. Je (enfin mes zigotos, parce que moi vous savez je ne fais que grignoter) trouve toujours une raison pour goûter. Tiens justement je n’ai pas fait de dombrés car je trouvais que des dombrés lentilles fourrés dans des crêpes, ça faisait un peu redondant. Mais dombrés lentilles, tiens pourquoi pas pour un autre jour. Tiens j’ai bien envie de faire dombrés pois chiche ou dombrés pois cassés, je n’ai jamais essayé. Et puis varier aussi : si je refais des crêpes en mélangeant fifty fifty le blé et le maïs par exemple !

J’allais vous mettre des photos du plat mais le temps que je trouve le portable les dévorants sans-gêne avaient liquidé l’assiette. Mais j’ai gardé  de la pâte à crêpe . Le soir les enfants se couchent tôt. Je pourrai peut-être faire une petite photo.

 

Recette du jour: omelette aux carottes, potiron, patate douce et dombrés

En fait c’est une omelette servie à côté d’une  de carottes coupées en rondelles, potiron coupés en cubes, patates douces coupées à la diable, et dombrés. Si c’était à refaire je ferais bien plus simple avec uniquement les carottes et les oeufs. Les couleurs orangées e la patate douce du potiron et de la carotte me séduisaient mais  dans la mesure où j’essaie désormais de tout cuisiner avec le moins de  sel possible mais j’ai été surpris par l’absence de saveur des dombrés. C’était la première fois de ma vie que j’essayais des dombrés sans sel. Je pensais anticiper le coup en incorporant dans ma pâte du clou de girofle en poudre et de la ciboulette séchée, en vain ! Même avec  curry, sauce tomate, piment végétarien rien n’y a fait. la prochaine fois je cuirai les dombrés avec des lentilles. il n’y aura aucun problème de goût et je n’ajouterai que l’un des trois legumes, de préférence des carottes. soit persillées et aillées soit en purée avec ou sans pommes de terre.

Je suis un peu déçu mais tout est apprentissage. La prochaine fois ma cuisine pauvre en sodium sera peut être plus goûteuse ! Je crois que je devrais éviter les sauces et griller les légumes. A voir. En attendant je ne me suis pas trop régalé sauf avec l’omelette qui était délicieuse (normal j’avais cuisiné avec du beurre demi-sel, sans même m’en rendre compte, si grande est l’habitude). En désespoir de cause j’avais même rajouté au dernier moment deux-trois gombos, une poignée de champignons et le petit piment végétarien qui va bien mais j’aurais mieux fait là aussi de réfléchir avant et de faire tout simplement une bonne omelette aux champignons, pardi

20180607_121735415850676.jpg

En savoir plus : lire 101 recettes sans sel  ou acheter:

ppm_medias__image__2002__9782226131973-x

Recette du jour : Haricots noirs, céréales et gombo

img_1913

Haricots noirs en sauce, méli-mélo de céréales (semoule de blé dur complète, semoule de blé dur blanche, blé, flocons de soja, orge, avoine, seigle, riz ) (disons que c’est un couscous amélioré) et gombo à la ratatouille. C’était mon plat du jour. Pour fêter mes 91 kilos, sommet atteint hier. Je sais à chacun son Anapurna ! Atteint le mot est faible, gravi à la force du poignet mais surtout à l’abstinence de l’oeil et de la langue. Il suffit de mettre ces deux-là au repos et on maigrit sans y penser. Je pèse 91 kilos chez le médecin et 94 sur ma balance. Désormais je vais retirer 3 kilos de ce que me dit ma balance.

Alors les haricots noirs c’est simple, on les met à tremper toute une nuit avec des feuilles de laurier et es clous e girofle. Puis au petit matin dans une cocotte minute on met les haricots à cuire avec tout juste de l’oignon et de l’ail. Dès que la cocotte commence à chanter compter dix minutes, pas plus de cuisson. Ensuite retirer du feu  et séparer les haricots de leur jus que vous allez conserver. Dans une cocotte faites revenir dans l’huile d’olive les oignons ciselés, l’ail et le poivron, puis ajoutez la tomate et la sauce tomate, sans oublier les fines herbes et le coriandre vert, poivrez et salez (moi je ne sale pas).  C’est alors que vous ajoutez les haricots et que vous faites revenir tout ça à feu doux. Ensuite rajouter l’eau de cuisson des haricots que vous aviez réservée. Et faites mijoter tranquillement. Si vous avez du giromon  n’hésitez pas à en mettre un morceau.

