Haïti et la musique africaine

10 finalistes s’affrontaient cette année pour le prix découvertes RFI  2018 avec par ordre alphabétique Azaya (Guinée), Barakina (Niger), Biz Ice (Congo), Buravan (Rwanda), Gasha (Cameroun), Geraldo (Haïti), Iyenga (RD Congo), Maabo (Sénégal), OMG (Sénégal) et Ozane (Togo).

Ce prix récompense les jeunes talents du continent africain depuis 1981.10000 Euros de dotation, une tournée en Afrique et un concert à Paris, voila la récompense !

L’an dernier c’est le Malien M’bouillé Koité qui avait dominé la finale face à la Camerounaise Lab’l, la Malienne Amy Yerewolo, la Sénégalaise OMG, le Togolais Prince Mo, l’autre Sénégalais Sarro, les Guinéens SO-S Def, Hans Nayna le Malgache et enfin le Togolais Willy Baby.

En 2016 parmi  As Gang Cote d’Ivoire), Pamela Badjogo (Gabon/Mali), Atis Constant (Haiti), Daba (Sénégal), Kandia Kora (Guinée), Minah (Madagascar), Angel Mutoni (Rwanda), Soul Bang’s (Guinée), Stella Afro (Madagascar) et The Ben (Rwanda) c’est   le guinéen Soul Bang’s qui fut lauréat.

En 2015 la cap-verdienne Elina Almeida l’avait emporté avec sa chanson  Ora Doci, Ora Margos (Lusafrica)

En 2014 ce fut le tour de la sénégalaise Marema

En 2013 le Burkinabé Smarty

La finalissime de 2018 a eu lieu le 8 novembre ! Je vais être franc avec vous, j’aime beaucoup la musique mais j’en écoute rarement. Ca me vient par vague, tout à coup je m’y plonge te quand j’en ressors je suis gavé pour 6 mois. Je suis une vraie éponge. Il suffit de me mouiller un peu et ma plante grandit grandit, ses feuillent naissent, des bourgeons apparaissent et il faut déja m’égourmander.

Etant caribéen j’ai eu tout d’abord la curiosité d’écouter Géraldo l’haitien. Ne connaissant aucun des interprètes il fallait bien commencer par quelqu’un et pourquoi pas quelqu’un de ma sphère immédiate de compréhension. Je n’oublie pas certes que j’ai des racines africaines mais j’ai pris ce parti-pris sans même y réfléchir de commencer par Geraldo.

114807_2018_09_05_10_02_31_backimg

Selon Geraldo pour être sélectionné il faut avoir déjà commis un album avec au moins 6 plages. Mais j’ai tout de même une question qui m’intrigue. Il s’agit de musique africaine,  et si la musique haïtienne est considérée comme africaine on pourrait à juste titre considérer que toute musique caribéenne est également africaine et au-delà même toute musique black du nouveau monde y compris brésilienne ! Ce que je veux dire, et ceci sans polémique ni esprit de chapelle, sans pour autant nier à Haiti le droit d’y être représenté, (d’autant plus qu’un artiste haïtien y a été couronné en 2006, Belo aka Jean Belony Murat)  c’est que j’espère que des artistes antillais se présentent aux éliminatoires et proposent leurs oeuvres. Que d’autres leur soient préférés c’est la loi du genre mais cela me semble important dans un esprit de justice.

Bon, personnellement je ne suis pas très sensible, après écoute,  à la proposition artistique de Geraldo. Selon moi, mais cela n’engage que moi, ce n’est pas du niveau de Bethova Oba ou même de Belo. Mais l’expérience m’a permis de me faire voir que j’avais des a priori musicaux. J’entends d’abord ce dont je comprends le texte : en français en créole, en espagnol, en portugais, en anglais, donc prioritairement. Ce n’est pas faire insulte aux autres. Je peux réagir au rythme, au son mais il me faut l’emballage textuel compréhensible. C’est ma limite !Je vais tout de même me mettre en quête d’écouter tous les finalistes pour ma culture personnelle. Je suis sensible aux rythmes mais aussi au texte . au message ! Mais saluons et écoutons et faisons confiance au jury ! Le lauréat est Buravan ! Yvan Buravan du Rwanda avec son single Garagaza!

Publicités

Max Rippon et la route du saccharhum

 

« Entre sillage et sillon chaque trébuchement est une construction d’autres socs enfoncés dans la chair de la terre » Max Rippon

Max Rippon (1944-) est  le fils spirituel de Guy Tirolien (1917-1988). Il a d’ailleurs il y a plus de trente ans effectué la traduction en kreyol de quelques-uns des 33 poèmes  de ce dernier publiés  à Présence Africaine en 1961 et assemblés sous le vocable Balles d’or. A l’intérieur de ce recueil figure la fameuse « Prière d’un petit enfant nègre » qui date elle de 1943. Mais moi j’ai surtout mémorisé une ligne de son poème     « Redécouverte » où comme dans le Cahier d’un Retour au pays natal de    Césaire en 1939 il constate avec effroi que

« … rien n’a changé.

