There’s nothing like Père Labat on the rocks

I like banana, yes sir. I like caramel yes sir! I just have a crush on coconut, oh my God. I’m hooked on vanilla and I’m longing for the flavor of rocks. My rocks aren’t any rocks. I favor coconut rocks and sugar cane rocks. With Père Labat about any rock rocks. I usually have two. I move them around in circles as if my glass was a cocktail tumbler. So fresh. A glimpse of lime. My Père Labat is worth all the Wray and Nephew of The World of Rum. Père Labat is an annointed rum that makes a difference. I use it to rub my back, I use it to rub my gums. Père Labat is the best toothpaste you’ll ever get. Also good anti perspirant. This is my overproof rum. L’essayer c’est l’adopter.

Père Labat was from day one made to kill them, it was made to kill devils. Hence the name guildive.

And do you know why rhum spells with an h in French?

Les Pitons de Llewellyn Xavier

154db665b730456f43b40caa62320ae0

The Pitons est une aquarelle sur papier Arches (je suppose car la plupart de ses aquarelles portent la mention « watercolor on Arches paper ») du peintre, sculpteur, lythographe originaire de Sainte-Lucie Llewellyn Xavier, alias de Llewellyn Charles Xavier, né en 1945. Ces deux pics jumeaux – le Gros Piton qui culmine à 786 mètres et le Petit Piton qui plafonne quant à lui à 743 mètres – ont été distingués en 2004  avec le classement World Heritage (patrimoine mondial de l’humanité) par l’Unesco. Les jumeaux ou jumelles – car nul ne sait trop le sexe et le genre de ces west-indian twin peaks – se dressent près des bourgades de Soufrière et Choiseul sur le littoral sud-est de Sainte-Lucie.

xavier

Llewellyn Xavier n’est pas n’importe qui ! OBE (Officier dans l’Ordre de l’Empire Britannique) depuis 2004 s’il vous plait! Ca vous classe tout de suite le bonhomme ! Il a étudié outre à Sainte-Lucie à la School of the Museum of Fine Arts de Boston et au Nova  Scotia College of Art and Design d’Halifax, Canada.  Il est connu pour sa technique bien personnelle de mise en valeur de la couleur, de lumière, la texture et la beauté des Caraïbes. Même s’il a produit des oeuvres sur tous types de support dès les années 60 il est connu pour son activisme artistique politique et écologique à travers la Caraïbe.

Son oeuvre maîtresse est de 1993, année où il a produit une série intitulée Global Council for Restoration of the Earth’s environment, une oeuvre qui fait intervenir outre sa peinture, du matériel recyclé, des reproductions de dessins du 18ème et 19ème siècle reproduisant des oiseaux, poissons et autres animaux, des plantes pour la plupart disparues ou en voie d’extinction.

Il a aussi produit une autre série Environment fragile où il introduit dans sa peinture des éléments comme des timbres, des pots de peinture presque vides, du carton recyclé et des éclats d’or de 24 carats. Cette série met l’accent sur la dévastation subie par l’environnement et le coût élevé que représente cette destruction pour le genre humain

Il fait partie des collections permanentes de musées et galeries aussi prestigieuses que

The Smithsonian Institution, Washington, D.C.
The Metropolitan Museum of Art, New York
The Museum of Modern Art, New York
The Studio Museum, New York
The American Museum of Natural History, New York
Art Gallery of Ontario, Toronto, Canada
Howard University, Washington, D.C.
The Fitzwilliam Museum, Cambridge, England
The Victoria and Albert Museum, London
The Ulster Museum, Northern Ireland
The Walker Art Gallery, Liverpool, England
The Wolverhampton Art Gallery, England
Sussex University, Sussex, England
Oxford University, Oxford, England
The National Gallery, Jamaica
The Barbados Museum, Barbados
The State Department, USA
UNESCO
Fondation Clément, Martinique, France

L’homme, l’artiste majuscule aux 4 l, qui habite Silver Point, Mount du Cap, Cap Estate, Sainte-Lucie a exposé un peu partout :
2017 *Unix Gallery, New York, USA
*Fondation Clement, Martinique, France
*University of Texas at Austin
2016 Unix Gallery, Art Miami, Miami
Unix Gallery, New York (Future Anesthetics)
*Phillips, New York (Blue Ocean Sanctuary)
2009 *Caribbean Art Gallery, Saint Lucia, West Indies
2007 *Albemarle Gallery, London, England, (the launching of Llewellyn Xavier: His Life and Work)
2005 Whitechapel Gallery, London, England
1996 Harmony Hall, Jamaica, West Indies
1994 *Mutual Life Art Gallery, Jamaica, West Indies
The Contemporary Print Show, London, England
1993 *Barbados Museum, Barbados, West indies
*Patrick Cramer Gallery, Geneva, Switzerland
*New York Design Center, New York, USA
1982 Nova Scotia College of Art and Design, Halifax, Canada
1979 *Camera on Mass. Ave., Boston, USA, Conceptual, photographing Military Parade on
Massachusetts Ave.
*Piedmont College, North Carolina, USA, parallel to a lecture by Alex Haley, (author of Roots)
1977 *Afro/American Historical Museum, Philadelphia, USA
*Anamon Art Gallery, Toronto, Canada
*Howard University, Washington D.C., USA
1976 *Mazelow Gallery, Toronto, Canada
*The National Archives, Ottawa, Canada
*Afro/American Historical Museum, Detroit, USA
*Howard University, Washington D.C., USA
1975 Art Gallery of Ontario, Toronto, Canada
1974* Mazelow Gallery, Toronto, Canada
1973 The Oxford Gallery, Oxford, England, Curator: Edward Lucie-Smith, Art Critic, Art Historian, Author
I.P.G. United Nations, New York, USA
*Gallery III, Montreal, Canada
Saratoga Gallery, New York, USA
1972 The Museum of Modern Art, New York, USA
The Studio Museum, New York, USA
*The Whitechapel Art Gallery, London, England
Third British International Print Bienniale, Bradford, England
1971 The Commonwealth Institute, London, England
*D.M. Gallery, London, England, Curator: Sir Roddy Llewellyn,
organised by Penguin Books and Jonathan Cape
*Oxford University, Oxford, England
*The Round House, London, England
*Sussex University, Sussex, England
*solo exhibition

