13 jingles para presidente

Antigamente quem fazia eleição era televisão e radio. No momento do debate cada candidato era confrontado aos outros e podia mostrar ou tentar de explicar o que ele queria para o Brasil. Agora com as redes sociais a coisa ficou mais disputada. Sempre pensei que em realidade com uma oferta tão larga quem ganhava eleição era jingle. Qual é a musica que vai vender o presidente o Brasil en 2018 ? Aposte no bom cavalo, na boa chapa, aposte na escuderia certa. Concorrem para o cargo supremo 13 candidatos a presidente e 13 candidatos a vice presidente. 13 chapas envolvendo um total de 31 partidos. Muito matagal, muita sauva para pouca coisa. O negócio é ter tempo de antena, maior a coligação maior o tempo na televisão e no rádio no horário oficial da propaganda eleitoral gratuita a partir do dia 31 de agosto até o dia 4 de outubro. Ai o negócio é aparecer nos debates entre candidatos organizados pelas teves onde o tempo de fala é igual já que na campanha eleitoral gratuita é desigualdade assumida.

Desde o dia 16 de agosto a propaganda eleitoral começou. E aí começou a verdadeira folia : comícios , passeatas, carreatas, propaganda na internet, distribuição de material gráfico , adesivos, outdoors. Primeiro turno em 7 de outubro, propaganda eleitoral do segundo turno inicia dia 12 de outubro, segundo turno dia 28 de outubro. Estarão em disputa também governadores estaduais, senadores, deputados federais, deputados estaduais.

Quem tem o melhor jingle ? Que jingle vai mexer com o povo ? Forró , xote, sertanejo, marchinha ?

Por ordem alfabética (até a decisão final e homologação dos pedidos de registros dos candidatos pela Justiça no dia 17 de setembro):

Alvaro (Podemos) (vice Paulo, PSC). coligação Mudança de Verdade :Podemos, PSC, PRP, PTC (4 partidos)

Benevenuto Daciolo (Patriota) (vice Suelene) (1 partido)

Ciro (PDT) (vice Katia) coaligação Brasil Soberano: PDT/Avante (2 partidos)

Geraldo (PSDB) (vice Ana Amelia, PP) coligação Para Unir o Brasil: PSDB, PP, DEM, PR, Solidariedade,PRB, PSD, PTB, PTS (9 partidos)

Guilherme (PSOL) (vice Sônia, PCB) coligação Sem Medo de Mudar o Brasil !: PSOL, PCB (2 partidos)

39261449_946033642224937_5303481365776302080_o.jpg

Henrique (MDB) (vice Germano, PHS) coligação Essa é a Solução: MDB, PHS (2 partidos)

Jair (PSL) (vice Hamilton, PRTB) coligação Brasil Acima de Tudo, Deus Acima de Todos: PSL, PRTB (2 partidos)

João (Novo) (vice Christian) So o Novo é novo (1 partido)

39184847_535440473560788_1675994048189431808_o

João (PPL) (vice Léo) Quem gosta do Brasil vota nele ! (1 partido)

39638031_2084694768514717_1528835042560704512_n

José Maria (DC) (vice Hélvio) (1 partido)

Luiz Inacio (PT) (vice Fernando) coligação O Povo Feliz de Novo: PT, PCdoB, PROS, PCO (4 partidos)

Marina (Rede) (vice Eduardo PV) coligação Unidos Para Transformar o Brasil : Rede, PV (2 partidos)

Vera Lucia (PSTU) (vice Hertz) : Operaria, Negra, Popular e Socialista, A Cara da Revolução (1 partido)

29064179_1210727822390770_1797601042612202620_o

Macunaíma, (soap) opéra tupi en Ursa Major

Macunaíma c’est le chef d’oeuvre de Mário de Andrade (1893-1945) publié au Brésil en 1928. Cet ouvrage foisonnant a dû attendre 51 ans pour avoir une traduction en français (Flammarion 1979, traduction de Jacques Thiérot, 246 pages, avec une préface du poète brésilien Haroldo Eurico Browne de Campos (1929-2003). En 1997 une édition critique coordonnée par Pierre Rivas est publiée par Stock/Unesco qui revoit et corrige la version de 1979 et l’enrichit d’un glossaire (le total de pages se porte désormais à 345 pages. Notre compréhension de Macounaïma s’enrichit donc d’un tréma et d’un o et e 99 pages . Ce héros sans caractère, fils de la peur de la nuit, indien Tapanhumas, selon les termes mêmes du titre naît dans la Forêt Vierge de Uraricoera et finit constellation, satellisé dans la Grande Ourse. C’est donc l’histoire d’un voyage magique où l’indien change de peau comme de chemise. On croit ce Candide noir, mais le voilà tout-à-coup blanc aux yeux bleus à la faveur ou défaveur d’une pluie ensorceleuse, puis insecte, puis poisson puis même canard. Cette odyssée picaresque en incarnations successives s’apparente en surface au Gulliver’s Travels de Jonathan Swift, à Le tour du monde en 80 jours, de Jules Verne, à Moby Dick de Hermann Melville, voire In the Heart of Darkness de Joseph Conrad. Ce n’est pas non plus un voyage individuel car Macunaíma voyage avec ses deux frères Manaape (le noir) et Jiguê (le mulâtre). Oh le but de ce voyage riche en péripéties et personnages étonnants c’est São Paulo avec une petite pause à Rio de Janeiro. Étrange voyage à rebours qui mène du monde dit sauvage au monde dit civilisé, du monde dit primitif au monde dit supérieur, alors que tous les autres voyages cités ont un parcours entendu de la civilisation au sous-monde. On sort de la lumière du progrès de l’ordre pour se confronter aux ténèbres, au sauvage, à l’imprévu, aux rites magiques des pombagiras. En ce sens le périple de Macunaíma et de ses frères est une gageure. C’est une quête mais non une quête d’idéal, c’est la quête du muiraquitã, la pierre sacrée qui donne le pouvoir, qui donne l’identité. Tout ce voyage est en quelque sorte une quête d’identité qui s’achève en eau de boudin dévoré par une iara mangeuse d’hommes et en même temps un parcours initiatique à la modernité : les machines, la politique, les classes possédantes, la guerilla urbaine, le racisme. Or lors de son retour il se fait voler cette pierre et donc revient au pays, à la case départ les bras ballants. Pas étonnant alors que les dieux l’envoient balader dans une autre dimension. Les dieux de tout acabit et de toute dénomination qui sont les véritables héros de cette fable baroque, où se croisent et se décroisent aux détours des chapitres les mythes, le ludique, le grotesque, le sexe, le cannibalisme et l’oraliture. C’est un feuilleton, un soap opéra grotesque et merveilleux, fourmillant et virevoltant. Ce n’est pas à travers un fleuve linéaire que se déroule l’intrigue. Non l’intrigue ne se déroule pas, elle se déroute. Panurges, Pantagruels, Gargantuas de toutes textures et de toutes tessitures sont convoqués et interviennent par leurs touches quand elles ne laissent pas des Sanchos Panças, Ulysses et Marcos Polos desvairados le faire. Les rires fusent et se figent. Est-ce vraiment d’une comédie qu’il s’agit ? Ou serait-on en face d’un western feijoada ou d’un thriller moqueca. On a beau convoquer Till de De Coster et Panurge de Rabelais on se retrouve non pas dans Les Mille et Une Nuits mais Les Mille et Un Hamacs aux couleurs chatoyantes comme les plumes d’un perroquet infini. VEI, CY, Macunaima, astres merveilleux de cette fable herzogienne nous semblent des Fitzcarraldo déjantés et descarados de la Grande Ourse qui prend tout à coup les formes d’un perroquet ou d’un toucan..

macunaima-3e662.jpg

L’ouvrage a eu une adaption pour le cinéma en 1969 par Joaquim Pedro de Andrade avec la participation de Grande Otelo (Macunaíma noir, le fils de Macunaíma), Paulo José (Macunaíma blanc, la mère de Macunaíma), Jardel Filho (Venceslau Pietro Pietra), Dina Sfat (Ci), Milton Gonçalves (Jiguê), Rodolfo Arena (Maanape), Maria do Rosário, (Iquirí), Joanna Fomm (Sofara), Rafael de Carvalho (Caapora), Nazareth Ohana, Zezé Macedo, Wilza Carla, Myriam Muniz (femme de Venceslau), Edy Siqueira, Carmem Palhares, Maria Clara Pelegrino (bonne de Venceslau), Waldir Onofre, Hugo Carvana (homme au canard), Maria Leticia, Guara Rodrigues (Bum) (sous le nom de Guaracy Rodrigues), Maria Lucia Dahl (Iara), Tite de Lemos (voix du narrateur), Leovegildo Cordeiro, Márcia Tânia, Maria Carolina Withaker

La bande originale est composée de Hetor Villa-Lobos , Borodine, Strauss,

Mandu Sarará, de Mario de Andrade et Jards Macalé ,

Tapera Tapejara, de Mario de Andrade et Jards Macalé

Cecy e Pery, de Principe Pretinho avec Dalva de Oliveira

Sob uma cascata, de Francisco Alves

E papo firme, de Renato Correa et Donaldson Gonçalves avec Roberto Carlos

Arranha-Céu, de Orestes Barbosa et Sílvio Caldas, avec Silvio Caldas
Cinderela, de Adelino Moreira avec Angela Maria

Respeita Januario, de Luiz Gonzaga et Humberto Teixeira, avec Luiz Gonzaga

Mulher, de Custodio Mesquita et Sady Cabral, avec Sílvio Caldas

Manganga, de Geraldo Nunes, avec Wilson Simonal,

Toda Colorida, avec Jorge Bem

As tuas Mãos, de Pernambuco et Antonio Maria

Paisagens da minha terra, de Lamartine Babo, avec Francisco Alves

En 1973 cette samba enredo Macunaima de Norival Reis et Davi Antônio Correia est chantée par Clara nunes

Samba enredo do Portela lors du carnaval 1975 :

Portela apresenta

folclore tradições

Milagres do sertão à mata virgem

Assombrada com mil tentações

Cy, a rainha mãe do mato, oi

Macunaíma fascinou

Ao luar se fez poema

Mas ao filho encarnado

Toda maldição legou

Macunaíma índio branco catimbeiro

Negro sonso feiticeiro

Mata a cobra e dá um nó

Cy, em forma de estrela

À Macunaíma dá

Um talismã que ele perde e sai a vagar

Canta o uirapuru e encanta

Liberta a mágoa do seu triste coração

Negrinho do pastoreio foi a sua salvação

E derrotando o gigante

Era uma vez Piaiman

Macunaíma volta com o muiraquitã

Marupiara na luta e no amor

Quando para a pedra para sempre o monstro levou

O nosso herói assim cantou

Vou-me embora, vou-me embora

Eu aqui volto mais não

Vou morar no infinito

E virar constelação

Adaption pour le théâtre aussi grâce à Antunes Filho et la Companhia Paulista de Teatro en 1978