Les mouches sont toujours lourdes de vesou,

Et l’air chargé de sueur »

En 1977 Guy Tirolien publiera Feuilles Vivantes au Matin. dont le titre est tiré du dernier vers d’un poème de Saint-John Perse du livre Anabase écrit en 1924 et intitulé « Chanson » qui dit

Feuilles vivantes au matin sont à l’image de la gloire

Il y a entre Rippon et Tirolien des vases communicants étranges car Rippon est né à Grand-Bourg, Marie-Galante tandis que Tirolien est mort au même endroit. Tirolien est né à Pointe-à-Pitre tandis que Rippon a quitté   Grand-Bourg à l’âge de 11 ans pour s’installer à Pointe-à-Pitre. Les deux parcours galantais se complètent. L’un prend le français au collet tandis que l’autre fait la part belle au kreyol.

D’autres influences sont celles qu’il a reçues de poètes radicaux comme Sonny Rupaire et Hector Poulet, partisans d’une poésie créolophone et engagée que Rippon a longtemps pratiquée et surtout déclamée. Il se démarque des autres par son style, son créole basilectal marie-galantais et sa préciosité, son raffinement, sa recherche qui rendent parfois son texte hermétique mais qui font résonner en nous sans que l’on sache bien pourquoi les flux et reflux de la singularité créole.

Rippon commence en  fait quand Tirolien finit. Il publie en 1987 dans la propre maison d’édition Aicha son premier ouvrage Pawol Naïf suivi en 1989 par Feuille de Mots aux Editions Jasor.

Voici ainsi son poème extrait de : Débris de silence (2004)

Débouya sé péché ou sav

Débouya pa péché

yo fè-w akwè

konplo a nèg sé konplo a chyen

yo fè-w akwè

palé kréyol sé pawol a nèg-dalo

yo fè-w akwè

nèg ni mové mannyè

nèg ka kaka an tou

nèg sé dènyé nasyon apwé krapo

yo fè-w akwè

é ou kwè tousa dépasé kwè

ou kwè lanmè sèk

ou kwè ravèt pani rézon douvan poul

ou woufizé mèt lèspwi a-w

égal pat égal mòdan

pou péyi-la pran lèv an avan

é flangé lanm kon penn-kanno cho défouné

ou woufizé bwaré lang a manman-w

ou wounonsé tété an manmèl

ou woufizé triyé diri é pach an tré

ou lésé van vanné pawòl ki di-w

débouya sé péché

kokangé sé honté

prangad

ou woufizé tann lokans hélé an koulé

prangad

fwè gadé kò a-w an fas

kenbon

fouwé zotèy a-w an fon tè gras

pou rédé péyi-la vansé

ti-tak douvan

Max RIPPON

J’aime ses poèmes mis en musique par Urbain Rinaldo comme ici Mawonnaj, extrait lui aussi de Débris de Silences.

et autres comme Perdre pied et attendre, tiré du même opus.

Max Rippon vient de commettre un ouvrage à trois mains autour d’une graminée. A lui le texte poétique, à Alain Darré les photos sur support d’aluminium (subligraphie) faites à Marie-Galante, à Michel Gravil la composition musicale. Quant aux prises de son qui nous immergent dans les flèches de canne, les machettes, le vesou, la mélasse et le clairin, elles sont de Ludovic Sadjan.

Tout cela pour retracer l’odyssée du rhum, ou plutôt la route du rhum intime de chacun qui est d’abord la route de la canne à sucre (Saccharum officinarum) en prenant pour héroïne l’île aux cent moulins. L’ouvrage s’appelle Saccharhum. L’exposition a été présentée à Saint-Malo avant le départ de la Route du Rhum du 6 octobre au 4 novembre 2018 et sera présentée à Pointe-à-Pitre du 9 au 30 novembre.

 

Sauter-mater à la mode de Montserrat

Sauter-mater c’est faire la fête sans trop se prendre la tête. Bouger son corps à perdre haleine, sans escale et sans assistance, sans artifice jusqu’à ce que les rotules demandent grâce. Jusqu’à ce que les reins  se révoltent et implorent le repos et la bouteille d’eau fraîche pour compenser les pertes. Jusqu’à ce que la sueur qui perle se fasse rivière, fleuve, océan et que la chemise se soit transformée en serviette de plage.

