Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage

Et même le renard le dit au petit prince : si tu veux un ami il faut l’apprivoiser et pour apprivoiser il faut être patient. Et vlan !

Je ne suis pas ce qu’on pourrait appeler un puits de patience. Je ne crois pas trop aux proverbes mais je crois beaucoup à celui-ci qui n’encourage pas à la patience. C’est un véritable éloge de l’impatience.

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

Bien mieux que :

Patience et longueur de temps font plus que force et rage.

Dans patience il y a le mot attente et dans le mot attente je vois la salle ‘attente où se traînent les patients perclus par le doute. Je ne crois en aucune certitude. Je me crée des certitudes passagères qui me permettent d’avancer. Mon univers est toujours en expansion. Je place toujours une limite à mes attentes. Attendre vitam aeternam, trop peu pour moi. Atteindre le but de l’attente n’est pas toujours chose facile. Dans la salle d’attente, je suis patient, je dépends. Car être patient c’est souffrir, endurer, supporter, pâtir. Certains en éprouvent une jouissance toute mystique. L’attente du Messie ! l’attente du Jugement Dernier ! L’attente du médicament miracle !Je ne crois pas aux châtiments. Je ne crois pas aux supplices !

en philosophie il ya l’agent et le patient. Permettez que je choisisse l’action à la passivité.

Par ailleurs patient qui vient en latin du participe passé du verbe  pati (souffrir, supporter, endurer)  n’a rien à envier à  à Passion qui a exactement la même origine linguistique. Penser à la Passion du christ, tenez, qui commence demain Vendredi-Saint.. Patient et Passion même combat masochiste ?! ah non patience ou passion on en pâtis tout autant !

Je pense que la patience donne la fausse assurance d’un confort intellectuel. Je prends mon temps, se it-on ! . Tout va se réaliser un jour. Laissons faire la nature, Laissons faire le temps. Moi je préfère brusquer le temps, narguer la nature, titiller les heures. Défier l’interdit. Je me fixe des limites, toujours. Je me fixe des plans. Autrefois ils étaient de 5 ans. Maintenant je me donne chaque année un plan d’action. un plan de vie, un plan d’attaque. Ne pas subir, enfin le moins possible. Etre mon propre fer de lance ! Interroger mon instinct. L’apprivoiser. Oui si j’ai de la patience c’est avec mon instinct qui ne m’a jamais desservi. Je revendique cette impatience, ce droit à l’impatience au sens anglais de eager, eagerness comme dans le film Les corps impatients (Xavier Gianolli, 2003) Eager bodies en anglais qui suit justement une patiente atteinte du cancer  il y a le désir, l’appétit, la voracité, l’enthousiasme de l’impatience, l’avidité, le désir. L’envie. L’émerveillement ! Eager to learn, eager to please, eager to help, eager to work, eager to know.   On sent la soif, on sent la faim ! On sent la tension  vers l’objet !Le contraire de l’impatience c’est la résignation, l’accommodement. Etre impatient c’est se faire violence et faire fi des conventions pour que les chasses aux papillons ne cessent pas du jour au lendemain. C’est une négociation permanente avec soi et les autres avec les maladies, les nuisibles, les courants d’air et autres parasites

impatiens-134804

Je viens de voir effaré qu’il y a 81 proverbes de par le monde qui parlent de patience. En fait je n’en ai comptabilisé que 75. J’ai eu la patience de faire les couper-coller et de les mettre en forme. Pas si impatient que ça finalement. : eh oui pour écrire il faut quand même un chouia de patience et ne pas se fâcher à chaque quart de seconde avec la feuille blanche ou l’écran….

Les 75 proverbes, adages et dictons autour du maître mot patience : lisez-les tous si vous êtes patients. Moi je les ai survolés !

1 On connaît l’humilité d’un homme dans son élévation, et sa patience dans l’adversité.
Proverbe danois ; Les proverbes et dictons du Danemark (1956)

 

2 Lorsque tu as entrepris quelque chose, prends patience.
Proverbe arabe ; Le dictionnaire des proverbes et dictons arabes (1980)

 

3 Avec de la paille et du temps, les nèfles blettissent.
Proverbe breton ; Dictons, maximes et proverbes bretons (2001)

 

4 À force de temps je t’aurai, disait le chêne à la citrouille.
Proverbe provençal ; Dictons d’oc et proverbes de Provence (1965)

 

5 Patience laissa brûler sa maison.
Proverbe français ; Les proverbes et dictons communs (1611)

 

6 Qui a patience a paradis.
Proverbe français ; Les proverbes et dictons communs (1611)

 

7 Patience, médecine de pauvre.
Proverbe provençal ; Dictons d’oc et proverbes de Provence (1965)

 

8 La patience conduit au salut, la précipitation court au malheur.
Proverbe turc ; Mille et un proverbes turcs (1878)

 

9 La patience mène à bien, la précipitation à rien.
Proverbe turc ; Les proverbes et dictons de la Turquie (1956)

 

10 Tout mal guérit par patience.
Proverbe français ; Dictionnaire des sentences et proverbes français (1892)

 

11 Un bon cœur penche vers l’indulgence, un cœur étroit ne dépasse pas la patience.
Proverbe chinois ; Le livre de la sagesse chinoise (1876)

 

12 La patience est une médecine de la vie.
Proverbe allemand ; Dictionnaire des proverbes et dictons allemands (1980)

 

13 La patience est le bouclier de l’âme.
Proverbe allemand ; Proverbes allemands traduits en français (1876)

 

14 Les gouttes d’eau creusent à la longue le rocher sur lequel elles tombent.
Proverbe allemand ; Dictionnaire des proverbes et dictons allemands (1980)

 

15 La patience donne la bienveillance et pardonne toutes les fautes (dettes).
Proverbe allemand ; Dictionnaire des proverbes et dictons allemands (1980)

 

16 Avec de la patience, point de malheur, et avec de la tristesse, aucun avantage.
Proverbe arabe ; Les proverbes du peuple arabe (1803)

 

17 La patience dévore le diable.
Proverbe allemand ; Dictionnaire des proverbes et dictons allemands (1980)

 

18 À la patience on reconnaît l’homme.
Proverbe allemand ; Proverbes allemands traduits en français (1876)

 

19 Prends patience, tu verras des miracles.
Proverbe allemand ; Dictionnaire des proverbes et dictons allemands (1980)

 

20 La patience et quelques cris, sont les meilleurs remèdes.
Proverbe allemand ; Dictionnaire des proverbes et dictons allemands (1980)

 

21 La patience donne le courage, le courage enfante l’espérance, et l’espérance ne laisse pas tomber dans la honte.
Proverbe allemand ; Dictionnaire des proverbes et dictons allemands (1980)

 

22 La victoire de la patience seule est solide.
Proverbe allemand ; Dictionnaire des proverbes et dictons allemands (1980)

 

23 À qui Dieu donne une femme, il lui donne aussi la patience.
Proverbe allemand ; Proverbes et dictons allemands (1828)

 

24 Peu à peu, la laine se transforme en tapis.
Proverbe persan ; Dictionnaire des proverbes et dictons persans (1980)

 