Une adaption en opéra tupi en 2008 par Iara Rennó avec la participation de noms illustres comme Tom Zé, Tetê Espíndola, Anelis Assumpção, Funk Buia, Siba, Moreno Veloso, Buguinha Dub, Barbatuques, Arrigo Barnabé, Kassin, Maurício Takara, Daniel Ganjaman, Alexandre Basa, Beto Villares, Benjamin Taubkin, Quincas Moreira, Toca Ogã, Da Lua, Bocato, Fuloresta, Dante Ozetti,

Un disque en est sorti Macunaíma, ópera tupi avec comme morceaux Macunaíma 5’36, Mandu Sarará 4’40, Nina Macunaima 4’49, Conversa 4’02, Quando mingua a Luna 3’56, Jardinheiro, Naipi, Bamba querê, Dói Dói Dói, Na Beira do Uraricoera, Valei-me, Ruda, Tapera, Boi

On a même eu un opéra ballet en 2014 avec cette même Iara Rennó

Afrodystopie, Nicki Minaj et éblouissements

Tout le monde sait depuis Thomas More (1516) et son ouvrage Utopia ce qu’est l’utopie. C’est le contraire du réel. Mais l’utopie se caractérise par le recherche d’une société idéale tendant vers le bonheur. La dystopie c’est une  utopie tendant vers le malheur. Mise à distance du réel  comme l’a théorisé Guy Debord en son temps. Selon Joseph Tonda, sociologue gabonais, chercheur entre autres à EHESS nous en sommes venus désormais à « la société des éblouissements ». Dans son ouvrage L’impérialisme postcolonial. Critique de la société des éblouissements (Editions    Karthala) (2015) une société qui va bien au delà par la fascination qu’elle exerce sur les peuples les plus divers à travers le monde. A travers l’image, les films, les écrans, youtube, facebook des contenus sont véhiculés qui promeuvent une sorte de postcolonialisme impérialiste. Ces images, ces films, ces clips éblouissent, fascinent séduisent, nous rendent dépendants d’une vision capitaliste de la société. Inconsciemment nous absorbons comme des buvards gourmands jamais rassasiés ces tonnes d’images, ces tonnes d’imaginaires qui vont se fondre dans notre inconscient. Nous sommes colonisés par cette civilisation non seulement des écrans mais des sons et des habitudes culinaires. Certains appellent ça la mondialisation Joseph Tonda définit cela dans une approche marxienne comme la société des éblouissements.

Dans l’ouvrage     d’ Aldous Huxley (1894-1963)          Brave New  World (1932), le Meilleur des Mondes c’est d’un monde dystopique qu’il s’agit, un monde régi sur des principes qui ne sont pas harmonieux, des principes qui tiennent plus au controle au totalitarisme, à l’enfermement qu’à la liberté, à l’égalité  et au libre-choix. Y figure en épigraphe cette citation de Nicolas Berdiaff

«Les utopies apparaissent comme bien plus réalisables qu’on ne le croyait autrefois. Et nous nous trouvons actuellement devant une question bien autrement angoissante: comment éviter leur réalisation définitive?… Les utopies sont réalisables. La vie marche vers les utopies. Et peut-être un siècle nouveau commence-t-il, un siècle où les intellectuels et la classe cultivée rêveront aux moyens d’éviter les utopies et de retourner à une société non utopique moins «parfaite» et plus libre.»

D’autres écrivains comme Georges Orwell (1903-1950)  et son 1984 (1949) ou Ray Bradbury (1920-2012) et son Fahrenheit 451 (1953) se sont attachés à décrire ces univers dystopiques.

Big brother n’est plus un secret pour personne dans nos sociétés européennes  dominées par la technologie et les images, les caméras et les ordinateurs.

Joseph Tonda parle d’afrodystopie c’est-à-dire de ces utopies  négatives qui font le quotidien imaginaire des afrodescendants à travers le monde et il analyse par exemple le succès du film américain  Black Panther en Afrique dont une partie de l’intrigue se déroule justement en Afrique dans le pays utopique de Wakanda, le succès du clip Anaconda de Nicki Minaj qui se déroule selon lui dans une forêt africaine. Alors qu’il y  avait autrefois une mise à distance dans le processus de colonisation, à l’ère du post-colonialisme on a affaire à une sorte d’auto-colonisation heureuse et fascinée à travers les média. Chaque écran, chaque portable est un vecteur par lequel entre les germes de la destruction des aspiration de poursuite du bonheur légitimement porté par les membres des sociétés dites archaïques ou traditionnelles. Ce miroir déformant des images amènerait des millions de migrants à travers le monde à vouloir intégrer ce flux néolibéral des échanges. C’est le fameux et en même temps de Macron à la puissance grand P : je suis producteur et en même temps marchandise. Qu’on soit à Johannesburg, à Douala, à Libreville, à Rabat, à    New Delhi, à   Pointe-à-Pitre, à Port-au-Prince ou à Rio de Janeiro pour ne citer qu’eux, les images déferleraient sur nos inconscients. Nous donnerions à ces images conçues pour être décodées subliminairement par nos cortex cérébraux libre accès à nos enfants, à nos idéaux, à nos envies. Nous serions en somme nos propres fossoyeurs.

Pour bien saisir l’idée de Joseph Tonda regardons un peu le clip de Nicki Minaj qui a gagné le prix de la meilleure vidéo hip hop au MTV Video Music Awards de 2014. Pour la petite histoire il a été visionné sept cents quatre vingt-treize  millions deux cents soixante douze mille huit cents quatre-vingt-onze fois au jour d’aujourd’hui presque 4 ans après sa mise en ligne.