J’ai beaucoup sauté-mater dans ma vie. Et de temps en temps je ne répugne pas à booster le vieux-corps que je suis devenue. Il faut parfois se faire violence mais il y a des rythmes qui me font hérisser les poils de mes pieds et jambes et alors plus rien ne m’arrête. Et parmi ces rythmes il y a en a deux, le calypso et la soca, que je vénère par-dessus tout. Oui pour sauter-mater je ne connais pas mieux !

Je n’ai rien contre le zouk mais il faut être deux, je n’ai rien contre la salsa que j’adore aussi mais il faut être deux. Pour danser seul, sans haine et sans honte, il faut le calypso ou la soca et là même un unijambiste montserratien ou trinidadien vous montrera comment on fait valser la piste.

Pas besoin de vous faire une historique e ces deux genres musicaux. branchez-vous seulement sur une station de radio qui distille à longueur de journée votre médicament !

eh bien moi en bon calypsonian, je me branche aussitôt réveillé sur  ZJB RADIO, the Spirit of Montserrat, live from  Plymouth, Montserrat.

zjb-logo.png

Je ne sais pas trop expliquer pourquoi mais j’ai toujours aimé ce mot Montserrat. Au Brésil mon rêve était d’habiter dans le quartier de Montserrat, un petit quartier tranquille en face de la mer, derrière l’Eglise de Bonfim, à Salvador, Bahia, Brésil.

Un jour, c’était pendant l’été 1995, j’ai vu que Plymouth, la capitale aux pieds du volcan, avait été ensevelie sous les cendres et c’est alors que Montserrat est entrée dans mon imaginaire, comme île fantôme. Une bonne partie de la population insulaire a émigré vers la Grande-Bretagne. Deux tiers des Montserratiens vivent en Grande-Bretagne et ont un passeport britannique. Du coup j’avais oublié Montserrat qui pourtant ne se trouve qu’à km de la Guadeloupe. On peut voir Montserrat de Deshaies par beau temps. et ne voila-t-il pas que je reçois en live  sur 95.5 MHZ ZJB Radio ! S’il y a une radio c’est qu’il y a des gens ! Les gens ont trouvé refuge loin de la zone V, celle du qui se trouve à portée des cendres du volcan Soufrière Hills et la ville submergée sous les cendres de Plymouth la vie continue. Antigua renaît

VisitMNI_logo_white.png

Montserrat est revenue à la surface même si l’activité sismique est toujours présente. Cela fait plus de 23 ans que l’éruption est en cours avec des hauts et des bas ! Il y a eu les cendres, les coulées de lave, les débris, les coulées pyroclastiques, bref il y eu avant tout cela Hugo, le cyclone en 1989. Bref Madame Soufrière a fait des siennes. Depuis 1997  Plymouth au sud-est de l’île a été abandonnée et placée en catégorie V. Interdiction de circuler sauf accompagné d’un guide habilité. Quand aux autres parties de l’île les secteurs dits A et B sont des zones habitables, tandis que les secteurs C et F ne sont pas habitables mais peuvent être parcourus de jour mais pas de nuit.  Il suffit de voir le site Visit Montserrat pour comprendre que l’île a repris du poil de la bête. Au diable la fatalité. Il faut vivre avec ce risque comme nous vivons en Guadeloupe avec le risque des cyclones, des secousses sismiques et telluriques.!

map1.jpg

Je sens que Montserrat, qu’on appelait autrefois the Esmerald of the Caribbean, l’Emeraude des Caraïbes,  va devenir incessamment sous peu mon port of call, mon port d’attache. Tout de même elle se trouve à 86 km au nord-ouest de la Guadeloupe, à 55 km au sud-ouest d’Antigua  et à 62 km au sud-est de Nevis. J’ai déjà tout prévu pour me rendre sur ma Pompei moderne. Eh oui je meurs de sauter-mater avec Madame Soufrière !

testbanner.jpg

  1. Aller retour en ferry de Basse-Terre à Saint-John’s (Antigua et Barbuda).via jeansforfreedom.com
  2. Puis ferry de Saint-John’s à Plymouth. Ce ferry prend 1h30 et coûte 300 EC$

On peut aussi y aller en ferry via jeansforfreedom 3 fois dans l’année. En 2019 ce sera à la Saint-Patrick le 16 mars, le 4 mai et le 17 juillet. Le départ se fait à Basse-Terre à 7 heures su matin . On est à Montserrat à 9 heures. Le retour c’est le jour même à 18 heures pour arriver à Basse-Terre à 20 heures. L’aller-retour coûte 89 €.