25 Petit à petit fuseau fait fil.
Proverbe breton ; Dictionnaire des proverbes et dictons bretons (1980)

 

26 La patience poussée à bout se change en fureur.
Proverbe français ; Recueil d’apophtegmes et axiomes (1855)

 

27 L’oiseau pris dans les filets doit prendre patience.
Proverbe indien ; Les proverbes en hindi (1988)

 

28 Qui veut durer et avoir le dessus, doit posséder patience et vertu.
Proverbe français ; Recueil d’apophtegmes et axiomes (1855)

 

29 La patience est la force des faibles.
Proverbe français ; Dictionnaire des proverbes français (1749)

 

30 La souffrance transige avec la patience.
Proverbe français ; Dictionnaire des proverbes français (1749)

 

31 La patience est l’art d’espérer dans les maux.
Proverbe français ; Dictionnaire des proverbes français (1749)

 

32 Pour un procès il faut trois sacs : sac de papier, sac d’argent, sac de patience.
Proverbe français ; Recueil d’apophtegmes et axiomes (1855)

 

33 Qui ne se lasse point vient à bout de tout.
Proverbe espagnol ; Maximes et sentences espagnoles (1859)

 

34 La patience et le silence sont les meilleurs remèdes contre la colère.
Proverbe danois ; Dictionnaire des proverbes danois (1757)

 

35 Petit à petit le raisin devient sucré.
Proverbe grec ; Maximes de la Grèce antique (1855)

 

36 La patience adoucit les maux qu’on ne saurait guérir.
Proverbe latin ; Proverbes et dictons latins (1757)

 

37 Quelques malheurs qui nous arrivent, le courage et la patience nous les feront surmonter.
Proverbe latin ; Proverbes et dictons latins (1757)

 

38 Le temps et la patience adoucissent les plus cruelles blessures.
Proverbe polonais ; Trésor des proverbes polonais (2005)

 

39 La science s’acquiert avec la patience.
Proverbe italien ; Proverbes et dictons italiens (1894)

 

40 La patience s’acquiert avec l’expérience.
Proverbe italien ; Proverbes et dictons italiens (1894)

 

41 La patience apporte des roses.
Proverbe tchèque ; Recueil de proverbes tchèques (1937)

 

42 C’est le fait du démon de se hâter, et celui de l’homme de savoir patienter.
Proverbe turc ; Mille et un proverbes turcs (1878)

 

43 Avec du zèle et de la patience un rat troue une planche.
Proverbe turc ; Mille et un proverbes turcs (1878)

 

44 À force de frotter, la corde casse la pierre.
Proverbe kényan ; Le proverbe kiswahili du Kénya (1993)

 

45 Une petite hache coupe un gros morceau de bois.
Proverbe guadeloupéen ; Recueil de proverbes créoles (1877)

 

46 Lorsque tu combattras par la patience, tu seras victorieux.
Proverbe arabe ; Les proverbes de Meïdani (1828)

 

47 La patience adoucit les maux qu’on ne saurait guérir.
Proverbe latin ; Proverbes et sentences latines (1825)

 

48 Tout Européen qui vient en Inde gagne de la patience, s’il n’en a pas ; et il la perd, s’il en a.
Proverbe indien ; Les proverbes en hindi (1988)

 

49 La patience est un remède universel à tous les maux.
Proverbe nigérian ; Proverbes du Nigeria (1956)

 

50 Une calebasse de vin se remplit goutte par goutte.
Proverbe nigérian ; Le pays igbo du Nigéria (2010)

51 La patience engendre la richesse.
Proverbe touareg ; Proverbes des Touaregs Kel-Adagh (2010)

 

52 La goutte incessante creuse la pierre.
Proverbe libanais ; Mille et un proverbes libanais (1968)

 

53 La patience aplanit les montagnes.
Proverbe libanais ; Mille et un proverbes libanais (1968)

 

54 Le temps est la clef de tout.
Proverbe africain ; Pensées africaines (2004)

 

55 Avec de la patience, le raisin finit par devenir sucré.
Proverbe kurde ; Les proverbes du Kurdistan (1936)

 

56 La patience est un remède à tous maux.
Proverbe russe ; Proverbes de la Russie (1956)

 

57 La patience est une herbe qui ne se trouve que dans le jardin des capucins.
Proverbe flamand ; Dictionnaire des proverbes flamands (1863)

 

58 La patience est amère, mais elle devient douce avec le temps.
Proverbe libyen ; Proverbes de la Libye (1956)

 

59 Il faut vaincre par la digne patience ceux qui vous offensent par orgueil.
Proverbe tamoul ; Le Koural – VIe siècle.

 

60 La patience vaut mieux que trop de bravoure.
Proverbe espagnol ; Maximes et sentences espagnoles (1859)

 

61 Avec du temps et de la patience on vient à bout de tout.
Proverbe espagnol ; Proverbes et locutions espagnoles (1835)

 

62 La patience édifie, l’impatience renverse.
Proverbe danois ; Dictionnaire des proverbes danois (1757)

 

63 Qui manque de patience manque de sagesse.
Proverbe danois ; Dictionnaire des proverbes danois (1757)

 

64 On ne peut pas sevrer un bébé en un jour.
Proverbe américain ; Recueil de proverbes américains (1964)

 

65 La patience rend tout homme maître.
Proverbe italien ; Proverbes et sentences italiennes (1876)

 

66 La patience d’un cœur est en proportion de sa grandeur.
Proverbe arabe ; Proverbes et locutions arabes (1835)

 

67 Si tu es enclume, prends patience ; si tu es marteau, frappe fort.
Proverbe turc ; Proverbes de la Turquie (1956)

 

68 La patience et la détermination conquièrent tout.
Proverbe américain ; Proverbes et dictons américains (1876)

 

69 La patience est un remède à toutes les afflictions.
Proverbe en latin ; Proverbes en latin (1757)

 

70 Il n’est point d’affaire, avec de la patience, dont on ne puisse venir à bout.
Proverbe turc ; Proverbes de la Turquie (1956)

 

71 La patience est une herbe qui ne pousse point dans tous les jardins.
Proverbe espagnol ; Proverbes et locutions espagnoles (1835)

 

72 L’enfant ne devient pas homme en un jour.
Proverbe zaïrois ; Proverbes et dictons zaïrois (1994)

 

73 Les termites disent : Petit à petit, cela s’amoncelle.
Proverbe camerounais ; Proverbes bamouns du Cameroun (1976)

 

74 La patience vaut mieux que la hâte, et cela en toute chose.
Proverbe malgache ; Les proverbes malgaches (1915)

 

75 La patience ne connaît pas le temps.
Proverbe sénégalais ; Proverbes et dictons sénégalais (1976)

Read more at http://www.proverbes-francais.fr/proverbes-patience-3/#YzfFzj6IroTuStAr.99

Read more at http://www.proverbes-francais.fr/proverbes-patience-2/#mT8xoFAYFreg08rv.99

Read more at http://www.proverbes-francais.fr/proverbes-patience/#dg2kKizkxCJWOGFR.99

Sexe, paradis et interjections

Au summum du plaisir croyants comme incroyants, athées comme agnostiques, pratiquants comme non pratiquants ont à leur disposition dans toutes les cultures pour leurs soupirs, gémissements, râles et autres chuchotements toute une gamme d’interjections lubriques pour se signifier à soi entre spasmes et couinements subtils comme à leur partenaire qu’ils atteignent le paroxysme du plaisir. Il n’y a pas que les hummmmmmm, les ouille ouille ouille, les aïe aïe aïe, les oh oui, les ah, les woye, les waye créoles. Il n’y a pas que les lekker hollandais, les que rico espagnols, les ik kom klaar hollandais encore, les kwa kwa kwa des Indiens Matis d’Amazoni ou les ino ino ino (jaguar jaguar jaguar) de leurs voisins les Indiens Marubo. La panoplie est bien plus large pour évoquer cet instant flottant entre souffrance et plaisir. On invoque souvent alors à l’heure de l’orgasme des divinités, des prophètes, des saints et des saintes. On peut même jouir en latin comme dans une prière par un Gloria, un Hosanna ou un Alléluia.