Pendant que les haricots mijotent prenez 200 grammes (pour 4 personnes) de méli-mélo de céréales  (aujourd’hui j’ai utilisé le Délice de Céréales de La Vie Claire mais je pourrais faire mon propre mélange avec ce que j’ai sous la main et j’ai toujours sous la main du couscous complet et de l’avoine complète, les deux bios, tant qu’à faire). J’ai toujours aussi du riz noir mais aujourd’hui je n’en ai pas mis car le riz noir prend du temps à cuire.

La c’est vraiment enfantin. A raison de  50 grammes de céréales par personne il faut compter 200 grammes pour 4 personnes de ce mélange. Vous faites bouillir 25 cl de ‘eau que vous pouvez saler (moi je ne sale pas) et y ajouter soit du beurre soit de l’huile ‘olive. je préfère mettre l’huile d’olive dans l’eau.  On peut aussi épicer cette eau avec des épices pour changer les saveurs.. Dès que l’eau a bouilli vous la renversez sur les céréales. Vous couvrez et vous laissez infuser 10 minutes. Ensuite il suffit d’égrener le tout avec la fourchette, rajouter au besoin du beurre ou remettre au feu ou au micro-ondes si vous préférez chaud. Moi je préfère froid car je sais que ça va accompagner mes haricots en crème.

En même temps, eh oui je sais, vous n’avez pas trois mains, ni trois cervelles mais essayez, vous verrez, on y arrive. En fait vous avez eu le temps de le faire pendant que les haricots cuisaient. Vous n’êtes pas resté à fredonner des  comptines à la cocotte quand même ! Vous leur avez plutôt chanté :

voici la recette de l’omelette.

Ou alors vous avez préféré revenir à la mode des années 30.

Pour faire un tournedos il me faut un do

Pour faire du vermicelle il m’ faut un violoncelle

Sans tout cela je rate tous mes plats

Pour faire un bon festin il m’faut des musiciens

Sans tout cela je rate tous mes plats

Non c’est pas votre genre. Vous c’est l’opéra ? Qu’à cela ne tienne ! Chantez mezzo voce  à vos haricots: ils vous le rendront au centuple, pour peu toutefois que vous chantiez juste.

Chantez à vos haricots noirs la recette du tournedos Rossini sur l’air de l’ouverture du Barbier de Séville, de Gioacchino Antonio Rossini (1792-1868) dont voici la partition

Prenez :

quatre tournedos

100 grammes de foie gras

un verre de Madère

et des truffes

C’est la recette du tournedos Rossini.

On taille dans un foie gras de belles escalopes

on fait mariner une ou deux heures en assaisonnant

et sans oublier le Madère et les truffes.

quatre tournedos

100 grammes de foie gras

un verre de Madère

et des truffes

            50 grammes de truffes au minimum

Faire mariner une ou deux heures

avec des truffes coupées en lames.

Faire sauter les tournedos, oui les tournedos,

Faire sauter les tournedos, faire sauter les tournedos.

Puis les dresser sur croûtons frits

Puis déglacer le plat

avec le Madère ayant servi à macérer le foie gras.

On y ajoute un peu de sauce demi-glace

Oui, avec les truffes.

Faire mijoter quatre minutes

Dresser sur chaque tournedos l’escalope de foie gras

Préalablement farinée et qu’on a fait sauter au beurre

Et arroser avec la sauce que l’on a bien beurrée hors du feu.

C’est le tournedos Rossini !

Et pendant que vous chantez votre partition n’oubliez pas de couper vos gombos en fines lames et de les mettre à frémir avec une cuillère à soupe d’huile d’olive, et les épices et aromates et légumes habituels systématiques que sont la sauce tomate, la tomate, l’ail , l’oignon, le basilic et le coriandre vert, les poivrons, la courgette et l’aubergine, un piment végétarien et une cuillère à soupe de vinaigre balsamique. Vous pouvez aussi ajouter des champignons, j’adore.