IMG_4841.jpg

Le problème c’est qu’il y a très peu de trafic aérien direct avec mon île fantôme. Ou alors cela coûte les yeux de la tête. On peut effectivement trouver des vols pour se rendre de PTP Pôle Caraïbe en Guadeloupe à  MNI John A. Osborne Airport (Gerald’s,  Montserrat). Mais à quel prix ! Voyez plutôt. Tout cela pour parcourir 57 miles en 45 minutes en coucou à   8 places !

Et moi je voudrais y passer entre Antigua, Barbuda , Montserrat, et éventuellement Nevis un minimum de 15 jours. Les voyages découvertes d’une journée au pas de course, très peu pour moi. Ah non sauter-mater au pas de course, ça va bien pour le carnaval, mais moi je ne veux pas participer au vidé, messieurs dames, j’ai rendez-vous avec Madame Soufrière et je commence dès à présent à m’entraîner car cette dernière a un fameux déhanchement que je veux pouvoir suivre comme du papier millimétré sur l’oscilloscope.

Une autre solution serait de trouver un bateau à Deshaies qui me dépose sur le Fantôme d’Emeraude.

Mais la solution la plus évidente c’est d’arriver à Antigua et de là prendre soit un avion soit un ferry.

Air Canada

American Airlines 

British Airways 

Caribbean Airlines

Delta

LIAT

Thomas Cook

United Airlines

US Airways 

Virgin Atlantic

West Jet

Puis de Antigua prendre l’une des compagnies aériennes locales qui vous emmèneront sur Montserrat en 15/20 minutes ou le ferry en une heure et demie.

Par exemple on peut avoir un vol aller-retour entre ANU Antigua VC Bird Airport à MNI Montserrat pour entre  150 et 200 USD via FLY MONTSERRAT ou Montserrat Flights (ABM AIR).

Alors on danse, Madame Soufrière ?

 

Toussaint Ordinaire à Bouillante

Aujourd’hui premier novembre 2018 je vais fêter la Toussaint à Bouillante. En voiture Deshaies-Bouillante ça nous prend environ une demi heure. Nous sommes invités à passer la journée chez une cousine. Étape obligée en ce jour des saints la messe à l’église Saint-Louis de Bouillante. 9h10 l’église est bondée. Tout le monde est sur son trente et un, poudré , parfumé d’élégance en ce premier jour de novembre. Le blanc est de sortie. Tous immaculés. Sans tache. Les saints sont à l’honneur. Mais déjà dans les cimetières cela s’anime. Bouillante possède deux cimetières. Celui des Doublons et l’autre sans nom. Les Doublons héberge l’élite des défunts. L’autre le menu fretin. Ma famille sans doute est en grand nombre dans celui du menu fretin mais par acquit de conscience au cas où un vénérable ait existé parmi les trépassés miens je me promets de rendre une petite visite aux Doublons qui apparemment est plus proche de l’église donc plus proche de Dieu. Ça va commencer. Après quelques photos je m’éclipse. Je préfère prier sur le banc à l’ombre sur la place.

Puis c’est l’heure de la visite au cimetière. Apres un petit quart d’heure je decouvre UNE TOMBE INTITULÉE BALTIMORE.

Puis c’est le déjeuner des saints. Après un petit punch viennent la salade, tomate betterave, sardines, le concombre râpé , l’avocat, le blaff de colas, un poisson qui ressemble comme deux gouttes d’eau de mer au vivaneau, le fruit à pain, les poyos, la patate douce, le riz blanc, le piment et le cabri. Et comme dessert glace au coco et rhum raisins.

Entre saints, normal de se faire des gâteries. BON SOUVENIR que ce lodé de LA TOUSSAINT

Bébé, Bébé, Apa oswè a

Médé Médé apa oswè a ! Je me réveille à deux heures trente du matin . Yekrik yekrak. Mon lit est devenu bari à salézon échoué au beau milieu de mes rêves paradoxaux sur ce refrain de gwoka revisited à sa sauce pimentée par mon inconscient de tambouyé .