Que celui qui n’a jamais murmuré bondyéségné ou oh mon dieu au moment de l’extase me jette la première pierre. Oh Doux Jésus peut gémir celle en qui on vient de faire rugir le petit Jésus dans la crèche. Sainte Vierge ! Ces figures tutélaires assaillent l’âme de celui qui jouit et qui sait que jouir est une petite mort et qu’avant de mourir il faut invariablement payer son tribut aux esprits. Nul ne peut avoir accès à ces mini paradis sur terre sans ces mots émis en plein vertige des sens. Jésus Marie Joseph crie l’un succombant presque sous les coups de boutoir des stimuli. C’est la même extase que celle de sainte Thérèse de Jésus sur la statue de marbre de Bernin (Gian Lorenzo Bernini) (1654) et celle de Marie Madeleine en extase au pied de la Croix de Guido Reni! C’est la même communion charnelle qui est proposée à travers l’ostie -chair et sang.

Que dit sainte Thérèse quand elle raconte son moment d’extase, appelé transverbération, moment où elle se fait transpercer par la lance bouillonnant de feu d’un ange chérubin et où la douleur et la mort confinent au plaisir:

« J’ai vu dans sa main une longue lance d’or, à la pointe de laquelle on aurait cru qu’il y avait un petit feu. Il m’a semblé qu’on la faisait entrer de temps en temps dans mon cœur et qu’elle me perçait jusqu’au fond des entrailles; quand il l’a retirée, il m’a semblé qu’elle les retirait aussi et me laissait toute en feu avec un grand amour de Dieu. La douleur était si grande qu’elle me faisait gémir; et pourtant la douceur de cette douleur excessive était telle, qu’il m’était impossible de vouloir en être débarrassée. L’âme n’est satisfaite en un tel moment que par Dieu et lui seul. La douleur n’est pas physique, mais spirituelle, même si le corps y a sa part. C’est une si douce caresse d’amour qui se fait alors entre l’âme et Dieu, que je prie Dieu dans Sa bonté de la faire éprouver à celui qui peut croire que je mens. ».

Mais d’où nous viennent ces spasmes de Sainte mystique. Comment cette extase, cette illumination, cette rencontré spirituelle, cette expérience numineuse se fait-elle chair et vocabulaire à travers les interjections ?

Ah interjections sans vous le coït serait océan de tristesse. Comment pourrions-nous autrement par le verbe partager l’émotion de la chair ? Parfois on manipule bien évidemment . On dit chéri ou chérie ou mon amour mais ce ne sont que des succédanés de chérubin comme ohmygosh est un succédané de oh my God.

Les interjections dites égophoriques ou endopathiques – telles que les décrit l’anthropologue Philippe Erikson dans le récent numéro 67 de la revue anthropologique Terrain consacré à la jouissance et intitulé Jouir? – sont selon moi des manifestations orales ancrées dans notre inconscient collectif aux frontières duquel la mort et la souffrance se livrent un duel arbitré par le désir inné de recherche du plaisir et de survie.

My bucket list ou les 65 items que je souhaite réaliser dans les quelques années (mois, semaines, jours, heures, minutes, secondes) qu’il me reste à vivre

Never too late ! Ce soir c’est MARDI-GRAS et je me déguise  à six mois de la retraite en Carter Chambers. Et je publie moi aussi ma bucket list. Comme dans le film éponyme starring Jack Nicholson et Morgan Freeman, The Bucket List (Sans plus attendre, en vf). C’est la mode des to-do lists before you die, before you kick the bucket. Bucket veut dire seau. Et seau me fait penser à Champagne et à eau et à sable. Kick the bucket veut dire casser sa pipe. Bon je m’égare… Disons que je suis Carter Chambers dans le film et que je suis a terminally ill man. MÊME SI JE N’AI NI JET PRIVE NI EDWARD COLE POUR FINANCER mes rêves et expectatives, MEME SI JE NE SUIS PAS MÉCANICIEN AUTO ET QUE JE NE RÊVE PAS DEVENIR PROF D’HISTOIRE voici mes 65 ITEMS, mes énormes grains de sable que je souhaite réaliser sans plus attendre dans les quelques cyclones qu’il me reste à vivre. Ce n’est pas comme une liste de courses, ce sont des projets, des envies, des lubies, des tentatives de vaincre des peurs bien enracinées souvent qui peut être ne se matérialiseront jamais mais qui sont ces petits riens, ces petits rêves à priori impossibles qui soutiennent telles des pierres de corail le lagon de mon quotidien. I WISH I COULD CROSS A FEW OF THOSE ITEMS.

bucket

1. Passer Mardi-Gras à Port of Spain

2. Passer un dimanche et lundi de carnaval sur le sambodrome de Rio et assister au défilé des écoles de samba

3. Danser la salsa à La Havane en octobre

4. Faire le tour de la Guadeloupe en bateau

5. Visiter les Baltimore d’ Antigua

6. Visiter les Baltimore des Îles Vierges

7. Participer à une chorale jazz

8. Manger dans un restaurant d’un chef étoilé caribéen

9. Visiter le Mato Grosso brésilien

10. Passer une année à Basse-Terre en Guadeloupe

11. Traduire en créole ou en français Omeros de Derek Walcott

12. Visiter Sainte-Lucie

13. Visiter les Terres Sainville en Martinique

14. Retrouver quelques chaînons manquants dans mon arbre généalogique

15. Prendre des cours d’aquagym

16. Faire de la plongée sous – marine

17. Préparer une feijoada de fruits de mer avec lambi, langouste, poulpe (chatrou), crabe, encornets, palourdes, riz noir et pois d’angole

18. Préparer un callaloo avec feuilles de dachine, gombo, lambi, langouste, poulpe (chatrou). crabe, encornets, palourdes et dombrés.