1200px-Flag_of_Saint_Lucia.svg

Bien sûr d’autres artistes peuvent légitimement arborer  les couleurs de Sainte-Lucie comme le regretté auteur d’Omeros, prix Nobel de littérature der 1992, Derek Walcott que j’ai déjà évoqué ici. Walcott se réfère souvent à Gros Piton dans son oeuvre comme ici dans Omeros LVII:

« In the midst of the sea there is a horned island

With deep green harbours

Where the Greek ships anchor.

It was a place of light with lunminous valleys

Under thunderous clouds. a Genoan wanderer

saying the beads of the Antilles named the place

for a blinded saint. Later others would name her

for a wild wife. Her mountains tinkle with springs

among moss-bearded forests, and the screeching of birds

stitches its tapestry. The white egret makes rings

stalking its pools. African fishermen make boards

from trees as tall as their gods with their echoing

axes, and a volcano , stinking with sulphur,

has made it a healing place.

Mais le plus remarquable c’est le drapeau saint-lucien qui arbore avec fierté les couleurs de ses twin peaks, ses deux Pitons : Petit Piton est couleur or, Gros Piton est couleur noire et blanc. Ces deux triangles dressent leurs cimes vers le ciel cobalt à parir de leur base la mer cobalt. L’auteur de ce drapeau est l’artiste saint-lucien Dunstan Saint-Omer (1927-2015)

Je suis tout d’autant plus naturellement  porté à pénétrer l’univers d’aquarelle de LX à travers la représentation des Pitons que je suis moi même né au pied de la Soufrière qui soit dit en passant culmine elle à 1467 mètres (contre je le rappelle respectivement 743 mètres et 786 mètres pour les Pitons)(quoi qu’en feet leur altitude se porte à 2,438 et 2,619 pieds). La vieille dame, comme on l’appelle n’a rien à envier aux deux pitons jumeaux et pourtant l’icone américaine Ophrah Winfrey a déclaré que les Pitons de Sainte-Lucie était l’une des 5 merveilles au monde à visiter pour ne pas mourir idiot.

Je n’ai pas d’avis sur la question n’ayant jamais visité ces deux pitons jumeaux, ces deux aiguilles géantes qui intègrent la chaîne de Qualibou aka Soufrière. The babies séparées par un autre piton qui leur sert de cordon ombilical le piton Mitan! Et je ne crois pas que le charme et la grandeur dépende de la taille.

pitons-st911094849.jpg

Tout est affaire de silhouette. Et peut-être aussi de bière puisqu’il y a une bière appelée Piton à St Lucia et aucune appelée Soufrière en Guadeloupe. Les pitons sont le symbole de Ste Lucie et figurent sur le drapeau national. Les Pitons n’ont rien à voir avec l’Everest et le Népal, (ils sont 15 fois plus petits que l’Everest, c’est dire), ils sont des pics de verdure, deux cones forestiers qui plongent dans la mer. C’est peut-être cet ancrage dans la mer, qui fait sa classe.  il y a tant d’histoires dans ces flancs, des histoires d’esclaves marrons, des histoires de boucaniers, des histoires d’amérindiens Caraïbes et Arawaks, des histoires de navigateurs qui y ont accroché leurs amarres ! Ce sont comme des aimants pour les montagnards (mountaineers) et autres randonneurs, marcheurs et aventuriers, trekkers  avides d’Himalaya antillais. Je ne suis pas si téméraire, quoi que haut-montagnard, haut-basse-terrien de naissance, iodé et boucané  entre mer , terre et Pindorama antique, je ne me suis guère aventuré plus haut que le premier plateau de la Soufrière. Que Lucie de Syracuse, cette vierge italienne oubliée, me vienne en aide et me donne la force un jour d’escalader les flancs de ces « géants » géologiques. Et si elle ne peut rien pour moi, qu’à cela ne tienne, j’escaladerai de mes lèvres, telle la montagne mystique, les parois abruptes d’une bonne bouteille bien fraîche de Piton lager beer

11212263374_ebb2711084_b

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

La plus longue éclipse lunaire totale du siècle entre au revoir et adieu

dh7u-unx0aenp8y1627579187.jpeg

Ce soir 28 juillet 2018 la lune va subir sa plus longue éclipse, la plus longue éclipse totale de ce vingt-et-unième siècle. A 21H30 heure française l’astre passera du cuivré aux 99 nuances de rouge et orange pour parvenir à 22H20 à la lune de sang, la lune rousse.. Cela durera au total 103 minutes, nous dit-on. Exactement 1 heure 42 minutes et 57 secondes. Le soleil, la terre, Mars et la lune resteront alignés sur le même horizon puis chacun reprendra sa dérive. Puis la lune sortira de l’ombre de la terre à partir de 23H13 et à 1H28 elle redeviendra comme à son habitude blanche. Et moi je continuerai en rêvant ma drive d’astronomie. Je ne sais trop si je dois dire au revoir à l’éclipse ou adieu.