My anaconda don’t, my anaconda don’t
My anaconda don’t want none unless you got buns, hun
Boy toy named Troy used to live in Detroit
Big dope dealer money, he was gettin’ some coins
Was in shootouts with the law, but he live in a palace
Bought me Alexander McQueen, he was keeping me stylish
Now that’s real, real, real
Gun in my purse, bitch, I came dressed to kill
Who wanna go first? I had them pushing daffodils
I’m high as hell, I only took a half a pill
I’m on some dumb shit, by the way, what he say?
He can tell I ain’t missing no meals
Come through and fuck him in my automobile
Let him eat it with his grills and he tellin’ me to chill
And he telling me it’s real, that he love my sex appeal
Say he don’t like ’em boney, he want something he can grab
So I pulled up in the Jag, and I hit him with the jab like
Dun-d-d-dun-dun-d-d-dun-dun
My anaconda don’t, my anaconda don’t
My anaconda don’t want none unless you got buns, hun
Oh my gosh, look at her butt
Oh my gosh, look at her butt
Oh my gosh, look at her butt
(Look at her butt)
Look at, look at, look at
Look, at her butt
This dude named Michael used to ride motorcycles
Dick bigger than a tower, I ain’t talking about Eiffel’s
Real country-ass nigga, let me play with his rifle
Pussy put his ass to sleep, now he calling me NyQuil
Now that bang, bang, bang
I let him hit it cause he slang cocaine
He toss my salad like his name Romaine
And when we done, I make him buy me Balmain
I’m on some dumb shit, by the way, what he say?
He can tell I ain’t missing no meals
Come through and fuck him in my automobile
Let him eat it with his grills, and he telling me to chill
And he telling me it’s real, that he love my sex appeal
He say he don’t like ’em boney, he want something he can grab
So I pulled up in the Jag, Mayweather with the jab like
Dun-d-d-dun-dun-d-d-dun-dun
My anaconda don’t, my anaconda don’t
My anaconda don’t want none unless you got buns, hun
Oh my gosh, look at her butt
Oh my gosh, look at her butt
Oh my gosh, look at her butt
(Look at her butt)
Look at, look at, look at
Look, at her butt
Little in the middle but she got much back
Little in the middle but she got much back
Little in the middle but she got much back
(Oh my God, look at her butt)
My anaconda don’t, my anaconda don’t
My anaconda don’t want none unless you got buns, hun
My anaconda don’t, my anaconda don’t
Don’t want none unless you got buns, hun
Oh my gosh, look at her butt
Oh my gosh, look at her butt
Oh my gosh, look at her butt
(Look at her butt)
Look at, look at, look at
Look, at her butt
Yeah, he love this fat ass, hahaha!
Yeah! This one is for my bitches with a fat ass in the fucking club
I said, where my fat ass big bitches in the club?
Fuck the skinny bitches! Fuck the skinny bitches in the club!
I wanna see all the big fat ass bitches in the muthafuckin’ club
Fuck you if you skinny bitches, what?! Kyuh
Haha, haha
I got a big fat ass (ass, ass, ass)
Come on!
Bon, moi je n’ai pas le même point de vue que Joseph Tonda mais peut-être suis-je déjà aliéné et ce ne serait pas anormal étant originaire des Caraïbes influencé par les vents qui viennent du continent américain du nord et du sud comme ceux venant  d’Europe ou d’Afrique. Cette chanson qui parle d’anaconda et de derrière est tout à fait explicite quel que soit le public. Le décor est un décor factice presque de carton pâte qui contraste avec la richesse et le rythme de la vidéo et de la chorégraphie. J’imagine que si réellement Nicki Minaj avait voulu symboliser la jungle africaine elle aurait pris un avion avec tous ces danseurs pour ce faire. Je me souviens que Michael Jackson était venu à Salvador en son temps pour tourner un clip avec Olodum. En outre il ne faut pas aller bien loin pour symboliser une forêt vierge il suffit d’aller en Amazonie.
Il y a certes une hutte en paille ou en torchis mais on trouve ces huttes en territoire indigène amérindien. Joseph Tonda  dit qu’il y a des hordes de Nicki Minaj en Afrique dans toutes les capitales. Moi je dirais qu’il y a toutes les femmes qui ont un gros derrière et qui savent s’en servir qui l’accompagnent et la prennent peut être comme modèle, et tous les hommes qui aiment les gwobonda, qu’il ya aussi toutes les femmes qui n’ont pas ce derrière et qui en rêvent, cela fait beaucoup de monde. Maintenant je crois que le modèle génétique du postérieur proéminent est un modèle africain. Donc je ne vois pas pourquoi Tonda  voudrait qu’au nom du refus du post-colonialisme on impose aux femmes africaines d’intervenir à coups de chirurgie esthétique, d’implants et d’injections de graisses sur leurs derrières comme cela se fait dans certains pays. Je crois plutôt qu’en l’espèce c’est le modèle africain qui se globalise mais c’est un modèle africain authentique de danse qu’elle reprend le n’dombolo. cette façon suggestive de danser en secouant les fesses frénétiquement, on a même le papillon c’est aucunement américaine ni européenne. Donc je crois qu’il ya plusieurs niveaux d’analyse. un niveau où la danse est extraite comme une plante de son environnement local et placée sous une serre tropicale  mondialisée avec certes des modifications génétiques inévitables dues aux OGM. Ensuite ce modèle étant validé économiquement par l’inconscient planétaire il revient multiplié sur ceux qui en étaient les détenteurs originaux. Je crois qu’on a tort de ne vouloir toujours voir que le modèle globalisé qui règne en Occident, le modèle occidental  pour faire vite, est un modèle supérieur. Si on se fie au succès de danses comme le zouk, la lambada, le reggae, la salsa, la zumba, ce sont des danses de métissage  qui rencontrent aussi bien du succès en   local qu’ en global.   et que l’espace caribéen est l’espace privilégié de ce métissage , de cette réinterprétation des mythes fondateurs.
Je crois que les religions ont freiné les corps et que les danses ont été réprimées aussi bien par l’Islam que par le protestantisme et le catholicisme. Je me suis aperçu lors de mon séjour à Mayotte de 8 mois que là-bas c’est la musique africaine qui tient le haut du pavé chez les jeunes immigrés comoriens agés e 11 à 16 ans. Elle  peut être sudafricaine, congolaise, rwandaise , les jeunes aiment le hip hop mais un hip hop à l’africaine très sexuel, très suggestif.   Dans de tels pays où les corps sont presque en permanence voilés, et où hommes et femmes se côtoient dans des univers parallèles, extrêmement codifiés, la danse est symbole de libération. Et le voile et le salouva n’empêchent nullement les femmes de montrer leur sensualité.
J’ai eu souvent à discuter sur la culture mahoraise et je me suis souvent moqué en rigolant de la structure clanique des familles leur mettant en avant les avantages de l’individu par rapport au groupe.   je me suis rendu compte à ce moment là que sans le vouloir j’étais devenu  l’agent de l’Occident, ça oui, car justement je venais en Afrique coloniser par la langue française l’esprit des jeunes enfants en leur enseignant le Père Noël, Noël, en leur faisant chanter des chansons de Noel, les crêpes de la chandeleur liées aux Rois Mages alors qu’ils avaient leur propre iconographie religieuse  quotidienne islamique . Je crois pour ma part prenant Mayotte pour exemple, et tout en sachant que Mayotte n’est pas le monde, ou n’est pas l’Afrique selon certains, que Mayotte c’est en même temps, l’ Afrique, l’Inde, Madagascar et l’Arabie Saoudite avant toute autre chose. J’ai été surpris par exemple que beaucoup ne sachent pas leur âge, leur date de naissance, et ignorent jusqu’à ce qu’est un signe astrologique.    J’ai surtout réalisé la prégnance du clan lors des mariages, lors des maladies et lors de la mort. tout se traite au niveau du clan, de la maison familiale. Cela peut représenter 200 à 300 personnes tout de même qui à la manière d’une ruche fonctionnent en intelligence tous unis vers un même but. Les femmes sont maîtresses chez elles et propriétaires de leur maison. Je ne crois pas que quel que soit les mouvements internationaux, les films, les clips, les femmes abdiquent de leur pouvoir à Mayotte. certes c’est un pouvoir relatif puisque  leurs maris peuvent avoir plusieurs épouses.   Chaque société a ses codes. parmi ceux de Mayotte il y en a un qui m’a surpris : c’est l’obligation pour le père de construire une maison pour  chacune de ses filles  pour que lors du mariage elle ne dépende pas de son mari.
Là où je pense que Tonda a tort c’est quand il parle de néocolonialisme. il y a eu de tous temps chez les colonisés certains qui se joignaient au mode de vie des colonisateurs, qui abjuraient leur foi pour une autre au nom du réalisme politique   et cela aussi bien chez les chrétiens, les juifs, les musulmans que les protestants.  Les nouveaux missionnaires cathodiques existent aussi bien aux Etats-Unis qu’au Brésil.
Pour en revenir à Nicki Minaj,  ses origines origines sont clairement métissées. Elle est née à Trinidad en 1982 d’un père d’origine hindou-trinidadienne et d’une mère d’origine afro-trinidadienne. Elle est née Onika Tanya Maraj  et a vécu jusqu’à l’âge de 5 ans avec sa grand-mère à Trinidad avant de retrouver ses parents à New York aux USA. Elle fait donc partie  en quelque sorte de ce monde globalisé. elle vit peut être une utopie et telle Hythlodée raconte ses histoires même si elle sait que l’Anydre, le fleuve qu’elle remonte tous les jours  en bateau sans en trouver jamais la source est un fleuve sans eau. De là à en faire de cette déesse callipyge, cette deusa culona post-moderne comme le dit le sociologue gabonais une « transfiguration du mythe africain de Mami Wata ». Chacun a le droit de croire aux esprits qu’il veut mais il n’est pas clair pour moi le fait de savoir si le sociologue croit lui en Mami Wata et s’il croit que Mami Wata peut servir de germe à une libération du joug post-colonialiste qui étouffe l’Afrique. Je ne sais si les fétiches que sont le sexe, la violence et l’argent que dénoncent Tonda et qui sont pour le moins de son point de vue du côté du néo-colonialisme ne résultent pas en fait d’une vision pentecôtiste quihttps://youtu.be/WEDjY3bcloI voit le Diable dressé partout avec un phallus tendu et sanglant chastement ceint de dollars, d’euros et de francs cfa. Tonda nous évoque outre Nicki Minaj, Naffissatou Diallo (vous vous souvenez ? DSK ? New York ?), Johnny Chien Méchant, alias Lufua Luwa, alias Matiti Mabé du livre éponyme de Emmanuel Dongala , Modogo, tous agents autant qu’ils le sont du post-colonialisme africain. Je m’étonne qu’il n’ait pas cité Prince, Pharrel Williams, James Brown.
Moi je constate que jeune j’ai été abreuvé des sons africains qui évoquaient les zombies, Fela Kuti le nigérian, et consorts. Je suppose qu’ils étaient eux aussi des suppôts de Satan selon la lecture du sociologue. allez je m’y replonge car selon moi Fela a faut plus pour la conscientisation de l’Afrique et des afro-descendants que n’importe quel sociologue fût il de l’université de Libreville.
Zombie o, zombie (Zombie o, zombie)
Zombie o, zombie (Zombie o, zombie)
Zombie no go go, unless you tell am to go (Zombie)
Zombie no go stop, unless you tell am to stop (Zombie)
Zombie no go turn, unless you tell am to turn (Zombie)
Zombie no go think, unless you tell am to think (Zombie)
Tell am to go straight
A joro, jara, joro
No break, no job, no sense
A joro, jara, joro
Tell am to go kill
A joro, jara, joro
No break, no job, no sense
A joro, jara, joro
Tell am to go quench
A joro, jara, joro
No break, no job, no sense
A joro, jara, joro
Go and kill! (Joro, jaro, joro)
Go and die! (Joro, jaro, joro)
Go and quench! (Joro, jaro, joro)
Put am for reverse! (Joro, jaro, joro)
Joro, jara, joro, zombie wey na one way
Joro, jara, joro, zombie wey na one way
Joro, jara, joro, zombie wey na one way
Joro, jara, joro
Attention! (Zombie)
Quick march!
Slow march! (Zombie)
Left turn!
Right turn! (Zombie)
About turn!
Double up! (Zombie)
Salute!
Open your hat! (Zombie)
Stand at ease!
Fall in! (Zombie)
Fall out!
Fall down! (Zombie)
Get ready!
Halt!
Order!
Dismiss!
Chase the DEvil par Max roméo
  https://youtu.be/WEDjY3bcloI

King of the Hill

Vous connaissiez ? J’en doute. The Simpsons, oui mais King of the Hill, je ne crois pas.

Au Québec la sitcom d’animation est connue sous le nom Les Rois du Texas. Pourtant cette série a tourné aux États Unis sur la Fox entre 1997 et 2010. Pendant treize saisons les personnages ont enchanté par leur humour un peu sec du Sud des États-Unis. Les auteurs sont Mike Judge et Greg Daniels. Mike Judge est aussi le créateur d’une autre série d’animation appelée Beavis and Butthead qui a sévi sur MTV entre 1993 et 2011.

Beavis and Butthead sont deux ados complètement dingues de musique heavy metal originaires de Highland, Texas tandis que King of the Hill met en scène comme personnage principal Hank Hill, vendeur de gaz propane à Arlen, Texas. Autour de lui gravitent sa femme Peggy, son fils Bobby, ses voisins Bill, Dale and Jeff, sa nièce Luanne, le mari de cette dernière Lucky, et Connie, l’amie de Bobby, fille de Kang, un laotien voisin de Hank.

Vous avez dû aussi voir quelques épisodes de South Park dont les auteurs Trey Parker et Matt Stone citent comme influence Beavis and Butthead.

South Park c’est l’histoire de quatre garçons de South Park, Colorado : Stan, Kyle, Kenny et Cartman. Ces enfants sont d’abord des élèves de 3rd grade pendant 3 saisons pour enfin passer en 4th grade à partir de la saison 4. Elle à commencé en 1997sur Comedy Central et continue encore à sévir.

Avec l’arrivée de Barack Obama au pouvoir étrangement aussi bien King of the Hill que Beavis and Butthead ont mis la clé sous la porte. Argument utilisé : coût faramineux.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Donald Trump ces séries reprennent du poil de la bête. On commence à imaginer une suite. Et King of the Hill vient d’être reprogrammé sur la chaîne américaine Adult Swim, chaîne concurrente de Netflix. Il faut dire que King of the Hill c’est un peu la voix de l’ Amérique profonde, celle du Sud des États-Unis, celle des rednecks. Alors que les Simpsons créés par Matt Groening avec ses personnages récurrents Homer Simpson, inspecteur de sécurité à la centrale nucléaire, sa femme Marge et leurs trois enfants Bart, l’aîné, Lisa la cadette et Maggie, la benjamine, tous originaires de la ville fictive de Springfield seraient la voix du monde ouvrier du Midwest.

Chapeau melon et bottes de cuir : a suit is a man’s armour selon double zero seven et ses ersatz

Dans les années 60 (de 1961 à 1969) cette série british qui mêlait allègrement espionnage, contre-espionnage, MI 5, MI 6  et science-fiction, me passionnait. En langue originale c’était The Avengers avec Patrick Macnee (John Steed) et Honor Blackman (Cathy Gale) Diana Rigg ( Emma Peel, l’épitomé de l’élégance, saison 4 et 5) ou Linda Thorson (Tara King)(saison 6) dans les rôles principaux. Deux agents secrets de sa Majesté aux prises avec toutes sortes de « villains ». Une débauche de mode british, parapluie (umbrella), chapeau melon (bowler hat) (qui peuvent en cas de besoin s’avérer des armes redoutables), costume 3 pièces cravate  toujours impeccable, jamais froissé, fait sur mesure pour monsieur by Audrey Liddle et Ambren Garland, ses costumiers qui se faisaient tailler les vêtements sur Regent street par Bailey and Weatherhill et à un certain moment  Pierre Cardin  et garde-robe de cuir et autres matières moulantes trendy pour Emma Peel by John Bates (saison 4) et Alun Hughes (saison 5).