Ce n’est pas cette Manzè Bébé mais ça y ressemble. Si ce n’est pas elle c’est donc sa sœur jumelle ou très proche. Oh ce n’était pas Médé Médé qu’on chantait, ça c’est sûr, je crois plutôt que c’était Dédé Dédé ou Bébé Bébé. Peu importe mais quand même. C’est un gwoka ancien qui bat dans ma tête. Et qui me ramène environ 40 ans en arrière. Je revois en caméra lente, les circonstances, les lieux vagues, les visages flous, les tambours battent tout seul, Dédé aime-moi, apa oswè-a. Bébé doudou, Apa oswè-a. C’est un combat nocturne entre Bébé et Dédé et BÉBÉ veut son plant de poyo et DEDÉ , vyé moso fé-a, est las. MANZE Bébé voudrait qu’on s’occupe de son jardin mais Missie-a a seulement son sab sur lui. Il a beaucoup travaillé. Il n’a pas les outils qu’il faut dit-il pour travailler ce jardin la. Il n’a ni hache ni pikwa, ni houe. MANZE Bébé lésé mwen ale. Mais Dedé ou était-ce Wobè fait partie des braves. MALGRÉ LA FATIGUE IL ENTREPREND DE METTRE AVEC SA PINCE UN BON PLANT DANS LE JARDIN DE LA Dame. Manze Bébé ochan pour qu’on lui plante une graine dans le jardin et le jardinier qui n’en peut mais. Apa oswè-a.. Les repondeurs répondent en cadence « apa oswè-a ». Man ka mandé le réponde , Natalyo. Dédé touche moi, Dédé prends moi, Dédé donne-moi. Dedé plante-moi. BÉBÉ A LA VOIX CAJOLEUSE. DÉDÉ VOUDRAIT RENTRER DORMIR À KAZ Mais LE KA RONFLE. MANze BÉbÉ A BESOIN qu’on laboure son jardin et a beau virer à droite virer à gauche ne trouve pas le bon sommeil chaud. Missié Dédé ka fè sanblan mo. Daprey I las. Soukwé kow, vyé fenyan! Konba mélé . Dédé Dédé !

Et si c’était Dédé Saint Prix, ce Dédé. Ah si Émile Mondésir ou son frère Hervé ou encore leur grand frère, ex champion de ping pong a Aix en Provence. Prof de philo, et chanteur de ka, Edmond Mondésir était dans les parages il me remettrait illico sur le bon chemin de ce ka égaré. Un bele perdu. Dédé pique-moi, apa oswè-a. Dédé, soulage-moi, apa oswè-a. Ou serait ce du Eugène Mona. Angoulous se lanmo. Woye Woye, woye, woye. Ma maman m’a dit comme ça, faut pas faire malélivé , je révise en boucle mes classiques. Esnard Boisdur, Ti Sélès , Carnot, Robert Loyson, Vélo, Guy Konket, Napoléon MAGLOIRE, Gaston Germain Calixte. Je sens en moi japper des chiens et des bourik ruer des quatre graines. Les maringwen me piquent. Dedé Dedé apa oswe-a, Dédé chaléré mwen. Dedé fait sa prière. Notre père qui es aux cieux que ton nom soit sanctifié que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Je vous salue Marie, peine de grâce, le seigneur est avec vous. Mais malgré toutes ces prières le jardin est toujours en feu. Les outils pour planter la graine n’ont pas suffi. Manze Bébé veut et exige son plant. Vous qui me lisez, vous voyez bien que je mélange des MANZE Bébé et Dedé, et que chat ka tête rat, rat ka tête chat, ka souse zo a rat a Kaz an mwen. Boisdur, Mona, Vélo, Chaben, Napo, qui est l’auteur de ce morceau d’anthologie ? VOUS SAVEZ. DITES MOI LES LIENS

Mes douze jours de Noël

 

Les douze jours de Noel vont du 25 décembre au 6 janvier (Epiphanie). Il existe dans le repertoire anglais et américain une chanson qui chante ces douze jours et que j’aime beaucoup. On y évoque successivement une perdrix  dans un poirier, deux tourterelles, trois poules françaises, quatre oiseaux qui appellent, cinq anneaux d’or, six oies en train de pondre, sept cygnes qui nagent, huit servantes qui traient, neuf dames qui  dansent, dix joueurs de flûte, onze messieurs qui sautillent, douze joueurs de tambour. Toutes ces choses sont des cadeaux offert par un soupirant à son grand et unique amour. Certes c’est une allégorie qui commence dans une traduction approximative par

Le Premier Jour de Noël,  mon Vrai Amour m’a envoyé
Une Perdrix dans un Poirier  !

Mais voyons plutôt l’original  en anglais :

On the first day of Christmas, my true love sent to me
A partridge in a pear tree.

On the second day of Christmas, my true love sent to me
Two turtle doves
and a partridge in a pear tree.

On the third day of Christmas, my true love sent to me
Three French hens, two turtle doves
And a partridge in a pear tree.

On the fourth day of Christmas, my true love sent to me
Four calling birds, three French hens, two turtle doves
And a partridge in a pear tree.

On the fifth day of Christmas, my true love sent to me
Five golden rings.
Four calling birds, three French hens, two turtle doves
And a partridge in a pear tree.

On the sixth day of Christmas, my true love gave to me
Six geese a-laying,
Five golden rings.
Four calling birds, three French hens, two turtle doves
And a partridge in a pear tree.