19. Participer à une école de samba brésilienne

20. Parler créole comme je parle portugais

21. Vivre dans une cabane perchée dans un manguier

22. Construire une maison en bois en conservant et épousant les structures d’un flamboyant

23. Publier mon recueil de poèmes Micareta, 27 fragments infimes d’un carnaval intime

24. Publier mon roman Archipel des Reliques

25. Voir les neiges du Kilimanjaro

26. Passer un anniversaire quelque part au Mexique le jour de la fête des Morts

27. Avoir le permis bateau

28. Voir parfaitement sans lunettes

29. Visiter le Mozambique

30. Visiter le Burkina- Faso

31. Avoir 1000 articles dans mon blog

32. Rencontrer un chaman  en Papouasie-Nouvelle-Guinée

33. Vivre jusqu’à pas d’âge en bonne santé

34. Déguster un café de quimbombo en Équateur

35. Faire de l’aquarelle

36. Faire de la planche à voile

37. Ouvrir un restaurant pescétarien

38. Devenir 100 pour cent pescétarien

39. Avoir un potager du type jardin créole

40. Manger de la tortue

41. M’investir dans une association

42. Adopter un enfant

43. Faire une expérience de woofing

44. Avoir une Vespa

45. Faire du planeur

46. LAUGH UNTIL I CRY

47. SKYDIVING

48. SEE THE PYRAMIDS

49. Apprendre à réparer une voiture

50. Go on a safari and HUNT THE BIG FIVE

51. Get a tattoo

52. Visit the Taj Mahal

53. FIND THE JOY IN MY LIFE

54. Assister à un match de foot au Maracana

55. Faire du théâtre

56. Participer à un groupe de danse folklorique (quadrille)

57. Chanter dans un groupe de jazz

58. Jouer de la bossa nova à la guitare

59. Passer mes vacances  sur une plage dans un camp  naturiste

60. Apporter de la joie et de l’amour à : my significant other, siblings, kids and friends

61. Faire du jet-ski

62. Faire du ski

63. Jouer au bridge

64. Faire un vlog

65. Lire un livre par semaine

 

bbbb-the-bucket-list

Comme le dit la chanson je dis avec Charlie Winston : Kick the Bucket

If you say this is pop, to be singing to a tune with a rhythm like this, would it be so unpopular for a singer like me to be bringing up the fact that we’re all gonna go ? Some people swear, they say they know where.
For me it’s a mystery. But which ever way you see it
you have to admit it and live it and live it !

We all kick the bucket in the end ! The end !
All the girls kick the bucket in the end ! The end !
And the boys kick the bucket in the end ! The end !
Yep ! We all kick the bucket in the end ! The end ! The end ! The end ! The end !

Blew up my TV. It’ was numbing my brain to be thinking the same as million other people all feeling afraid of the same thing.
But there’s is nothing to lose, cause we’re all on a bike and we’re cycling through, getting off on our injuries – but you gotta get back on it and live it and live it to love it and live and love life.

Cause we all kick the bucket in the end ! The end !
All the girls kick the bucket in the end ! The end !
And the boys kick the bucket in the end ! My friend !
Yep ! We all kick the bucket in the end ! The end ! The end ! The end ! The end !

This is not a sad song !
I don’t bring it up to get you down,
It’s a celebration of all the red cells
going round and round in your body !

I don’t mean to preach or to sound lilke a teacher. No ! I only wanna cut the crap and , looking back, everybody’s had to face the facts.

That we all kick the bucket in the end ! The end !
All the girls kick the bucket in the end ! The end !
And the boys kick the bucket in the end ! My friend !
Yep ! We all kick the bucket in the end ! The end ! The end ! The end ! The end !

Dimanche-Gras : Bacchanal Sunday entre cannes brûlées et jouvert

Je suis comme  Charles Aznavour, une fois n’est pas coutume:  je hais les dimanches.

Mais il y a un dimanche par an que j’attends toute l’année c’est le dimanche-gras ! Time has come today : aujourd’hui dimanche 11 février, Bacchanal Sunday, seront nommés le roi et la reine du carnaval de Trinidad, le plus chaud des Caraïbes !

37 hommes et 31 femmes se sont affrontées à l’étape préliminaire une semaine avant mardi gras ! A l’issue de ces éliminatoires seuls 10 aspirants à roi et reine ont été retenus. Ted Eustace du groupe carnavalesque Paparazzi Carnival’s Sky gazers, vainqueur pour la seconde fois l’année dernière  avec sa personnification de Crypto, seigneur de la Galaxie pour laquelle il a remporté la coquette  somme de 180000 dollars sonnants et trébuchants, se classe en huitième position à l’issue des éliminatoires ! Triplera-t-il avec Banditos la mise aux dépens de  Curtis Eustace, son frère, arrivé second l’année dernière et sa représentation de Kamatachi, le papillon démon chinois, arrivé cette fois-ci premier aux éliminatoires, Marlon Rampersad et sa Touche de Midas arrivé second ou encore Raymond Mark et son Pluton, Roi du Sous-Monde arrivé troisième?

1440172

Et du coté des reines putatives Gloria Dallsingh, du groupe carnavalesque de San Fernando Call of Duty élue en 2016 pour sa composition d’Artémise, la reine guerrière, arrivée cette fois-ci troisième aux éliminatoires,  saura-t-elle renouer  avec la couronne avec son nouveau costume Joyau de l’océan ? Il faudra pour cela faire trébucher des concurrentes comme Savitri Holassie et sa Salicia , Reine des Mers , classée première, ou encore Krystal Thomas du groupe carnavalesque Paparazzi Carnival’s Sky gazers et sa Chasseresse de Têtes, arrivée en seconde position à l’issue des éliminatoires mais actuelle reine puisque couronnée en 2017 pour sa personification de Nebula. Que la meilleure gagne  !

2178925-1.jpg

 

Et je jure par avance allégeance jusqu’à mercredi des Cendres à quels que soient celui et celle qui seront choisis en grande pompe ce soir à partir de 19 heures au Queen’s Park Savannah, Port-of-Spain    pour personnifier le couple royal de la débauche !

Il y a certes la crise économique qui a été la cause de réductions significatives ans les investissements des sponsors publics comme privés mais malgré tout la fête sera belle ! il y a certes le carnaval de Rio, celui de Salvador, celui de Recife parmi les plus grands au Brésil mais celui de Trinidad brille lui aussi de tous ses feux à faire pâlir d’envie ceux de Jamaïque, Ste Lucie, Grenade, Guadeloupe, Martinique, Saint-Kitts, Saint-Vincent, Sainte-Croix, Antigua. Cette année je me contenterai de sauter-mater à distance. L’année prochaine c’est promis je fêterai le carnaval, I’ll play mas, I’ll whine and grind et le mercredi des cendres je mangerai du bake and shark sur la plage !

Avant tout le déferlement actuel de carnaval actuel de Trinidad il y avait jusqu’en 1948 il y a presque une éternité, un seul jour de fête, dimanche-gras. Le jour du mas, le jour de la mascarade. et bien avant encore il y avait le canboulay, mais là on se retrouve au 18eme siècle.

Entre 1783 et 1836, année de l’abolition de l’esclavage à Trinidad, le carnaval est réservé  à l’élite blanche internationale (française et anglaise) et aux travailleurs sous contrats. Les métis et autres gens de couleurs et les noirs gens  étaient  exclus de ces célébrations. L’élite blanche européenne  se déguisait en neg jardin  (ceux qui cultivaient la terre, brûlaient les champs de cannes) ou en mûlatresses et faisaient la procession des cannes brûlées.. Trinidad qui avait été sous domination espagnole  de 1496 à 1797 se retrouvait sous domination anglaise à partir de 1897 (même si ce n’est qu’en 1802 que la Grande Bretagne qui occupait l’île depuis 1797 en devint la puissance coloniale effective) .