1870567874

Ce dernier continuera avec Tara King (saison 6) sauf pour 6 épisodes où va intervenir  Harvey Gould. Le charme, l’humour, le flegme  et la sophistication à l’état pur. Et les voitures british, que du vintage : des Bentley, des Jaguar, des Rolls Royce , des Vauxhall, des Lotus  en veux-tu en voilà. 161 épisodes de 50 minutes qui à la fin étaient diffusés dans 90 pays. J’en retiens une phrase :

A suit is a man’s armour.        Le costume c’est l’armure de l’homme.

Mrs Peel est une veuve puisqu’elle a perdu son mari pilote d’essai. Elle est riche, belle et indépendante. Elle occupe un appartement chic (une penthouse) et est une femme libre, qui domine le judo et le karaté, une rose d’Angleterre, qui occupa, je peux le confesser, nombre de mes fantasmes de jeune ado. Au volant de sa Lotus Elan elle était irrésistible. Entre 1976 et 1977 ce furent les New Avengers toujours avec Patrick Macnee mais avec d’autres agents secrets pour lui donner la réplique comme Joana Lumley (as Purdey) et Gareth Hunt (as Mike Gambit)

J’adorais le thème musical d’ Avengers de Laurie Johnson. En 1998 un film est sorti Avengers avec  Ralph Fiennes dans le rôle de Steed et Uma Thurman dans le rôle de Dr Peel. Dans ce film on entend la voix off (cameo) de Patrick Macnee qui joue le rôle d’Invisible James. Sean Connery, James Bond originel, y joue le rôle  de Sir August de Winter , un méchant. Comme souvent la copie n’égale pas l’original. Certes on a toujours les mêmes personnages, les mêmes vêtements mais l’esprit n’y est plus. Les costumes sont d’Anthony Powell mais chez le Steed de la série de télévision la mode qui nous est donnée à voir est du type équestre (le nom Steed d’ailleurs évoque cet aspect équestre) presque edwardienne tandis que la mode sur Avengers 1998 est la mode de la City. Je retiendrai pourtant sur la bande  musicale du film sous la direction de Bruce Wooley dans laquelle figure Storm chanté par Grace Jones  and the Radio Science Orchestra.

Steed (1922-2015) n’est plus  Peel (1938-) continue. Ainsi va la vie. Roger Moore, le protagoniste du Saint est encore là, alive and kicking, tout comme un autre 007 Sean Connery.

007 fruit de l’imagination de Ian Flemming (1908-1964) a connu le noir et blanc puis la couleur. Sujet indéfectible de Sa Majesté il apparaît dans Casino royale (1953), Live and let live (1954), Moonraker (1955), Diamonds are forever (1956), From Russia with Love (1957), Dr. No (1958), Goldfinger (1959), For your eyes only (1960), Thunderball (1961), The spy who loved me (1962), On her Majesty’s Secret Service (1963), You only live twice (1964), The man with the golden gun (1965) et Octopussy and the living daylights (1966). Même  Patrick Macnee  lui aussi joua le rôle de Sir Godfrey Tilbett dans A view to a kill dans un James Bond tout comme deux de ses partenaires : Honor Blackman qui prit le nom de Pussy Galore dans Goldfinger (1964) et Diana Rigg qui devient Contessa Teresa di Vicenzo et fut la seule à passer la bague au doigt à Bond, James Bond dans On her Majesty’s Secret Service (1969)

Là encore ce ne sont pas les histoires, les synopsis qui restent mais la musique de John Barry et des titres  comme Goldfinger (1964), Moonraker et Diamonds are forever et la voix de Shirley Bassey  ainsi que Live and let die de Paul MacCartney and Wings sans oublier Thunderball de Tom Jones

 

 

 

Que le meilleur gagne le rififi de la coupe du monde de la fifa!

Déjà presque’une semaine que la coupe du monde de la FIFA a débuté en Russie. c’ets parti pour 32 jours de match sur 12 stades russes. Les matches sont retransmis à travers le monde en exclusivité. A la radio RMC diffuse les 64 matchs en intégralitéLes roits TV sont exponentiels et je ne parle pas de marketing. Ici en France TF1 propose au total 28 rencontres : les matches de l’équipe de France en clair parmi les 16 matches de poules, 5 huitièmes de finale, 3 quarts e finale, les deux demi-finales et la finale. BeIN Sports,   est titulaire des droits de tous les autres matches. Si je veux par exemple voir tous les matches de l’équipe du Brésil il va falloir dribbler, feinter. J’ai essayé de me brancher sur la Globo brésilienne. 0u sur la télé péruvienne pour voir le match Pérou, no way ! C’est le blocus total, intercontinental. Chacun est jaloux de ses droits. Il est vrai que la coupe du monde la Fifa c’est la poule aux oeufs d’or pour les télévisions. Cela draine du public donc des ressources publicitaires et les chaînes et les sponsors ont donc investi gros. Il faut pour que tous amortissent leurs frais que l’équipe de France aille le plus loin possible et que les têtes d’affiche ne tombent pas dès la phase de poule.

Le Mondial 2018 c’est 32 équipes réparties en 8 poules de 4 pays. Dès les huitièmes de finale on se retrouve avec 16 équipes, puis  huit équipes en quarts de finale, quatre équipes en demi-finale et deux équipes en finale.

Au total il y aura 64 matchs. En 2026 on aura droit à 48 équipes pour 80 matchs.

Si on en croit le classement mondial officiel fifa coca cola en date du 7 juin 2018  les 10 meilleures forces en présence sont 1 L’Allemagne 2. Le Brésil 3. La Belgique 4. Le Portugal 5. l’Argentine 6. la Suisse, 7. La France, 8. La Pologne, 9. le Chili, 10. l’Espagne (soit 7 équipes européennes et trois sud-américaines)

S’il y a une logique dans le sport c’est parmi ces  dix-là que se trouve le futur vainqueur de cette édition 2018. Certes il y  a des outsiders, des tocards, des challengers qui vont tenter de créer la surprise. La grosse côte ! On a vu en cette première semaine 11 équipes ( 2 sud-américaines, 2 asiatiques, 6 européennes, une africaine) qui ne font pas partie de ce top 10 comme l’Uruguay, l’Islande, le Danemark, le Japon, la Suède, l’Iran, le Sénégal, la Croatie, la Serbie, le Mexique, l’Angleterre créer la surprise et vaincre ou faire jeu égal avec les favoris. Mais les huit groupes sont ainsi faits dans le sens de protéger les équipes mieux classées en les mettant têtes de série ce qui permet d’éviter des affrontements entre grosses pointures. Qui sortira le premier la queue basse de ce rififi planétaire ?

La Russie pays organisateur, les sept premiers du classement mondial de la FIFA  publié en octobre 2017 (Allemagne, Brésil, Portugal, Argentine, Belgique, Pologne, France)

Les seconds couteaux au tirage étaient en raison de leur classement l’Espagne, la Suisse, l’Angleterre, la Colombie, le Mexique, l’Uruguay, la Croatie, le Pérou

Les troisièmes couteaux sont le Danemark, l’Islande, le Costa-Rica, la Suède, la Tunisie, l’Egypte, le Sénégal, l’Iran

Les quatrièmes couteaux sont la Serbie, le Nigéria, le  Japon, le Panama, le Maroc, la Corée du sud, l’Arabie Saoudite et l’Australie.

Quand on regarde cette distribution et qu’on voit les résultats jusqu’à présent on est obligé de constater que le peloton de tête de ceux qui peuvent se qualifier pour les huitièmes de finales à élimination directe donne la part belle aux seconds couteaux (Angleterre, Mexique, Uruguay, Croatie qui ont fait le plein des points avec la Suisse et l’Espagne en embuscade), aux troisièmes couteaux (Danemark, Suède, Sénégal et Iran qui eux aussi ont fait banco avec l’Islande qui se trouve en embuscade), aux quatrièmes couteaux (la Serbie et le Japon ont engrangé les 3 points de la victoire).

Qu’en est-il des favoris ? La plupart des têtes d’affiches sont en ballottage. (seuls la Russie, la Belgique et la France ont remporté leur premier match) : l’Allemagne a perdu, la Pologne a perdu, le Portugal, le Brésil et l’Argentine ont fait match nul. Il ya comme une odeur de roussi ! Les sélectionneurs sont prévenus ! Il va falloir ferrailler dur pour se qualifier et non se reposer sur des statistiques comme celle qui dit que le Brésil a toujours dépassé le stade des seizièmes de finale depuis 1970.

Certes on le rappelle à longueur de journée on peut perdre le premier match et devenir champion du monde. Certes tout est possible dans le champ des possibles. Il est hasardeux de faire des pronostics mais la tendance est claire. Il va y avoir du rififi à la coupe du monde de la fifa. Je vous le garantis. Quelques gros vont tomber. Lesquels ?

d9356747897540.jpg

Moi en tout cas je ne suis pas chauvin. A ce niveau là je me mets hors-jeu. je peux mériter le carton rouge ou le jaune, peu importe ! Que le meilleur gagne ! Moi ce qui m’intéresse c’est le beau jeu, les beaux dribbles, les belles passes, les débordements, les longues chevauchées, les beaux arrêts, les coups francs dans la lucarne, les corners tirés au cordeau, un bon arbitrage, du fair play et bien évidemment des buts. Que du bonheur ! Je ne regarde le foot que lors des grands événements comme en France Coupe du Monde et   Coupe d’Europe. Au Brésil    il m’arrive de regarder la finale de la Copa dos Libertadores mais ce n’est pas systématique. Ce qui est sûr c’est que je ne suis pas un supporter acharné fanatique ni d’une équipe régionale ni d’une équipe nationale. Au Brésil comme en France on est sommé de choisir une équipe et s’identifier à un clan. J’ai failli à un moment de ma vie supporter l’équipe de foot de Nîmes qui était alors en seconde division. Peut être que si j’étais en Guadeloupe je supporterais le Cygne Noir. Je n’en sais rien. Quand j’habitais Salvador on me sommait de choisir entre Vitoria et Bahia et j’ai choisi Bahia, plus pour m’opposer à mes beaux frères et amis qui étaient supporters  – là-bas on dit torcedores – du Vitoria que pour une autre raison. Là-bas au Brésil le football est atavique. Il circule comme le sang de père en fils. Si on est de père vascaino les enfants petits enfants et arrière-petits-enfants seront vascainos. Moi à un moment je me suis revendiqué du Botafogo parce que j’aimais le nom, le drapeau et le maillot mais je ne suis pas vraiment botafoguense, je ne connais aucun joueur de l’équipe.