Ensuite il suffit de dresser votre plat . Tout d’abord les haricots. Puis au centre les céréales et au centre des céréales les gombos à la ratatouille. Et si les haricots se mettent à danser la biguine sur votre fourchette entre langue et luette c’est signe, chef, que vous êtes bien toqué et que vous pouvez déguster et fredonner en même temps avec les Barbus l’ouverture du Barbier de Séville.

20180606_121540673616070.jpg

Vous voulez en savoir plus sur les relations qui existent entre musique et bouffe allez ici

The First Wealth is Health

Soul Power !Clap your hands and stomp your feet ! the First Wealth is Health. Ralph Waldo Emerson, wrote it ! The First Wealth is Health ! It’s the new thing in town ! Health ! Health ! Good god ! Let’s celebrate with Gwen McCrae and Keep the Fire Burning

The first wealth is health. Je viens d’apprendre que je souffre, imaginez de quoi ! La goutte ! La goutte aux Antilles c’est l’alcool ! Ou ké byen pran onti lagout, man !? Mais je ne suis pas alcoolique alors  comment puis-je souffrir de la goutte ? J’ai trop de purines dans le sang , j’ai l’acide urique qui s’emmagasine au niveau des articulations et plus spécialement au niveau du gros orteil du pied droit et alors bonjour les dégâts. La marche devient difficile tout à coup quand l’attaque de goutte me prend. J’en ai pour deux trois jours au moins à devenir boiteux. Il paraît que cela à voir avec mon alimentation. Il faudrait que je supprime toute viande et tout fruit de mer et poisson, ainsi que les raisins secs. Et bien sûr l’alcool, surtout la bière et le rhum. un verre de vin de temps à autre pourquoi pas. Ne manger que des produits complets (pâtes, pain, riz,), des haricots, des lentilles, des céréales, des produits laitiers en surveillant le taux de sel et de matières grasses. Vous avez compris : après presque deux ans de régime au trois-quarts pescétarien je vais devenir végétarien : lacto-ovo- végétarien. J’ai droit aux oeufs. Je m’y préparais déjà depuis longtemps mais j’attendais avant de franchir  le pas. Mais le rideau est tombé aujourd’hui. No meat, no fish, no seafood !

Peut être que dans un an je passerai au niveau supérieur et que je deviendrai vegan. On verra bien. Je deviendrai peut-être même un jour un vegan du cinquième niveau comme diraient les Simpsons : je ne mangerai plus rien qui projette une ombre.

“I’m a level 5 vegan—I don’t eat anything that casts a shadow.” –The Simpsons

Je plaisante. En fait je crois bien que je ne serai jamais intégriste. Je serai un vegan, parfois chegan (cheating vegan , le vegan qui triche), parfois macrobiotique. Un peu comme Lisa Simpson. Je mangerai cru. Je jeûnerai. Je serai un level 5 vegan à la mode bon-vivant. Bye bye Lasilix hello Allopurinol ! Adieu veau, vache, cochon, couvée ! Bonjour goutte ! Et merci ! J’étais insuffisant me voilà devenu aussi goutteux ! J’aurais préféré rester goûteux ! Avec un seul T et un accent circonflexe mais rien ne sert de pleurer sur le passé renversé: je suis désormais un G.I. un goutteux insuffisant ! Un jour j’écrirai peut-être Mémoires d’un G.I. où ma guerre contre la goutte et l’insuffisance. Mais je garde le moral car aujourd’hui je me suis pesé à l’hôpital et je pèse 91 kilos. Goutte, arthrite, que de nouveaux mots,  que nouveaux maux qui autrefois ne s’appliquaient qu’aux autres. C’était comme le choléra, la gale, le scorbut, la lèpre. Et maintenant c’est moi qui suis attaqué par la maladie des bons vivants, des jouisseurs et des impénitents. Que saint Podagre me pardonne mais mon gros orteil, ce goutteux mais néanmoins invétéré épicurien, ne cesse de chanter ! I’ve got ants in my pants and I need to dance