Je n’aime pas trop le mot adieu car il implique une vision divine. On pourrait dire aussi en Dieu. C’est un peu une vision latine puisqu’on a aussi adeus em portugais, adios en espagnol, addio en italien où Deus e Dios e Dio sont les synonymes parfaits de Dieu. Mais au moment d’une éclipse totale de lune tous les êtres ont un rapport intime avec leurs instincts archaïques, leur moi primal.

Ce n’est pas par hasard si dans le Nouveau Testament et le livre des Révélations l’apôtre Jean dans Apocalypse 6:12 évoque un soleil noir comme un sac de crin (black as sackcloth of hair) (negro como saco de cilicio) (negro como un saco e cilicio) (nero come il carbone) et une lune rouge comme sang. Tout cela apparaît après un tremblement de terre terrible quand le messager, un agneau ouvre le sixième sceau.

Et la suite n’est pas très réjouissante dans Apocalypse 6:13

Les étoiles du ciel tombent sur la terre comme lorsqu’un figuier secoué par un vent violent jette ses figues vertes

On parle dans les versions française et anglaise de noir comme un sac en toile de crin (de chèvre ou de chameau) alors que dans la version portugaise et espagnole on parle de cilice, (negro como um saco e cilicio)(negro como saco de cilicio) une sorte de vêtement de bure que l’on utilisait pour se mortifier.

Que dit la version latine de ce jour de colère?

12 et vidi cum aperuisset sigillum sextum et terraemotus factus est magnus et sol factus est niger tamquam saccus cilicinus et luna tota facta est sicut sanguis

13 et stellae caeli ceciderunt super terram sicut ficus mittit grossos suos cum vento magno movetur

Ne finassons pas: le soleil n’est pas d’actualité, ce soir il ne sera pas disent les astronomes noir comme un sac de cilice mais ne devrions pas nous méfier un tout petit peu de cette lune de sang ?

Moi j’irai avec un parapluie car je ne veux pas me prendre des figues vertes sur la tête et des rafales de sang. J’ai bien regardé la météo. Les orages ne sont pas impossibles ainsi que le tonnerre et la foudre. J’ai déjà pris un petit café au lait et au chocolat pour dernier viatique !

Adieu ou au revoir. Goodbye or farewell, até logo ou adeus !

En fait de lune en menstrues je n’ai même pas vu de lune. Il est 22H54. Mais j’ai vu des centurions romains sous l’Arc de Triomphe de Saintes et des feux de bengale sous les colonnes à chapiteau dorique.

Sus au sans !

nopreservatives

La préposition « sans » est à la mode bio. On voudrait au nom  de principes forts sains apparemment : un vin sans sulfites, un œuf sans albumine, un savon sans phosphates. Un steak sans viande, une tomate sans pesticides, une christophine sans chlordécone, un bouillon cube déshydraté aux légumes bio sans sel, sans lactose, sans gluten, sans huile de palme, sans exhausteur de goût, sans arômes artificiels, un miel sans glyphosate, du chocolat en poudre sans gluten, une eau de source sans nitrates, un spray désinfectant sans javel, une crème de douche hydratante sans sulfates, un savon végétal sans parabène, une pâte à tartiner cacaotée sans huile de palme, du muesli sans sucres ajoutés, des frites sans matières grasses, des sardines sans arêtes, du colza sans néonicotinoïdes tueurs d’abeilles, du maïs sans ogm, de la bière sans alcool, des chips sans glutamate de sodium, bref j’en passe des vertes et des pas mûres. Je ne vous cache pas que je m’interroge sur ce que je mange. Puis-je encore faire confiance aux étiquettes et aux labels ? Car sans ne veut pas toujours dire zéro.

J’essaie tant que faire se peut de limiter les dégâts en consommant le plus possible bio ou sans engrais mais sans toutefois me faire trop d’illusions. C’est le marché qui commande.

 

Déverrouiller d’un regard

C’est le spot de Face ID, un logiciel de reconnaissance faciale, qui est inclus dans Iphone X. Il suffit de confier sa rétine, son nez et sa bouche à la caméra TrueDepth de votre Iphone X  et hop votre visage sera modélisé  en 3D ! Toutes les portes du monde Apple vous sont ouvertes mais il faudra montrer non seulement yeux, mais nez et bouche, sinon pas de déverrouillage. Unlock with a look, vous dit Apple ! Déverrouillez d’un regard! Est-ce mieux que Touch ID qui permettait de capter les empreintes digitales ? Voyez plutôt !

On peut aussi, suite logique, payer d’un regard (Pay with a glance) toujours avec ce fabuleux Iphone X, avec les logiciels Apple Pay et Face ID. Voyez plutôt !

La musique originale de Fly Market est Back Pocket de Vulfpeck ! Groovy !