On the seventh day of Christmas, my true love gave to me
Seven swans a-swimming, six geese a-laying,
Five golden rings.
Four calling birds, three French hens, two turtle doves
And a partridge in a pear tree.

On the eighth day of Christmas, my true love gave to me
Eight maids a-milking, seven swans a-swimming, six geese a-laying,
Five golden rings.
Four calling birds, three French hens, two turtle doves
And a partridge in a pear tree.

On the ninth day of Christmas, my true love gave to me
Nine ladies dancing, eight maids a-milking, seven swans a-swimming, six geese a-laying,
Five golden rings.
Four calling birds, three French hens, two turtle doves
And a partridge in a pear tree.

On the tenth day of Christmas, my true love gave to me
Ten lords a-leaping, nine ladies dancing, eight maids a-milking, seven swans a-swimming, six geese a-laying,
Five golden rings.
Four calling birds, three French hens, two turtle doves
And a partridge in a pear tree.

On the eleventh day of Christmas, my true love gave to me
Eleven pipers piping, ten lords a-leaping, nine ladies dancing, eight maids a-milking, seven swans a-swimming,
Six geese a-laying,
Five golden rings.
Four calling birds, three French hens, two turtle doves and a partridge in a pear tree.

On the twelfth day of Christmas, my true love gave to me
Twelve drummers drumming, eleven pipers piping, ten lords a-leaping, nine ladies dancing, eight maids a-milking, seven swans a-swimming, six geese a-laying,
Five golden rings.
Four calling birds, three French hens, two turtle doves
And a partridge in a pear tree.

 

L’interprétation qui est donnée de cette chanson est celle ci. chacun des cadeaux e chacune des journées qui suivent Noel est un enseignement religieux. Les nombres ne sont pas la par hasard.

1 =  la perdrix c’est Jésus sur la croix  et le poirier c’est l’arbre de la genèse où Adam a cueilli le fruit défendu. Tien je pensais jusqu’à présent que c’était un pommier ou un figuier.

2 = deux tourterelles évoquent lAncien et le nouveau Testament.

3 = trois poules françaises (la Foi; l’Espoir, l’Amour)

4 = quatre oiseaux (les quatre rédacteurs de l’Evangile: Mathieu, Luc, Marc, Jean),

5 = cinq anneaux en or (les 5 livres de l’Ancien Testament : La Genèse, L’Exode, Le Lévitique, Le Livre des Nombres et le Deutéronome)

6 = six oies qui pondent (les six jours de la semaine du lundi au samedi)

7 = sept cygnes qui nagent (les sept  dons de l’Esprit saint ::  L’Esprit de Sagesse, d’Intelligence, de Conseil, de Force, de Connaissance, de Crainte de l’Éternel et de Piété.  Ou alors les 7 péchés capitaux opposés aux  7 vertus :  l’Orgueil ( l’Humilité ),  l’Avarice ( la Générosité ),  l’Envie (  la Compassion  ),  la Colère ( la Patience ),  la Gourmandise ( la Modération ),  La Luxure ( la Chasteté ), La Paresse ( l’Ardeur ).

8 = huit fermières qui traient (les huit béatitudes, les huit vertus que Jésus a exaltées lors de son sermon sur la montagne :

Matt. 05:01. Et voyant les foules, il monta sur une montagne, et quand il fut assis, ses disciples s’approchèrent de lui:

Matt. 05:02 Et elle ouvrit sa bouche, il les enseignait en disant:

  • Matt. 05:03. Béni [sont] les pauvres en esprit: pour eux est le royaume des cieux. (Ceci est la première étape nécessaire, l’humilité, une reconnaissance consciente de la nécessité).

  • Matt. 05:04 Béni [sont] ceux qui pleurent: ils seront consolés. (Ceci est la deuxième étape, Pénitence, un deuil concernant des péchés passés.)

  • Matt. 05:05 Béni [sont] les débonnaires, car ils hériteront la terre. (Il s’agit de la troisième étape, la douceur, qui marque la naissance d’un nouvel esprit.)

  • Matt. 05:06 Béni [sont] ceux qui ont faim et soif de justice, car ils doivent être remplis. (Il s’agit de la quatrième étape, l’établissement d’un appétit spirituel, ce qui signifie la croissance.)

  • Matt. 05:07 Béni [sont] les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. (Il s’agit de la cinquième étape, la miséricorde, un attribut de Dieu, ce qui indique avancer plus loin.)

  • Matt. 05:08 Béni [sont] le cœur pur, car ils verront Dieu. (Il s’agit de la sixième étape, la pureté du cœur, qui marque la réalisation de plus hautes altitudes, où vient la vision de Dieu.)