L’élite dominante était française (issue de Guadeloupe, Martinique, Grenade, Saint-Vincent, Dominique et Saint-Domingue) suite aux cedula de poblacion de la couronne espagnole de 1776 et 1781 qui autorisait aux français catholiques de venir s’installer sur Trinidad en leur offrant des terres cultivables et un dégrèvement d’impôts sur 10 ans avec la possibilité d’amener avec eux leurs esclaves, leur capital et leur know-how esclavagiste. Les  libres de couleur se précipitèrent aussi et constituèrent  la majorité des propriétaires terriens. Apres l’abolition, pendant 10 ans on nomma canboulay ces fêtes qui eurent lieu le 1er août, jour de l’abolition et qui furent alors récupérées par la population servile désormais libre. Puis à partir de 1846 les réjouissances furent déplacées avant le Carême (Lent en anglais)

Avec le canboulay fut introduit le kalinda (lutte au bâton). Muni de son bois chaque combattant africain affrontait dans un cercle un autre d’une autre communauté et chaque groupe avait sa chantuelle, une sorte de griot, qui accompagnée d’un groupe de femmes chantaient pour galvaniser leur champion et intimider de ses aiguillons vocaux l’adversaire. Ainsi naquit le groupe carnavalesque

Puis on se retrouvait sous des tentes kaiso pour chanter tous ensemble des kaiso (mêlant irrevérence, insinuation sexuelle, jeux de mots à double sens, satire politique et sociale) toujours sous la houlette de la chantuelle, accompagnés d’instruments de musique divers préfigurant ainsi  la musique qui allait plus tard devenir  calypso et plus tard encore la  soca. Les pouvoirs locaux français ou anglais commencèrent à dénigrer le canboulay qu’ils rebaptisèrent jamette, (du français diamètre) refuge selon eux du sous-monde de marginaux, prostituées, voleurs, etc

Les pisse-en-lit étaient des hommes déguisés en femmes, lubriques

En 1846 on interdit masques et mascarades. En 1880 toutes formes de percussion africaines sont interdites. Malgré tout cet arsenal juridique du gouvernement colonial le canboulay continuait à prospérer à Port of Spain jusqu’aux émeutes du 28 février 1881 qui occasionna la mort de 4 policiers et d’un descendant d’africain. Malgré l’autorisation du gouverneur qui jura de ne plus s’immiscer dans les affaires de la mascarade celle-ci fut annulée en 1884 et remplacée par quelque chose de plus respectable le lundi gras qu’on nomma j’ouvert (du français jour ouvert). Ce jouvert continue vivant de nos jours officiellement à  partir de 4 heures du matin de la nuit du dimanche au lundi et ceci jusqu’à pas d’heure. On saute-mate barbouillé de boue, glaise, peinture, graisse, chocolat, au choix et fortement imbibé de vapeurs d’alcool. On porte queues de diables et tridents ! il fut un temps où on se barbouillait de goudron. Le canboulay (fêté lui chaque vendredi de carnaval) comme le jouvert symbolisent la force et la résilience de la communauté noire à Trinidad.

 

Une nuit blanche vaut deux messes noires, ou quatre croche-pieds ou une demi-pause café ou deux soupirs

les-durees-des-notes-schema

En théorie musicale de langue française, la durée d’une ronde équivaut à celle de deux blanches, une blanche dure deux fois plus qu’une noire. Une noire dure deux fois plus qu’une croche, une double croche dure deux fois moins qu’une croche, et ainsi de suite on peut aller en triple et en quadruple croche. J’ai de tous temps écouté des blagues qui reprenaient cette théorie musicale et qui servaient à véhiculer l’idée qu’une femme blanche en valait deux noires. Moi j’aime à penser qu’une nuit blanche n’en vaudra jamais deux noires mais c’est une question de goût. Et encore il ya des nuits blanches immémorables ! Avec les notes, voyez-vous, on peut tout faire, même des confettis ! On peut faire dire aux notes tout et son contraire ad libitum.

Tout ceci pour dire que la blague « une blanche vaut deux noires » un peu potache voire à connotation raciste selon le ton selon lequel elle est proférée peut fonctionner en français mais ne fonctionne pas en anglais puisque dans cette langue la ronde s’appelle whole note, la blanche half note, la noire quarter, la croche eighth, la double croche sixteenth, la triple croche thirty-second, la quadruple croche sixty-fourth. Les crochets qui symbolisent les croches s’appellent drapeaux en anglais (flags) et la portée s’appelle staff. La clé de sol  se nomme treble clef ou G clef, la clé de fa  Bass clef ou F clef. Les dièses et les bémols se font appeler flats ou sharps et font partie des accidentals.

En anglais a white note est n’importe laquelle des notes (the naturals) jouée sur les touches blanches (white keys) d’un instrument. A black note bien entendu se réfère à n’importe laquelle des touches noires (black keys) de ce même instrument.

Cela ne veut pas dire que les notes n’ont que deux couleurs puisqu’il y a la fameuse blue note que les bluesmen et les jazzmen ont en adoration.

Guido d’Arezzo (995-1050), le moine bénédictin de la péninsule italienne qui mit à jour la notation musicale et leur coloration qu’il croyait universelle la basant sur un intervalle d’octave avec 12 demi-tons ignorait probablement que d’autres cultures ignorées de lui à l’époque évoluaient sur une système à 5 notes, l’échelle pentatonique. Cette tradition musicale occidentale ne doit pas faire oublier l’importance des traditions musicales non-occidentales et il ne serait pas étonnant que ans une tradition musicale donnée il y ait des notes, rouges, vertes, orange ou violettes car chaque tradition musicale a son propre langage, ses dialectes, ses verlans et ses créoles. On pourrait même parler de basilecte et d’acrolecte en évoquant les notes ! Et alors attention à la traduction, attention au jeu du je !

guy_arezzo_08

Traduttore traditore dit l’adage ! Le traducteur qui veut éviter à tout prix d’être un traditore à la mode italienne, un traître, doit se méfier dans ses traductions de mots contenant en français les mots noir ou blanc. Prenons cette phrase et confions-la au traducteur automatique de google par exemple :

Une nuit blanche vaut deux messes noires, ou quatre croche-pieds ou une demi-pause café ou deux soupirs.

A sleepless night is worth two black masses, or four eighth-notes or a half-coffee break or two sighs.

Le brède patat de l’Epiphanie

 

 

Aujourd’hui c’est les Rois ! Le 6 janvier ! Et si on se couronnait d’une galette de brèdes patat ? Ca tombe bien le Roi Mage a trouvé des brèdes patat dans le rayon fruits et légumes du SNIE sur la place du marché alors que sur le marché de Mamoudzou il n’y en avait que pour le brède mafane, alias cresson du Para !

J’aime la galette Savez-vous comment ? Quand elle est bien faite Avec du beurre dedans.