 

Ow, hey
Tell me what you’re
Gonna do about that
Tell me what you’re gonna do
I got to know about that
Is your love for real?
Do you know how I feel?
Tell me what you’re
Gonna do about that
I got ants in my pants
And I need to dance
Come on
I got ants in my pants
And I need to dance
Some big fine mama
Come and give me a chance
Hey, hey, hey
I got ants in my pants
And I need to dance
Some big fine looker
Gonna make me prance
Come on, hey, hey
You need someone to love you
I’m the one
I’m a good fine loving
Son of a gun
Come on, hey
Do ya, do ya?
I love you; yes, I do
With all my heart and soul
I need you; yes, I do
Don’t let my love grow cold
Squeeze me tight
Hold me right
Make me know you’re mine
Do you need all my love?
Yes, it’s always fine
I want you; yes, I do
With all my heart and soul
I need you; yes, I do
Don’t let my love grow cold
Ah, good God
I said it’s good now
I said, baby, it’s good now
Come on, bring me up
Lift me up on the other side
I said you got to lift me up
On the other side
You got to lift me
I said, ah, on the other
You got to lift me up
Good God, come on
Bring your, bring your
Bring your, ah
Good God
You got to lift me up
On the other side
You, you, you, you, you
I got ants in my pants
And I need to dance
Hey, hey, hey
I feel it
You know that I feel it
You know that I feel it
I got ants in my pants
And I need to dance
Some big fine mama
Come and give me a chance
Hey, hey, hey
You need someone to love you
I’m the one
I’m a good hard fighting
Loving son of a gun

Moules au curry aux gombos et champignons

20180604_130912-1979887789.jpgLes moules c’est un grand classique de la cuisine française. C’est bon, c’est facile, c’est rapide. un peu de vin blanc, des oignons, de l’ail, crème fraîche, de la moutarde de Dijon, du persil, du curry si l’on veut.. Et voilà. Les gombos aussi c’est facile. on les découpe en petites lamelles, on cisèle de l’ail de l’oignon, on coupe des petits lardons menus qu’on fait revenir avec l’oignon et ail, on ajoute des tomates et les champignons en lamelles, un peu de vin blanc, un peu de vinaigre balsamique, de la sauce tomate, un demi cube de bouillon de légumes bio, un piment végétarien pour parfumer, coriandre vert, poivre, ciboulette, poivron vert et rouge en lamelles. On laisse mijoter tout ça tranquillement. et voilà. Dans son assiette on mélange les deux et voilà. Moules au curry aux gombos et aux champignons.

On peut remplacer les moules par des gambas ou des coquilles Saint-Jacques ou faire un mix de fruits e mer au choix.

Quand je bois du vieux clairin…

Quand je bois du vieux clairin

Ami, tout tourne, tourne, tourne, tourne

Aussi désormais je bois Bologne ou Père Labat

Chantons et buvons

A ce flacon faisons la guerre

Chantons et buvons , mes amis buvons donc !

Le bon rhum nous a rendus gais

Chantons, oublions nos peines, chantons

Buvons bien là, buvons donc

A ce flacon faisons la guerre

Buvons bien là buvons donc

Amis trinquons, gaiement chantons

Buvons bien buvons mes amis

Trinquons , buvons,  vidons nos verres

Buvons bien, buvons, mes amis

Trinquons,  buvons gaiement, chantons

En mangeant d’un gras boudin

A ce flacon faisons la guerre !

En 1530 Pierre Attaingnant (1494-1551) publiait à Paris le Tourdion ce petit chef d’oeuvre moyennâgeux  anonyme faisant la gloire du vin et de la bonne mangeaille. Le tourdion est une danse rapide de couple qui était très en faveur au  XVIeme siècles. Ce n’est pas qu’une chanson à boire.  Elle permet de travailler à quatre voix : soprano, alto, ténor, basse en choeur. chantez si le coeur vous en dit et adaptez les paroles aux boissons de votre choix.

basse_danse_renaissance_chanson_danse_ancienne_XVIe_moyen-age_tardif