Au brésil la dimension du football est extraordinaire, il y a des terrains de foot partout. On peut jouer le soir jusqu’à 22 heures , le dimanche matin tout le monde se retrouve aux aurores pour le baba, la partie de foot entre amis, entre coreligionnaires. Après le match il y a la traditionnelle troisième mi-temps où la bière coule à flots jusqu’à l’heure du déjeuner. Or je suis athée donc je n’aime pas ces grands-messes obligatoires. Il m’est arrivé de jouer dans un club en cadet au COMB (club olympique multisports de Bagneux) où je jouais comme ailier droit. Quand je me suis rendu compte que la pratique de ce sport me prenait tous mes week-ends j’ai laissé tomber. J’ai continué ensuite à jouer régulièrement avec des amis. Le dimanche matin, juste à la sortie des boîtes, on se retrouvait parfois pour jouer en haut de Bagneux sur un vrai terrain. Le plus extraordinaire c’est que je ne suis jamais allé voir un match de football national comme international que ce soit en France ou au Brésil. Cela peut tenir au fait que mon père n’était pas sportif. je ne l’ai jamais vu jouer au football ni regarder un match. Il aimait regarder le cyclisme et le patinage artistique. Moi aussi mais j’aime aussi l’athlétisme et en particulier l’athlétisme aux Jeux   Olympiques ou aux Championnats du Monde, le tennis, le basket. je regardais même quand j’habitais aux Etats-Unis les matches de baseball et de football américain. Et quand Ayrton Sena dominait la formule 1 je regardais les grands prix de Formule 1

Camila Cabello – Havana ft. Young Thug

J’aime cette vidéo qui me rappelle les telenovelas sud-américaines. Que ce soit celles de Télévisa au Mexique ou celles de la Globo au Brésil. La telenovela c’est un art de vivre, un rendez-vous captif vers l’imaginaire.

Hey
Havana, ooh na-na (ay)
Half of my heart is in Havana, ooh-na-na (ay, ay)
He took me back to East Atlanta, na-na-na
Oh, but my heart is in Havana (ay)
There’s somethin’ ’bout his manners (uh huh)
Havana, ooh na-na (uh)
He didn’t walk up with that « how you doin’? » (uh)
(When he came in the room)
He said there’s a lot of girls I can do with (uh)
(But I can’t without you)
I knew him forever in a minute (hey)
(That summer night in June)
And papa says he got malo in him (uh)
He got me feelin’ like
Ooh-ooh-ooh, I knew it when I met him
I loved him when I left him
Got me feelin’ like
Ooh-ooh-ooh, and then I had to tell him
I had to go, oh na-na-na-na-na
Havana, ooh na-na (ay, ay)
Half of my heart is in Havana, ooh-na-na (ay, ay)
He took

 

I will, no matter what, I will be me

 

 

Vous ne me croirez pa et je ne me crois pas moi-même. J’ai regardé le mariage princier. Meghan and Harry, Harry and Meghan. La métisse et le roux, le roux et la métisse ! Une petite parenthèse avant que je ne poursuive :

Quelque chose m’intrigue quand on parle de Meghan on dit qu’elle est métisse. Quand on parle d’Obama on dit qu’il est noir. Pourtant tous les deux sont métis : père noir et mère blanche pour Barack, père blanc et mère noire pour Meghan. Je ne trancherai pas car nul ne peut trancher ce noeud gordien. Je note simplement qu’elle même se taxe de « caméléon ethnique« . Aux Etats-Unis métis ne se dit plus. On se dit comme Meghan mixed race, ou biracial et dans son cas propre de « Caucasian and Afro-American »

Mais fermons cette parenthèse. Comment expliquer cet engouement mien ! D’abord je suis de formation angliciste, cela peut se comprendre. Mais passer presque 3 heures à regarder ce défilé de stars et de princes, de queues de pie et de cravates, moi même je m’en suis étonné. Regarder Leurs Altesses Royales le  Duc et la Duchesse de Sussex défiler sur leur Ascot Landau à chevaux, surprenant, venant de moi ! J’avais en 1981 regardé le mariage de Diana and Charles, et il y a 6 ans celui de William and Kate. J’avais alors pour Diana l’excuse de travailler pour Pergamon Press France, une entreprise anglaise. Pour William et Kate j’avais mis cela sur le compte du désoeuvrement. Mais cette fois-ci ce mariage avait une saveur particulière. Une métisse, une sang-mêlé entrait dans la famille royale britannique. Une descendante d’esclaves très probablement comme moi même. En plus le prince s’appelait Harry. Et c’est ainsi que l’on m’appelait quand j’étais petit. Tout s’explique, non ?!

Et comble e tout cela, j’ai même versé une petite larme en voyant la mère de Meghan, Doria Loyce Ragland seule dans cette chapelle Saint-Georges, en robe de soie cady écarlate de Stella Mc Cartney avec ses cheveux tressés. Pas un frère, pas une soeur, pas un neveu, pas un cousin, pas un oncle, pas une tante. Certes  ses parents sont décédés. Mais tout de même, pas un homme de la famille pour mener sa fille à l’hôtel ! Cette assistante sociale américaine et en même temps prof de yoga et ex-maquilleuse m’a touché. Alors que le prince Harry était accompagné de tous ses proches, (y compris son ex-flamme Cressida Bonas) pour ce moment solennel, Meghan, née le 4 août 1981, n’avait que sa mère. Son père, le photographe Thomas Wayne Markle était resté cloué aux Etats-Unis suite à une opération cardiaque, nous dit-on. Le prince Charles a accompagné sa belle-fille à l’hôtel. Très bien. Mais je me pose la question : il n’y avait personne dans la galaxie recomposée du père ou de la mère de Meghan pour tenir ce rôle ? Même un ami de longue date ? Personne de la black excellence pour tenir ce rôle!? Pas même un collègue de la série Suits qui l’a rendue célèbre sous le nom de Rachel Zane ? Tenez pourquoi pas  Patrick J. Adams qui y joue le rôle de Mike,  avec qui elle forme un couple hot ? Très bien on comprend que ce rôle ne peut être dévolu à son beau-frère, Thomas Jr, fils d’un précédent mariage  de son père avec Roslyn Lovegood avec qui elle n’est pas dans les meilleurs rapports.  Certes je comprends encore que ne soit pas convié l’ex mari de Meghan, Trevor Engelson et ce serait beaucoup d’outrecuidance que de lui demander de jouer ce rôle. Mais tout de même ! Elle aurait pu encore faire jouer ce rôle à son dernier boyfriend, le chef Cory Vitiello. Voire par un ami tel que Markus Anderson. Par un neveu, un cousin, que sais-je?!

Pour la demoiselle d’honneur, là aussi personne. Alors que Harry le Roux entrait dans l’église flanqué de son frère comme best man, témoin, la future duchesse gravit  seule les marches et la chapelle. Rachel Meghan aurait bien pu appeler une de ses « Suits sisters », Sarah Rafferty ou Gina Torres (Donna et Jessica dans la série). Oui elle aurait pu mais ne l’a pas fait.

Certes, pour compenser ces absences flagrantes de la famille américaine il y avait du beau monde pour représenter chacun à sa façon l’Afro-Amérique  : Oprah Winfrey, l’animatrice, Serena Williams, la tenniswoman, Michael Bruce Curry, le prédicateur de l’église épiscopalienne américaine qui délivra son homélie sur l’amour et le feu et qui évoqua Martin Luther King et l’esclavage dans son long sermon, Gina Torres, actrice comme elle sur Suits.

DbjIi0uXUAAo-J0

Il y avait l’Afro-Royaume-Uni avec Karen Gibson et le Kingdom Choir  pour chanter Stand by me de Ben E King ! Il y avait ce jeune violoncelliste Sheku Kanneh-Mason qui jouait en solo du Gabriel Fauré (Après un Rêve), du Franz Schubert (Ave Maria) et du Maria Theresia von Paradis (Sicilienne). A la fin j’ai entendu Amen chanté en gospel. James Bond, sujet de Sa Gracieuse Majesté était même là. Eh oui un James Bond noir, le premier de l’histoire, en chair et en os, j’ai nommé l’acteur Idriss Elba. Accompagné comme il se doit par sa James Bond’s girl, Sabrina Dhowre.

Le prince Bereng Seeiso du Lesotho, cofondateur de Sentebale, l’ONG d’Harry au Lesotho et au Botswana, avait été convié pour représenter l’Afro-Commonwealth!

Nous étions à Windsor, à deux pas d’Ascott et de Eton et le soleil s’était mis à l’unisson dans la triste Albion post-Brexit pour égayer de ses rayons la cérémonie. Le soleil s’était lui aussi revêtu de Givenchy Haute Couture. Certes le soleil de Californie, le soleil qui brille à Crenshaw, Los Angeles est le même ! Mais la reine du haut de ses 92 ans brillait encore plus fort que l’astre fondamental quand l’assemblée de fidèles qui comptait dans sa galaxie, outre les vedettes du sport et de l’écran, toute l’upper class britannique lui chanta God Save the Queen !

Les deux tourtereaux se sont rencontrés il y a à peine deux ans. Le mariage a été rapide. L’avenir dira si l’amour entre l’altesse et la roturière californienne tiendra. I make this vow !

Moi ce qui m’intéresse c’est la mère de l’élue. Elle est née le 15 septembre 1956. Elle ressemble comme deux gouttes d’eau à l’épouse de mon feu cousin Samuel.  C’est sa solitude, ses cheveux tressés sous son chapeau qui m’ont touché. Je l’ai sentie forte et fragile en même temps. Rarement un sourire. Comme gênée d’être là ! Out of place ! Même pendant l’homélie du bishop américain qui aurait pu la faire sourire. La plupart du temps les yeux baissés, humble. Comme plongée dans ses pensées. Meghan souriait elle, tout le temps. Et sa meilleur amie, sa mère, à la limite des larmes. Je regardais le visage de Charles, impassible. Maquilleuse, assistante sociale, prof de yoga et désormais mère de duchesse anglaise. Quel destin pour une petite afro-américaine californienne que rien probablement ne prédestinait à tant !! Elle a dû avoir une pensée pour Jeremiah et Claudia, Steven et Lois Louise, Alvin et Jeannette, ses ancêtres, nés entre Géorgie et Tennessee !

Peut-être venaient-ils du Lesotho comme le prince Seeiso ? Peut être auraient-ils aimé danser un peu ?

Peut-être qu’elle mieux que sa fille pourra appréhender la dimension historique et multiculturelle de l’évènement que consacre cette idylle.