A priori l’animal est fiable ! Je n’ai pas de Iphone X !Je ne vois pas l’intérêt d’investir autant pour si peu de choses mais je dois admettre que toutes ces avancées technologiques devraient à long terme nous servir fans la vie de tous les jours. Ainsi je me vois bien voyager sans passeport puisque je serai reconnu aux frontières par ce système incolore inodore. Je ne risquerai pas de me faire voler ma carte bleue puisque j’en aurai plus besoin. Je pourrai faire démarrer ma voiture d’un regard. Ma seule inquiétude c’est que ma vie privée sera en permanence online. Un autre inquiétude quelqu’un d’autre pourra faire une photo de mon visage, le digitaliser et s’en servir à mon désavantage. De plus j’imagine que si on a plus ou moins mis sur la touche Touch ID c’est que la technologie, j’imagine, devait avoir quelques flaws. Bref, je reste un peu dans l’expectative

UN CYCLONE NOMMÉ DENTELLE

pr-gallardo-hurricane-series

Il y a dans la famille cyclone deux lignées diaboliques: les Cacocyclones et les Agathocyclones. Qu’ils soient lions rugissants tropicaux ou serpents dévorants sub-tropicaux, qu’ils soient caïmans pleurnichards baillant leurs dépressions, panthères vomissant tempêtes ou baleines rotant cyclones, les vents sont des génies prodigieux et prestigieux. Leur sexe est indéfini au royaume de passementerie : Luis, Betsy, Hugo, Cynthia, Harvey, Irma, Maria ! Katrina, Andrew, Sandy, Ike, Wilma, Hugo, Rita, Frances, Charley, Ivan ! Leurs noms sont gravés au fer rouge dans les lacets de guipure du vent.

6085588376_302162f10d-500x350_2

Dès le 1er juin la saison des cyclones est ouverte. Hurricane season is open ! La WMO (World Meteorological Organization) puise dans sa liste de prénoms qui ne contient jamais les initiales Q, U, X, Y, Z. Donc pas de cyclone Ursula, ni Zoé, ni Xavier, ni Yann, ni Yolande ni Quénette. De plus la même liste revient tous les 6 ans. Quand un cyclone a été particulièrement mortel il disparaît de la liste c’est ainsi qu’il n’y a plus de cyclone Hugo (1989), ni Betsy (1965), ni Katrina (2005), ni Mitch (1998), ni Erika (2015)  ni Sandy (2012) par exemple.

2005 : Arlene  Bret Cindy Dennis Emily Franklin Gert Harvey Irene Jose Katrina Lee Maria Nate Ophelia Philippe Rita Stan Tammy Vince Wilma

2006 : Alberto Beryl Chris Debby Ernesto Florence Gordon Helene Isaac Joyce Kirk Leslie Michael Nadine Oscar Patty Rafael Sandy Tony Valerie William

2007 : Andrea Barry Chantal Dean Erin Felix Gabrielle Humberto Ingrid Jerry Karen Lorenzo Melissa Noel Olga Pablo Rebekah Sebastien Tanya Van Wendy

2008 : Arthur Bertha Cristobal Dolly Edouard Fay Gustav Hanna Ike Josephine Kyle Laura Marco Nana Omar Paloma Rene Sally Teddy Vicky Wilfred

2009 : Ana Bill Claudette Danny Erika Fred Grace Henri Ida Joaquin Kate Larry Mindy Nicholas Odette Peter Rose Sam Teresa Victor Wanda

2010: Alex Bonnie Colin Danielle Earl Fiona Gaston Hermine Igor Julia Karl Lisa Matthew Nicole Otto Paula Richard Shary Thomas Virginie Walter

2011 : Arlene, Bret, Cindy, Don, Emily, Franklin, Gert, Harvey, Irene, Jose, Katia, Lee, Maria, Nate, Ophelia, Philippe, Rina, Sean, Tammy, Vince, Whitney

2012 : Alberto Beryl Chris Debby Ernesto Florence Gordon Helene Isaac Joyce Kirk Leslie Michael Nadine Oscar Patty Rafael Sandy Tony Valerie William

2013 : Andrea Barry Chantal Dorian Erin Fernand Gabrielle Humberto Ingrid Jerry Karen Lorenzo Melissa Nestor Olga Pablo Rebekah Sebastien Tanya Van Wendy

2014 : Arthur Bertha Cristobal Dolly Edouard Fay Gonzalo Hanna Isaias Josephine Kyle Laura Marco Nana Omar Paulette Rene Sally Teddy Vicky Wilfred

2015 : Ana Bill Claudette Danny Erika Fred Grace Henri Ida Joaquin Kate Larry Mindy Nicholas Odette Peter Rose Sam Teresa Victor Wanda

2016 : Alex Bonnie Colin Danielle Earl Fiona Gaston Hermine Ian Julia Karl Lisa Matthew Nicole Otto Paula Richard Shary Tobias Virginie Walter

2017 : Arlene, Bret, Cindy, Don, Emily, Franklin, Gert, Harvey, Irma, Jose, Katia, Lee, Maria, Nate, Ophelia, Philippe, Rina, Sean, Tammy, Vince, Whitney

2018 : Alberto Beryl Chris Debby Ernesto Florence Gordon Helene Isaac Joyce Kirk Leslie Michael Nadine Oscar Patty Rafael Sara Tony Valerie William

2019 : Andrea Barry Chantal Dorian Erin Fernand Gabrielle Humberto Imelda Jerry Karen Lorenzo Melissa Nestor Olga Pablo Rebekah Sebastien Tanya Van Wendy

2020 : Arthur Bertha Cristobal Dolly Edouard Fay Gonzalo Hanna Isaias Josephine Kyle Laura Marco Nana Omar Paulette Rene Sally Teddy Vicky Wilfred

2021 : Ana Bill Claudette Danny Elsa Fred Grace Henri Ida Julian Kate Larry Mindy Nicholas Odette Peter Rose Sam Teresa Victor Wanda

2022 : Alex Bonnie Colin Danielle Earl Fiona Gaston Hermine Ian Julia Karl Lisa Martin Nicole Owen Paula Richard Shary Tobias Virginie Walter

2023 : Arlene Bret Cindy Don Emily Franklin Gert Harold Idalia Jose Katia Lee Margo Nigel Ophelia Philippe Rina Sean Tammy Vince Whitney

2024 : Alberto Beryl Chris Debby Ernesto Florence Gordon Helene Isaac Joyce Kirk Leslie Michael Nadine Oscar Patty Rafael Sara Tony Valerie William

2025 : Andrea Barry Chantal Dean Erin Felix Gabrielle Humberto Imelda Jerry Karen Lorenzo Melissa Nestor Olga Pablo Rebekah Sébastien Tanya Van Wendy


Pas un seul cyclone nommé Dentelle ! Et pourtant !