  • Matt. 05:09 Béni [sont] les artisans de paix: ils seront appelés enfants de Dieu. (Il s’agit de la septième étape, rétablissement de la paix, une influence semblable au Christ, calmant les tempêtes de la vie.)

  • Matt. 5:10 Heureux [sont] ceux qui sont persécutés pour la justice »: pour eux est le royaume des cieux.

    Matt. 05:11 Heureux serez-vous, quand [les hommes] vous outragera, et persécuter [vous], et qu’on dira toute sorte de mal contre vous à tort, à cause de moi. {Tort: Gr. couché}

    Matt. 05:12 Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse: pour une grande [est] votre récompense dans les cieux; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui étaient avant vous.

    (Cette étape est la huitième et dernière, la réalisation de ce sommet, la souffrance pour le Christ, debout à côté des prophètes et des martyrs.)

9 = neuf dames qui dansent (les neuf fruits de l’Esprit-Saint : L’Amour,  La Joie,  La Paix,  La Longanimité,  La Bienveillance, La Bonté, La Fidélité,  La Douceur,  La Tempérance)

10 = les dix hommes qui sautillent (les dix commandements : 

Tu n’auras pas d’autres dieux que moi. Tu ne feras aucune idole, aucune image de ce qui est là-haut dans les cieux, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux par-dessous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces images, pour leur rendre un culte. Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux : chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération ; mais ceux qui m’aiment et observent mes commandements, je leur garde ma fidélité jusqu’à la millième génération.

Tu n’invoqueras pas le nom du Seigneur ton Dieu pour le mal, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque son nom pour le mal.

Tu feras du sabbat un mémorial, un jour sacré. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui réside dans ta ville. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a consacré.

Honore ton père et ta mère, afin d’avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu.

Tu ne commettras pas de meurtre.

Tu ne commettras pas d’adultère.

Tu ne commettras pas de vol.

Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain.

Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son boeuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient.

11 = les onze joueurs de flûte (les onze apôtres de Jésus : Judas Iscariote , celui qui a trahi ne figure pas au nombre original des douze)

12 = les douze joueurs de tambours ( les 12 croyances du Crédo des Apôtres :

1. Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, Créateur du ciel et de la terre,
2. et en Jésus-Christ, son Fils unique, notre Seigneur,
3. qui a été conçu du Saint-Esprit, (et) (qui) est né de la Vierge Marie ;
4. (Il) a souffert sous Ponce Pilate, (Il) a été crucifié, (Il) est mort, (Il) a été enseveli, (Il) est descendu aux enfers ;
5. le troisième jour, (Il) est ressuscité des morts ;
6. (Il) est monté au ciel,
(Il) est assis (variante : Il siège) à la droite de Dieu, le Père tout-puissant ;
7. d’où Il viendra (variante : Il viendra de là) (pour) juger les vivants et les morts.
8. Je crois en l’Esprit-Saint (variante : au Saint-Esprit)
9. à la sainte Église universelle (version catholique : je crois à la sainte Église catholique),
(à) la communion des saints,
10. (à) la rémission des péchés,
11. (à) la résurrection de la chair
12. (à) la vie éternelle.
Amen.

Quant à moi j’ai ma propre version : ça s’appelle les sept jours de mon anniversaire et ça commence aujourd’hui

A sept jours de mon anniversaire ma doudou m’a préparé un oeuf sur un lit de madère

A six jours de mon anniversaire ma doudou m’a donné  deux grains de riz , deux  haricots rouges et un oeuf sur un morceau de madère

A cinq  jours de mon anniversaire ma doudou m’a donné trois morceaux de boudin, deux grains de riz, deux haricots rouges et un oeuf sur un morceau de madère

A quatre jours de mon anniversaire ma doudou m’a donné quatre coulirous…trois morceaux de boudin, deux grains de riz, deux haricots rouges et un oeuf sur un morceau de madère

A trois jours de mon anniversaire ma doudou m’a servi cinq doigts de rhum… quatre coulirous, trois morceaux de boudin, deux grains de riz, deux haricots rouges et un oeuf sur un morceau de madère

A deux jours de mon anniversaire ma doudou m’a servi six louches de colombo de lambi… cinq doigts de rhum, quatre coulirous, trois morceaux de boudin, deux grains de de riz, deux haricots rouges et un oeuf sur une morceau de madère

A un jour de mon anniversaire ma doudou m’a servi sept belles palourdes… six louches de colombo lambi, cinq doigt de rhum, quatre coulirous, trois morceaux de boudin, deux grains de riz, deux haricots rouges et un oeuf sur un morceau de madère