Son histoire pourrait générer un film comme l’histoire de milliers de descendants d’esclaves. Gageons qu’Hollywood ne se fera pas prier pour trouver un scénario haletant qui nous fera frémir de rage et de ravissement. Et le titre serait non pas I will qui célèbre le oui de l’acceptation nuptiale de l’autre. Mais « No mattter what, I will be me », quoi qu’il en soit je serai moi.

On évoquera alors les champs de coton de Géorgie, Jonesboro dans le comté de Clayton,  la Géorgie rurale, puis le départ pour Chattanooga, Tennessee, la ville pour terminer en Californie à Los Angeles, l’abolition de l’esclavage en 1865, les lois Jim Crow, le Klu Klux Klan, Martin Luther King, les civil rights, etc.

 

 

Já nasci errado, estar errado é só uma aventura a mais

macunaima2

Língua é foda meu irmão! Pra se aventurar naquele matagal do intercâmbio entre elas tem que ter uma boa dose de inconsciência. E de plasticidade.

Eu falo seis idiomas. Francês, créole de Guadeloupe, inglês, espanhol, holandês, português. Claro que tem interferências entre espanhol e português. Tanto que ando perdendo meu espanhol para português e que quase não sei me comunicar mais em holandês, língua que já dominei.

Estudei por um ano português na universidade Paris VII. Era apenas para poder viajar a Portugal e entender as letras de Gilberto Gil, Djavan, etc. Quando eu cheguei mesmo no Brasil foi dose. Português de Portugal e português do Brasil não são exatamente a mesma coisa. A língua travava e muito ! Mas com muita garrafa de Brahma, Skol, Pitu, Tatuzinho, e Antartica consegui destravar.

Aprendi muito português pela televisão. A Praça é Nossa com Carlos Alberto. Entender uma piada numa lingua estrangeira é uma delícia ! Já gostava dos bordões como : « se ela me desse bola » de Clementino (Tutuca)

a Escola do Professor Raimundo com Chico Anisio. Adorei os personagens : professor Raimundo Nonato, Dona Bela, Seu Boneco, Dona Cacilda, Joselino Barbacena, Armando Volta, Zé Bonitinho, Seu Batista, Galeão Cumbica, Dona Cândida, Pedro Pedreira, Aldemar Vigário, Dona Capitu, Marina da Glória, Nerso da Capitinga, Rolando Lero, Seu Peru, Catifunda, Baltazar da Rocha, Samuel Blaustein, Bertoldo Brecha, Suppapau Uaçu me ensinaram mais do que o dicionário Aurélio ! Ainda tenho em mente o bordão « ele so pensa naquilo » da Dona Bela.

Aprendi um bocado também sobre a situação política no Brasil e seus usos e costumes com Viva o Gordo de Jô Soares e seus múltiplos personagens : Araponga, Capitão Gay, Domingão, Zezinho, General Gutierrez, Julio Flores, Reizinho, Bô Francinede, Sebastião codinome Pierre, Dona Conceição, Zé da Galera, Dom Casqueta. Também gravei ali o bordão de Sebastião o exilado brasileiro na França que liga para o Brasil e que fala: « Não é possivel. Você não quer que eu volte ». Também fala barbarismos como seje, digue…

Também me formei pela universidade dos Trapalhões : Didi, Dedé, Mussum, Zaka foram ótimos professores.

O Show da Xuxa

Sergio Malendro

Sem Censura com Leda Nagle

Cassino do Chacrinha : Aprendi demais com aquele Velho Guerreiro cujo tema de abertura do programa era assim :

Abelardo Barbosa
Está com tudo e não está prosa

Menino levado da breca
Chacrinha faz chacrinha
Na buzina e discoteca

Ó Terezinha, ó Terezinha
é um barato o cassino do Chacrinha
Ó Terezinha, ó Terezinha
é um barato o cassino do Chacrinha

Vale a pena ver de novo e suas reprises de novelas como Irmãos Coragem, Dona Flor e seus deus maridos, Que rei sou eu, etc

Globo Rural e a música do tema por Almir Sater

Os rádios, o carnaval, a micareta, os cantores inúmeros e suas inúmeras músicas. Haja coração !

A revista Ciência Hoje, A Folha de São Paulo, O Estado de São Paulo, A Tarde, O Correio da Bahia, A Tribuna da Bahia, Feira Hoje, que eu comprava ou lia no Gabinete Português de Leitura em Salvador ou na Biblioteca Estadual de Feira de Santana foi lendo também que fui aprendendo. Também dançando, namorando, comendo, cozinhando, fazendo compras na feira, batendo papo, bebericando, assistindo filmes na cinemateca da Biblioteca Pública dos Barris,

Comprei também muitos livros de poesia brasileira. Tinha uma livraria Civilização Brasileira pertinho de onde eu morava em Salvador. Li muito mas muito mesmo ! Manuel Bandeira, Carlos Drummond de Andrade, Mario Quintana, Cecília Meirelles, João Cabral do Melo, Castro Alves, Gregório de Matos, Vinicius de Morais, Haroldo de Campos e alguns outros mas quem me seduziu mesmo foi Manoel de Barros (1916-2014) e sua « Gramática Expositiva do Chão » (1969) que até hoje me inspira. Eu lembro dele como de um poeta do graveto, da pedrinha, do insignificante, da poeira, quase invisível.

Também mergulhei na literatura de Jorge Amado, Mario de Andrade e seu Macunaima e tantos outros mas adorei foi o cinema de Glauber Rocha e seu Deus e o Diabo na Terra do Sol !

Todos os sobre citados foram meus exímios mestres : cada um fez sua parte sem se preocupar do papel que jogava e fiquei assimilando, assimilando.

Mas quero aqui dissertar um pouco não como linguista e specialista de idiomas francês mas como usuário do idioma português, além do mais o idioma português do Brasil, que não é minha língua materna mas que ficou a língua da madrasta.

Apesar de português e francês terem ambos a mesma matriz latina parece que tiveram pais diferentes. Em realidade são meio-irmãos. Vivem realidades diferentes.

Minha primeira dificulade com minha lingua irmã foi essa : ser e estar. Falaram assim : ser é pra estados ou ações definitivas, estar pra estados ou ações passageiros. E logo percebi que não era bem assim.

Ser casado tem nada a ver com ser doente, e ser apaixonado por música clássica não tem nada a ver com estar apaixonado por Benilde. O português tem uma sabedoria que o francês não tem. Sabe que paixão entre seres humanos não dura mas que paixão por idéias e prazeres é intemporal. Ou pelo menos finge de acreditar. Sou católico, sou crente, sou lulista. A realidade se mostra mais complexa. Alguém pode ter sido de esquerda e depois virar pra direita. Ou mudar de religião. Em francês o verbo ser se traduz por être, verbo auxiliar fundamental da língua francesa : être malade, être marié, être divorcé, être fiancé, être catholique, être protestant, être socialiste, être de droite.

O negócio complica mais ainda com ficar (que em francês se traduz geralmente como rester): ficar gravida, ficar noiva, ficar doente, ficar apaixonado, ficar com dor, ficar com fome, com frio, com calor, com vontade, com sede , com medo, aí o francês fica confuso. As vezes usa tomber (que se traduz normalmente por cair), às vezes usa avoir (ter, haver), outro auxiliar fundamental da língua de Molière. Isso quer dizer que para um francês adoecer, se apaixonar ou engravidar são vividas como quedas:

tomber enceinte, tomber malade, tomber amoureux vs avoir mal, avoir faim, avoir froid, avoir chaud, avoir envie, avoir soif, avoir peur…

Tem momentos que ninguém sabe pra onde correr. Estar errado, ser errado, ser certo, estar certo ! O francês fica em cima do muro e usa avoir: avoir tort, avoir raison.

Você ja nasceu errado , estar errado pra você é so uma aventura a mais ! brinca minha companheira

Haja pegadinhas entre o francês e o português ! Já é difícil imaginar o que é o futuro do subjuntivo. Quando eu for, se você quiser, assim que eu puder, logo que você souber, se não lhe incomodar, se tiver tempo, se for possivel, se Deus quiser para os quais o francês tem duas atitudes. Uma com quand, dès que, aussitôt que e os primos e amigos que chamam o futuro do indicativo : quand tu iras, quand tu voudras, dès que tu pourras, dès que tu sauras. Outra com si que chama neste caso o presente do indicativo: si ça ne te gêne pas, si tu as le temps, si c’est possible, si Dieu le veut.

Até para dizer por favor tem que usar si : s’il te plaît, s’il vous plaît ! (se não te incomodar, se lhe agradar). O si fica embutido no i do il, e este il mesmo não representa ninguém. Se trata de um il impessoal. Haja « politesse » !.

Este negócio de verbo impessoal em francês é meio chato. Il pleut, il neige, il fait chaud, il fait froid, il fait beau, il fait soleil, il fait noir, il fait bon, il fait, il faut.

Está chovendo, está nevando, faz calor, faz frio, faz tempo bom, faz sol, é escuro, faz bom, é preciso. Eita língua machista. O responsavel por todo aquilo é il, o pronome masculino da terceira pessoa do singular mas que pode ser neutro também como nestes inúmeros casos. Quer dizer que em francês o neutro é masculino.

Tudo isso para concordar com a regra que quer que todo verbo conjugado (com a exceçao do imperativo) tenha que ter um subjeto aparento, quando não tem tem que inventar e il é a pessoa então que faz a ação. Um deus ex máquina , provavelmente.

Mas a coisa complica porque tem também ce, que pode se abreviar en c’, pronome demonstrativo neutro, que pode representar este papel.

c’est gentil (é lindo), c’est super (é legal), c’est bon (é gostoso), c’est fantastique (é muito legal), c’est super (é bem legal), c’est moi (sou eu) e a forma generosa de ce c’est ça.

c’est quoi, ça. (O que é isso), ça va (ta indo), ça marche (tudo bem), ça caille (faz frio, ta pelando),

O português é como o inglês: tem acento tônico chato por toda parte. O francês em relação é bem simples, sempre na última sílaba. Mas primeiro pra identificar a última sílaba tem que eliminar toda sílaba que termina com e. Exemplo lune tem apenas uma sílaba oral apesar de ter duas sílabas gráficas. Indispensable se pronuncia in-dis-pen-sable e se presta bem atenção muita gente nem fala o fonema l final. Isso tem nada a ver com o português onde toda sílaba é pronunciada. Que alívio. Não é como em francês quando você nunca sabe se pode se pronunciar a consoante final

un pas, un cas, des tracas, compas, repas não se pronuncia o s final

Na palavra un os (osso) , fala-se o s final, na palavra dos (costas), não fala mas no plural os, a mesma palavra escrita se pronuncia sem o s final.

oeuf (ovo), boeuf (boi) no singular ouve se o som f . No plural desaparece este f e muda o som do eu que vem a soar como deux !