Moi j’aime bien la galette avec une pâte feuilletée et de la frangipane mais y en a comme les Niçois qui préfèrent une pâte briochée avec des fruits confits et d ‘autres qui ne la conçoivent qu’ avec une pâte à chou. Mais cette année, au diable les fèves, au diable les amandes, la pâte à chou, la frangipane, la feuilletée, la briochée et les fruits confits ! Cette année le Roi Mage que voici se passera de galette ! Cette année innovons, pardi ! Célébrons l’Epiphanie avec des feuilles de patate douce, pardi !

Eh mais j’y pense, j’en ai jamais mangé de ces feuilles de patate douce-là. J’ai l’impression d’être l’un de ces lapins ou un de ses cochons d’Inde que ma grand-mère feue Julienna élevait à Morin, Saint-Claude. Et tout à coup j’ai un doute : je crois bien qu’on mangeait le lapin mais que faisait-on des cochons d’Inde ? Finissaient-ils eux aussi dans le canari ? Mémé, si tu m’entends, fais-moi un signe ! Ai-je déjà mangé du cochon d’Inde. Car lapin se dit konding en kreyol et je trouve trop étymologiquement proche de cochon d’Inde. Je m’inquiète un peu car mardi dernier j’ai consommé du landra, du hérisson malgache et je ne sais pourquoi j’ai eu comme un goût de déjà vu, déjà mâché, déjà dégusté et pourtant je suis sûr de ne jamais avoir mangé de hérisson malgache ! Ah il va falloir que je mette ça au clair avec madame ma mère ! Car comme dirait feu mon père

« hérisson, lapin, rat ou cochon d’Inde, an pa papay ! »

Oh c’est abordable, vous savez, les feuilles de patates : 1,85€ le bouquet. Plus aborable que les feuilles d’épinards frais que j’ai vues la semaine dernière à 10€ le kilo, alors qu’à Saintes on en trouve à 3,50€ le kilo. Au moins c’est local les feuilles de patate, made in Mayotte.Et la chance, j’ai trouvé de l’aubergine coupée en lamelles (j’adore) à 4€ le kilo sur le marché. C’est vrai j’aurais pu acheter l’aubergine entière et la couper moi-même en lamelles mais depuis que j’ai découvert qu’on pouvait l’acheter déjà en lamelles toutes prêtes, jolies et séduisantes, pleines de sex appeal, je ne résiste plus, je n’achète plus qu’ainsi.

Mais il faut d’abord que je vous confie un secret. Depuis environ 2010, si ma mémoire est bonne, j’ai des trous de mémoire, des béances mêmes, concernant l’aubergine et la courgette. Cela date de l’époque où j’enseignais la gastronomie française à l’université et au Senac au Brésil. Dés que ces deux légumes se présentaient dans une recette en portugais je ne trouvais plus l’équivalent français. Tout se mélangeait pour aubergine je devais passer par eggplant en anglais et beringela en portugais voire bélangère et parfois rien ne revenait à la surface. Pour trouver mon salut, il fallut avoir recours à des périphrases (un légume qui a la peau violette, on l’utilise pour faire un accompagnement fameux dans le sud de la France mais alors même le nom de cet accompagnement m’échappait (et pourtant j’adore) et il m’échappe encore en ce moment où je vous écris. Oh je peux googliser et je vais retrouver ratatouille. Mais si j’oublie je vais parler du film où un rat est un chef de cuisine. hé hé pas folle la guêpe mage! Pour courgette j’avais à ma disposition zucchini en anglais et abobrinha mais courgette restait sourd à mes appels neuronaux. Pauvre mémoire ! et il m’arrive d’oublier aussi poivron (mais jamais pimentão, bell pepper), potiron (mais jamais abobora, pumpkin). J’ai maudit Alzheimer. Il suffit que je ne fasse pas pression sur mes neurones pour que le mot recherché revienne comme une fleur à ma boutonnière ! Mais pourquoi ces deux-la alors que des centaines d’autres légumes je les domine en français anglais portugais créole, parfois même hollandais, espagnol. Jusqu’à aujourd’hui en ce moment où je vous parle, il faut que je recherche sur ma feuille le terme aubergine pour vous le ressortir clair comme de l’eau de roche.

Alors c’est parti pour une recette aux brèdes patat et à l’aubergine.

Mais, minute papillon, cette feuille de patate douce est-elle vraiment une feuille de patate douce ? Selon moi la feuille de patate douce est différente. Il faut que j’en aie le coeur net. On ne va pas me vendre des vessies pour des lanternes , quand même ! Mais cette photo me rassure.

38354

C’est bien du brède patat que j’ai en main. Ouf je suis rassuré et du coup, comme je suis doublement rassuré, je vais faire un sauté de boeuf brèdes patat et aubergine qui s’inspire de la recette ci-dessus

Bon moi j’ai sorti l’artillerie:

brèdes patate douce

aubergine coupée en lamelles fines

oignon

ail

coulis de tomate aux herbes de Provence

gingembre

curcuma,

piment bonda man jacques

boeuf

sel

poivre

20180107_095152-84748893.jpg

qui aime bien chatouille bien

62

Tel Aristophane, je faisais mien jusqu’à peu de temps le vieil adage stoïcien « qui aime bien châtie bien ». « qui bene amat bene castigat » ! Qui aime bien corrige bien, essaie de rendre meilleur et cela passe parfois par des châtiments, des punitions, des brimades! Alors que j’habitais au Brésil j’ai senti que cet adage était loin de faire consensus. « Qui aime bien ne peut pas châtier » me disait-on effaré par la possibilité du châtiment amoureux. Seul Dieu peut châtier ! Qui étais-je donc pour aimer et châtier selon mon bon vouloir. Pourtant chez Socrate aimer et battre sont une seule et même chose. Mais les Grecs ne sont pas les Brésiliens ! Et au Brésil l’enfant est roi et a tôt fait de vous tancer vertement, et de vous signifier qu’étant le sang de votre sang tout doit lui être dû, pardonné, rien ne doit être expié, l’amour du clan étant plus important que la recherche de la vérité et de l’excellence et du dépassement de soi.

Les mots ont des sens et connotations variables selon les cultures. J’ai aussi appris de certaines personnes pieuses au Brésil qu’on ne pouvait utiliser le verbe adorer qu’avec Dieu. je ne pouvais donc plus adorer les palourdes, ni les gombos, ni les feuilles de dasheen. Je ne disais donc plus adoro à la connotation déiste mais je pouvais dire adolo, ou dolo. Comme quoi une lettre change et le monde est bouleversé. D’ailleurs pendant que j’y pense le mot anglais pour bouleversant est devastating

Dans qui aime bien châtie bien il y a pour moi l’idée que ce n’est pas parce qu’on aime qu’on ne doit pas être exigeant envers ceux que l’on aime et que cette exigence peut parfois mener au châtiment.