Le jour de mon anniversaire m’a doudou m’a donné huit douces grenades… sept belles palourdes, six louches de colombo lambi, cinq doigt de rhum, quatre coulirous, trois morceaux de boudin, deux grains de riz, deux haricots rouges et un oeuf sur un morceau de madère

 

 

 

Cahier d’un retour vers Juniper natal

Chaque vol transatlantique est l’occasion pour moi de découvrir, outre de fabuleux couchers de soleil, un ou plusieurs univers musicaux inexplorés. Entre tous les artistes résidents d’îles et d’archipels épars, à ma disposition sur le vol Level 8001 à destination de Juniper natal, j’ai choisi d’écouter à 12191 m d’altitude:

Sonar contigo (3:06) qui date de 2008 et de l’album Los Mares de China, Estela (4:06), Me gustas (3:31), Mil veces prefiero (3:40), Ella era Mala (4:08), Quien sabe (3:59), de Zenet sorti en 2018 sur l’album « Sonar contigo. Una coleccion de sus grandes canciones 2008-2018 ». ZENET, c’ est plus précisément Antônio Melledo Escalona, né à Malaga en 1967, acteur, compositeur, plasticien espagnol. Un album sensuel, oh so mellow, une compilation des plus grands succès en espagnol qui mélange salsa, samba, chá cha chá, bossa nova, tango, bolero, smooth jazz, jazz manouche, en langue espagnole. L’album au total fait 38 minutes et propose dix morceaux métissés qui vous traversent comme des flèches en forme de contrebasse, D, accordéon, de clarinette, de flûte ou de trompette acérées lancées par Cupidon et Apollon…Les paroles sont toutes de Javier Laguna.

Dans la catégorie jazz and blues j’ai aimé aussi tout au long des 6859km et inflation qui me séparent d’Orly W à Juniper l’album de Slowly Rolling Caméra, intitulé prophétiquement « Juniper » . HUIT morceaux qui semblent comme des oies sauvages qui chevauchent les nuages pendant une expérience sensorielle de 42 minutes. « Juniper » le morceau qui donne le titre à l’album c’est déjà 7:45. Suivent Helsinki (5:56), A THOUSAND LIGHTS (2:47), HYPERLOOP (5:30), CROSSINGS (7:08), Nature’s ratio (1:58),The Outlier (5:31), Eight Days (5:53). JUNIPER C’EST ESSENTIELLEMENT Dave Stapleton aux claviers, Deri Roberts à l’électronique et Eliot Bennet à la batterie.

Envolez-vous, boussoles !

J’entame avec « Crossings » mon cahier d’un retour vers « Juniper » natal. Crossings veut dire traversées mais je lui préfère chemins de traverse, voire croisées de chemins, carrefours, peut-être avec un fromager ou un arbre fruitier géant du type corossolier ou prunier de Cythere au pied duquel des offrandes placées à la nuit louve amadouent les mille lumières ruisselantes des dieux d’ailleurs. BANANES, MELON, CAFE GUY LESUEUR, Prunes de cythere, Rhum Damoiseau, ananas. Sucre de canne. EAU DE SOURCE Saint Jude. LAIT.

Traverses, traversées, sur un radeau de vagues, confluences, mon cahier n’aura aucune page, ni même une couverture, aucun « point, sautez à la ligne » . Son ossature c’est le passage secret et souterrain d’un rhyzome à l’autre et c’est la sève qui perle, aux virgules aussi jalousement gardées que la Toison d’Or, qui écrira elle-même l’histoire singulière de ce retour, de ce retour d’un outlier, pas un outlaw, un outlier. Sonnez trompettes, résonnez saxos et trombones. Here I Come. Le retour à Juniper. Pas Jupiter. Juniper. Ulysse l’avait bien dit. Mieux vaut une Ithaque que mille Helsinki. Heureux qui comme Ulysse. Moi mon Ithaque c’est Juniper, et mon cahier ne perd rien pour attendre. Peut-être qu’une simple écriture à l’encre de Chine sur du papier Canson aurait suffi, suffit et suffira. Je ne sais. J’arrive comme une hyperbole qui a tourné viré sauté maté huit jours en boucles, huit jours de carnaval. C’est le ratio de la nature. Je n’ y peux rien. J’arrive. Le palmier sous lequel jadis mon nombril fut enterré est-il mal caduc ou plein de sève rhyzomique encore? Et la vague molle et fuyante comme une fourmi folle sur laquelle j’avais oncques tatoué mon nom saura-t-elle retrouver la mémoire enfouie de la surface de papier buvard? J’arrive. Sonnez hautbois, résonnez musettes. Il revient le divin enfant. JUNIPER, pays natal, prépare-toi. Medee revient. Oubliés Jasons, oubliés Égée. OUBLIEES MEDEES. Medeos revient au pays de ses pères.