Mas o português do brasil tem suas chatices. Os r de rua, roer, e o rato roeu o rabo do rei de roma (foi assim que aprendi na marra esse trava-línguas, agora voltando atrás seria melhor roer a coroa, ou o coração, a cara, o couro, o rim, o trono, o carro, pior ainda o carro caro). O r brasileiro foi minha principal tortura. E até depois de mais de 30 anos de prática do idioma chego a tremer cada vez que eu peço suco de laranja. Mas não desanimo. Um dia chego lá ! No topo do morro morrerei dançando forró com minha eterna namorada segurando ela carinhosamente como uma garrafinha de suco de laranja!

O negócio complicado, quer dizer o mais complicado dois ainda muitos complicados, é como no caso do inglês onde colocar o acento tônico. Tem oxitonas, paroxitonas, proparoxitonas e sei lá quantos mais tonas. Deus é mais ! E como em inglês tem a regra e as exceções que confirmam a regra. Eu duvido se fala assim insistindo na sílaba vi mas não precisa de acento para materializar o acento tônico. Mas tenho minhas dúvidas, preciso mudar o stress para a primeira sílaba. Isso eu internalizei à força de ouvir ou de levar porrada.

Demorei para entender a diferença entre o o aberto de avo (grand-mère) et o o fechado de avô (grand père) e ainda hoje não sinto a diferença. Já me explicaram várias vezes a acentuação gráfica mas meu ouvido parece que fica surdo em entender as diferenças entre carne de boi e um motoboy. Não sei mas se falo certo falando oi pelo cual uso o oi do inglês voice. Eu já internalizei que ou se fala o como o moto, loto, bobo francês e não como o o com acento dos coto, bobo brasileiros. Mas toda palavra que tem a mesma grafia em português que em francês posa problema . Eu sei que moto não se fala moto como en francês, igual para loto, bobo de camarão, alho porro não se fala como poireau, já sei,

a que hora é ? que horas são ? São nove horas, é uma hora. Minha tendência, ja que em francês so se fala il est cinq heures, il est midi, é de usar em português sempre são para não me complicar. Já me falaram tanto que é que horas são, já ouvi muito que hora é essa mas o cérebro insiste em dizer são uma hora! Barbarismo feio, né !

Eu assim falo são uma hora e sou (ou estou) errado. Erradissimo ! Principalmente para alguém que passou mais de 15 anos no Brasil convivendo com brasileiros hà mais de 30 anos ! Posso falar com toda sem vergonhice é quatro da manha. Em vez do certo e legítimo : são quatro da manha. Até eu fico me perdendo. Agora é comum ouvir essa coisa errada entre brasileiros. Alivia um pouco a dor mas não sara a raiva ! é isso que me complica ainda mais ainda. Bem sei que ser comum não quer dizer ser correto. Mas quero comunicar.

Já sei que que nem não é muito bom mas ja ouvi falar tanto que virou minha maneira de ser baiano.

Usando palavras ou expressões como eita, Deus é mais, é foda, porra, né, ta, veja bem, digai, ta vendo, da pra entender, sacou ?, caiu minha ficha, vixe, opaio,

Tinha muitas dificuldades em entender a diferença entre aqui, cá, la , ali e aí. Porque em francês apesar de ter ici et (là-bas) não tem lugares intermediários bem definidos. ici quer dizer aqui e quer dizer lá. Em princípio. Na realidade pouco importa a distança, geralmente a palavra utilizada vai ser lá.

Exemplo: alguém bate na porta. Vou até a porta e vou falar: qui est là ? e a pessoa fica talvez a 20 centimetros da porta.

Se eu entendi bem a gradação brasileira vai de aqui, aí, ali, lá. Para entender cá tem que utilizar a expressao lá e cá. vem cá ! Só que até agora não entendi a diferença entre vem cá e vem aí ou vem aqui. Mas gosto demais de usar vem cá. Em francês poderia se traduzir por perifrase viens voir, viens ici, viens là, pouco importa. De lá pra cá eu usaria em relação ao tempo. Entre 1986 que foi minha vez no Brasil e agora 2018, de lá pra cá, muita coisa mudou là como cá ! No Brasil como na França.

Houve um tempo que o povo falava Lula là ! agora fala Lula pra aqui Lula pra lá, Lula pra cá, Lula ali, Lula aí ! Um dia chego lá !

15 ans et demi en mai 1968

Au Brésil Zuenir Ventura a écrit en 1989 un ouvrage intitulé 1968 : o ano que nao terminou. L’année qui n’a pas terminé !

liceelakanalsceaux

En mai 1968 j’avais 15 ans et demi, 32 dents et 9 frères et soeurs (huit survivants) dont la dernière venait de naître le 15 janvier. J’étais l’aîné, j’habitais La Pierre Plate un cinq pièces au huitième étage dans une cité à Bagneux dans les Hauts de Seine, qu’on appelait encore Seine tout court, la cité des musiciens. Chacun de mes amis ou copains était identifié par une barre d’immeubles. Il y avait ceux de Mozart, ceux de Serge-Prokofiev, ceux de Claude-Debussy, ceux de Manuel de Falla, ceux de Frédéric-Chopin, ceux de Rossini, le B8, dont je faisais partie. Entre Mozart A8 et Rossini B8 c’étaient 192 logements. Moi mon univers se jouait entre Rossini, Mozart et Debussy. Nous nous retrouvions pour jouer au foot derrière Mozart ou derrière Debussy entre garçons. Je n’avais qu’un copain de classe dans le quartier, Yann qui habitait dans le même bâtiment . J’étais au numéro 8, lui au numéro deux ou trois. Nous prenions tous les matins avec Maurice qui habitait lui au rond-point des Martyrs le bus 188 pour aller à l’école. Puis on marchait à pied de Sceaux-les-Blagis jusqu’au lycée Lakanal situé entre Sceaux et Bourg-la-Reine. Le lycée Lakanal était un lycée très huppé puisque 85 pour cent des élèves étaient issus des csp +, des chefs d’entreprise, des professions intellectuelles supérieures, des cadres supérieurs. Moi j’étais le prolétaire de service, la racaille studieuse, l’exception qui confirme la règle. Je me sentais vraiment un privilégié !

Etre balnéolais était presque une tare. Etre de Sceaux-les-Blagis était déjà une honte ! Le lycée offrait un cadre exceptionnel ! Parc, cour, couloirs étaient chargés d’histoire même si les latrines laissaient à désirer. Mais nous étions dans un lycée chargé de traditions. Khâgne, hipokhâgne, classes préparatoires étaient célèbres ! Entouré de professeurs célèbres. J’étais en seconde A.

Etudes classiques latin espagnol anglais ! Un lycée de garçons ! Yann Piquer et Maurice Allouche, mes copains de Bagneux, mais aussi Yves Trancard, Robert Gouin, François Merle, Jean-Marc Boyer, Bernard Breuiller, Jean-Pierre Lenfant, Christian Billon, Romain Gospodnetik, Pascal Meslet. Leclerc, Batista, Dubut dont les prénoms se sont évanouis. Aucune fille ! Les filles étaient regroupées elles au lycée Marie Curie ! J’étais demi-pensionnaire. Je mangeais le midi à la cantine. Comme j’étais boursier puisqu’on était une famille nombreuse je ne crois pas que mes études aient coûté cher à mes parents ! Il y avait aussi des pensionnaires qui étaient en internat qui dormaient carrément à l’école du lundi au samedi et parfois plus. J’enviais surtout les externes qui pouvaient sortir le midi et aller manger chez eux. Ceux-là c’étaient des privilégiés. Certains arrivaient en Solex d’autres étaient déposés en voiture.

jeanmarieenfantdchoeur

En mai 1968 j’avais 15 ans et demi et j’étais sans doute encore catholique puisque en 1969 encore il me semble que j’étais enfant de choeur et que j’ai participé à la quête de l’église Sainte-Monique pour les aveugles. J’avais même fait ma renonce.

J’adorais lire et je passais la plupart de mon temps à la bibliothèque municipale où j’ai lu toute la collection de contes et légendes du monde entier. Je jouais aussi au foot en cadet au COMB comme demi et à l’AS Lakanal au rugby.

J »étais romantique. A 15 ans et demi je n’avais pas encore embrassé une fille, si ma mémoire est bonne. Sur le chemin de l’école entre les blagis et Lakanal il y avait le lycée professionnel Florian rue de la Marne où je croisais des demoiselles et mon regard croisait assez souvent une petite martiniquaise qui habitait justement aux Blagis chez sa tante. Avec elle qui était Marylin mais pas Monroe j’ai connu mon premier film au cinéma, mes premières étreintes, mes premieres caresses, ma première jouissance . Mais nos jeux étaient malgré la jouissance assez innocents sur les bancs publics, dans les fourrés, au cinéma, contre les murs mais jamais au lit. J’avais alors peut être seize ans, seize ans et demi mais peut être aussi quinze ans et demi. Je confonds les dates. Ce que je sais c’est que quand Johnny a sorti Si j’étais un charpentier, ou Mon fils moi je n’avais pas encore croqué la pomme. J’avais trop peur qu’une partenaire éventuelle tombe enceinte. C’était ma hantise. Devenir père à 16 ans. Je voulais étudier. Je ne savais pas encore ce que je voulais faire exactement mais ce que je savais c’est que je ne voulais pas devenir père à 15 ans et demi. La pilule n’était pas à la mode et je n’avais jamais vu un préservatif ! J’avais une seule certitude c’est que je voulais un métier qui me fasse voyager. Je pensais à steward ou pilote pendant longtemps mais je dus déchanter à cause de ma vue. J’étais myope, je ne pouvais pas être pilote et steward je ne trouvais pas assez glamour. J’écrivais bien, je parlais anglais et espagnol ! Journaliste pourquoi pas !

Mon père avait alors 45 ans et ma mère 37. Ma mère ne travaillait pas depuis que nous étions arrivés en métropole en 1961 et mon père travaillait depuis 8 ans à Paris dans le septième arrondissement rue du Bac dans l’Administration, comme il aimait à le dire après avoir vécu une partie de sa vie engagé dans l’Armée. Il était huissier au Ministère de l’Industrie. Huissier c’est un bien beau titre pour une fonction qui consistait globalement à filtrer les entrées et les sorties et à porter le courrier et lire le journal. Mon père qui était résistant était inscrit au Parti communiste mais adorait de Gaulle ! Il était trésorier d’une association antillaise appelée le Rayon de Soleil.

Moi j’avais 15 ans et demi. et j’ai vu passer mai 1968 comme un printemps ensoleillé entre parties de babyfoot à la Croix de Berny, parties de flipper, mes premiers cafés, mes premiers émois sans doute. J’étais assurément loin des pavés, des barricades, des manifs. Je voyais bien que ça bougeait mais cela ne me concernait pas ! Je n’étais pas politisé ! J’entendais bien les slogans comme « il est interdit d’interdire », « les frontières on s’ en fout », « prenez vos désirs pour des réalités », « soyez réalistes: demandez l’impossible ». Mais tout de même appeler les étudiants ou les grévistes « la chienlit », je trouvais ça un peu vieux jeu de la part de celui qui s’appelait le président. Mai 68 ce ne furent pour moi que des vacances scolaires avant la date.