L’exposition Puerto Rico : Defying Darkness 2018 ouvre au 516 arts à Albuquerque dans l’état de New Mexico. Parmi les exposants, tous d’origine portoricaine, je note la présence de Frances Gallardo, artiste plastique dont les « hurricane series » ont retenu mon attention.

Son portrait du cyclone Cynthia m’a tout particulièrement touché. Elle s’est basée sur les archives du NOAA pour proposer un cyclone de papier, aux points, aux nouages, aux brides et aux motifs remarquables. Un papier aux creux et reliefs, aux volutes et aux arabesques si interminables qu’on pourrait à s’y méprendre qualifier de dentelle, de dentelle aux fuseaux du Quercy. Cette dentelle dont on fait les cyclones en capture la transparence et la fragilité. La dentelle, renda en portugais, lace en anglais, merletto en italien, encaje en espagnol, kant en allemand.

Il y aurait donc quelque part dans un grand vent de chanvre, de lin blanc, de coton perlé, de soie écrue des maîtres-dentelliers et maîtres-dentellières qui centimètre carré par centimètre carré broderaient à tombeau ouvert sur les îles éparses devenues coussins-tambours leurs éventails, traines et voiles de dentelle noire faits de nuages de volants aux tulipes et aux roses

Réflexions autour de trois bouteilles d’huiles essentielles

Cela aurait pu être tout simplement une nature morte aux trois huiles essentielles. Huile d’olive, huile e colza et huile de palme. Huile de colza pour le tout venant, huile ‘olive pour les salades et huile de palme pour lees spécialités bahianaises. C’est devenu un sujet de polémique nationale. Hystérie collective ? Enfin pas vraiment. Je dirais plutôt intérêts catégoriels bien protégés, l’intérêt colllectif cachant toujours l’arbre de l’intérêt individuel ! Bas les masques ! Les producteurs français de colza et de tournesol, fabricants de biocarburants et d’huile domestique montent au créneau et bloquent les raffineries de France et de Navarre. Total a commis le péché de trop. Importer du bio carburant d’Argentine ne prêtait pas trop à conséquences (tout de même 75 pour cent de cette huile était d’origine huile de palme) mais  vouloir raffiner en France, ans les Bouches-du-Rhône de l’huile de palme. C’en fut trop. Ce fut la goutte d’huile qui mit le feu dans la boutique ! Malgré la promesse par Total (mais on sait bien que les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent) de faire un mix où les producteurs de colza auraient droit à 50000 tonnes de leur colza dans la production du biocarburant qui serait produit . 50000 tonnes, une goutte d’eau par rapport à la part réservée à l’huile de palme évaluée à 300000 tonnes, soit 6 fois plus. C’est alors que les arguments ont fusé. Huile mauvaise pour la santé (on en avait déjà parlé avec le Nutella), huile qui favorise la déforestation notamment en Indonésie et en Malaisie qui produisent 80 pour cent de l’huile de palme du monde. Déforestation responsable en l’occurrence de la disparition à plus ou moins longue échéance de la biodiversité mettant en danger l’existence et la survie d’animaux comme  l’orang-outang,  le tigre de Sumatra, le gibbon. En 25 ans la consommation a été multipliée par 4, en 50 ans par 50. Etrange. Huile de palme, symbole de tous les maux, effet collatéral de la mondialisation ?

1129271-evolution-de-la-production-d-huile-de-palme-dans-le-monde-infographie

Pour la santé elle contient notamment 50 pour cent d’acides gras saturés , soit cinq fois plus par exemple que le colza. Mais quand on mange du beurre on en absorbe même plus. J’ai lu aussi que l’huile de palme servait aussi au travail esclave des enfants. Il est vrai que l’exploitation même industrielle du palmier à huile n’est pas mécanisée et utilise de la main d’oeuvre infantile car il faut grimper 15 mètres en haut des palmiers pour récolter les grappes à coups de sabre. Mais qu’on se le dise c’est la même chose pour le coco. Et je n’ai pas vu de manifestation de protestation contre le producteurs de lait de coco ni d’huile de coprah.

biocarburant-gazole-8bfe5b-0@1x

Le palmier à huile  Elaeis guineensis , originaire de l’Afrique de l’Ouest et que l’on retrouve de la Guinée à l’Angola, est la base de cette huile que l’on maudit à corps et à cris en Europe.  L’huile est pourtant consommée tous les jours au Brésil depuis le 17ème siècle où elle a été importée d’Afrique et encore aujourd’hui elle est produite et consommée dans beaucoup de pays africains. Ayant habité au Brésil 15 ans et plus spécifiquement dans l’Etat de Bahia, j’ai toujours chez moi une bouteille d’huile de palme qu’on appelle au Brésil azeite de dendê. On trouve cette huile dans les magasins exotiques .La bouteille que j’ai n’a même pas d’étiquette.  J’ai reconnu l’huile à sa couleur rouge-orange chez le Pakistanais où je me la suis procurée. Je l’ai payée 3 €.   Pour savoir sa provenance il faut regarder au cul de la bouteille en plastique. Il y est écrit : Tel (021) 221380 PETO5LT KANE EM GHANA. Ce sont les producteurs de la bouteille vide.