Mais maintenant que je viens de passer le cap Horn des 65 ans je change mon fusil d’épaule et je dis depuis Mayotte « qui aime bien chatouille bien ». Voilà qui est neptunien à défaut d’être jupitérien du fond de l’Océan Indien! Je ne cours pas le risque d’être honni. C’est mieux que « qui aime bien fait des guilis-guilis » ! « Qui aime bien fait des cocegas » ! Il y aura je n’en doute pas des esprits chatouilleux et chagrins au point de vouloir chicaner sur le genre de chatouille que je préconise et qui se mettront à déchiffrer dans le texte les mille arcanes du kamasutra. Chatouiller c’est étymologiquement provoquer des tressaillements; kietelen en néerlandais, tickle en anglais. Et comment provoque-t-on ces tressaillements, me direz-vous, Monsieur le Marquis Chatouilleur ? Sans aller jusqu’au kamasutra, il suffit d’aller aux aisselles, sous la plante des pieds car il ne s’agit pas de faire ronronner mais de faire tressaillir. La nuance est d’importance. Mais quoi qu’il en soit chatouiller est un verbe transitif comme aimer, il suppose un sujet et un objet et ceci dès le 15ème siècle puisque l’étymologie de chatouiller dans le cnrtl.fr cite cette phrase où chatouiller se disait alors catoillier et voulait dire tout simplement exciter en français médiéval selon Charles d’Orléans dans son ouvrage écrit en 1414 La retenue d’Amour, éd. P. Champion, 219-223 , 1923

« Quand Beauté vit que je la regardoye,

Tost par mes yeulx un dard au cueur m’envoye,

Quand dedens fu, mon cueur vint esveillier,

Et tellement le print à catoillier

Que je senti que trop rioit de joye. »

Bilan linguistique provisoire

1ER-JOUR-timbre-SALON-PHILATELIQUE-DE-L-OCEAN-INDIENPresque deux mois et demi de présence continue à Mayotte ! Où en sont mes apprentissages linguistiques ?

Quelles sont les langues en présence ? Le comorien, le kibushi, le malgache, le français, le créole réunionnais, le lingala…

Le comorien est une langue svo agglutinante dotée de l’iso 639.3. Les comoriens eux mêmes appellent leur langue shimasiwa ou shikomori. Le comorien possède 4 variétés ou dialectes proches du swahili, qui est une langue bantoue faisant partie des langues nigéro-congolaises

  • le mahorais (swb) ou shimaoré qui se parle à Mayotte
  • le mohélien (wlc) ou shimwali qui se parle à Mohéli
  • l’anjouanais (wni) ou shindzani qui se parle à Anjouan
  • le grand-comorien (zdj) ou shingazidja qui se parle en Grande Comore

Même si ces 4 variétés sont proches entre elles deux par deux (anjouanais et mahorais peuvent facilement communiquer entre eux, ainsi que mohélien et grand-comorien) il est plus facile parfois pour un Grand-Comorien de communiquer avec un Tanzanien qui parle swahili qu’avec un Mahorais.

Le kibushi est une langue malgache de la famille austronésienne, proche du sakalava de Madagascar

Le français est la langue officielle de communication mais comme aux Antilles il y a aussi des médias, surtout les radios qui communiquent en shimaoré. je n’ai  pas entendu sur les 3 ondes parler les autres langues comoriennes qui sont pourtant parlées par de nombreux milliers de migrants – on les appelle voisins alors que ce sont au minimum des frères et des cousins – venant d’Anjouan, de Moheli ou de Grande-Comore.

On enseigne le shimaoré à l’université.

Le trajet individuel de chaque Comorien fait qu’il peut parler facilement deux ou trois langues : français, shimaoré, kibushi, voire français, shimaoré, malgache, grand comorien, shimaoré, français

On trouve aussi des réfugiés politiques congolais en nombre, des Rwandais, des commerçants indiens, des « expatriés » venant de métropole, des Antilles, de l’Afrique Francophone (surtout Senegal et Togo), de la Réunion,etc.

Voila le tableau; Et moi qu’ai-je appris ? eh bien le bilan est triste. je l’avoue. Je ne sais toujours pas dire une phrase en shimaoré. Oui je peux dire Caribou ou anba gégé ou kwezi pour dire bonjour mais je ne sais pas dire au revoir. je sais dire merci , maharaba.


Je connais des mots épars tous liés à la bouffe : magi  (l’eau), mutsohole (le riz), mataba (feuilles de manioc pilées au lait de coco) , mabawa (ailes de poulet), putu putu (le piment), feliki (feuilles, brèdes), muohogo (manioc) n’ont pas de secret pour moi. Je ne mourrai pas de faim, ça c’est sûr ! Mais je ne sais même pas compter de zéro à dix,  ni même dire excusez-moi, ce qui fait que quand je suis dans un environnement qui ne parle que shimaoré, ce qui est trés fréquent sur les marchés et dans l’univers des personnes âgées, je suis particulièrement vulnérable.

Mais culturellement par contre j’ai progressé à une allure folle : je sais ce qu’est un mazaraka, un ngondro, un mindzano, un cadi, un muezzin, un banga, un frizou, je sais plus ou moins comment fonctionne une mosquée, comment fonctionne une école coranique, que l’arabe littéraire est enseigné aux enfants pour lire les textes sacrés mais que personne ne le parle à moins d’avoir vécu quelques années ou avoir fait ses études dans un pays arabe comme l’Arabie Saoudite où beaucoup vont faire le hadj sacré. Je sais l’importance des fleurs et particulièrement du jasmin, je sais qu’on croit outre à l’islam aux génies, aux esprits, les jinns, je sais qu’il y a des marabouts qui ont pignon sur rue, je sais que l’islam règne sans partage sur l’île et qu’il n’y a qu’une église catholique, je sais que les hommes ne peuvent pas se mettre du mindzano sur le visage et que la cuisine c’est l’affaire des femmes, je sais que les mariages durent une éternité pour se réaliser et coûtent les yeux de la tête et après avoir vu trois mariages je n’ai toujours pas vu une seule mariée. Il faut sortir les billets ! Je sais que le prophète Mohamed est né à La Mecque et mort à Médine et qu’il a eu 14 femmes légitimes. Je sais que boire de l’alcool est un péché ! Mais qu’avoir quatre femmes est une bénédiction ! Je sais que les femmes d’ici, les bouénis, ont bien au chaud de leurs salouvas de larges boutiques et arrière-boutiques rebondies qui font les délices de ces messieurs. Je sais que le vendredi, jour de la grande prière, les femmes se mettent sur leur 31 et font exploser leurs bodys. Je sais qu’après 18 heures quand tombe la nuit il faut être vigilant car certaines mauvaises ombres rodent. Je sais que dans les toilettes il n’y a pas de papier et qu’on se nettoie les parties à l’eau fraîche. Je sais que les séries indiennes font un tabac ! Je sais, on me l’a assez dit, que ce n’est pas l’Afrique, ce n’est pas la France, que c’est la souffrance ou la sous-France, allez savoir, je sais que la tension migratoire est forte, je sais que Canal Plus, SFR et Orange se partagent le gâteau télévisuel, je sais que je voudrais visiter les Comores, Madagascar et le Mozambique, voire la Tanzanie mais surtout je sais que je ne connais rien encore de Mayotte, je suis pire qu’un maki qui vient de venir au monde. Bouéni, Kani-Kéli, Sada, Coconi, Bandrélé, Chiconi pourtant si proches me semblent à l’autre bout du monde. Savoir qu’on ne sait rien c’est déjà un bout de chemin accompli, non ?!