Je suis probablement parti en vacances comme d’habitude pour deux mois en colonie de vacances. En juillet août j’ai dû passer du bon temps à la Feclaz en Haute-Savoie. Mais mon 1968 à moi ce furent :

 1. le 16 octobre les Jeux Olympiques de Mexico et les poings noirs gantés levés (pouvoir noir) pendant l’hymne américain Star Spangled Banner pour protester contre la discrimination raciale dans leur pays Tommy Smith et John Carlos après la finale du 200 m où ils terminèrent respectivement premier et troisième; ils portaient un foulard noir au cou (symbole de fierté noire), des chaussettes noires et pas de chaussures pour symboliser la pauvreté noire.

Quelques jours plus tard ce fut au tour de Lee Evans, Larry James, et Ronald Freeman de porter le béret noir, symbole du pouvoir noir des Black Panthers

Je me souviens aussi des 8 mètres 90 de Bob Beamon ! Des 9 secondes 95 de Jim Hines au 100 m, du Fosbury flop de Dick Fosbury;

2. l’assassinat de Martin Luther King le 4 avril à Memphis Tennessee à l’âge de 39 ans;

3. l’assassinat le 5 juin de Robert Kennedy à Los Angeles à l’âge de 42 ans;

4. la mission Apollo 8 atteint la lune le 24 décembre (Jim Lowell, Bill Anders, Frank Borman)

5. c’était la guerre du Vietnam, Joan Baez chantait « Where have all the flowers gone »;

6. c’était la guerre du Biafra et personne ne chantait;

7. en août les Soviétiques entraient à Prague et faisaient danser le kazatchock aux Tchèques qui n’en demandaient pas tant.

En 1968 je regardais l’an 2000 comme un objectif tellement lointain presque inatteignable. Je me disais en l’an 2000 j’aurai 48 ans comme mon père. Je serai un vieux, Encore plus vieux que mon père en 1968. Je me promettais de ne pas avoir de bedaine, de ne pas être gratte-papier.

Maintenant que dire. Nous sommes en mai 2018. 1968 c’était il y a cinquante ans. Et dire que j’y étais. J’ai presque du mal à l’admettre. Comment admettre qu’on a des souvenirs e plus de 50 ans ? Déjà les souvenirs s’embrument. J’ai perdu mon père il ya de cela 17 ans, l’âge que je n’avais pas encore atteint en 1968. Ma mère va en avoir 87. J’ai 5 enfants ont le petit dernier va avoir 19 ans. Ils ont aussi leurs rêves. Ils me voient probablement comme je voyais mon père. Un petit vieux un peu turbulent, irresponsable et voyageur. Mai 2018 s’annonce chaud puisqu’on veut faire la fête à Macron. J’ai jeté un coup d’oeil aux mots d’ordre figurant sur les banderoles brandies par les  black blocs que la France béate et sidérée a l’air de découvrir : « tout va bien« , « Macron nous met dans une colère noire« , « Cette fois on s’est organisé« , « le  black bloc colore nos vies« , « risques de troubles à l’ordre public« , « la lutte paie plus que ton patron« , « la piraterie féminine n’est jamais finie« , « A bas la HESS« , « Premiers de cordée, premiers guillotinés« , « Sous les k-ways la plage« , « Marx attack ». Bon, je dois avouer que tous ces slogans ne retentissent pas en moi de la même façon car je n’ai pas tous les codes (je n’écoute pas Booba)  mais je dois avouer  que j’ai probablement un vieux fond soixante-huitard malgré tout qui m’incline à avoir une certaine sympathie pour ceux qui s’interrogent, même si cette interrogation se manifeste violemment. Ni dieu ni maître est un concept philosophique que j’appuie totalement. Ce n’est pas parce que je ne fais pas partie des Black blocs que je ne soutiens pas leur réflexion. Comme le dit BFMTV :

« les slogans déployés par les black blocs reflètent l’idéologie libertaire, anarchiste et anticapitaliste du mouvement contestataire »

Moi quand je lis « Ni patrie, ni patron, ni Le Pen ni Macron » je suis plutôt en adéquation. Quand je lis « Pour l’unité il faut des ennemis communs » ça me semble bien envoyé. Quand je lis « sélection piège à cons », ça me renvoie à « élections piège à cons » de 68 et quand je vois « sous les k-ways la plage » je vois bien « sous les pavés la plage ». J’aime l’irrévérence car dans cette irrévérence il y a le lyrisme

1118391-facelly_manif_004evejpg

Juste pour faire avancer la discussion. Cela ne veut pas dire ni que je cautionne  ni que je ne cautionne pas. Mais je crois qu’en disant que ce sont des casseurs sans aucun objectif politique je crois qu’on simplifie un peu trop la donne. Faites- vous votre idée comme je me fais la mienne. Mai 68 pour moi c’était les black Panthers, mai 2018 ce sera les Black Blocs. Life goes on, » tout va bien » ! Moi je souhaite retransmettre la parole ici d’un black bloc telle qu’elle a été tenue sur Libération après la manif du 1er mai:

« Le 1er mai

«D’abord, je voudrais dire que je parle du Black Bloc en mon nom propre, pour rappeler ses objectifs et sa visée politique bien réels, contrairement à ce qu’on entend partout. Mardi, j’ai participé au cortège parisien. Je ne donnerai ici aucun élément touchant de près ou de loin à ce que j’y ai accompli ou à la réalité de l’organisation. Pour ceux qui s’interrogent sur la légitimité de la présence d’un Black Bloc le 1er Mai, je voudrais rappeler qu’avant d’être la fête du travail, cette date est la commémoration de l’injuste condamnation à mort de sept anarchistes américains [en 1886 à Chicago, ndlr].

La tactique

«Le Black Bloc n’est ni un parti ni un mouvement, c’est une tactique, un outil, une modalité d’action politique. Le Black Bloc se forme ponctuellement, pour un événement précis, puis se dissout immédiatement. Il n’a aucune stratégie politique de long terme. Il regroupe des gens de bords différents, des jeunes, des vieux, de surcroît de classes sociales hétérogènes. Mardi, il y avait dans le cortège parisien des camarades venus de nombreux pays d’Europe, car notre lutte est internationaliste : le capitalisme mène une lutte mondialisée, notre résistance doit l’être tout autant.

«Le dress code, être vêtu de noir et porter la cagoule, résulte de deux logiques. D’abord, évidemment, il s’agit de se préserver de la répression policière, de la vidéosurveillance. Ensuite, la tenue a valeur de solidarité. Toutes les personnes encagoulées, équipées de masque à gaz ou de lunettes de piscine, ne se livrent pas forcément aux dégradations. Toutefois, en arborant le dress code, elles acceptent d’assumer collectivement les opérations et de rendre le plus compliqué possible l’exercice d’identification par les policiers.

La violence

«Il est assez consternant de voir revenir au lendemain de chaque action du Black Bloc ce langage politico-médiatique insistant simplement sur son aspect violent. L’idée est claire : il convient de délégitimer l’action du Black Bloc, avec cette rengaine de la violence pour la violence, de casser pour casser. Au contraire, le Black Bloc n’a rien d’apolitique. Il ne frappe pas aveuglément. Son essence est de montrer la conflictualité sociale, la logique de répression. Au quotidien, l’Etat exerce une pression sourde sur différents groupes du corps social : les exilés, les sans-papiers, les zadistes, certains mouvements étudiants, les salariés au chômage, les squatteurs. Par sa volonté de confrontation, le Black Bloc met le doigt sur cette frontalité, et pousse l’Etat dans ses retranchements afin qu’il affiche son vrai visage. Immédiatement, nous voyons alors affleurer les violences policières, qui s’expriment pourtant quotidiennement dans les quartiers populaires, contre les personnes racisées et les sans-papiers. Quant au terme « casseur », il est à rejeter. Il participe lui aussi à la volonté du pouvoir de dépolitiser le Black Bloc. Il n’y a pas de mots adéquats pour définir le Black Bloc. Je dirais que nous sommes militants, activistes, révolutionnaires et d’autres choses encore.

Le ciblage

«Le Black Bloc favorise des actions groupées et rapides. Il y a des cibles évidentes, les McDonald’s, les concessionnaires de voitures de luxe, les banques et, bien sûr, les bâtiments administratifs, les commissariats. Loin d’être gratuit, le ciblage se concentre sur les symboles de l’Etat et du capitalisme. Quant au mobilier urbain, parfois dégradé, il peut à la fois être utilisé comme projectiles, mais il incarne surtout l’organisation spatiale décidée unilatéralement par l’Etat pour réguler la société et que nous voulons transformer.

La politique

«Le Black Bloc ne peut être récupéré par aucun parti politique. Précisément parce qu’il rassemble des gens qui s’organisent en dehors des frontières politiques traditionnelles. Le Black Bloc rejette tout autant le Parti socialiste que La France insoumise. Il s’affranchit également de la tutelle des centrales syndicales. Le socle fédérateur est d’inspiration anarchiste, anticapitaliste mais, une fois encore, le Black bloc est surtout une constellation indéfinissable, qui naît et disparaît une fois son expression accomplie.»

 

J’aime beaucoup cette chanson chantée par Joan Baez, God is God (Dieu est Dieu). Pourtant je ne crois pas en Dieu mais tant pis ! j’aime cette phrase « some folks see things not everybody can see ». Peut-être les Black blocs sont une peu comme ça, des gens qui voient des choses que personne ne voit! Des lanceurs d’alerte, peut-être. 3 mai 1968, 3 mai 2018 moi je dis: continuons le combat. Les idées ont vocation à faire leur chemin.

I believe in prophecy.
Some folks see things not everybody can see.
And, once in a while, they pass the secret along to you and me.
And I believe in miracles.
Something sacred burning in every bush and tree.
We can all learn to sing the songs the angels sing.
Yeah, I believe in God, and God ain’t me.
I’ve traveled around the world,
Stood on mighty mountains and gazed across the wilderness.
Never seen a line in the sand or a diamond in the dust.
And as our fate unfurls,
Every day that passes I’m sure about a little bit less.
Even my money keeps telling me it’s God I need to trust.
And I believe in God, but God ain’t us.
God, in my little understanding, don’t care what name I call.
Whether or not I believe doesn’t matter at all.

I receive the blessings.
That every day on Earth’s another chance to get it right.
Let this little light of mine shine and rage against the night.

Maybe someone’s watching and wondering what I got.
Maybe this is why I’m here on Earth, and maybe not.
Chorus:
But I believe in God, and God is God