La production au Brésil se trouve concentrée dans l’Etat du Para, en Amazonie. 80 pour cent de l’huile de palme qu’on appelle là-bas azeite de dendê est produite dans cet état.     On n’imaginerait pas la cuisine bahianaise sans cet ingrédient reminiscent de la culture gastronomique africaine et des religions afro-brésiliennes comme le candomblé. Car l’huile à ses qualités tout de même. Je ne parle même pas des vitamines E ou A. Peu me chaut. C’est une oléagineuse prolifique qui rend dix fois plus d’huile par hectare que le soja, 4 fois plus que  l’arachide et deux fois plus que le coco. Je parle de sa faculté à ne pas rancir, à supporter les hautes températures par exemple quand on souhaite frire des acarajés, plat élémentaire de la cuisine bahianaise, ou pour faire une moqueca de poissons ou  une mariscada, un caruru, un vatapa, un bobo, un xinxim. Eita tempero gostoso ! C’est elle qui donne cette teinte jaune orangée aux plats. C’est un élément de partage avec les orixas, les divinités du panthéon du candomblé.

Enfin l’un des avantages de cette huile, la première en fait pour les industriels, c’est la moins chère. Elle concurrence par son prix c’est évident l’huile produite par les producteurs européens de colza et de tournesol. Certes le cahier des charges est différent, tant au niveau réglementaire, social et environnemental, certes, certes, certes, mais alors pourquoi ne boycottent-ils pas aussi le café, le sucre de canne, le lait de coco, le riz thaïlandais, le thé, le piment, la banane, le cacaoyer, le pétrole, le gas, etc. tous autant qu’ils le sont aussi ravageurs pour l’environnement que le pauvre dendezeiro qui n’en demandait pas tant. Ils ne les boycottent pas tout simplement car ils n’ont pas la possibilité d’avoir une production locale suffisante pour couvrir le besoin du marché, cela ne menace pas leur marché.

Le traitement est pire que la maladie soulignent certaines ONG environnementales démontrant que le diesel fossile est moins émetteur de gaz à effet de serre que les biodiesels plus respectueux l’environnement qui sont censés le remplacer à plus ou moins long terme comme le soja, l’huile de palme, le colza (rapeseed)

emissions-de-co2-biodiesel-bea06a-0@1x

Cette étude est nettement défavorable à l’huile de palme qui polluerait trois fois plus que l’énergie fossile. Pour les partisans de l’huile de palme comme par exemple ici, Christine et les Huiles Essentielles

Cette huile de palme authentique a été produite au Ghana par une coopérative de femmes où la conversion / destruction de la forêt n’est pas une pratique utilisée. Ces femmes font ainsi vivre leur famille. L’huile de palme du Ghana est utilisée dans les plats traditionnels depuis des siècles et fait partie du régime alimentaire africain.

l’huile a une teneur en acides insaturés plus élevée que les huiles de palmiste ou de noix de coco.

Elle est uniquement riche en pro-vitamine A, en vitamine E et en lycopène, qui sont de puissants anti-oxydants.

  • C’est une bonne source naturelle de nutriments vitaux Oméga 3 et 6.
  • Elle n’a pas d’acides gras trans, n’est pas hydrogénée et ne contient pas de colorants artificiels ni de conservateurs. C’est un anti-oxydant
  • Elle contient 10 à 15 fois plus de carotène que la carotte

Utilisation cosmétique :

savons

crèmes peau sèches, fragiles, en détresse

soins soleil ou après soleil

cheveux secs, frisés crépus : en masque ou dans les cakes shampoings

L’huile de palme colore la mousse mais pas la peau dans les produits rincés

Elle donne une jolie couleur ensoleillée dans les crèmes et les baumes

inci: Elaeis guineensis oil.

pot verre  de 100ml

Lot : huilpalmghana n°

 

Le palmier à huile qu’on appelle dendezeiro au Brésil est la cible des producteurs d’oléoprotéagineux français. La plus grosse entreprise de biocarburants en France est leader européen dans ce domaine et s’appelle Avril. Le biodiesel qu’elle produit est disponible à la pompe sous le nom de bioester.

 

Bon je veux bien qu’on parle de biocarburants quoique le mot est un peu ambigu on devrait parler plutôt de agrocarburants car qu’ils soient à base de colza, de tournesol ou de soja ou de canne à sucre ils monopolisent des surfaces cultivées qui si le biocarburant n’existait pas serait utilisé pour l’alimentation humaine. Et même Avril qui est le premier en ligne de mire par la volonté de Total d’implanter sa bioraffinerie à Mède dans les Bouches du Rhône est dans le capital d’une société qui  travaille sur  l’huile e palme et il lui arrive e mettre jusquà 10 pour cent d’huile de palme  dans son bioester. Donc on voit bien que c’est une affaire de gros sous. Chacun voit midi à sa fenêtre. Et moi de la mienne !

Moi en tout cas je dis avec  Nilze Carvalho ou Zeca Pagodinho: bota dendê no meu caruru ! Et honni soit qui mal y pense !