 

Superman est-il animé par son cortex reptilien?

Ma chère et tendre analyste privée me propose en introspection, comme rituel d’accompagnement sur les derniers hectomètres menant à la borne km 65, la chanson de Gilberto Gil, Super-homem, qui date de 1979 et qui s’inspire du film Superman de Alexander Salkind sorti en 1978. Et me dit en souriant que derrière chaque grand homme il y a une grande anima. Derrière chaque Clarke Kent il  y a un Superman et une Lois Lane.

  https://youtu.be/4KTwdr5aTT4

Derrière chaque Superman, chaque homme d’acier ou de fer forgé il y a la fragilité masculine de Christopher Reeve qui vécut les neuf dernières années de sa vie tétraplégique. Il était né a New York un mois et 5 jours avant moi. Il est mort le 10 octobre 2004.
 https://youtu.be/oG-drSJ52x0

Un Superman selon Gil c’est celui qui assume sa portion féminine. En conséquence une Superwoman est celle qui assume sa portion masculine.

 http://gnt.globo.com/programas/papo-de-segunda/videos/4238440.htm

En termes junguiens la portion féminine inconsciente chez l’homme c’est l’anima  qui compense le conscient masculin tandis que la portion inconsciente  masculine chez la femme c’est l’animus qui compense le conscient féminin. Anima et animus couvrent des préjugés inconscients, des a priori qui vont contre balancer le conscient. Ces préjugés sont de l’ordre des humeurs et des caprices pour l’anima et au niveau des opinions pour l’animus.

 Moi je dirais plus sobrement que la portion indispensable à chacun n’est ni animus ni anima mais animale. 

L’anima c’est un reflet de l’âme féminine. L’animus est un reflet de l’âme masculine. 

J’ai des problèmes avec le mot âme, voyez vous. Je lui préfère le mot esprit, spirit. Comme dans l’adresse catholique en latin « Dominus vobiscum. Et cum spiritu tuo ».

L’âme me renvoie à des considérations religieuses, à cette question que pose le poete Lamartine quand il écrit dans ses Harmonies poétiques et religieuses en 1901: « objets inanimés, avez-vous donc une âme qui s’attache à notre âme et la force d’aimer? ».

Le même Lamartine écrit dans le même ouvrage : “Plus nous ouvrons les yeux, plus la nuit est profonde ; Dieu n’est qu’un mot rêvé pour expliquer le monde, Un plus obscur abîme où l’esprit s’est lancé.”

Tant que les fourmis et les criquets n’auront pas d’âme moi je n’en aurai pas. Je suis donc un superanimal, à défaut d’être un superhomme. L’homme est doté de raison nous dit-on, l’animal est mu lui par l’instinct et l’intuition.

Je pense au contraire qu’un superanimal est celui qui trouve dans l’instinct, qui n’est somme toute qu’un savoir toujours revisite, et l’intuition qui est un saut dans un vide préconçu, sa raison d’être.

Les rationalistes évoquent à loisir les bas instincts de l’homme: instinct de survie, de conservation, de procréation, ces instincts qui nous rapprochent de la bestialite, ces instincts primaires des bas-fonds, installés bien au chaud et préservés dans notre cerveau reptilien, le paléo cortex.. Ces sages exaltent les instincts supérieurs volatiles circulant eux entre les deuxième et troisième cerveaux dits cerveaux limbique (méso cortex) ou supérieur (néo cortex)

Entre tous ces cortex je suis un Superman, un dieu capable de modifier le sens de rotation  de la terre, de revenir en arrière  dans le temps s’il le faut pour sauver ma portion féminine  qui est ensevelie quelque part . Il faut que je cède les bagues et les anneaux de Saturne si je ne veux  pas perdre les doigts. Doigts et bagues ne font qu’un indossociable qui s’auto-anime, reanime et desanime tout en voguant sur le vaisseau animal mu par l’instinct et l’intuition. Sont-ce la mes portions féminines ? En avant  cortex ! On verra bien. Je continue ma route, sans boussole, sans nord, en pleine ame du cyclone. Superman n’est qu’un mot rêve pour expliquer l’homme animal. por causa da mulher…..

Tu saignes du nez

Je viens de manger un délicieux et volumineux faux-filet au restaurant Chicken avec en face de moi mon ami Alexandre, professeur d’espagnol d’origine sénégalaise. Il ne mange pas. Il est dejá pres d’une heure. Lui est en vacances et prend son apéritif. Toujours du vin rouge. Sa mère vient de décéder a 91 ans au  Senegal. Il en revient. Il est en deuil, me dit-il jusqu’au 27 octobre. Cela ne l’empêche  pas de boire son ballon de picrate reglementaire a la santé d’Hipocrate. Il ne mange qu’a 15 heures à l’ heure espagnole. Chicken c’est sa cantine. Il y mange tous les jours. J’ai règle, je n’attends plus que ma monnaie. Je dois partir vite fait car je recommence à une heure. Il faudra que je prenne un taxi. Et voilà qu’ il m’ assène un magistral: « tu saignes du nez. » Craignant l’épistaxis je palpe machinalement mon nez, les deux ailes, pas de sang à l’horizon. Il rigole. Je révise dans toutes les langues le sens de tu saignes du nez: seu nariz está sangrando, your nose is bleeding, ne aw ka pisse san, zijn neus is j’ai oublié quoi. Rien. Lui rit et regarde fixement mon entrejambe. Je réalise alors que ma braguette est ouverte. Fichtre. Il rigole. « Tu saignes du nez est une expression pour dire ta braguette est ouverte. »

Moi je connaissais: « la porte du garage est restée ouverte. » Je range donc vite fait bien fait ma Cadillac, coupe le moteur, puis met le frein à main. On est dans une descente, on ne sait jamais avec ces engins-la. Imaginez que le moteur s’emballe à froid et défonce  la porte du garage à nouveau. On serait bien ! Comment contester la science vernaculaire d’un docteur en espagnol diplôme de surcroît de la Sorbonne ? Eh oui il est fier de lui. Il me dit même de vérifier dans les dictionnaires. 

Bon, je ne savais pas que mon nez se trouvait au niveau de la braguette. J’essaie de voir un rapport avec fermeture éclair. Rien. Zip, rien. boutons de braguette. Toujours rien.

Ah elle est coquinette cette langue française. Fermer sa braguette ce serait alors se boucher le nez  ?

Ah il va falloir que je me jette dans l’étymologie de l’expression. Que dit ma bible, le Cnrtl? Rien. Ça doit être une blague sénégalaise, qui sait, puisque dans Sénégal il y a nez. Mais je dis ça, je dis rien.

Bon, faisons confiance à notre ami docteur en Sorbonne et je laissons jamais saigner nos nez. Une épistaxis est si vite arrivée. 

Saigner du nez, pisser du nez, ce n’est pas le même appendice, mais l’image est éloquente.

Je vais la ressortir des que je le pourrai. Mais il va falloir scruter dur les braguettes. Oh my God!