28 avril : so deixo meu Jean-Marie no ultimo pau de arara

10173633_495095063925425_9130093952132292313_n

Il y a trois biotopes que j’aime plus que tout au monde : l’un c’est la mangrove, c’est le number one, le chouchou des chouchous; le deuxième c’est la montagne (je ne suis pas montagnard de haute-basse-terre pour rien) et le troisième, last but not least, c’est la caatinga ! Et aujourd’hui 28 avril c’est depuis 2003 la fête à la caatinga ! Alors fêtons que diantre !

Por ser de lá
Do sertão, lá do cerrado
Lá do interior do mato
Da caatinga e do roçado
Eu quase não saio
Eu quase não tenho amigo
Eu quase que não consigo
Ficar na cidade sem viver contrariado

Por ser de lá
Na certa, por isso mesmo
Não gosto de cama mole
Não sei comer sem torresmo
Eu quase não falo
Eu quase não sei de nada
Sou como rês desgarrada
Nessa multidão, boiada caminhando à esmo.

Et comme je suis caatingueiro dans l’âme eh bien, aujourd’hui je trinque. A ta santé caatinga, écosystème brésilien ! Bien sûr, je bois une petite cachaça Pitu car ninguém é de ferro ! On ne trinque pas en l’honneur de la caatinga avec du Pouilly-Fuissé ni avec de la Veuve Clicquot. Ce qui sied vraiment, c’est la cachaça. Alors un petit citron (je n’ai pas de vert donc ce sera du jaune cette année, désolé). A ta santé caatinga, à votre santé umbu, bode, rapadura, cansanção, tatu-bola, ema, onça, sisal, fogão de lenha, mandacaru, siriema, tuiuti, arara azul de lear ! Saudade ! Saude ! A votre santé à vous aussi cariri, pau de arara, cerrado, sertão, jurema, palma, xique-xique, juazeiro, angico, aroeira, urubu-rei, jacu, onça pintada, tamanuda, caipivara, teju, caititu, forro !

Caatinga

Quand je pense caatinga  je pense à un écosystème brésilien unique en son genre: il n’existe qu’au Brésil et comprend sur 895000 km² (soit 11 pour cent du territoire brésilien) 10 états brésiliens : Alagoas, Bahia, Ceara, Maranhão, Minas Gerais, Paraiba, Pernambuco, Piaui, Rio Grande do Norte, Sergipe. Cette date anniversaire est l’occasion de   protéger cet écosystème fragile car fortement anthropisé  (qui résiste malgré les déprédations en tous genres dus à la chasse, aux prélèvements de bois et aux brûlis) mais aussi de montrer l’importance de sa conservation pour l’équilibre  environnemental.

dia_nacional_da_caatinga-768x666

La caatinga est un ensemble qui avec le cerrado ne fait pas partie du patrimoine national brésilien (malgré les propositions d’amendement de la Constitution PEC 51 datant de 2003 et PEC 5 de 2009 toujours en discussion) au même titre  que  l’ Amazônie, la Mata Atlântica (forêt atlantique), la Serra do Mar, le Pantanal et la Zona Costeira (zone littorale). C’est le jour anniversaire de João Vasconcelos Sobrinho (1908-1989) un écologiste pionnier qui sert comme date pour le journée de la caatinga.

C’est une région semi-aride riche en biodiversité, où vivent de nombreuses espèces endémiques. On y dénombre 78 espèces de mammifères ; 591 espèces d’oiseaux; 177 de reptiles; 79 espèces d’amphibiens; 241 espèces de poissons et 221 espèces d’abeilles.

156x133_tatu_bola_caatinga

La caatinga a de grandes potentialités:  une utilisation durable de sa biodiversité peut  permettre par un plan de sylviculture approprié l’exploitation du bois, du fourrage, des plantes médicinales, des fibres, des résines, du caoutchouc, de la cire, des colorants, des oléagineux, des plantes aromatiques et alimentaires.

La caatinga présente aussi des paysages considérés idéaux pour l’écotourisme. Tous ces facteurs sont fondamentaux pour donner une impulsion au développement de la région et promouvoir une meilleure qualité de vie pour les populations locales.

A vida aqui só é ruim
Quando não chove no chão
Mas se chover dá de tudo
Fartura tem de montão
Tomara que chova logo
Tomara, meu Deus, tomara
Só deixo o meu Cariri
No último pau-de-arara
Só deixo o meu Cariri
No último pau-de-arara
Enquanto a minha vaquinha
Tiver o couro e o osso
E puder com o chocoalho
Pendurado no pescoço
Vou ficando por aqui
Que Deus do céu me ajude
Quem sai da terra natal
em outro canto não pára
Só deixo o meu Cariri
No último pau-de-arara
Só deixo o meu Cariri
No último pau-de-arara
Enquanto a minha vaquinha
Tiver o couro e o osso
E puder com o chocoalho
Pendurado no pescoço
Vou ficando por aqui

 

Malheureusement cet environnement malgré la création de zones  de conservation ambientale fédérales ou régionales est soumis à de nombreuses dégradations par les brûlis, la chasse et la déforestation .

TOUT EN PORCELAINE BLANCHE.

Je suis devenu un spécialiste des urinoirs et des vases sanitaires d’aéroport et d’aéronefs. Tout en porcelaine blanche. Des Porcher, des Duravit (Nice pissotieres homme au niveau du check in), des Allia Paris (Nice aeroport sanitaires hommes et femmes au niveau de l’embarquement), des Galla, des Laufen, des Villeroy et Boch, des Aubagne, des Selles, des Idéal Standard, des Jacob Delafon, des Roca. J’y laisse ma trace de pourriture noble régulièrement, presque religieusement. Je crois voir sortir de mon moi surmûri des semences par tonneaux de vin de paille. Je pense alors au geste auguste du semeur.

Je sème à tout vent

voit-on une semeuse déclarer au frontispice de tous les Larousse.

Moi ma devise c’est: « je sème mon ADN à toutes eaux dans les urinoirs, pissotières et autres cuvettes sanitaires. » Je ne sais pas si dans cet ADN on retrouve des traces d’aigrettes de pissenlit ou de botrytis cinerea. CE QUE JE SAIS C’EST QUE J’AI MOI AUSSI DES AKENES VOLATILS.

En 1952 Pierre Kast a produit un court métrage intitulé « Je sème à tout vent ». Jean Vilar participait a l’aventure EN TANT QUE RECITANT. Grosso modo voici le synopsis. Un extraterrestre arrive sur Terre après une explosion nucléaire et ne peut comprendre l’ organisation du monde que grâce au dictionnaire Larousse. Moi je caresse l’idée qu’ un extra terrestre voyant pour la première fois des toilettes d’aéroport puisse se poser la question sur leur utilité.

Véhicule 100 pour cent musculaire.

J’attends patiemment depuis plus d’une demi-heure le bus 112 ou 82 à Nice pour me rendre au village d’Eze, un village médiéval haut perché des environs, quand tout à coup à hauteur de l’arrêt Boyer sur la rue Barda surgit du diable vauvert un bolide jaune au fuselage élégant. Une Porsche 908? Non! Une Maserati MvC12 ? Que nenni ! Une voiture à propulsion humaine si l’on en croit cette inscription :

véhicule cent pour cent musculaire.

Je veux bien qu’il montre ses muscles mais il roulait bien à 50 km/h quand même, le prototype. Et pas sur les côtés tel un escargot timide craignant de se faire écraser par les géants, mais non surtout pas: en pleine piste, fier de lui. Il en faut quand même du courage pour se frayer un chemin à hauteur de pare-chocs, pensai – je dubitatif.

Véhicule 100% musculaire. Ça donne à réfléchir. Sans énergie fossile donc. Ni pétrole ni gaz ni uranium ni alcool. Une voiture propre. C’est un raccourci car pour se mouvoir tout véhicule a besoin que je sache d’énergie. L’énergie musculaire a besoin de conbustible. Son fuel c’est l’eau, l’huile, le yaourt, les pâtes le camembert, le citron, etc. Et qui dit combustible dit résidu de combustion, n’est-ce pas.

On peut penser qu’il n’y a qu’un conducteur pour piloter ce VPH véhicule à propulsion humaine qu’on pourrait appeler vélomobile.

Renseignement pris il y a un résident Monégasque, un certain Igor Paliouk, un russe infirmier de profession qui se déplace dans la région avec un véhicule de ce type. Il en possède 4 de ces vélomobiles. Très écologique. C’est peut être lui.

On pourrait imaginer aussi qu’il y ait plusieurs personnes dans le bolide. Je ne le pense pas. Je pense plutôt à une solution hybride comme un mix muscles – énergie solaire. Car je ne me vois pas grimper en danseuse les routes vallonnées de Haute Basse-Terre dans un cockpit sans assistance électrique.

Ils pourraient aussi avoir réussi à stocker dans une batterie de l’énergie musculaire. Mais alors il faudrait savoir l’autonomie en km d’un tel engin.

Quoi qu’il en soit c’est dans le Nord de l’Europe en Allemagne, en Belgique, en Hollande, en Autriche, en Suisse qu’ on fabrique ces bolides.

Il faut quand même une bonne condition physique pour pratiquer l’exercice. Mais la communauté HPV/VPH existe bel et bien avec ses rencontres, ses championnats, son association française HPV. Ses constructeurs aussi: Strada (6450€)- LeitraAlleweder – Quest (6550€) – QuestXS (6550€)- Quattrovelo (7700€)- Go-One – Waw – Mango – (ça c’est pour les VÉLOMOBILES.

Mais il y aussi les vélos couchés, les VC. On les appelle aussi vélos horizontaux par comparaison aux vélos traditionnels dits eux vélos droits, les VD, ceux par exemple qui participent au tour de France. Il y en a de toutes sortes avec carénage, sans carénage, semi-carénage. Et là les constructeurs sont légions: Nazca – M5 – Optima – Velotechnik – Rainbow – Sinner – Flevobike – Fuenda – Zephyr – KMX – Burley – Ice – Catrike – Azub – Challenge – Hase – Alligt

Cette technologie est assez ancienne. Elle date de 1894 et a été proposée par l’ingenieur suisse Challand.

Revenons à EZE. Il y a un hôtel de la Chèvre d’Or. Les plats sont à 98€. Il y a un hôtel EZA où aurait habité son Altesse Royale de Suède le prince Guillaume. Les sites vont de 300 à 800 € selon la saison. Je vous recommande la suite médiévale. Mais blague à part c’est un joli village médiéval qui vaut bien le détour et pourquoi pas en vélomobile. Il me rappelle un peu Saint-Paul-de-Vence. Nous sommes venus par le bus 83. Simple comme bonjour. Beaucoup de touristes. Les vieilles pierres fascinent. A chaque escalier, chaque devanture, chaque portail les flash crépitent. Il y a un jardin exotique dont l’entrée est facturée 6€. Je n’y suis pas entré. Cela donne accès semble-t-il à une tour. Allez repos. Une petite 1664. Je préfère rêver à ces bolides musculaires si vous permettez.